lundi 2 novembre 2015

RN 59 : Quand des élus locaux bougent ...

Une lettre au ministre des transports

adoneth

On ne peut que se réjouir lorsque des élus locaux prennent en main les dossiers qui préoccupent leurs concitoyens, en l'occurence le dossier de la RN59 qui traverse Châtenois. Encore faut-il avoir une connaissance parfaite du dossier et une vue globale de l'ensemble du projet, ce que semble oublier notamment le député Herth.

Rappelons donc une fois de plus l'historique de cette route :

1) 1976 : Le ministre alsacien du gouvernement Giscard/Chirac André Bord, président de la Région Alsace, fait inscrire la RN59 dans le Schéma Régional d'Aménagement du Territoire.

2) 1991 : La RN59 est classée "Grande Liaison du Territoire" par le gouvernement Beregovoy. Mais rien ne bouge ! Les élus locaux ne s'entendent pas sur le choix d'un tracé, sur les 7 ou 8 proposés par la DRE (Direction Régionale de l'Equipement).

3) 2000 : Le contournement de Châtenois et une nouvelle route moins accidentogène de Val de Villé à Lièpvre sont inscrits au Contrat de Plan Etat/Région. Dans le cadre de ce contrat, la Lorraine réalise le dernier tronçon Saint-Clément - Azerailles ! En Alsace, rien ne bouge : la D.U.P. (déclaration d'utilité publique) n'est signée par le Préfet qu'en 2002.

4) 4 décembre 2003 : le président du conseil général 67 Philippe Richert, avec l'approbation des élus locaux, fait transférer le budget prévu pour le contournement de Châtenois sur la route de Mertzwiller.

5) 23 décembre 2003 : le Tribunal Administratif, suite aux recours des viticulteurs et d'Alsace-Nature, annulle la D.U.P. Aucun élu ne décidant de faire appel de la décision, les carottes sont cuites !

6) 2014 : Nouvelle inscription du contournement de Châtenois au contrat de plan Etat/Région. Tous les recours contre la nouvelle D.U.P. sont rejetés par le T.A. La voie semble enfin libre pour une 2x2 voies de contournement de Châtenois. 

7) 2014/2015 : Libre, vous dites ? Non, car c'est alors que le président de la Région Philippe Richert rencontre à plusieurs reprises les responsables d'Alsace-Nature et promet une 2x1 voies... Tout est à refaire, sans que l'on sache quel est l'avantage de cette route au rabais. Les papillons restent mieux protégés que les hommes.

8) Octobre 2015 : Le financement du contournement de Châtenois est confié à la société autoroutière privée du tunnel de Ste-Marie-aux-Mines APRR. Autrement dit, les riverains et les usagers vont encore attendre, ou même assister à un enterrement de première classe d'un mort-né de 40 ans.

De 1976 à 2015, le trafic de la RN59 a passé de 12000 à 20000 véhicules/jour. 99 morts (sans compter les blessés et les invalides à vie) sont à déplorer. Un seul avantage : des maisons à vendre le long de cette route, profitez-en, c'est pas cher !

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 1 novembre 2015

"Flore M", chanteuse de gospel en Alsace

Des chansons porteuses de messages comme "This Land" qui fait allusion à cette terre qu'on aime et qui doit être une terre d'accueil et de partage. D'actualité, à l'arrivée de nombreux réfugiés qui ont connu la guerre et ses atrocités chez eux. Une idée pour un Noël des coeurs ?

Photo_Flore_M

Flore "M" « Comme Musique, Maison, Magie ; mais surtout comme l’impératif du verbe : AIME ! » dit elle, persuadée que c’est impératif et salvateur.
Sa musique est sa maison, son refuge, ses repères ; et Flore M illustre son univers musical en s’appuyant sur ce même schéma : une maison dont les fondations et les murs transpirent le Gospel ; son école, ses valeurs.
Lorsque vous entrez dans la maison, l’ambiance est chaleureuse.
Tantôt douce et apaisante, ou énergique et entraînante ; Flore M est une personnalité positive et attachante qui a mis Blues et Rythm and Blues dans son entrée…
Son côté 100% naturel, « no filtre » dira‐t‐elle, se traduit dans les sonorités Hip Hop/RnB de certaines mélodies. Ce naturel est mot d’ordre dans cette maison où elle nous invite à entrer.

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 31 octobre 2015

Secte ou association de malfaiteurs ?

Un procès pour la Scientologie

scientologie_2

Bruxelles — Le premier procès en Belgique visant l’Église de scientologie s’est ouvert lundi matin au tribunal correctionnel de Bruxelles, près de 20 ans après les premières plaintes pour fraude et extorsions, les prévenus dénonçant un « acharnement judiciaire » du parquet. Le procès a débuté par l’interrogatoire d’une ancienne trésorière sommée d’expliquer d’où l’Église de scientologie tirait ses revenus, s’élevant selon elle à 5000 euros par semaine. La trésorière travaillait bénévolement. En tant que « permanente », elle a pu cesser de payer pour les formations de l’Église, mais son mari a investi près de 10 000 euros. Deux associations — la branche belge de l’Église de scientologie et le Bureau européen pour les droits de la personne, une émanation à Bruxelles du siège américain de l’Église de scientologie — et 11 de leurs dirigeants figurent parmi les prévenus. Les scientologues belges sont accusés par le parquet fédéral d’avoir mis sur pied une organisation criminelle, de fraude, de pratique illégale de la médecine, de violation de la vie privée et d’extorsion. (selon l'AFP)

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 30 octobre 2015

Poutine : le grand nettoyage par le vide

En un mois, l'aviation russe a bombardé 12 hôpitaux en Syrie !syrie

Il y a environ quatre semaines, le 30 Septembre, l'armée russe a commencé ses frappes aériennes en Syrie. L'organisation d'aide Médecins sans Frontières (MSF) se plaint que, depuis cette date le nombre de frappes aériennes contre des hôpitaux dans la guerre civile a "considérablement augmenté".

Un total de douze hôpitaux a été bombardé dans les provinces de Idlib, Alep et Hama en Octobre, six d'entre eux étaient pris en charge par MSF. Six cliniques ont été contraintes de cesser leur activité.Quatre ambulances ont été détruites. Dans les raids aériens sur les hôpitaux, selon les médecins, au moins 35 patients et médecins ont été tués.

"Après plus de quatre années de guerre, je suis toujours consterné par la façon dont il est facile pour toutes les parties en conflit de se moquer du le droit international humanitaire", a déclaré Sylvain Groulx, responsable de MSF en Syrie.

Des dizaines de milliers de Syriens ont fui ces dernières semaines avant les frappes aériennes sur leur maison. En raison de la chute des températures ils ont besoin d'une aide urgente. Les camps de réfugiés en Syrie ne peuvent accueillir tout le monde. Beaucoup restent dans les mosquées ou sur place dans les ruines.

"Nous allons distribuer des couvertures pour l'hiver prochain," a dit Groulx."Mais l'aide est juste une goutte dans l'océan. Les familles de réfugiés ont besoin de sécurité. À l'heure actuelle, ils ne survivent que d'un moment à l'autre et se demandent quand la prochaine bombe va tomber."

 Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite et la Turquie se sont rencontrés jeudi pour de nouvelles discussions sur le conflit en Syrie à Vienne. Après les pourparlers infructueux ajournés vendredi dernier, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov vont parler avec leurs collègues turc Feridun Sinirlioglu et saoudite Adel Al Jubair dans la capitale autrichienne à nouveau sur une issue possible de la guerre civile. Pour l'instant, aucune avancée significative...

Pendant ce temps, Poutine et Assad continuent le nettoyage par le vide. La lutte contre DAESH n'est plus qu'un prétexte à leurs ambitions géo-politiques. (selon "Der Spiegel")

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 29 octobre 2015

Côte d'Ivoire : une élection très stalinienne

A 73 ans, le président sortant de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, a été réélu avec 83,66 % des suffrages pour 5 ans, selon la commission électorale.

ouattara_0

Une partie de l'opposition avait boycotté le scrutin et plus de 50% d'ivoiriens n'avaient même pas retiré la carte d'électeur obligatoire pour voter. Malgré tout, la commission électorale a annoncé 54% de participation. Le chiffre laisse rêveur et ne peut soulever que la polémique.

La question de la sincérité du scrutin reste posée. Alors que tous les observateurs ont constaté le peu de présence aux bureaux de vote, les irrégularités d'ouverture, on peut se demander d'où sont venus si miraculeusement  les votes. Le bourrage d'urnes, le double vote, et toutes les autres pratiques douteuses et frauduleuses, semblent avoir été généralisés. Mais qu'importe, désormais Ouattara sera reconnu comme "démocratiquement élu" pour le monde entier... et donc fréquentable.

Beaucoup d'Ivoiriens semblent reconnaître au président le mérite d'avoir changé le pays même s'ils n'adhèrent pas à la méthode. Ouattara n'a ainsi pas hésité à faire raser des quartiers entiers sur le bord de mer, de la lagune, ou de zones jugées dangereuses en raison d'éboulements.

"Ses décisions sont sans appel", note un observateur avisé. Mais il est aussi "à des années-lumière" d'avoir jugulé la corruption, une de ses promesses.

Son régime peine à avancer sur les questions de justice et de réconciliation. De nombreux opposants ont été emprisonnés à l'approche de la présidentielle, souligne Amnesty International. Les candidats concurrents ont ainsi été empêchés de faire campagne, leurs rassemblements étant même souvent interdits. La justice sous son égide s'est surtout intéressée à un seul camp, celui de l'opposition.

Les expériences africaines de candidats élus de cette façon ont souvent conduit à l'instabilité et aux heurts. Des troubles qui risquent de favoriser la montée du djihadisme de Boko Haram, d'AQMI ou d'Ansardine. La Côte d'Ivoire est en train de jouer avec le feu.

ci3vide

urne

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 27 octobre 2015

Villé : La première annonce du maire-candidat "Les Républicains" aux Régionales

Fin mai 2015, la CPAM envoyait un courrier à tous ses assurés pour annoncer la fermeture de la permanence de Villé à compter du 1er juin 2015 ! Voir le message de ce blog : Permanence de la sécurité sociale (lundi, 8 juin).

ss

On s'attendait à une réaction du Conseil Municipal de Villé, mais rien n'est venu. Et voilà que le bulletin municipal n° 5 d'octobre, même publié sur le site communal (on fait des progrès à la mairie), annonce la fermeture pour le 17 décembre (histoire d'embrouiller un peu plus les assurés sociaux ?). Toujours est-il qu'on attend toujours une réaction des municipalités de la vallée, de la comcom, de l'association des maires de la vallée présidée par le maire de Villé (s'il n'est pas trop pris par sa candidature aux prochaines élections régionales) et bien sûr aussi de nos deux représentants cantonaux (Bierry et Mozziconacci). Une motion contre cette fermeture ne serait-elle pas plus efficace que celle exposée au dernier conseil municipal concernant les dotations de l'Etat, que le maire ressasse dans son éditorial ?

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 26 octobre 2015

Volksmusik aux Tanzmatten de Sélestat

Ce dimanche après-midi beau spectacle de Volksmusik à Sélestat. Un nouveau présentateur avec Florian Flesch et des artistes originaux, dont certains très connus à la télévision allemande. Dommage que le maire de Sélestat Marcel Bauer, venu au spectacle, ne soit pas resté jusqu'à la fin, il a manqué le très bon couple Rita et Andreas. Peut-être était-il un peu fatigué, le spectacle ayant duré de 14h30 à 20h. Un vrai marathon, plus long qu'une réunion de conseil municipal !

Graziano - Rot sind die Rosen

gaudi sepp

Britta & Dirk - Tanz mit mir

Geschwister Niederbacher

Die Jungen Zellberger - Stolz auf mei Hoamat

Robin Schlupp

 Rita & Andreas

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 25 octobre 2015

Fanny Pigeaud : "Gbagbo voulait un rapport d’égal à égal avec la France, mais c’était inconcevable pour Paris"

Dans son livre "France Côte d’Ivoire, une histoire tronquée", qui paraît à la veille des élections présidentielles qui ont lieu ce 25 octobre, aux éditions Vents D’ailleurs, la journaliste française Fanny Pigeaud nous plonge au cœur de la crise ivoirienne pour dit-elle, rétablir la vérité sur ce qui s’est réellement passé durant cette page sombre de l’histoire de ce pays d’Afrique de l’Ouest. En se basant sur de nombreux documents et en interrogeant de multiples témoins et officiels, elle tente de prouver l’implication directe de Paris dans le conflit, qui a mis tout en œuvre pour provoquer la chute de Laurent Gbagbo, dans le but de permettre à Alassane Ouattara d’accéder au pouvoir. Interview.

arton51724_546e0La journaliste free-lance Fanny Pigeaud a été correspondante dans plusieurs pays africains pour de nombreux médias français comme Médiapart, journal pour lequel elle travaille toujours. Elle a aussi écrit en 2011, "Au Cameroun de Paul Biya" (aux éditions Kartala).

Qu’est-ce qui vous a poussé à enquêter sur la crise post-électorale ivoirienne​ ?​

Fanny Pigeaud : Je me suis intéressée à la crise ivoirienne très tardivement. Au moment de l’élection présidentielle en 2010, je voyais bien que les choses n’étaient pas claires, comme tout le monde je pense. C’est ce qui m’a poussé à me poser des questions, notamment sur les bombardements menés par la France sur Abidjan. C’était complètement surréaliste pour moi ! Il n’y avait aucune explication rationnelle à cette opération. Sans compter que c’était la première fois que l’ONU participait à une telle opération militaire. Je me suis finalement rendue en Côte d’Ivoire, en mars 2012, et j’y suis restée un an pour travailler comme journaliste. J’y ai rencontré des interlocuteurs qui ont vécu la crise de l’intérieur et avaient des choses à dire.

Quand on lit votre livre, on a l’impression qu’on a tous été manipulés et que tout a été mis en œuvre pour écarter Laurent Gbagbo du pouvoir afin d’installer Alassane Ouattara. Qu’est-ce qui vous a permis d’affirmer cela ?

On a tous été trompés. En 2011, on sentait bien que l’opération militaire n’avait pas de fondement. Il y avait clairement un problème. Les rapports Françafrique étant toujours très ambigus, je savais que Gbagbo posait problème aux officiels français, mais je n’avais pas réalisé à quel point. Quand on retrace les faits comme je l’ai dans mon livre, on se rend compte que Gbagbo a gêné la France officielle très tôt et que les médias français ont aussi pris parti contre lui et pour Ouattara. Certains médias l’ont fait consciemment, d’autres moins.

Que voulez-vous dire par là ?

Je pense qu’en France, une partie de l’information sur l’Afrique est contrôlée et fabriquée par un petit groupe de journalistes que tous les autres suivent. Et puis, il faut savoir que les journalistes en France sont comme l’ensemble de la société française et de leurs politiques : ils ont un regard très colonial sur l’Afrique. Et cela se ressent dans leurs écrits concernant les dirigeants africains. En France, il y a tout un imaginaire qui fonctionne autour des chefs d’Etats africains.

C’est donc ce que vous expliquez en soutenant que les médias français ont systématiquement diabolisé Laurent Gbagbo...Dans quel but ?

Les médias ont décrit Gbagbo comme quelqu’un de manipulateur, sournois, prêt à tout pour garder le pouvoir, ou encore comme un homme violent, malsain... Gbagbo a fait l’erreur de ne pas avoir pris tout cela au sérieux. Or il est évident que cette propagande contre lui a permis de peu à peu délégitimer son pouvoir aux yeux de l’opinion publique occidentale.

Selon-vous qu’est-ce qui dérangeait le plus chez Laurent Gbagbo au point qu’il soit devenu l’homme à abattre ?

Gbagbo s’est vu comme le chef d’Etat d’un Etat indépendant Il a voulu instaurer un rapport d’égal à d’égal avec la France. Mais ce n’était pas concevable pour les responsables français qui ont toujours un rapport très colonial avec les ex-colonies françaises.

Vous affirmez aussi qu’il n’était pas intéressé par l’argent raison pour laquelle la France n’a jamais su comment le tenir. Sur quoi vous vous basez pour faire une telle affirmation ?

Tous ceux qui connaissent bien Laurent Gbagbo expliquent qu’il n’est pas intéressé par l’argent. C’est la chose politique qui l’intéresse, pas l’argent. Il ne possède pas, par exemple, de résidence secondaire en Europe comme d’autres présidents africains. Visiblement non corruptible, il était donc difficilement contrôlable.

Depuis le magistère de l’ancien Président français Jacques Chirac, les relations entre Gbagbo et la France n’étaient pas au beau fixe. A quel moment, il a été décidé, comme vous l’affirmez, de mettre un terme à son régime ?

Dès son élection, c’est-à-dire en octobre 2000, lorsqu’il est arrivé au pouvoir, Gbagbo a dérangé Chirac, qui ne voyait pas d’un bon œil ce dirigeant socialiste, ancien opposant de son vieil ami Félix Houphouët-Boigny. Dès début janvier 2001, il y a eu une première tentative de coup d’Etat contre Gbagbo. Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso voisin, était lui aussi opposé dès le début au pouvoir de Gbagbo. Son rôle a très peu été évoqué par les médias. On l’a fait passer pour un faiseur de paix alors qu’il était derrière cette crise aussi. Gbagbo a par la suite gêné de plus en plus. Et la personnalité de Nicolas Sarkozy qui a conduit à la folie militaire de 2011 n’a pas arrangé les choses.

Gbagbo voulait élargir la concurrence des marchés de la Côte d’Ivoire à d’autres pays que la France. N’est-ce pas à ce moment-là que les Français ont senti leurs intérêts menacés comme vous le soulignez dans votre ouvrage ?

Gbagbo n’a pas pu aller très loin dans la mise en place de ses projets. Il a été très vite freiné par ceux que son programme dérangeait. Vous affirmez aussi que c’est sous couvert de l’ONU que la France a outrepassé le mandat qui lui avait été autorisé pour intervenir en Côte d’Ivoire.

Comment êtes-vous parvenue à démontrer tout cela ?

A l’ONU, toutes les décisions prises concernant les pays africains de l’Afrique francophone émanent de la France. C’est ainsi elle qui a rédigé et fait adopter les résolutions concernant la Côte d’Ivoire tout au long des années 2000. Lorsqu’on lit les résolutions adoptées en 2011, on voit que les textes et la manière dont ils ont été appliqués diffèrent beaucoup. Paris a très clairement violé et outrepassé ces résolutions pour faire la guerre en Côte d’Ivoire.

Vous pointez également du doigt l’ONU qui a participé au bombardement contre Laurent Gbagbo. Comment expliquez-vous ce comportement de l’ONU, qui était censée être neutre dans le conflit ?

Cela casse évidement l’image qu’on a tous de l’ONU, qui est censée être neutre dans ce genre de conflit. Mais l’ONU est loin d’être une organisation neutre, puisqu’elle est contrôlée par les cinq puissances qui siègent au conseil de sécurité. Il est évident que Ban Ki-moon et le représentant de l’ONU en Côte d’Ivoire, le Sud-Coréen Choi Young-jin, ont subi de fortes pressions pour favoriser Ouattara, de la part des Français, mais aussi du monde des affaires, de la diplomatie américaine ainsi que des institutions financières comme le Fonds monétaire international.

Vous avez des doutes sur la victoire de Ouattara face à Laurent Gbagbo alors qu’officiellement il a été désigné comme le vainqueur de l’élection par les grandes puissances. Qu’est-ce qui a consolidé vos doutes ?

Le problème est que l’élection était biaisée dès le départ. Quand on commence à fouiller, on se rend compte que dès le premier tour, les résultats ont été truqués. C’est en réalité Henri Konan Bédié qui était en seconde position et non Ouattara. Mais il a été rétrogradé en troisième position et Paris a fait pression sur lui pour qu’il renonce à contester les résultats, comme je le raconte dans le livre. Donc dès le premier tour, le processus électoral a été l’objet de manipulations. Le second tour l’a aussi été. Il ne faut pas oublier que la Commission électorale indépendante (CEI) était contrôlée par le RDR, le parti de Ouattara.

Vous dîtes que le fait que le président de la CEI ait annoncé les résultats de l’élection au QG de Ouattara n’était pas normal...

Selon le code électoral, il devait faire la proclamation des résultats provisoires au siège de la CEI et non au siège de campagne d’un candidat. Les médias n’ont pas relevé cette aberration. Cette élection ne pouvait pas se dérouler dans des conditions correctes. Tout a été faussé dès le départ, et notamment par le fait que les Forces nouvelles pro-Ouattara étaient toujours armées et contrôlaient toujours 60% du territoire ivoirien.

Pourquoi selon-vous le recomptage des votes n’a pas été accepté alors que c’est un procédé naturel qui a été utilisé dans beaucoup de pays comme vous le précisez dans le livre ?

L’objectif des adversaires de Gbagbo était de le voir quitter la présidence au plus vite, ils ne voulaient pas de dialogue, pas de compromis. Cela dit, il n’est pas sûr que le recomptage aurait réglé le contentieux électoral, étant donné toutes les manipulations qui ont eu lieu au cours du processus électoral et étant donné la présence des forces armées des Forces nouvelles dans le nord du pas qui a biaisé l’élection dès le début.

En vous lisant, on a l’impression que Gbagbo est une des victimes de la crise ivoirienne. Mais lui-même n’a-t-il pas commis des erreurs....Quelles sont celles qui lui ont été fatales, surtout qu’on sait que ses partisans ont aussi commis des exactions ?

Une de ses principales erreurs est d’avoir négligé la force de la campagne médiatique contre lui dès le début. Il a également fait beaucoup de compromis, en acceptant entre autres que la CEI soit à son désavantage. Il a aussi accepté finalement d’aller à l’élection sans que les Forces nouvelles soient désarmées. Tout ceci l’a finalement conduit à sa perte. Il faut reconnaître que la pression sur lui était énorme. Peut-être que s’il avait fait moins de compromis, il aurait duré moins longtemps à la présidence. N’oublions pas qu’il y a eu une tentative de coup d’Etat en 2004, dans laquelle la France semble avoir été fortement impliquée - une enquête est toujours en cours.

Finalement avec le recul, peut-on affirmer que si la France n’était pas intervenue en Côte d’Ivoire, il n’y aurait pas eu de crise post-électorale ?

Une chose est sûre : elle a joué un rôle central dès 2000 dans la crise en Côte d’Ivoire. Il est évident que la France ne veut pas renoncer à l’emprise qu’elle a sur ce pays. A cause de la concurrence de plus en plus rude avec la Chine notamment, elle n’est pas prête à faire de concessions sur l’Afrique.

Pourquoi se sentait-elle menacée alors que les entreprises françaises ont toujours été très présentes dans l’économie ivoirienne. Même si Gbagbo voulait ouvrir la concurrence, les entreprises françaises dominaient toujours le marché ivoirien ?

Après la tentative coup d’Etat de 2002, Gbagbo a énormément avantagé les entreprises françaises en espérant que ses adversaires le laisseraient en paix. Mais en 2010, il a fait de nouveau des déclarations qui pouvaient être assez embêtantes pour les intérêts français. Il a annoncé par exemple qu’il voulait revoir les conditions du marché donné à Bouygues concernant l’eau et électricité. Il a dit aussi son souhait de voir fermée la base militaire installée en Côte d’Ivoire depuis l’indépendance.

Vers la conclusion du livre, vous parlez d’une bombe à retardement en Côte d’Ivoire. Alors que les économistes se succèdent pour louer l’excellente santé de l’économie ivoirienne...

Même si la croissance est bonne, il y a encore énormément de problèmes. La situation politique est tellement fragile que tout peut s’écrouler d’un moment à l’autre. Quand je parle de bombe à retardement, je fais aussi référence à la politique française en Afrique qui est en train de créer ou de renforcer le ressentiment d’une partie des Africains vis-à-vis de la France. A force d’utiliser la violence comme cela a été le cas en Côte d’Ivoire, la France est en train de créer un ressentiment à son encontre en Afrique et cela risque de se retourner contre elle si elle ne change pas de politique.

Vous faîtes aussi le parallèle entre ce qui s’est passé au Cameroun dans les années 50 et en Côte d’Ivoire en 2011. Pourquoi ?

Quand on fait le parallèle entre la crise ivoirienne de 2010-2011 et ce qui s’est passé dans les années 50 au Cameroun, on retrouve exactement les mêmes éléments. Au Cameroun aussi, la France s’est immiscée dans les processus électoraux. Elle a utilisé la voie militaire, fait la guerre pendant plusieurs années contre les indépendantistes. On se rend compte que, en 60 ans, la manière de faire de la France en Afrique n’a pas vraiment changé.

Les massacres effectués par les chef de guerre pro-Ouattara n’ont pas été révélés par les médias alors qu’ils étaient flagrants. Pour quelles raisons selon-vous ?

Les troupes de Ouattara ont en effet commis de graves exactions en 2011. Cela a continué par la suite sans que les médias occidentaux n’en parlent beaucoup. Tout indique qu’il s’agissait de ne pas abîmer l’image de Ouattara… Vous évoquez aussi l’arrestation de Gbagbo et de ses proches, dont Simone Gbagbo qui a été battue dont le slip a carrément été retiré...

Plusieurs proches de Gbagbo arrêtés en même temps que lui ont été en effet maltraités. Gbagbo, lui, a été placé en détention pendant huit mois dans une petite maison dans le nord du pays, sans quasi aucune possibilité de voir la lumière du jour. Le plus incroyable, c’est qu’il était gardé par le chef de guerre Martin Kouakou Fofié, sous le coup de sanctions de l’ONU depuis 2006 pour des crimes graves. C’est aussi Fofié qui a amené Gbagbo vers l’avion qui l’a emmené vers la CPI !

Récemment Konan Banny a dit, dans une interview, que la Côte d’Ivoire était "désarticulée et en grand danger". Selon vous, son expression révèle-t-elle la réalité ?

Un certain nombre de problèmes demeurent en effet et sont la conséquence directe de ce qui s’est passé en 2011. Il y a encore régulièrement des arrestations d’opposants, des centaines de prisonniers politiques sont détenus sans jugement depuis 2011, des dizaines de milliers de personnes sont toujours en exil, les ex-chefs de guerre des Forces nouvelles qui ont commis des exactions n’ont jamais été jugés, des armes continuent de circuler…

Pensez-vous qu’on peut retomber dans le schéma de la dernière crise ivoirienne ?

Il est difficile de dire ce qui va se passer. On voit bien que le processus électoral a des similitudes avec 2010 : la composition de la CEI est toujours à l’avantage de Ouattara. Ce dernier a aussi cette fois le contrôle du Conseil constitutionnel. En face, l’opposition est très faible.

Le procès de Laurent Ggbagbo s’ouvre le 10 novembre. Risque-t-il d’être condamné ?

Si la Cour pénale internationale décide d’aller jusqu’au bout de la procédure, le procès risque de durer au minimum quatre ou cinq ans. Il va être extrêmement long.

 Interview réalisé par Afrik.com

Posté par jl boehler à 03:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 24 octobre 2015

Le pire accident routier depuis 1982

Un dramatique accident s'est produit ce vendredi matin à 7h30 sur la commune de Puisseguin, sur la départementale 17, dans le Libournais. Sous la violence du choc frontal, les deux véhicules se sont embrasés. Le car transportait 48 passagers et le chauffeur. 

bus4

Selon le dernier bilan donné par le Préfet Pierre Dartout l'accident a coûté la vie à 43 personnes, dont le chauffeur du camion. Quatre personnes sont grièvement blessées : deux souffrent de traumatismes crâniens et deux autres sont brûlées. Les autres sont choqués ou blessés légèrement.

Le car transportait 49 passagers du club de troisième âge de Petit-Palais, le club du Petit Palaiseau, qui planifie une à deux excursions par an. Ils étaient partis tôt de cette bourgade pour une excursion dans les Pyrénées-Atlantiques, à Arzacq, où ils devaient visiter la Maison du jambon de Bayonne.

Leur escapade s'est arrêtée net, au bout de huit kilomètres, à Puisseguin, dans l'Est du département, pas très loin de Saint-Emilion. Sur une route sinueuse entre les exploitations viticoles. "Sur ces routes, il y a des virages assez serrés. Mais la route est correctement entretenue", explique Alain Rousset, président de la région Aquitaine. Selon Jean-Luc Gleize, président du département de la Gironde, "la chaussée est en bon état et la signalétique conforme."

"C'est très dangereux. Déjà en voiture, c'est très dangereux, on a tendance à couper le virage parce qu'il déporte. D'un côté, il y a un genre de petit ravin avec des vignes, et de l'autre, il est en équerre donc on ne voit pas la sortie du virage et qui vient en face. Et il n'est pas indiqué comme dangereux, il n'y a pas de panneaux 'danger'. C'est un peu à l'aveugle", explique Stéphane qui habite à 500 m du lieu du drame.

Des élus qui se dédouanent de leurs responsabilités en vantant la qualité de l'infrastructure, des riverains et des usagers qui dénoncent l'insécurité de l'aménagement routier. On a déjà vu ça chez nous aussi, notamment sur une certaine RN 59 qui comptabilise 99 morts... Mais c'est sûr, l'enquête concluera à une défaillance humaine.

bus5Vue aérienne des véhicules calcinés

bus3Le virage de l'accident : presque pas dangereux ?

bus6

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 23 octobre 2015

Inde : le mariage précoce, une tradition ancestrale hors-la-loi

Le mariage d’enfants est parfaitement illégal en Inde, mais reste ancré dans la culture des villes indiennes les plus reculés. Plus de 50% des jeunes femmes mariés sont ou ont été mariés mineures, selon l’Unicef.

indeDans un village comme Rajasthan, une petite commune marquée par son seuil de pauvreté important, il n’est pas rare de voir se célébrer des mariages d’enfants, entre deux enfants ou d’une petite fille avec un adulte. Les mariages ne seront consommés qu’à partir de la puberté de la jeune fille. Dans un souci économique parmi les plus pauvres des parents, ils n’hésitent pas à marier leurs filles à peine nées, leur assurant ainsi une prise en charge financière par leurs belles familles.

Santadevi Meghwal, une jeune étudiante de 20 ans mariée à l’âge de 11 mois, fait partie des jeunes femmes qui se battent à leur majorité pour obtenir l’annulation de leur mariage.  Elle a trouvé soutien auprès de l’ONG Sarathi sous la direction de Madame Kriti Bharti qui a réussi à obtenir l’annulation de 27 de ces mariages d’enfants.

Meghwal a entamé son processus d’annulation de mariage à l’âge de 16 ans, le jour où elle rencontre pour la première fois son mari de 9 ans son aîné, en plus d’être «menacée, harcelée, ostracisée» par sa communauté. «Les conséquences ont été terribles pour elle : le conseil lui a interdit, ainsi qu’à sa famille, de participer à la vie du village et a condamné son père à une amende de 1,6 million de roupies (21.500 euros) que ce maçon est incapable de payer», selon l’AFP.

L’UNICEF et la Commission européenne collaborent en Inde avec le gouvernement «à tous les niveaux afin d’aider les familles qui décident de ne pas marier leurs filles jeunes. Des agents sanitaires locaux comme Durga forment l’ossature de ce programme».

Sulagna Roy, chargée de la protection de l’enfant à l’UNICEF qui s’engage à mettre fin aux mariages des enfants à déclarer à ce sujet : «Le mariage précoce va à l’encontre des droits de l’enfant, il a des conséquences sur la santé des enfants et des mères. Il perpétue un cycle de pauvreté. Il laisse les filles sans moyen de se prendre en charge ».

Naïma Ounane ("Oeil d'Afrique")

Posté par jl boehler à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :