samedi 10 septembre 2011

SL France : épilogue

imagesLorsque le 16 mai 2007 Vemer-Ciber avait racheté Signal-Lux, le message passé était déjà clair : "L'offre de rachat deviendra caduque ipso facto en cas de grève ou d'occupation d'usine". Il ne fallait donc pas s'attendre, en 2011, à beaucoup de concessions de la part de cette direction : les machines partiront en Italie et en Roumanie à la date qui leur conviendra, les salariés aideront à démonter leur propre outil de travail s'ils veulent pour leur licenciement un minimum de prime supra-légale, loin du montant qu'ils auraient pu espérer. Il n'y a rien de comparable à ce cynisme final qui consiste à dire à ses propres employés : "Vous monterez sur l'échafaud sans vous révolter !" Quant à certains élus, on peut se demander s'ils ne sont pas complices, tant le développement industriel ne les intéresse guère, eux qui ont comme vision pour la vallée un tout-tourisme très utopique. Décidément, l'agonie de la vallée continue ... et sa mort se rapproche de plus en plus. Et cela n'émeut déjà plus personne tant on est convaincu de l'issue fatale. 

Posté par jl boehler à 10:15 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 9 septembre 2011

SL France : définitivement fermé

chomage

Posté par jl boehler à 10:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Procès de dictateur égyptien

dilem

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 7 septembre 2011

SL France : le rassemblement

Ce jour, midi pile sous la pluie battante ! Les salariés ont bien fait les choses : sandwiches, boissons, dans l'attente de la direction italienne attendue vers les 14 h. Parmi les visiteurs, des responsables CGT et CFDT venus soutenir les locaux, d'anciens licenciés de Signal-Lux ou d'ailleurs dans la vallée, des élus. Après l'explication sur la situation par les deux délégués locaux, Gilles Weber, représentant la CGT sur le plan départemental, a insufflé la volonté pour le combat à mener : "Ce n'est pas quelques miches de pain que nous voulons, mais sauvegarder nos emplois." Avant de lancer : "Salariés de Signal-Lux, avant tout, ne comptez que sur vous-mêmes !" Quant aux élus présents, seule la conseillère générale a exprimé sa solidarité ! Les autres présents se sont tus ... avant de partir. Savent-ils que certains, telle cette jeune mère de famille, venue avec sa mère, en sont à leur cinquième ou sixième licenciement économique dans la vallée : FTV, Tricotage Vosges-Alsace, écloserie, Kodak, et maintenant Signal-Lux !

004

" Il pleure dans mon coeur comme il pleut sur Villé" (Presque Arthur Rimbaud)

Les délégués syndicaux présentent la situation.

001

Photo de famille qui risque la dissolution. 

Posté par jl boehler à 15:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 5 septembre 2011

SL France : c'est fini

50353_29282639117_5634310_n__1_Communiqué des salariés de SL France (anciennement Signal-Lux) :

Après une longue agonie et un très fort acharnement du capitalisme sauvage, le fleuron d'antan s'apprête à rendre l'âme. Les 44 salariés rescapés vont livrer l'ultime combat pour le maintien de leur emploi.

Pour une rentrée tumultueuse, la Direction a décidé la fermeture définitive de SL France, sans cancessions ni remords.

Venez nous aider à empêcher cette délocalisation sournoise.

Petit rappel :

- 2007 : moins 50 personnes

- 2009 : moins 19 personnes

- 2011 : moins 44 personnes 

TOTAL : ZERO

Rendez-vous mercredi, 7 septembre 2011 à 12 h devant SL France (place de la gare à Villé) pour la Vallée, pour la Région, pour la France !

Posté par jl boehler à 18:51 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mecklembourg-Poméranie : la gauche victorieuse


49249035_p_590_450

Encore un Land qui échappe au CDU et à Angela Merckel. Il va sans dire que les politiques d'austérité des gouvernants sont de plus en plus désavouées ! Le SPD, grand vainqueur des élections, a toutes les cartes en main pour former une alliance gouvernementale. Va-t-on vers une "grande coalition" habituelle en Allemagne, qui poursuivrait la politique d'austérité dénoncée par les électeurs, ou va-t-on voir pour la première fois le SPD s'allier aux Linke, pour une authentique politique de gauche ?

Posté par jl boehler à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 4 septembre 2011

Le conseil général du Bas-Rhin envisage-t-il de faire payer la gestion calamiteuse de ses finances aux enfants de la ruralité ?

logo_transport_scolaireLa décision avait été prise avant l'été : le Département supprimait la gratuité du transport scolaire pour les communes situées à moins de trois kilomètres des établissements. Face à la montée de la grogne des parents et de certains élus locaux, l'instance a décidé d'en différer l'application pour un an. Selon certains conseillers, le Département se mettrait en conformité avec une loi de ... 1977 ! Mais cette loi et ses décrets d'application n'étaient arrivés jusqu'ici que dans sept départements (certainement grâce à la technique de l'antique sémaphore). Alors, il faut trouver des justificatifs : la gratuité ne serait pas acquise d'office, le coût élevé pour des bus qui circuleraient à vide (et on croit les remplir en les rendant payants ?), une contribution de 18 €/mois n'est pas une catastrophe (surtout pas pour pour les élus cumulards qui n'assument pas tous leurs mandats) ! Enfin, un conseiller général de la majorité départementale dirigée par l'UMP et le NC Freddy Zimmermann, reconnaît quand même que "les finances du conseil général sont dans un état désastreux" ! Alors, cette gestion calamiteuse, on la fera payer par les enfants de certains villages... après les élections présidentielles et les législatives du printemps 2012.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 3 septembre 2011

Arnaque : Un site privé pour payer les amendes

Information du réseau "Anti-Arnaques"

Le site amendes-france.org, créé en avril 2011, et mis en valeur par les liens commerciaux intégrés au moteur de recherche GOOGLE, peut laisser penser qu'il émane du gouvernement français. Erreur fatale : le site officiel, seul habilité à encaisser les amendes, est amendes.gouv.fr  L'objectif d'amendes-france.org est uniquement de percevoir une commission de 5,90 € par paiement et de vendre un "guide de bonne conduite" au prix de 9,95 €. Outre le fait de régler des frais supplémentaires - et inutiles - le consommateur va, de plus, communiquer des informations confidentielles à une société non identifiée. En effet, la rubrique "mentions légales" est inexistante, et celle "conditions générales de vente" est inaccessible. Les premières recherches permettent d'identifier une domiciliation en Arizona (États-Unis)... Il reste à espérer que les autorités françaises, directement concernées par l'activité de ce site, sauront rapidement le mettre hors d'état de nuire. 

amende

Posté par jl boehler à 00:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 2 septembre 2011

Un nouveau scandale chez nos voisins : des armes allemandes fournies à Kadhafi

49182083_p_590_450

Les rebelles libyens viennent de découvrir dans les casernes de façon massive des armes allemandes, en l'occurrence les fameux G-36. Ces armes individuelles fabriquées pour la Bundeswehr depuis 1997 ont une excellente précision jusqu'à 800 mètres et peuvent tirer jusqu'à 750 coups/minute. UN groupe d'ONG a dénoncé ces livraisons, alors que le fabricant Heckler & Koch, et le gouvernement fédéral démentent des livraisons, du moins "pas de façon directe et officielle". En tous cas la fourniture d'armes à un régime frappé par l'embargo, avec lequel l'OTAN est en guerre (même si l'Allemagne ne participe pas aux bombardements aériens), cela fait désordre. Des questions se posent donc :

- L'Allemagne a-t-elle soutenu le régime de Kadhafi par des fournitures d'armes ? En réalité, il n'y a que très récemment que les 27 pays de l'Union Européenne ne livrent plus d'armes à Kadhafi. Auparavant, il en a obtenu pour plusieurs centaines de millions d'€, et encore en 2009 le Conseil de l'Europe a avalisé des exportations vers la Libye pour 344 millions d'€, l'Allemagne ne venant qu'en troisième position avec 53 millions d'€, derrière l'Italie (112 millions) et Malte (80 millions).

- D'où viennent ces armes ? Le stock saisi par les rebelles date d'une fabrication de 2003, et proviennent d'une entreprise qui a son siège en Forêt Noire. Mais les numéros de série ont été effacés par grattage. Il est donc impossible de reconstituer leur parcours, et d'identifier les intermédiaires.

- Quelle est la règlementation ? En Allemagne, une loi de contrôle des armes de guerre, datant de 1961, règlemente la fabrication, la vente et l'exportation des ces armes. Les fournisseurs et les services gouvernementaux affirment qu'aucune autorisation d'exportation vers la Libye n'a été accordée. L'hypothèse la plus probable est qu'il s'agit d'armes exportées vers l'Espagne ou la France. On comprendrait alors mieux comment s'est règlé le problème des infirmières bulgares, et comment Kadhafi, après avoir été reçu en grande pompe par Sarkozy, a pu dresser sa tente dans les jardins de l'hôtel Marigny.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 1 septembre 2011

Radars pédagogiques : inadaptés

440x290_1695534Les nouveaux radars pédagogiques, installés depuis deux mois en Moselle, sont « non adaptés », car notamment « incapables de mesurer les vitesses lors de forts trafics », a reconnu, hier, la préfecture qui attend de nouveaux modèles d’ici octobre.

De nombreux usagers se plaignent des dysfonctionnements répétés de ces nouveaux radars depuis leur installation, le 15 juin, admet le coordinateur départemental de la sécurité routière, Patrick Langinier, alors que le nombre d’excès de vitesse constatés a connu une forte augmentation.

« Les radars pédagogiques disponibles lors de leur installation ne sont pas adaptés : ils ne distinguent pas les voies de circulation sur l’autoroute et sont incapables de mesurer la vitesse lors de forts trafics, lorsqu’il y a plusieurs voitures dans la même zone », explique M. Langinier.

Les radars pédagogiques, censés remplacer les panneaux indiquant la proximité d’un radar automatique, sont normalement destinés à mesurer la vitesse sur une seule voie, à une vitesse limitée, principalement en agglomération. Or, en Moselle, deux radars ont été posés sur l’A31, à proximité de Metz, sur des chaussées à deux fois trois voies. « Ils sont ainsi incapables d’analyser dans un temps correct les données », déplore le responsable départemental. Un marché a été lancé pour obtenir de meilleurs appareils, « qui seront livrés, dans les hypothèses les plus optimistes, à partir d’octobre ».

Depuis l’installation des deux radars pédagogiques sur l’A31, le nombre de flashs par les cabines automatiques est passé d’une moyenne de 230 à 450 par jour, alors que 50 000 véhicules circulent quotidiennement sur cet axe. « Il faut relativiser, car leur installation correspondait à la période des migrations estivales », tempère Patrick Langinier.

("Le Républicain Lorrain" du 31/8/2011)

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,