dimanche 19 mars 2017

Le pouvoir des nouveaux medias

Grâce aux réseaux sociaux et les réactions massives de la part des Européens et Européennes suite aux dérapages sexistes de l’eurodéputé polonais Janusz Korwin-Mikke, ce dernier a été sanctionné.

OK_Korwin_Mikke_Piotr_Drabik_from_Poland_Wiki_ccby20_620x310

Il avait l’air ridicule, Monsieur Korwin-Mikke, lorsqu’il applaudissait la sanction à son encontre annoncée par le Président du Parlement Européen Antonio Tajani. Ce geste se voulait supérieur, serein, mais ne faisait que traduire la baffe cinglante que Korwin-Mikke venait d’encaisser. Pour ces propos sexistes concernant les femmes qui, selon son intervention au Parlement Européen, « devraient gagner moins parce qu’elles sont moins grandes, moins intelligentes et moins fortes que les hommes ». Cette bêtise lui vaut la suspension de ses indemnités journalières pour une période de 30 jours, l’interdiction de participer aux actions du Parlement pendant 10 jours et, pendant un an, il n’a plus le droit de représenter le Parlement Européen lors de conférences ou comme membre d’une commission. C’est le placard.

Ce sont les réseaux sociaux qui ont contribué à ce que ce scandale ne reste pas inaperçu. La vidéo de l’intervention honteuse de Korwin-Mikke a fait le tour des réseaux sociaux, accompagnée d’une pétition réclamant, justement, à ce que cet anachronisme ambulant soit sanctionné. Un moment donné, les responsables du Parlement Européen ne pouvaient plus fermer les yeux devant cette indignation et cette sanction était la seule réponse pensable suite aux dérapages de Korwin-Mikke.

On a beau s’exciter sur les nouveaux médias – c’est grâce au travail de ces nouveaux médias que de tels incidents ne passent plus inaperçu. Même Korwin-Mikke n’a pas pu essayer de mettre ce scandale sur le dos des « fake news », puisque l’intégralité de son discours pouvait être regardé sur Facebook et ailleurs. Et il convient que les Européens et Européennes prennent conscience de leur importance – si la société civile a réussi à guider la main au Président du Parlement Européen pour que celui-ci sanctionne un collègue, c’est que les citoyens et citoyennes ont plus d’incidence sur la politique européenne qu’ils ne le pensent. Prenons donc conscience de notre pouvoir et exerçons la même pression sur nos parlements aussi dans d’autres dossiers. Il est temps que les citoyens et citoyennes se réapproprient « la chose politique »… la preuve, ça marche ! (selon "eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 18 mars 2017

Fillon, successeur pour la Françafrique ?

C’est désormais presque officiel, les costumes de luxe de François Fillon auraient bien été payés par Robert Bourgi. Mais que vient donc faire dans cette galère ce célèbre porteur de valises et intermédiaire historique de la Françafrique ? 

bourgi

Plutôt discret ces derniers temps après avoir beaucoup œuvré, sans succès, pour l’élection de Jean Ping à la Présidence du Gabon, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi apparait soudainement dans la campagne présidentielle française. Ce serait lui, rapporte le quotidien Le Monde, qui aurait "offert" 13.000 euros de costumes de chez Arnys à François Fillon.

L’affaire, révélée par le Journal du Dimanche est une nouvelle épine, de taille, dans le pied du candidat Les Républicains à l’élection présidentielle française. Une récente perquisition de police dans les locaux d’Arnys, d’où viennent les costumes, aurait permis de confirmer que Robert Bourgi serait bien le généreux donateur.

Né en Afrique, au Sénégal, Robert Bourgi a longtemps été le conseiller africain des politiques français du RPR et de l’UMP (Chirac, De Villepin et Sarkozy, qui l’a décoré de la Légion d’honneur en septembre 2007) avant de se rapprocher de François Fillon en 2012.

La question qui se pose maintenant est de savoir quel est le sens de ce "cadeau". Les députés doivent déclarer au déontologue "tout don ou avantage d’une valeur supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié (...) en lien avec leur mandat". Ce que conteste François Fillon qui a déclaré "Un ami m’a offert des costumes en février. Et alors ? (cela n’a) rien à voir avec la politique. ".

Robert Bourgi, qui est surtout connu pour son riche carnet d’adresses de nombreux dignitaires africains et pour ses talents de porteurs de mallettes remplies d’argent d’Afrique vers la France, comme il l’avait raconté il y a quelques années déjà eu JDD a une version un peu différente "J’ai payé à la demande de François Fillon (...). Et sans d’ailleurs en avoir le moindre remerciement depuis" rapportait le JDD citant l"ami généreux" qui souhaitait rester anonyme.

Il va maintenant falloir que les deux hommes s’expliquent, soit il s’agit d’un cadeau désintéressé entre ami, soit la justice française peut imaginer, en raison du passif africain de Robert Bourgi, que cet argent viendrait d’Afrique et le lien avec un financement occulte de campagne électorale ne serait pas loin. (selon "Afrik.com")

Posté par jl boehler à 00:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 16 mars 2017

Abidjan : un quartier entier jeté à la rue

Mardi 14 mars 2017. Yopougon. Le sous-quartier de «Karata» à Andokoi a été, le théâtre d`une scène de démolition de plusieurs habitations par des bulldozers sous la supervision de la force publique (gendarmes et policiers).

deguerpis__1_

Le sous-quartier de «Karata» à Andokoi dans la commune de Yopougon à l'ouest de la capitale économique ivoirienne a été, mardi, le théâtre d'une scène de démolition de plusieurs habitations par des bulldozers sous la supervision de la force publique (gendarmes et policiers). 

Près d'une centaine de familles ont erré toute la journée dans les rues du quartier entièrement rasé avec leurs affaires personnelles (matelas, lits, assiettes, habits, appareils électroménagers...). 

Gendarmes, armes aux poings empêchant l'accès de la voie d'entrée principale de quartier, policiers et autres loubards loués pour la circonstance encerclant les décombres où des riverains délogés continuaient jusque dans la soirée, à ramasser leurs affaires sous les décombres.

Interrogés sur place, des déguerpis expliquent la triste journée qu'ils ont vécu. ‘’ C'est vers 10 heures ce matin, que des gendarmes et policiers, accompagnés de loubards, sont venus nous sommer de ramasser nos affaires prétextant que des bulldozers vont incessamment raser le quartier’’, explique-t-il.

‘’Ils se sont concertés un moment avec les chefs de quartiers et autres imams et les minutes qui ont suivi, les machines ont commencé à tout casser sans même nous laisser le temps de prendre toutes nos affaires», raconte, peiné, un jeune homme d'une trentaine d'années.

«Des éléments de la force publique nous avaient prévenu début décembre dernier qu'ils allaient nous déguerpir le 05 de ce même mois. Ils sont revenus quelques jours avant la fin du mois de décembre et nous nous sommes opposés. Ils nous ont gazé ce jour, mais ils n'ont pas pu démolir», relate-t-il .

Quant au motif du déguerpissement, il a été expliqué aux populations que le sous-quartier aurait été vendu à un opérateur économique franco-libanais par le chef de terre pour une vingtaine de millions de FCFA. « Comment expliquer que dans notre propre pays on nous jette à la rue pour vendre l'espace à un étranger ? », s’offusque-t-il.

Ce n'est évidemment pas comme en France, où l'on menace d'exproprier un quartier entier à Châtenois, annexe Val de Villé, avec des maisons d'habitation et une entreprise de 20 salariés, sans crier gare, après avoir établi une Déclaration d'Utilité Publique (DUP) qu'on ne respecte pas, juste pour faire plaisir à de pseudo-écologistes qui veulent sauver quelques papillons au détriment d'un quartier et de vies humaines sur la RN 59.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 14 mars 2017

Bientôt, Osterputz !

Né dans le Val de Villé il y a un quart de siècle et exporté en Afrique !

armee_2_

Le printemps c'est dans une semaine, Pâques au mois d'avril. Tous les villages s'organisent pour le nettoyage de printemps. Même à Villé, cinq sportifs ont commencé la remise en état du club-house inondé cet hiver, du fait du gel. Espérons qu'ils seront plus nombreux au Osterputz communal. En Afrique, le nettoyage a commencé aussi ! et même l'armée y participe. On préfère d'ailleurs voir des militaires nettoyer avec des gants et des sacs poubelles, qu'avec des kalachnikoff. La photo : parvenue d'Abidjan en Côte d'Ivoire, où la guerre civile a duré 10 ans (jusqu'en 2011). 

Posté par jl boehler à 00:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 13 mars 2017

La politique. La vraie.

Ce que les médias allemands appellent « l’effet Schulz » perdure. L’arrivée du nouveau candidat du SPD a bouleversé le paysage politique allemand.

spd

Pas de campagne en dessous de la ceinture. Pas de scandales personnels. Pas de casseroles. La campagne pour les législatives en Allemagne prend une tournure surprenante – on y parle de politique en opposant des approches différentes. Et Angela Merkel est de plus en plus sous pression.

Les sondages montrent clairement une tendance en Allemagne – la CDU/CSU d’Angela Merkel n’arrive plus à convaincre les Allemands et Martin Schulz est considéré comme une vraie alternative. Actuellement, le SPD se situe à son plus haut niveau depuis 2006, et talonne avec ses 32% d’intentions de vote la CDU/CSU qui reste inchangée à 33%. Et pendant que le SPD grimpe dans les sondages, ce sont les extrémistes qui en font les frais. L’extrême-droite de l’AfD perd à nouveau un point et obtiendrait 8% des votes, les Verts se situent également à 8% et Die Linke obtiendrait 7%, tandis que les libéraux du FDP pourraient retrouver le Bundestag avec 6%.

Considérant qu’avant la nomination de Martin Schulz comme candidat du SPD, on s’apprêtait à une campagne des plus ennuyeuses avec une CDU/CSU qui menait de 17% dans les sondages, l’évolution est spectaculaire. Refaire ce retard en l’espace de 6 semaines – le SPD a le vent en poupe et en vue des difficultés d’Angela Merkel dans presque tous les dossiers qu’elle doit traiter actuellement, « l’effet Schulz » risque de durer. Jusqu’au 23 septembre ?

Et il est surprenant de constater que le nouveau positionnement du SPD comme « parti de la justice sociale » constitue la meilleure réponse à une extrême-droite qui, en Allemagne comme en France, se plaît dans un discours de haine. Dès qu’une alternative crédible se présente, les électeurs et électrices se détournent de ces « porteurs d’espoir ». Car un candidat et un programme crédible, cela change la donne lors d’une campagne électorale…

Si les chiffres devaient se confirmer, une nouvelle majorité à gauche d’Angela Merkel pourrait voir le jour. Mathématiquement, il y aurait déjà une courte majorité pour une coalition « rouge-rouge-verte », donc pour le SPD, Die Linke et les Verts. Toutefois, l’Allemagne a connu exactement cette situation après les dernières élections en 2013 – mais le SPD refusait alors de se lancer dans une coopération avec Die Linke, préférant le rôle du « partenaire junior » dans la « Grande Coalition » sous Angela Merkel. Mais ce qui passait encore en 2013, ne passerait plus en 2017 – les militants du SPD s’attendent à ce que Schulz vise la gagne.

La campagne pour les législatives du 23 septembre 2017 portera sur plusieurs vecteurs principaux – la justice sociale, la gestion des réfugiés et le rôle de l’Allemagne dans une Europe en pleine mutation.

Ce qui est carrément agréable dans cette campagne en Allemagne, c’est le débat politique. Le SPD oppose une politique sociale à la politique austère de la CDU. Et les électeurs auront un véritable choix à faire. Comme quoi, une élection ne doit pas forcément ressembler à un feuilleton télévisé… (selon Eurojournalist).

Posté par jl boehler à 00:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 12 mars 2017

Le vrai Macron !

Pourquoi BFM et la très zélée Ruth Elkrieff déploient un zèle tout particulier pour favoriser Macron ...

macron

MACRON : UN CADEAU DE 14 MILLIARDS D’EURO A PATRICK DRAHI EN ECHANGE D’UNE CAMPAGNE DE MATRAQUAGE MEDIATIQUEMACRON.

1) Patrick Drahi est un milliardaire patron du groupe Altice (Numéricable/SFR/SFR Médias). Il contrôle un groupe de médias puissant (BFM TV/RMC/L’express/Libération).

2) Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doubler et a fait gagner plus de 14 milliards d’euro à ses actionnaires.

3) Macron a floué l’état français car il a choisi un groupe qui paye très peu d’impôts en France. Montebourg craignait que le rachat de SFR par Altice ne se traduise par une gigantesque évasion fiscale. En 2014, Montebourg éreinte Drahi alors qu’il est ministre, des enquêtes fiscales sont alors diligentées par Bercy et ses déclarations ci-dessous sont sans ambiguïté. « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! ». Par ailleurs Drahi fera le plus grand plan social de 2016 en licenciant 5000 personnes chez SFR.

ruth

4) Pour remercier Macron, Drahi a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et à organiser un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. Depuis février 2015 il est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC. 5) En autorisant le rachat de SFR, Macron a fait d’une pierre deux coups. Cette opération se révèle en effet fort juteuse pour le clan Macron, puisque la banque d’affaires qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron. Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. Si l’on veut moraliser la vie politique et éviter les conflits d’intérêts, est-il normal que le patron d’une banque qui est aussi patron de presse soutienne un candidat dont la décision lui a rapporté autant d’argent ? Le 22 février Bayrou se ralliait à Macron sous quatre conditions. Macron acceptait avec un cynisme écœurant la condition suivante « Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent.
« Je crois avoir démontré qu’avec Macron nous sommes rentrés dans un niveau de corruption, de collusion avec les intérêts privés et de manipulation de l’opinion publique, jamais atteint dans notre 5ème république. Nous assistons au coup d’état médiatique d’un escroc. » (Voir le blog "Le citoyen veilleur")

Posté par jl boehler à 05:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

samedi 11 mars 2017

Les Hongrois oublient leur histoire

En 1956, de centaines de milliers d’Hongrois ont du fuir leur pays et ont été accueillis sans problème dans les pays occidentaux. Maintenant, la Hongrie de Viktor Orban va créer des camps d'internement. Honteux.

OK_Fl_chtlinge_Rebecca_Harms_from_Wendland_Germany_Wiki_ccbysa20_620x310Le parlement hongrois vient de voter pour l’internement des réfugiés. Ces derniers seront désormais internés, le temps que leur demande d’asile soit traitée, dans des camps, enfermés, comme des criminels. La Hongrie de Viktor Orban, pays des barbelés, nie son histoire, fait preuve d’un manque de solidarité et viole les valeurs européennes. En principe, il faudra commencer à songer à des sanctions contre ce pays qui semble s’orienter plus vers la politique de la Turquie que vers les valeurs d’une Europe qui se veut humaniste.

Mars 2017. Ce sera le mois où on établit à nouveau des camps de concentration en Europe. Pour y enfermer des gens qui n’ont commis aucun crime autre que celui de courir avec leurs familles pour sauver leurs vies. Exactement ce que 250 000 Hongrois ont fait lorsque Moscou prenait le pouvoir à Budapest. Est-ce que les réfugiés hongrois ont été internés et séquestrés en arrivant dans les pays européens ? Non. A-t-on tout oublié en Hongrie ? Les 600 000 juifs hongrois assassinés dans des camps de concentration nazis ? Qu’est-ce qu’il motive la Hongrie aujourd’hui de priver des êtres humains de leur dignité et de leur liberté ?

La décision du parlement hongrois concerne femmes, hommes, enfants. L’idée que des enfants soient enfermés dans des camps en Europe, est insupportable. Et cette décision frappe une population déjà traumatisée par les événements ayant motivé leur fuite, pour leur infliger de nouveaux traumatismes liés à cette incarcération.

Le populisme conduit à nouveau à des camps. Avec un raisonnement proche de celui des Nazis. « Les réfugiés représentent un danger pour ‚l’identité chrétienne‘ », dit Viktor Orban. Remplacez le terme « réfugiés » par « Juifs », et vous y êtes. Et Viktor Orban ne fait que stimuler des peurs irrationnelles – par exemple en martelant que « nous sommes assiégés par les réfugiés ». Assiégés ? Par les 1248 réfugiés que la Hongrie est censée accueillir ? Ou par les 600 réfugiés qui moisissent déjà dans des campements le long de la frontière hongroise ?

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’UNESCO, l’UNHCR, est formel – « La nouvelle loi viole les obligations hongroises selon le droit international et européen », disent les experts. « Elle aura un effet terrible sur la santé physique et psychologique de ces femmes, enfants et hommes ayant déjà vécu des choses horribles. » Quelles seront alors les réactions à cette politique indigne d’un état-membre de l’Union Européenne ?

Il est temps que l’UE réagisse face aux agissements xénophobes, racistes et discriminatoires dont font preuve les « états de Visegrad ». L’Union Européenne ne peut pas se permettre de laisser passer ce genre d’évolution – au risque de perdre le peu de crédibilité qui lui reste. De nouveaux camps de concentration en Europe, ce n’est tout simplement pas possible. (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 10 mars 2017

Concert à Breitenbach

Chants et musique slaves par une chorale tchèque

ATENEO_concert___Breitenbach

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 9 mars 2017

RN 59 : Enquête parcellaire

Une enquête ? ou un enterrement 1ère classe du projet routier de la RN 59 ? Lire le communiqué de l'association RN 59 Sécurité.

communique2 

Posté par jl boehler à 10:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 8 mars 2017

Strasbourg : manifestation en vue pour la libération de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo

 Les ivoiriens se réuniront devant le Parlement Européen

manifestation_pro_gbagbo_paris

Les proches de Laurent Gbagbo, l’ex président ivoirien détenu depuis près de six ans à la Cour Pénale Internationale (CPI), se préparent à manifester devant le Parlement Européen à Strasbourg. Un rassemblement massif est prévu le jour anniversaire de son arrestation dans son Bunker à Abidjan le 11 avril 2011. Depuis cette date il reste incarcéré sans jugement ! L’évènement est organisé par le Front pour la Renaissance Africaine dénommé (FRA), qui est une plateforme ouverte aux personnalités et associations engagées pour le combat contre « l’impérialisme « français en Afrique. 


Une conférence publique sera animée par l’oncle maternel de Ouattara, Abou Cissé, mais bien avant, il y aura un sit-in devant l’institution. Après la CPI où ils se rassemblent régulièrement pour soutenir leur mentor, les « Gbagbo ou rien » se feront entendre devant le parlement européen et demanderont à être reçus en délégation. Pour rappel, Laurent Gbagbo et son bras droit Blé Goudé sont poursuivis par la CPI, pour crimes contre l’humanité et de sang pendant la crise post-electorale de 2011.

Le procès ouvert depuis le 28 janvier 2016 se poursuit à la Haye avec les dépositions des témoins de l’accusation, qui très souvent se contredisent et n'apportent pas de grands preuves concrètes. rappelons aussi que Laurent Gbagbo était membre de l'Internationale Socialiste...

Posté par jl boehler à 03:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,