lundi 21 novembre 2011

Ces chères taxes locales

taxe_habitationNovembre est en général le mois où il faut payer les taxes locales ! Notamment la taxe d'habitation et la taxe foncière. Tous les Français ne sont pas égaux devant ces taxes, dont le taux est voté par les conseillers municipaux tous les ans au mois de mars dans le cadre du budget prévisionnel. Ainsi dans le Val de Villé, le taux le plus favorable est celui de Breitenau, le plus défavorable est celui de Lalaye. Et les taux sont globalement identiques pour les taxes foncières. Mais attention, ce classement n'est pas définitif, la municipalité de Villé entre autres, qui est déjà dans le peloton de queue, a annoncé de sérieuses augmentations dans les budgets à venir.

Voici d'ailleurs le classement des 18 communes de notre canton :

1) Breitenau 4,79% - 2) Thanvillé 5,02% - 3) Neuve-Eglise 5,08% - 4) Albé 5,10% - 5) Saint-Martin 5,50% - 6) Saint-Maurice 5,51% - 7) Steige  5,71% - 8) Triembach-au-Val 5,76% - 9) Saint-Pierre-Bois 6,33% - 10) Fouchy 6,61% - 11) Breitenbach 7,10% - 12) Bassemberg 7,14% - 13) Urbeis 7,22% - 14) Villé 7,41% - 15) Maisonsgoutte 7,62% - 16) Neubois 7,64% - 17) Dieffenbach-au-Val 7,83% - 18) Lalaye 10,01%.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 20 novembre 2011

Des groupes terroristes d'extrême-droite chez nos voisins allemands

Le_trio_neonazi_allemand_nsu_scalewidth_630L'Allemagne vient de découvrir avec étonnement et stupeur l'existence d'une "fraction armée néonazie" qui opérait depuis plusieurs années et était responsable d'une dizaine d'assasinats d'étrangers et d'une policière. Assassinats non élucidés qui ont pu l'être grâce à l'analyse d'une arme saisie lors de l'arrestation de la femme du groupe, Beate Zchäpe à Zwickau. Les deux autres membres ont préféré se suicider pour échapper à la justice.

Pourtant, le terrorisme d'extrême-droite n'est pas nouveau en Allemagne, et n'a pas forcément ses racines dans l'ancienne Allemagne de l'Est. Régulièrement ses adeptes ont pris comme cibles les étrangers et la gauche. Reprenons l'histoire :

Le Wehrsportsgruppe Hoffmann envisageait-il de s'installer en Alsace ?

wehrsportgruppe1- Dès 1973, s'est créé le "Wehrsportgruppe Hoffmann" (WSG - groupe de combat Hoffmann), et compta rapidement jusqu'à 500 membres. En 1980, l'un de ses membres Gundolf Köhler fut à l'origine d'un attentat meurtrier à l' "Oktoberfest" à Donaueschingen, qui fit 13 morts (dont Köhler lui-même) et 200 blessés. Le groupe a toujours prétendu que Köhler avait agi seul. En décembre de la même année, une autre membre de ce groupe, Uwe Behrendt exécuta Shlomo Levin et sa concubine, un couple de religion juive. La WSG prétendit que Uwe Behrendt ne faisait plus partie de son association et cette dernière finit par se suicider en prison. Suivit la dissolution du groupe par le gouvernement fédéral. Karl-Heinz Hoffmann s'enfuit au Liban et constitua avec l'aide du Fatah le "Wehrsportgruppe Ausland" dans le camp de réfugiés de Bir-Hassan, près de Beyrouth. A noter que quelques néo-nazis alsaciens participèrent à ce camp d'entraînement, pour tenter ensuite de reconstruire un camp identique dans le Centre-Alsace (dans le secteur de Bergheim). Arrêté lors d'un de ses voyages en Allemagne à l'aéroport de Francforf, Hoffmann fut condamné à 9 ans de prison. Selon les aveux du néonazi italien Elio Ciolini, Hoffmann aurait aussi été impliqué dans l'attentat à la bombe de la gare de Bologne en 1980 (85 morts). A la lecture de tous ces attentats, on peut douter des affirmations d'un ancien loup noir qui prétend avoir obtenu des explosifs contre la promesse formelle de ne faire jamais "ni morts, ni blessés" dans le mensuel Heb'di (n° 27 - Octobre 2011 - article : "Que sont devenus les loups noirs ?").

- Dans les années 70, le "Braunschweiger Gruppe der NSDAP-AO" incendia les tribunaux de Flensburg et de Hanovre. Les auteurs Paul Otte et Hans-Dieter Lezien furent condamnés à 10 ans de prison. Dans les années 80, les "Deutschen Aktionsgruppen" de Manfred Roeder incendièrent sept foyers d'immigrés et le musée d'Auschwitz. Dans les années 90, 9 ressortissants turcs périrent dans l'incendie de leurs maisons par le groupe "Bewegung in Waffen" dans la région de Hambourg. D'autres groupes apparurent dans les années 2000, tels "Unorganisierte rechtsradikalen Jugendliche" qui s'attaqua au quartier vietnamien de Rostock, "Kameradschaft Süd" qui fit exploser un centre juif à Münich, "Freikorps Havelland" qui incendia un restaurant vietnamien dans le Brandebourg. 

Dans le Bade-Württemberg

1660653195_1274710457001_reuters_97_VIDEO_STILL_2011_11_14T143145Z_2_LOVE7AD14CWD0_RTRMADP_VIEWIMAGE_512X288_ONLINE_NEONAZIS_OLe cas du fabricant de bombes à Weil-am-Rhein est un exemple qui prouve bien que l'extrême-droite néo-nazie n'est pas l'apanage de l'Allemagne de l'est. Et les attentats se situent souvent le proche pays de Bade du Sud. A Fribourg-en-Brisgau une attaque contre le "Kulturzentrum KTS" lieu de réunion des antifas fut évité de justesse, une bombe était prête à être posée. En novembre 2010, la mosquée turque de Rheinfelden vit toutes ses vitres brisées et les murs recouverts de croix gammées. En mars 2011, une réunion de néo-nazis à Rheinfelden se termina en expédition punitive contre des antifas. Le 1 octobre dernier, sur une aire d'autoroute près de Riegel (près de Emmendingen) un antifa fut roué à coups de pelles par une quinzaine de néonazis : le seul motif, il observait de loin la fête néo-nazie du Kaiserstuhl. Pareille correction avait déjà été administrée à des jeunes de la région d'Ulm. Dernièrement, le marché de Senden (au confluent du Danube et de l'Iller), une ville de 22000 habitants, fut occupée par des miltants NPD avec à leur tête le responsable national Udo Voigt et le négationniste suisse Frank Rennike. On retrouve aussi ce printemps un rassemblement à Rheinmünster-Söllingen (près de Rastatt) avec des néonazis de France, d'Allemagne et d'Autriche. Devant de tels faits, de plus en plus de voix s'élèvent chez nos voisins du Pays de Bade pour exiger la dissolution du NPD.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 19 novembre 2011

Un nouvel hébergement pour personnes âgées

Le nouveau bulletin municipal de Villé étant enfin distribué dans tous les quartiers de Villé, la "prime du chef" a été l'arrivée en même temps du bulletin "Comcom-Mag", et une page réservée à l'EHPAD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes" au lieu-dit "Ochsenmatten" à Villé. Si l'initiative est des plus intéressantes, il se pose quand même quelques questions :

- C'est le bailleur social DOMIAL qui est chargé de l'affaire ! le même que celui qui traîne toujours dans la construction des logements sociaux de la route d'Albé. Ce n'est pas forcément un gage de respect des délais !

- Le permis de construire est à l'instruction. Quelle va être la réponse du maire de Villé qui a refusé les étages pour les logements sociaux, pour raison d'implantation dans un quartier résidentiel. Il est vrai que la cité ouvrière voisine de l'Ehpad ne peut être taxée du même qualificatif. Et les toits plats qui ont été refusés dans le lotissement voisin des pommiers ? Seront-ils acceptés ici ?

- Le pécule de 428 000 € du Super-U ne couvrira même pas les frais à payer pour une année : il est dit dans ce comcom-mag que "le conseil d'administration gestionnaire de la structure versera (à DOMIAL) une redevance annuelle au départ de 450 000 €, celle-ci sera réévaluée à partir de la cinquième année." Comment sera couvert le reste ?

Et pendant que bien des questions se posent, nos élus intercommunaux se chamaillent sur ce sujet ! 

ehpad

Posté par jl boehler à 08:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 18 novembre 2011

Ecologie décapante

arton206_9a9e1"Ecologie décapante" c'est le titre d'un article paru le 9 novembre dans la presse (DNA - édition de Saâles) consacré à une conférence de presse de l'ex-sénateur Jacques Muller venu rendre visite à son nouvel ami Jean Vogel, maire de Saâles. Alors quelques propos : "L'écologie politique n'est pas la politique de l'environnement à tout prix (-), elle nécessite de faire des compromis." Oui, mais c'est l'inverse des récentes déclarations de la candidate aux présidentielles Eva Joly, qui ne veut pas négocier avec François Hollande sur le nucléaire et qui menace même de ne pas participer à un gouvernement de gauche si son point de vue n'est pas retenu. "Ce n'est pas une remise en cause radicale du capitalisme ou du mode de vie occidental, auquel un nombre croissant d'humains aspire." Voilà qui est clair ! Comment peut-il croire que les peuples aspirent de façon croissante à ce monde que leur imposent les politiques d'austérité pour les plus grands bénéfices de quelques multimillionnaires ? Enfin, il dénonce "le marché de dupes" du tunnel de Ste-Marie-aux-Mines "qui perd 2 millions d'€ par an pour ne voir passer que 150 camions par jour". Jacques Muller oublie juste de dire que ce sont ses amis politiques qui, rejoignant certains intérêts corporatistes, s'opposent systématiquement au contournement de Châtenois et au réaménagement de la RN59 entre Lièpvre et Val-de-Villé, tronçons qui représentent l'accès alsacien à ce tunnel. Et pas un mot sur la situation économique et sociale dans les vallées vosgiennes, pas un mot du démantèlement du service public, autant d'éléments liés au "système capitaliste" qui nous frappent sur le plan local. Espérons que tous les écologistes ne sont pas de cette nature qui cultive surtout les contradictions, et que Jacques Muller, élu sénateur sur la liste Bockel et à la recherche d'une circonscription législative, ne soit pas en train de prendre le même virage ... à droite. On a déjà vu ce genre de manoeuvres dans le Val de Villé lors des cantonales. A défaut de clarification, on ne peut qu'être méfiant.

Posté par jl boehler à 08:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 17 novembre 2011

François Hollande à Strasbourg

securedownload

Posté par jl boehler à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 16 novembre 2011

La rigueur pratiquée par des élus locaux

austerite__1_A Villé, les économies de bout de chandelles sont d'actualité depuis quelque temps. Ainsi l'éclairage public qui s'éteint toutes les nuits. Mais notre très sarkozyste maire de Villé, candidat UMP aux élections régionales, vient de passer à la vitesse supérieure, à lire le dernier bulletin municipal enfin arrivé : "Pour notre commune, après une longue période d'investissement (sentier multi-activités, école primaire, école maternelle, église Notre-Dame, requalification urbaine, voieries diverses, sanitaires-vestiaires, club-house et mairie), il est nécessaire de suspendre momentanément les grands travaux au regard des impératifs budgétaires et de la baisse des aides des partenaires institutionnels (Etat, Région, Département)." A Maisonsgoutte, où la ZAIM est toujours inoccupée, l'austérité mal placée apparaît aussi : on ne déneigera plus les rues cet hiver ... sauf quelques-unes trop en pente ! Bon sang, pourvu que cette municipalité ne se mette pas à éteindre les lampadaires, sinon bonjour les dégâts en cas de verglas. Mais la meilleure, se situe à Schirmeck, dans la vallée voisine, où le maire conseiller général UMP et sa municipalité veulent suivre à leur échelle l'exemple de leur chef de file national. Celui-ci ayant repoussé l'âge de la retraite de 60 à 62 ans (et ce n'est pas fini ?), la municipalité réfléchit à repousser de 65 à 70 ans l'âge d'invitation des retraités au traditionnel repas de Noël. Il n'y a pas de petites économies, que des petites cervelles ? 

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 15 novembre 2011

L'ail-phone de Triembach-au-Val

Et n'oubliez pas de consulter le magnifique site en cliquant sur le titre ci-dessous :

Noël 2011 à Triembach-au-Val

Vous le trouverez à partir de n'importe quel ordinateur branché à internet, mais aussi d'un i-phone (ail-phone à Triembach, ou plutôt en dialecte "knowli-phone").

24402_334084207636_334081777636_3598556_7420330_n

Le nouveau "knowli-phone" disponible chez les fournisseurs téléphoniques.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 14 novembre 2011

Noël à Triembach-au-Val sur TF1

Noël a Triembach-au-Val approche. Retenez les dates du 3 et 4 décembre.

UN REPORTAGE SUR TF1 ( cliquez sur l'image pour voir la vidéo )
.
     

 

Posté par jl boehler à 01:59 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 13 novembre 2011

Athènes sera-t-il un nouveau Budapest ?

chars

Les Grecs manifestent pour protester contre les plans d’austérité qui succèdent aux plans d’austérité dans un pays ruiné. On pouvait penser que les gouvernants avaient compris le message du peuple et allaient en tenir compte. Hélas, non ! Pour toute réponse la Grèce va acheter 400 chars lourds "M1 Abrams" et 20 véhicules amphibie "AA7VA1" pour un montant de 1,28 milliards d'€ aux Etats-Unis, alors même que l'Europe et le tandem Merkel-Sarkozy exigeaient 7 milliards d'économies, et alors que le total des aides apportées à la Grèce par l’Europe et le FMI ont atteint la somme extravagante de 160 milliards d’euros pour un pays de 11 millions d’habitants. A titre de comparaison, l'armée française a en tout 400 chars Leclerc pour 65 millions d'habitants. On peut se demander alors à quoi vont servir ces chars. A remplacer dans le cadre des interventions de l'OTAN des pays comme la France ou l'Allemagne si prompts à imposer des diktats aux Grecs ? ou tout simplement à réprimer le peuple grec qui se révolte contre l'austérité ? Athènes bientôt un nouveau Budapest ? et l'Agora une nouvelle place Tien An Men ? Questions d'autant plus pertinentes que l'extrême-droite vient de faire son entrée au gouvernement. L'Europe avait été dès son départ conçue pour éviter de nouvelles guerres. Mais que nous prépare-t-on donc ? car il ne fait pas de doute que tous les dirigeants de l'Europe et de l'OTAN étaient au moins au courant de cet achat, si toutefois ils ne l'ont pas encouragé.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 12 novembre 2011

Rassemblement des indignés

photo_genevieve_daune_anglard__1_Une centaine de personnes s’est rassemblée vendredi à 11 h place Kléber à Strasbourg à l’appel du Mouvement des Indignés de Strasbourg. C’est principalement par mail, tracts et réseaux sociaux que le rassemblement a été annoncé. La manifestation, qui n’avait pas été déclarée en préfecture, a tout de suite et entouré d’un cordon de policiers. Une dizaine de manifestants, affublés d’un masque ont été interpellés pour un rapide contrôle d’identité. Mais aucun autre incident n’est venu émailler le rassemblement plutôt bon enfant.
Parmi les participants, il y avait une nette majorité de jeunes mais également des couples venus en famille avec leurs enfants et des retraités. Après d’inévitables tentatives de récupération par un ou deux partis d’extrême gauche, peu à peu, les gens ont pris la parole chacun à leur tour pour évoquer leur conception de l’action, certains prônant la révolution, d’autres appuyant l’importance du vote et de la participation démocratique. Quand un des orateurs clame « un seul moyen, c’est le vote », en face on lui rétorque, « non c’est la rue ! » Et les mains se lèvent et s’agitent pour marquer l’approbation.
Des pancartes brandies par certains affichaient des slogans comme « stop thinking £ $ €, start thinking human », « Le pouvoir de l’amour est plus fort que l’amour du pouvoir », « Terrorisme économique » ou encore « une crise ? Non, du racket ! ».
Alexis, un informaticien du trentaine d’années et là avec ses deux enfants en bas âge. « J’ai eu connaissance de cette manifestation par mail, explique-t-il. Je me reconnais tout à fait dans ce mouvement de protestation qui n’arrive pas par hasard maintenant. » Interrogé sur la difficulté qu’a le mouvement à s’imposer en France contrairement à l’Espagne ou aux Etats-Unis, il avance : « la France a sa propre dynamique de la protestation et il y a aussi les échéances électorales. A mon humble avis, si ça ne prend pas en France, c’est un peu culturel. Mais peut-être aussi qu’on sera à la remorque de ce mouvement au lieu d’être à l’avant-garde. »
En regardant ses enfants, il estime que « lorsqu’ils seront grands ce sera la guerre. C’est quelque chose qui est pressenti depuis plusieurs décennies. » Quant à la surenchère actuelle dans la politique de rigueur, il y voit « le caractère dogmatique de la théorie ultralibérale qui s’obstine dans son erreur » Toutefois, il s’interroge sur les moyens d’action. « L’action violente ne mène nulle part. Il faut imaginer d’autre moyens ». Il est rejoint en cela par Nicolas, 31 ans, qui a un master de droit international. « La mobilisation des jeunes est difficile en France car ils sont très peu politisés. Et ceux qui le sont, comme l’a montré une étude récente du Credoc, vote à droite ou à l’extrême droite. Il faut repolitiser les jeunes, leur réapprendre la politique à travers des débat comme ceux autour du vote blanc par exemple. »
G.D-A.

Source: http://www.lalsace.fr 

Posté par jl boehler à 01:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,