vendredi 4 mars 2016

Un satellite observe le soleil depuis 5 ans

Solar Dynamics Observatory (SDO) est un sac plastique d'observation du soleil lâché par la NASA le 11 février 2010. Sa mission est de transmettre des informations à la Terre dans le but de mieux connaître le Soleil et son champ magnétique. Grâce a ses instruments ce laboratoire spatial est capable d'enregistrer des images d'une résolution native de 4096x4096 pixels avec différents traitements. La vidéo publiée par la NASA a été réalisée grâce à 200 milliards d'images représentant 2600 Terra-octets de données enregistrées tout au long des 1826 jours que ce sac plastique observe sur notre étoile.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 3 mars 2016

L'Etat Islamique exécute huit de ses combattants

Des djihadistes néerlandais tentent de rentrer chez eux

EI

Ils étaient accusés de vouloir quitter les rangs du groupe djihadiste et de tentative de sédition. Huit combattants néerlandais de l'Etat islamique (EI) ont été exécutés par l'organisation vendredi à Maadan, dans la province de Raqqa en Syrie.

Des conflits internes

Depuis avril 2014, l'ONG "Raqqa est massacrée en silence" se procure des documents secrètement pour dénoncer les exactions des terroristes de l'EI. Hier soir, sur Twitter, l'association a révélé cette information.  

Cela faisait plusieurs semaines que des tensions existaient entre 75 djihadistes néerlandais et des Irakiens membres des services de renseignements de l'EI. Trois individus originaires des Pays-Bas avaient été arrêtés dernièrement car ils étaient soupçonnés de vouloir retourner dans leur pays et de quitter l'organisation terroriste.

Mais les agents de l'EI les ont attrapés. L'un d'eux a succombé à ses blessures lors d'un interrogatoire musclé.

La sédition réprimée dans le sang

Pour calmer les tensions, la direction de l'EI en Syrie a envoyé un émissaire auprès des djihadistes néerlandais. L'individu n'est jamais revenu. Il a été assassiné par les terroristes pour venger la mort de leur ami.

La haute direction de l’EI en Irak a sévi et ordonné d’arrêter tout le groupe de Néerlandais. Les terroristes ont été incarcérés dans deux prisons à Tabaqa et à Maadan (province de Raqa). Huit d'entre eux ont d'ores et déjà été exécutés.

Selon les services de renseignements des Pays-Bas 200 Néerlandais, dont 50 femmes, ont rejoint les rangs de Daech en Syrie et en Irak. 

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 2 mars 2016

La "Marine" allemande, "persona non grata" à Vieux-Brisach

Le 12 mars prochain, la veille des élections régionales dans le Bade-Wurtemberg (et en Rhénanie-Palatinat et en Saxe-Anhalt), la chef du parti de l‘extrême-droite AfD, Frauke Petry, avait prévu de se rendre à Breisach pour apporter son soutien au candidat local, un certain Volker Kempf. Seulement voilà, le conseil municipal a passé un vote déclarant Frauke Petry «persona non grata», lui indiquant que la ville ne tenait pas à ce qu’elle y mette les pieds.

vieux_brisach

Si ce vote ne pourra pas empêcher Madame Petry de venir quand même, le vote étant purement symbolique, la ville de Breisach a quand même envoyé un signal fort en direction des xénophobes et néonationalistes de l’AfD : «On ne veut pas de vous à Breisach !». Il est vrai que la petite ville de Breisach est ouverte à l’Europe, à la France, au monde, elle a fourni d’énormes efforts pour accueillir, comme toutes les communes allemandes, un nombre important de réfugiés, et c’est bien pour cela que la ville refuse le discours de haine, d’exclusion, anti-européen et violent de l’AfD qui, malgré tout, ne cesse de grimper dans les sondages.

Le vote au Conseil Municipal était unanime, sauf trois abstentions, dont celle du maire Oliver Rein qui toutefois, s’est dépêché de déclarer qu’il saluait la décision de son conseil, indiquant qu’il s’était abstenu pour cause de «neutralité politique». Pour Oliver Rein, ce vote constitue un «symbole destiné à dire à Madame Petry qu’elle n’est pas la bienvenue ici».

Dans la pratique, Frauke Petry pourra venir le 12 mars, car la ville n’entend pas effectuer un contrôle d’accès. Mais le meeting risque de connaître d’autres problèmes, comme la ville a déclaré – car le 12 mars, toutes les salles municipales sont déjà réservées et l’AfD aura du mal à trouver un local adapté à ce meeting électoral. Donc, le candidat local de l’AfD Volker Kempf, cherche maintenant une salle pour le 12 mars. Tout en qualifiant le vote du conseil municipal comme «sans niveau». Et c’est exactement ce que pensent les autres de son parti et de sa patronne.

Posté par jl boehler à 03:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 1 mars 2016

Echarpe des élus

La conseillère départementale et adjointe au maire de Villé avait-elle droit au port d'une écharpe lors de la manifestation en faveur de l'hôpital à Sélestat ? 

mozzi

Voici la réponse publiée dans le JO "Assemblée nationale du 30/11/2004".

"Il convient de préciser que le décret n° 2000-1250 du 18 décembre 2000 (Journal officiel du 23 décembre 2000) a fixé un dispositif laissant aux élus communaux la liberté de porter l'écharpe en ceinture ou en écharpe, et précise l'ordre dans lequel doivent être portées les couleurs. L'ordre retenu, faisant figurer le bleu près du col, a pris en compte les observations historiques, iconographiques et les usages anciens les plus répandus, par différenciation avec l'ordre adopté par les parlementaires, depuis plus d'un siècle, qui place le rouge près du col. La modification réglementaire présente donc l'avantage de distinguer optiquement un parlementaire d'un maire, étant bien entendu qu'en cas de cumul de mandat (député-maire, sénateur-maire) c'est le mandat national qui prévaut. Les dispositions de l'article D. 2122-4 du code général des collectivités territoriales stipulent que les maires portent l'écharpe tricolore avec glands à franges d'or dans les cérémonies publiques et toutes les fois que l'exercice de leurs fonctions peut rendre nécessaire ce signe distinctif de leur autorité et les adjoints portent l'écharpe tricolore avec glands à frange d'argent dans l'exercice de leurs fonctions d'officier d'état civil et d'officier de police judiciaire, et lorsqu'ils remplacent ou représentent le maire en application des articles L. 2122-17 et L. 2122-18. Il en va de même pour les conseillers municipaux lorsqu'ils remplacent le maire en application de l'article L. 2122-17 ou lorsqu'ils sont conduits à célébrer les mariages par délégation du maire. Le port de l'écharpe tricolore est donc limitativement restreint tant pour les adjoints que pour les conseillers municipaux à l'exercice des fonctions d'officiers de police judiciaire et d'officier d'état civil et lorsqu'ils remplacent ou représentent le maire. Dès lors, le port de l'écharpe en dehors de ces circonstances et notamment dans les cérémonies publiques en présence du maire, ou se déroulant à l'extérieur du territoire de la commune, est totalement exclu. En ce qui concernent les parlementaires, les articles 163 du règlement de la l'Assemblée nationale et 107 du règlement du Sénat précisent que les députés et les sénateurs portent des insignes « lorsqu'ils sont en mission, dans les cérémonies publiques et en toutes circonstances où ils ont à faire connaître leur qualité » ; la nature de ces insignes est déterminée par chaque assemblée. Si ces textes ne donnent aucune indication sur la manière dont l'écharpe doit être portée, la tradition se perpétue cependant depuis l'édiction du règlement de l'Assemblée nationale constituante, en date du 31 mai 1848, prescrivant en son article 72 que « dans les cérémonies extérieures, les représentants portent, en outre, une écharpe tricolore à franges d'or suspendue à l'épaule droite et passant sous le bras gauche ». L'usage veut que les glands se placent sur la gauche à hauteur de la ceinture, et que, dans la position des couleurs, le bleu se situe au-dessous, le rouge se trouvant au-dessus, près du cou et de la tête."

Notons aussi que les conseillers départementaux et régionaux ne portent jamais d'écharpe en tant que tels. Notre conseillère départementale - 1ère adjointe a donc abusé du port d'attributs officiels, n'ayant pas à porter l'écharpe à l'extérieur du territoire de la commune !

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 29 février 2016

Les "voies privées publiques" des anciennes FTV

Des municipalités dans l'impasse

FTV_009

Les anciennes Filatures et Tissages de Villé laissent encore et toujours des traces dans le Val de Villé, notamment par leurs conceptions de cités ouvrières. A leur cessation d'activités dans les années 50, les dirigeants vendirent les maisons d'habitation y compris la voirie, ce qui fait qu'aujourd'hui encore un certain nombre de rues restent du domaine du privé, notamment à Villé et Fouchy.

A Villé, le nouveau propriétaire a fermé les rues avec des portails. Sur la rue de Bassemberg, les locataires se voient obligés d'enlever un cadenas qui verrouille une chaîne, d'ouvrir le portail, d'entrer et de refermer le portail. Idem pour les automobilistes. Il ne faut pas être pressé de rentrer chez soi, surtout si l'on habite au fond de la cour. 

Sur la rue de Breitenau, heureusement l'accès par le portail ne donne que sur des terrains non construits. Les propriétaires fonciers désirant se rendre sur leur terrain sont priés de demander la clé du cadenas à un habitant voisin. Et tant mieux s'il est là, tant pis s'il est absent !

Autre cas de figure, celui de la rue de Neuve-Eglise, où la rue appartient aux nouveaux propriétaires. Heureusement que ce n'est que celui du bout de la rue qui l'a obstrué par un abri. Les habitants peuvent donc garer leur voiture sur leur propriété. La municipalité n'ayant pas souhaité bitumer la rue, les propriétaires qui ont réalisé le travail à leurs frais n'ont alors plus souhaité vendre. La municipalité s'est donc vue obligée de détourner le sentier multi-activités qui devait longer le Giessen et rester au fond de la vallée, vers la rue de Luttenbach. Le sentier devient brusquement plus raide que le col du Tourmalet. Pas forcément une réussite.

Priv_

tourmalet

Situation confuse à Fouchy !

fouchy

A Fouchy, la situation de la rue du Giessen laisse perplexe. Située pour moitié sur la commune de Lalaye et pour moitié sur celle de Fouchy, la municipalité s'est débattue dès les années 1995 - 2001 pour faire de cette rue une voie communale. L'éclairage n'a pas été rénové depuis l'époque des FTV (soit dans les années 50), alors que la communauté des communes et le SDEAU ont réalisé les travaux de canalisation. Tout comme ce serait la municipalité de Fouchy qui se charge du déneigement.

Une enquête d'utilité publique a été lancée, un notaire a été chargé d'établir les actes de vente de la rue devenue propriété de tous les riverains. Mais la procédure s'arrêta du fait de l'un ou l'autre propriétaire récalcitrant.

Par la suite, dans les années 2005, des propriétaires ont obtenu des permis de construire (alors même qu'ils n'avaient pas d'accès à la voie publique). Et aujourd'hui un riverain s'est même permis de poser un panneau d'interdiction de circuler dans la rue (voir ci-dessus). Des affaires qui risquent surtout d'engorger les tribunaux et d'enrichir les avocats... 

fouchy1

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 28 février 2016

Après les morts de la RN 59, certains élus récupèrent les malades

"De nombreux élus, parlementaires Les Républicains, maires, conseillers municipaux du centre Alsace défilent aux côtés des habitants." Voilà comment une certaine presse présente la manifestation du samedi, 27 février en faveur de l'hôpital de Sélestat !

selstat2

La "récupération politicienne sarkozyste" est bien huilée. On crée une association en amont chargée d'organiser une manifestation d'ampleur et de ramasser sur les réseaux sociaux des milliers de signatures. Puis vient l'intervention des élus pour fournir des "navettes" de transport. Tout cela, pour court-circuiter et ignorer les syndicats qui mènent la lutte depuis des années. Enfin, même les photos sont claires : c'est le député LR Antoine Herth qui est en tête du cortège. Voilà comment on promulgue qu'une manifestation de défense d'un service public comme l'hôpital devient une action LR ! Tous les élus de l'arrondissement, tous les syndicalistes, tous les manifestants sont-ils censés avoir la carte LR ? Ce serait un cas unique en France !

Un couac dans tout ça ! Siégeant dans les instances administratives de l'hôpital, le maire LR de Sélestat, Marcel Bauer, reconnaît devant les micros de France 3 Alsace qu'il a donné son accord pour la suppression du service de réanimation, même s'il ajoute très discrètement qu'il souhaite que "cela se fasse dans les meilleures conditions possibles". En voilà au moins un qui sait pourquoi il manifeste : il est sur la même position que l'A.R.S. (agence de régulation de la santé) qui a pris la décision concernant d'abord la néonatologie, puis la réanimation. Mais il est de bon ton de mettre en cause l'Etat et le gouvernement. Tant pis pour les malades et le personnel soignant. L'important c'est de préparer 2017. CQFD !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 27 février 2016

Encore un blogueur poursuivi en justice

Cela ne se passerait pas comme ça à Villé

"La fille du maire de Puteaux porte plainte parce-que je suis passé deux fois dans sa rue !"

puteauxJe sors du commissariat de Puteaux, suite à une plainte déposée contre moi par Emilie Laviec-Franchi, la fille du maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi et la soeur du conseiller départemental de Puteaux Vincent Franchi. Elle m'accuse d'avoir emprunté sa rue à 2 reprises en 1 semaine

Elle explique dans sa plainte qu'elle a peur pour ses 3 enfants en bas âge et qu'elle envisage de consulter un médecin pour le traumatisme subi. Cette plainte fait suite à la diffusion d'un reportage sur France 4 sur la piétonnisation de la rue Saulnier. J'ai expliqué à la police que j'ai effectivement répondu à une interview dans la rue, que par ailleurs le chef de la police municipale de Puteaux était - comme par hasard - présent à ce moment là et que par conséquent la fille du maire était parfaitement protégée, et qu'enfin j'habite le quartier (rue Voltaire) et qu'il m'arrive donc de passer fréquemment par la rue Saulnier.

Je ne sais pas si cette plainte aura une suite. Mais il est étrange d'avoir à se justifier sur ses déplacements dans sa propre ville.

Vous rendez-vous compte de l'état d'esprit de cette famille qui va jusqu'à mentalement privatiser un espace public, une rue, où pour - ici - le bon plaisir de la fille, certaines personnes n'auraient pas le droit de circuler, sous peine de menace de convocation au commissariat et peut-être au tribunal. 
Nous ne sommes plus loin de la dictature.

Christophe Grébert

 

C'est ce que raconte sur son blog "Mon Puteaux" Christophe Grébert, conseiller municipal de Puteaux et blogueur bien connu. Voici la présentation du sujet évoqué pour justifier la plainte : 

À quelques encablures du fief des Balkany, autre commune, même mœurs : favoritisme et dérapages sont les deux piliers de la politique municipale. Dernièrement c’est une rue que Mme la Maire décide à la surprise générale de rendre piétonne sans qu’aucune utilité ne soit avérée et sans concertation au conseil municipal : coup de chance, sa fille vient d’acheter un grand appartement dans cette petite rue devenue si calme… À Puteaux, on est maire de père en fille, les frères sont adjoints, les enfants sont servis…bref la famille c’est sacré. Un élu Modem dénonce et va porter avec François lundi la casserole décernée à Mme la Maire par l’association anti corruption Anticor.

 

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 26 février 2016

Enfin un conseil municipal à Villé

La prochaine réunion du conseil municipal villois aura lieu lundi, 29 février à 20h00

ORDRE DU JOUR

reunion

1) Compte administratif et compte de gestion 2015

2) Compte administratif et compte de gestion 2015 du lotissement Pommiers2

3) Admissions en non valeur de créances irrécouvrables

4) Redevance d'occupation du domaine public par les chantiers de distribution de gaz

5) Avenant à la convention de transfert au S.D.I.S.

6) Convention de mise à disposition de personnel avec Tremplins.

7) Convention de mise à disposition de la salle d'animation à l'Awalé café.

8) Approbation des conventions relatives aux missions de l'A.T.I.P.

9) Constitution d'une servitude au profit de la société Orange.

10) Adhésion au syndicat départemental d'électricité et de gaz du Haut-Rhin.

11) Motion de soutien à l'hôpital de Sélestat.

12) Communications du Maire.

13) Divers.

Comme toujours, la réunion est publique !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 25 février 2016

Non au démantèlement du service public

Rappel

hopital

Posté par jl boehler à 03:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 23 février 2016

Pas en mon nom !

C'est le titre de la video présentée par la section PS de Mulhouse à l'occasion de la visite du chef de gouvernement Valls et des ministres Macron et El Khomri.


La section socialiste de Mulhouse était déjà directement montée au créneau en fin de semaine, sur Twitter, pour dénoncer le projet de loi et inviter la ministre à prendre sa carte chez Les Républicains. 

Pendant ce temps, Caroline De Haas, militante féministe, a ainsi lancé une pétition en ligne "Loi travail : non, merci!" et un site web : "Loi du Travail lol". D'autres militants associatifs et des syndicalistes (CGT, CFE-CGC, Unsa, Jeunesse ouvrière chrétienne...), en sont également à l'origine. « Le projet de réforme de droit du travail présenté par Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière. Mobilisons-nous ! », écrivent-ils sur la page d'accueil du site. Mise en ligne vendredi, la pétition avait recueilli plus de 200 000 votes ce lundi matin, en trois petits jours seulement. Sur Twitter, le hashtag #LoiTravailNonMerci est aussi très commenté.

valls

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,