mardi 25 août 2015

Bad-Krozingen accueille plus de réfugiés que prévu

karte_anreise

Si vous prenez la route de Colmar à Fribourg par Neuf-Brisach, vous passerez forcément par Bad-Krozingen, une petite ville du Pays de Bade réputée pour ses bains chauds dont les sources ont été découvertes par hasard en 1911 lors d'une recherche de pétrole. Leur exploitation a transformé le petit village en une ville  balnéaire et touristique. Le mot « bad » est ajouté en 1933 au nom de la ville par référence aux eaux thermales curatrices.

Bad-Krozingen a un bâtiment qui hébergeait jusqu'à il y a peu de temps l'ancienne bibliothèque municipale. Les livres ont disparu depuis un certain temps transportés vers la nouvelle médiathèque. Les travaux ont été réalisés pour transformer le bâtiment en lieu d'hébergement pour réfugiés. Une cuisine a été aménagée ainsi que des douches, financées par les dons des particuliers. La salle de lecture a été gardée comme salle de réunion pour les réfugiés. Les autres locaux sont devenus autant de chambres. 

badkrozingen

Tout devait être prêt fin août. Mais dans l'urgence, il a fallu héberger depuis le début du mois un père et son enfant, ainsi que deux familles de 3 personnes chacune. La municipalité s'est engagée à recevoir 146 personnes. Elle mettra ausssi à disposition des containers pour les déchets. Pour l'ensemble des communes du "Landkreis" de la haute Forêt Noire, il est prévu d''ici la fin de l'année d'héberger 1500 réfugiés.

Le Bürgermeister Volker Kieber (sans appartenance politique) de Bad-Krozingen estime que sans logement, l'intégration n'est pas possible. Aussi, outre l'ancienne bibliothèque, ce maire cherche des hébergements en location chez des privés et garantit le coût de la location au propriétaire. Mais il est rare que la municipalité doive pallier à la défaillance de paiement des réfugiés.

Et que dire du Val de Villé où l'ancienne gendarmerie, l'ancienne maison de retraite, les bureaux de l'ancien Super-U sont vides ? et de Villé où environ 40 logements particuliers n'ont pas de locataires ? Décidément nous ne sommes pas dans la même Europe.

bad_krozingen_07_gross

Posté par jl boehler à 11:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 24 août 2015

Team Afrika, une expérience inédite au Pays de Bade

Alors qu'il s'avère de plus en plus que la France n'est plus la terre d'accueil qu'elle était (récupération électoraliste des voix du FN ?), le Pays de Bade voisin s'efforce d'accueillir dans les meilleures conditions les réfugiés arrivant en Allemagne et de leur proposer un travail, notamment dans les secteurs de l'agriculture, du bâtiment et des travaux publics. Mais l'intégration ne s'arrête pas là, malgré les manifestations et vociférations de l'extrême-droite néo-nazie à Dresde, Berlin ou Cologne.

teamafrikaAinsi, a eu lieu ce week-end le premier match d'une équipe de réfugiés (chez nous, on dirait "migrants") dans le cadre des championnats allemands. Il opposait au "Eichwaldstadion de Müllheim" l'équipe "Team Afrika" à l'équipe II du SC Freiburg-Tiengen. Les caméras de télévision de toute l'Allemagne étaient venues pour relater l'initiative. Tous les politiques du secteur étaient venus, l'aubergiste de l'Alemania-Gaststätte s'était même proposé pour un barbecue et a fourni gratuitement les grillades.

L'équipe a pu être formée grâce à l'entraîneur Samaram Nije, un gambien venu il y a quelques années, devenu chauffeur-routier, et jouant en 2ème division à Oldenbourg. Dans l'équipe, figurent d'ailleurs plusieurs jeunes gambiens qui ont fui la dictature militaire du petit pays où 40% des habitants sont au chômage. Mais il y a aussi des érythréens et des albanais, comme l'avant--centre que ses camarades appellent Messi.

La municipalité de Müllheim a donné les moyens de réhabiliter un ancien stade dans le quartier de Britzingen, et les réfugiés se sont eux-mêmes mis à la tâche pour le rendre jouable. Des clubs voisins, qui ont vu la page Facebook, ont fourni les équipements (maillots, shorts, bas, chaussures, ballons, pharmacie, etc...).

Ce n'est encore que la deuxième expérience de ce type en Allemagne, l'une à Berlin, l'autre ici en Pays de  Bade, mais d'autres suivront. Quant au score (6-2 en faveur de Afrika team) il est anecdotique. L'essentiel est dans l'insertion des réfugiés. 

Britzingen_M_llheimLe stade de Britzingen-Müllheim a été aménagé par les réfugiés eux-mêmes. 

team2L'équipe "Team Afrika" de Müllheim

  • Voir la page facebook : https://www.facebook.com/TeamAfricaMuellheim?pnref=lhc

Posté par jl boehler à 10:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 23 août 2015

Les producteurs de lait de Forêt Noire craignent pour leur existence

Nombreux sont les producteurs laitiers du pays de Bade du sud et de Forêt Noire qui ont les nerfs à fleur de peau. Le prix du lait obtenu à la traite a baissé très brutalement de 28%. Ils craignent maintenant pour leur existence.

milch

 Et ce n'est pas seulement en Forêt Noire qu'on observe cette tendance, mais dans toute l'Europe fédérale. Les responsables des syndicats agricoles exigent une réorganisation du marché laitier. Le BDM (Bundesverband Deutscher Milchviehalter) appelle d'ailleurs à des manifestations dans tout le pays.

Selon le BDM, il manquait déjà aux producteurs laitiers  0,10 € par litre l'année dernière, avant la chute brutale actuelle. Pour plus de clarté, le prix obtenu en 2014 était de 0,42 €/litre, il est maintenant de 0,30 €. Et encore, c'est en Forêt Noire que les éleveurs obtiennent le plus grand montant ! Et déjà en 2009 et 2012, ils avaient protesté contre la baisse du prix du lait en déversant leur lait dans  le Rhin.

Pour l'instant, la seule offre faite par le gouvernement Merkel est la réduction de la production de lait. Pour le BDM, le retour à la politique des quotas, qui vient d'être abandonnée au mois d'avril dernier, n'est évidemment pas une solution.

Le BDM a reçu un accueil favorable auprès du ministère de l'agriculture du Bade-Würtemberg, dirigé par "die Grüne", qui prône un réajustement de la polititique agricole de toute l'Union Européenne. Le lait doit pouvoir s'exporter dans toute l'Europe et même au-delà. Beaucoup d'enfants, à travers le monde, manquent de lait. Le responsable du BDM reconnaît : "Il ne voit pas à travers l'Europe la moindre volonté politique de régler les problèmes agricoles." En Allemagne le lait, en France la viande de porc...

Posté par jl boehler à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 août 2015

Vol de bois, une nouvelle technique

Les vols de bois sont de plus en plus fréquents, et les voleurs trop rarement découverts et punis. Surtout que certains traficants de bois (peut-on les appeler autrement ?) utilisent une méthode pratiquement imparable : 

bois2

1) Ils passent comme d'honnêtes gens dans les mairies, consultent le cadastre et repèrent les parcelles sans propriétaire, ou avec propriétaires habitant au loin, ou avec propriétaires en indivision (héritage souvent non conclu).

2) Ils exploitent les parcelles détectées (souvent des coupes à blanc) et emmènent le bois de suite. Et les parcelles sont nombreuses avec les fermetures d'usines ayant entraîné l'exode d'une partie de  la population active.

Ni vu ni connu ! Le propriétaire ne risque pas de porter plainte, ni de découvrir son voleur. Il serait pourtant facile dans nos mairies d'empêcher ces  délits : il suffit de ne pas laisser accès au plan cadastral, ou du moins ne pas donner de copie, à des consultants ne pouvant justifier d'une propriété dans le secteur requis !  

Posté par jl boehler à 03:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 20 août 2015

Les Balkany, comme les talibans ?

balkany

Décidément, Patrick et Isabelle Balkany ont un problème avec l'immobilier. Alors que leur moulin de l'Eure et leur villa aux Antilles ont été saisis par la Justice, en attendant celle probable de leur demeure de Marrakech (Maroc), un permis de construire accordé le 22 juillet dernier est au cœur d'une nouvelle polémique (voir site Mediapart). Découvert par hasard par un riverain, ce permis autorise la démolition de la crèche Louise-Michel, dont l'entrée est ornée de cinq fresques de l'artiste Boris Taslitzky (1911-2005). Pour enfoncer le clou, si l'on ose dire, le permis N° PC 92 044 15 D0944 a été vissé directement sur l'un des panneaux, au mépris de leur valeur artistique.

boris_portrait_457x600

Boris Taslitzky se définissait lui-même comme un "peintre réaliste à contenu social". Lors de la grande exposition, "Années 30 en Europe (1929-1939), Le temps menaçant" organisée au Musée d'art moderne de la Ville de Paris en 1997 par Suzanne Pagé, actuelle directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton, des œuvres de Boris Taslitzky étaient présentées aux côtés de celles de Paul Klee, Picasso, Dali, Mondrian…

Militant communiste et résistant, il a été arrêté par le régime collaborationniste en 1941 puis, au terme de deux ans de prison, transféré au centre de séjour surveillé de Saint-Sulpice-la Pointe dans le Tarn. A la demande de ses camarades co-détenus mais aussi du prêtre, "Boris", comme tout le monde l'appelle tant son nom de famille d'origine russe est compliqué, réalise sept fresques sur les murs des baraques et dans la chapelle, inspirées de la Marseillaise, l'Internationale et de chants révolutionnaires.

Fidèle au Parti communiste

Début 1945, Louis Aragon rend hommage à l'artiste dans la revue communiste "Regard". Au même moment, Boris est déporté au camp de concentration de Buchenwal-Dora. Il en ressortira vivant, contrairement à sa mère. Les fresques de Saint-Sulpice hélas ont disparu, mais des photos prises par Germaine Chaumel sont conservées au Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne. Des planches lithographiées de l'album de dessins "Vaincre, témoignage des peintres français" auquel Tasliszky a participé y sont aussi présentés.

cr_che

Après guerre, Boris Taslitzky reste fidèle au Parti communiste et à un certain formalisme artistique, proche du réalisme soviétique. En 1971, il devient professeur à l'Ecole des arts décoratifs de Paris, tout en continuant son travail personnel. Pour décorer la crèche Louise-Michel construite en 1968, Parfait Jans, maire PCF de la ville des Hauts-de-Seine de 1965 à 1983, lui commande une fresque en cinq panneaux, à la gloire de l'institutrice militante révolutionnaire et féministe, déportée en Nouvelle-Calédonie après la Commune.

Taslitzky la représente entourée d'enfants de l'archipel français du bout du monde, avec une technique typique des années 60 : le trait dessiné dans le béton. Pour autant, la valeur historique et artistique de l'œuvre laisse de marbre Patrick Balkany.

Mais un riverain tombé par hasard sur le permis de construire informe Evelyne Taslitzky, la fille de l'artiste, du projet de démolition. Elle contacte alors, en vain, les services de la mairie. Plus chanceux, un journaliste a pu parler à Isabelle Balkany au téléphone. "Le père de mon mari aussi a été déporté!" s'est énervée la première adjointe.

Pour l'instant, rien n'a été démoli. L'urbanisme a le dossier en main. Nous verrons la faisabilité en septembre.

Espérons que les époux Balkany poursuivis pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchissement de corruption" auront le temps d'aller voir les fresques de Boris Taslitzky, voire de signer la pétition contre la démolition. (Le Monde, Culture)

taslitsky_buchenwald"L'insurrection de Buchenwald", peinture de Boris Taslitzky réalisée en 1989. Ce tableau a été acquis par la Musée de la Résistance nationale en 1995, avec la plus grande partie des dessins réalisés clandestinement par Boris Taslitzky au camp de Buchenwald.

12boris_Taslitzky_dessins_nus

013_boris_Taslitzky_dessins_guerre_1944

015_boris_Taslitzky_dessins_guerre_1944_Buchenwald

dessin_boris_taslitzky_collection_tronel1

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 19 août 2015

Fête de la patate à Bertrimoutier

Bertrimoutier, c''est pas loin de Villé (25 km), juste le col d'Urbeis à passer. La 45ème édition de la Fête de la Patate y aura lieu le dimanche 23 août.

bertrimoutier2

Véritable institution, elle est organisée une fois de plus par l’association du Foyer Saint-Jacques, créée en 1958 et présidée depuis maintenant 3 ans par Martine Martin. Afin que tout soit prêt pour accueillir les centaines de personnes qui s’y rendront dimanche prochain, ce sont plus de 120 bénévoles qui, depuis 2 semaines, montent les chapiteaux, installent le parquet de danse ainsi que les stands… et épluchent les pommes de terre. En effet, au total, ce ne sont pas moins de 600 kilos du fameux légume féculent qui seront épluchés à la main pour l’occasion ! Suivant une formule désormais bien rodée, cette nouvelle Fête de la Patate débutera par un apéritif, à partir de 11h30, qui sera suivi à 12h30 par un repas sous le grand chapiteau pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes. L’après-midi donnera ensuite lieu à différentes animations, telles qu’une grande kermesse et un spectacle de danse sportive à 14h, de même qu’un bal gratuit animé par l’ensemble « Jacky GAXATTE » à partir de 17h. Après le repas du soir, à 19h, la journée se terminera en beauté, avec un grand feu d’artifice, un spectacle pyrotechnique et un bal. Buvette et petite restauration sur place.

bertrimoutier1

Posté par jl boehler à 02:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 18 août 2015

La Mer de Glace fond ... et attire les touristes

merdeglace5

C'est un escalier qui vaut tous les discours sur le réchauffement climatique. Plus de 420 marches que les touristes descendent pour rejoindre la Mer de Glace, sur le Mont-Blanc, et qui attestent de la fonte éclair du plus grand glacier de France. Depuis la gare du Montenvers, à 1913 mètres d'altitude, il faut d'abord emprunter une télécabine pour descendre au niveau où se situait le glacier en 1946. C'est depuis cette date qu'est creusée chaque année la grotte de la Mer de Glace, une attraction avec sons, lumières et sculptures de glace qui attire 350 000 touristes par an. Depuis quelques années, «c'est un phénomène nouveau: les gens viennent là pour voir les effets du réchauffement», relève Jean-Marie Claret, exploitant du site depuis 1971.

 4 à 5 mètres de moins par an

À la sortie de la télécabine, un long escalier court le long de la falaise de granit. Au bout de quelques marches, un panneau indique: «niveau du glacier en 1985». Il faut alors se pencher pour apercevoir la glace, une centaine de mètres plus bas, presque invisible sous l'amas de rochers gris qu'elle charrie année après année. Le contraste est saisissant avec les photos des années 1960, quand les vagues de glace bleu turquoise venaient presque lécher le pilier de la télécabine.

Cinquante marches plus bas arrive l'année 1990. Puis la descente se poursuit au gré de la fonte du glacier, qui s'accélère dans les années 2000. Après le dernier panneau, celui de l'année 2010, il faut encore descendre 70 marches avant de poser le pied sur la glace. Plus grand glacier du Mont-Blanc avec une superficie de 32 km2, la Mer de Glace s'est amincie à son front de 4 à 5 mètres par an entre 2003 et 2012, selon une récente étude du laboratoire de glaciologie de Grenoble (LGGE) et du Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (Legos) de Toulouse.

merdeglace1

merdeglace2

merdeglace3

Posté par jl boehler à 03:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 août 2015

Etat islamique : de l'Andalousie à la Chine

L'empire terroriste DAESH (Empire Islamique) envisage de créer un grand empire de l'Andalousie à la Chine, et de l'Europe à l'Equateur.

carte

C'est ce qu'a écrit le journaliste de la BBC et spécialiste de l'EI, aussi appelé Daesh en arabe, Andrew Hosken dans son livre «Empire of Fear: Inside the Islamic State» (Empire de la peur : à l'intérieur de l’État islamique). Publié fin juillet, son ouvrage se base notamment sur un plan de développement de l'EI établi en 1999, à la création de l'organisation terroriste. En sept étapes, celui-ci mentionne entre autres l'invasion de l'Europe jusqu'à la Grèce, en passant par l'Andalousie et les Balkans. Le but: y faire régner la charia et un califat des plus stricts. 

daesh2

Selon ses projections, l'EI devrait s'étendre à l'Est jusqu'à la Chine et ainsi couvrir le Proche-Orient et l'Afrique du Nord. Le groupe djihadiste a également l'intention d'inciter les États-Unis à entrer en guerre. Un autre objectif serait l'accroissement massif de son patrimoine financier. On estime d'ailleurs actuellement à 1,4 milliard d'euros les avoirs des 50 000 membres de l'organisation. Une richesse provenant principalement des exploitations pétrolières et gazières en leur possession en Irak et en Syrie, selon le Daily Telegraph.

 Armes chimiques et biologiques en préparation

Le livre raconte également comment l'EI a déjà mené à bien plusieurs projets. Notamment en ébranlant les gouvernements irakien et syrien, ainsi qu'en détruisant la plus grande industrie de la Tunisie: le tourisme. 

daesh4

«L'une des principales craintes est l'utilisation d'armes biologiques ou chimiques que l'EI est certainement en train de développer, écrit Andrew Hosken. Si le groupe venait à obtenir des armes de destruction massives, j'affirme avec certitude qu'il les utiliserait».

Le journaliste ajoute que l'élimination de l'EI était «très proche» lors des années 2010 et 2011, lorsque 80 de ses dirigeants avaient été abattus. «Nous ne l'avions pas complètement éradiqué et, comme la peste, il est revenu».

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 16 août 2015

Elzach : Festival City

C'est tous les trois ans depuis 1978 qu'Elzach organise son festival. C'est à cette date qu'on a fêté le 800ème anniversaire de la première mention dans un document de Elzach. Aussi, cette année la grande fête de nos jumeaux badois aura lieu des 28 au 30 août. La place pour la fête et les stands sera agrandie, car la route de contournement B 294 est opérationnelle.

25 clubs et associations de tous les cinq districts d'Elzach participeront au "Festival City". Villé, la ville jumelle de la région Alsace, sera là aussi avec un stand de sa fameuse "tarte flambée au bois spécial du Val de Villé" et, peut-être un deuxième stand pour attirer toute la Forêt Noire au prochain "Noël à Villé"? Participeront aussi les villes de Telfs au Tyrol et sa "Marktmusik" et Dettenhausen près de Tübingen. 

elzach

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 15 août 2015

Détecteurs de fumée : pas au point

Les détecteurs de fumée obligatoires dans toutes les habitations d’ici janvier montrent leurs premiers signes de fatigue. La pile, le prix et surtout l’absence de la norme NF ont leur part de responsabilité.

title

Tous les propriétaires de locaux à usage d’habitation se sont prémunis d’un détecteur avertisseur autonome de fumée (daaf), et ce depuis le 9 mars dernier. Ou tout au moins auraient dû l’acheter ou le commander au plus tard le 8 mars. L’appareil devant être impérativement installé avant le 1er janvier 2016. C’est déjà en grande majorité le cas. Le plafond des appartements et maisons étant ornés de ces petits objets depuis déjà plusieurs mois.

Mais qui dit technique, dit forcément risque de panne. Moins de six mois après s’être mis en règle, voilà les résidants face aux premiers tracas. Le daaf se met à émettre un petit « bip bip ». Ce signal sonore indique curieusement que la pile est déjà en fin de vie. Pourtant, bon nombre d’acheteurs avaient justement investi dans un détecteur garanti plusieurs années. « Un appareil dont l’autonomie est garantie pour une période de 5 ou 10 ans ne veut pas dire que la pile durera autant de temps. Certaines sont fichues au bout d’un an », précise-t-on dans les allées d’une enseigne de bricolage de la périphérie d’Epinal. « L’idéal est d’équiper son détecteur de fumée d’une pile au lithium, bien plus fiable », conseille-t-on chez les professionnels.

Plus ennuyeux encore. Ces dernières semaines, des riverains ont été alertés par une sirène hurlante (85 décibels) provenant de la maison de leurs voisins partis en vacances. Leur premier réflexe a bien entendu été de composer le 18. Mais une fois, les sapeurs-pompiers sur place, point de fumée. Après une rapide vérification, il s’agissait d’un dysfonctionnement du daaf. « Ça ne nous inquiète pas pour le moment. Ca reste quelque chose d’infime dans le nombre de nos interventions », rassure le commandant Didier Miller. « Il faut choisir le bon détecteur, fabriqué en Europe avec la norme NF et non pas le moins cher. Un daaf acheté cinq voire trois euros sera estampillé CE. Ce marquage n’est pas une norme et la qualité ne sera pas la même », poursuit le commandant.

L’ange gardien de vos vies

Pourtant, un appareil NF de bonne marque (vendu 23 euros) a été rappelé par le fournisseur. « Un défaut de fabrication a été constaté. Tous les clients qui l’ont rapporté ont eu un appareil neuf en excellent état de marche en échange. »

Il va sans dire que plus les détecteurs garniront les plafonds, plus les pannes iront crescendo. Les détecteurs acquis à petits prix seraient donc ceux qui montreraient le plus de signes de défaillance. Même si la vie n’a pas de prix, il est inutile de mettre des mille et des cents. « Un bon produit vaut environ 20 euros. » Garni de la norme NF et d’une bonne pile au lithium. Et pour mettre toutes les chances de son côté, votre nouvel ange gardien appréciera de temps à autre un petit dépoussiérage, « des particules trop nombreuses pouvant le déclencher bêtement. »

Rappelons-le, le détecteur vous alertera dès l’émission des premières fumées. Il sauvera des vies et l’a indéniablement prouvé ces derniers mois. A Gérardmer, Grand, Passavant-la-Rochère… il a tiré des familles de leur sommeil alors que les flammes dévoraient leur foyer.

Laurence MUNIER (Saint-Dié Info)

Posté par jl boehler à 00:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :