mercredi 13 septembre 2017

Fribourg dit « non » aux populistes xénophobes

« Nous n’avons jamais eu autant de contre-manifestants », soupirait l’un des deux porte-paroles de l’AfD, Jörg Meuthen dimanche à Freiburg. Décidemment, les 1000 contre-manifestants étaient en surnombre et sous la musique des rappeurs franco-allemands de « Zweierpasch », montraient le carton rouge aux populistes xénophobes pour qui le Pays de Bade n’est pas vraiment une terre promise.

fribourg

La bonne humeur était le maître mot des contre-manifestants qui voulaient à tout prix que leur manifestation ressemble plus à une « fête des cultures » qu’à une bataille de rue. « Pas de violence » – et ce leitmotiv a été respecté de la première à la dernière minute.

L’AfD, parti d’extrême-droite devenu encore plus extrémiste après le « putsch » contre sa présidente Frauke Petry jugée pas assez radicale par les vieux hommes du parti autour de Meuthen et Gauland, perd peu à peu du terrain et trouvera son plafond électoral aux alentours des 8%. L’accueil réservé à ces fanatiques politiques d’avant-hier au Pays de Bade ne surprend pas – le Rhin Supérieur, terre de l’Humanisme Rhénan, région de la tolérance entre les peuples et les cultures, ne s’y prête pas vraiment pour le nombrilisme nationaliste de l’AfD.

Et bravo ! aux manifestants de ne pas avoir cédé à la tentation de s’en prendre aux représentants de cette extrême-droite bête et méchante – exprimer son mépris pour ces idées dépassées depuis des générations était beaucoup mieux qu’une confrontation musclée. Mais quelle idée aussi de venir à Freiburg, la première grande ville allemande dirigée par un maire vert, pour y prêcher la haine et l’exclusion… Les 1000 manifestants fribourgeois ont donné la meilleure réponse aux extrémistes xénophobes : « on ne veut pas de vous ici. Et on ne votera pas pour vous. Bon vent… » (selon Euro.journalist)

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 12 septembre 2017

Qui veut la disparition des Masaï ?

La famille royale de Dubaï ! 

masai

Après avoir été exclus, par les Britanniques en 1959, du Parc National de la Serengeti - PNS puis en 2009 de l’Aire de Conservation du Ngorongoro – NCA, les masaï qui se sont repliés dans la région de Loliondo, subissent depuis 2015 une série d’attaques de la part des rangers du PNS et du NCA visant a les exclure de 1 500 sur les 4 000km2 d’une réserve de chasse vendue à la famille royale de Dubaï par les autorités de Tanzanie : la Loliondo Game controlled Area (LGCA). 

masai1

Les Masaï, Massaï ou encore Maasaï constituent un groupe ethnique d'éleveurs et de guerriers semi-nomades d'Afrique de l'Est, vivant principalement dans le centre et le sud-ouest du Kenya et le nord de la Tanzanie. Ils appartiennent au groupe des tribus nilotiques et ont émigré depuis le sud du Soudan vers le xve siècle, accompagnés de leur bétail domestique.

Les estimations des populations masaï du Kenya et de Tanzanie varient d’une source à l’autre. Elles sont rendues délicates par le nomadisme et le fait que les groupes puissent circuler librement à travers la frontière. Selon les estimations, la population masaï serait comprise entre 300 000 et 880 000 personnes.

La dernière attaque les 13 et 14 août 2017, a détruit 185 bomas, laissant 6800 masaï sans abris ni ressources.

masai2

Posté par jl boehler à 00:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 septembre 2017

Ecole de Neubois et zone de montagne

Nos élus aux abonnés absents !

loimontagne

En tant que délégué national "montagne" du PS de 1981 à 1985, j'avais participé à de nombreux travaux de préparation de la loi-montagne adoptée par le parlement (tous groupes confondus). Des critères pour le classement en zones de montagne des communes avaient été établies. Deux thèses s'opposaient : l'une proposait des caractéristiques telles que les handicaps liés au climat, à l'altitude, la pente... Certains allaient jusqu'à retenir l'altitude du coq du clocher de l'église. J'avais quant à moi soutenu la deuxième thèse de classement en zones de montagne des "bassins d'emploi", ou plus globalement des "bassins de vie". Et c'est cette dernière qui a été retenue dans la loi. De ce fait, l'intégralité des 18 communes du Val de Villé étaient intégrées en zone de montagne. 

Ces critères s'appliquaient encore en 2001, où j'ai été élu conseiller municipal de Villé et désigné comme délégué de la commune à l'AMV (association des élus du massif vosgien), jusqu'en 2008. C'est en 2014, que le gouvernement est revenu à la première thèse, suite à la perspicacité d'un ministre de l'économie nommé Emmanuel Macron qui a ressorti la directive européenne 76/401/CEE du Conseil du 6 avril 1976. Remettre à niveau une loi de 1985 en 2014, certes, mais en se basant sur une directive de 1976 mise au placard, était-ce bien judicieux ?

En tous cas, fatal pour notre vallée de Villé, dont une moitié seulement des communes répondait aux critères. Comment expliquer qu'un bassin économique se trouve coupé en deux zones ? Et aucun élu n'a pris garde à ce nouveau découpage, et tous ont accepté les yeux fermés, sans rien comprendre, l'arrêté interministériel qui entérinait cette faute pourtant évidente.

Aujourd'hui, toutes les administrations vont répondre, y compris pour l'école, que Neubois n'est pas en zone de montagne, et que le maintien d'une école, possible à Urbeis, ne l'est pas à Neubois. Mais qu'en ont à faire nos élus qui continuent à dormir, et pas seulement dans un poème d'Arthur Rimbaud intitulé "Le dormeur du val".

montagne1

montagne2

neubois1

Posté par jl boehler à 00:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 10 septembre 2017

L'école de Neubois en danger ?

Le "collectif" manifeste !

neubois1Le "collectif Neubois" vient de me faire parvenir une "demande d'ami" à travers mon compte facebook relié à ce blog. C'est bien volontiers que je l'accepte, ce qui ne signifie cependant pas que j'adhère à toutes ses positions.

Tout d'abord, je tiens à rappeler que les fermetures d'écoles dans notre vallée sont la résultante d'une politique menée depuis le début de la 5ème république par la droite au pouvoir sans interruption dans la vallée, une politique de libéralisme forcené ayant entraîné des fermetures d'usines, des friches agricoles, le démantèlement du service public, et pour finir la désertification des vallées. Jusqu'à maintenant, ce n'étaient surtout que les fonds de vallées qui étaient touchés, mais il fallait bien s'attendre que ce processus arrive un jour jusqu'aux avant-vallées. C'est le cas avec Neubois. Aussi, l'article  paru dans la presse locale ne m'étonne-t-il pas.

neubois

 Je tiens tout  d'abord à préciser les propos à la fois du "collectif Neubois" et de madame le Maire, sur la forme. Si le compte-rendu des réunions du conseil municipal n'est pas trop diffusé, il est malgré tout inscrit au registre officiel consultable par le public à la mairie, et affiché à l'entrée de celle-ci. Par contre ce que prétend madame le maire est inexact : "Le maire en profite pour préciser que les comptes rendus du conseil municipal sont disponibles en mairie et sur internet" ! En effet, la publication sur le site communal telle qu'elle est obligée par la loi NOTRe s'arrête à Neubois au compte-rendu du 27 novembre 2015. La commune a certes changé de site, mais plus aucun compte-rendu n'y figure. Mais, c'est connu, dans le Val de Villé le courrier officiel arrive avec la malle-poste et les lois sont appliquées avec un certain retard.

Autre remarque : selon madame le Maire, "rien n'est décidé". Oui mais ... lorsque ce sera décidé, il sera trop tard pour faire marche arrière. Le collectif a raison de manifester avant. 

Je ne reviendrai pas ici sur le fonctionnement administratif et pédagogique des RPI (regroupements pédagogiques intercommunaux), j'aurai l'occasion de développer ce sujet dans un prochain post.

- Sites communaux de Neubois à voir :

http://neubois.free.fr/bulletin.php et  http://www.neubois.fr/

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 9 septembre 2017

Macron met ses policiers au régime sec

Un banquier ça sait compter et ça économise 

forbach1

Lundi 4 septembre, jour de la rentrée des classes, Emmanuel Macron était en visite dans une école primaire de Forbach. Un voyage officiel (VO) qui nécessitait un important dispositif de sécurité. Les fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique de Moselle (DDSP) avaient reçu des renforts extérieurs à l’instar des hommes de la Section d’intervention (SI) de Nancy, à en croire les réseaux sociaux des différentes organisations syndicales.

En poste sur les lieux du VO avant 6 h du matin pour certains, les policiers recevaient, vers 10 h, un petit sachet repas. À l’intérieur : une pomme, une bouteille d’eau de source 50 cl, une mini-brique de jus d’orange et un sachet de 4 biscuits. Un encas dans l’attente d’un repas de midi qui tienne l’estomac ? Que nenni !

Ce sera la seule et unique collation - un « goûter d’écolier » plaisantent certains - distribuée aux forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité autour du déplacement présidentiel. Autant dire qu’il fallait avoir de la réserve pour tenir une vacation sur le terrain d’une durée de près de 10 h. « Quand on a su qu’il s’agissait du seul et unique repas auquel nous aurions droit, on a cru à une blague », note un policier. « C’est un manque criant de considération pour des économies de bout de chandelle. S’il y avait eu au moins un sandwich dans le colis, la pilule aurait peut-être pu passer mais là… D’autant que, bloqués sur le dispositif, on ne pouvait pas aller acheter de quoi se restaurer ».

Le buzz !

Le « goûter présidentiel » fait le buzz sur les pages Facebook à l’instar de celle du Syndicat Unité-SGP-Police FO. Et les commentaires fusent : « On dirait le goûter de mon fils de 6 ans » ; « Honteux » ; « Les voyous en prison ont des repas chauds matin, midi et soir » ; « Au prochain repas à l’Elysée, le cuistot devrait reprendre cette merveilleuse idée »…

Secrétaire départemental d’Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, Abdel Nahass « n’accepte pas de telles conditions de travail ». Le représentant syndical compte « alerter le préfet délégué et saisir le CHSCT ». « C’est toujours la DDSP qui reçoit - ici la Moselle - qui à la charge d’assurer la restauration. Avec la possibilité de demander un remboursement à l’administration et en cas de déplacement hors du lieu de résidence, les fonctionnaires ont droit à un forfait repas de 15,25 €. Là, on en est loin ! ».

Un raté de cantine qui amenait nombre de policiers extérieurs au département de la Moselle, à se précipiter vers la première enseigne de restauration ouverte à la fin du VO. A priori, l’administration devrait tout de même rembourser le ticket à hauteur du forfait : 15,25 €. (selon "L'Est Républicain").

NB : Evidemment, ce repas est l'équivalent de celui pris à la tour Eiffel par les couples Trump et Macron le 14 juillet dernier. Une rentrée scolaire à Forbach, ça vaut bien une belle fête nationale.

trump

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 septembre 2017

TV5 propose un Tour du Monde de la Francophonie en direct

25h de direct, 23 destinations, 5 continents... Les 21 et 22 septembre prochains, toutes les chaînes de TV5MONDE seront en direct pour faire vivre à leurs téléspectateurs et télé- spectatrices Le Tour du Monde de la Francophonie ; une émission inédite destinée à marquer de manière spectaculaire la présence sur les cinq continents de TV5MONDE et de la francophonie, « cet humanisme intégral qui se tisse autour de la Terre (…) » comme la définissait le président Léopold Sédar Senghor.

tv5

À travers 23 destinations, ce tour du monde audiovisuel évoquera la langue française, son influence, son histoire, son avenir et plus largement les cultures francophones, plurielles, entremêlées, qui partagent les valeurs de la Francophonie et participent de son rayonnement.

Durant 25 heures, les journalistes de TV5MONDE et des chaînes partenaires associées se succéderont à l’antenne pour animer, tour à tour, des émissions de 52 minutes. Dans le sens inverse de la rotation terrestre, ils se passeront toutes les heures le relais, depuis une ville située sur l’un des 24 fuseaux horaires ou depuis Paris lorsque le fuseau traversera uniquement des zones maritimes.

Le coup d’envoi du Tour du Monde de la Francophonie sera donné le jeudi 21 septembre à 13h00 à Paris puis se poursuivra à Abidjan, Genève, Bruxelles, Cayenne, Basse-Terre, Montréal, la NouvelleOrléans, Moncton, Vancouver, Papeete, Auckland, Nouméa, Sydney, Séoul, Pékin, Pnomh-Penh, Mumbai, Lahore, Saint-Denis à La Réunion, Antananarivo, Beyrouth pour s’achever à Kinshasa, le vendredi 22 septembre à 14h00 (heure de Paris).

Dans chacune de ces villes, les présentateurs et présentatrices accueilleront en plateau des personnalités francophones emblématiques de la destination, issues du monde artistique, économique, scientifique, sportif ou encore politique. Échanges, reportages, performances rythmeront ces différents plateaux en fonction des thématiques abordées.

Le Tour du Monde de la Francophonie sera diffusé en direct sur les neuf chaînes régionales de TV5MONDE, ainsi que sur le numérique et les réseaux sociaux.

Comme le dit fièrement Yves Bigot, Directeur général de TV5 Monde, "Le français est avec l’anglais la seule langue présente sur les cinq continents, nous voulons célébrer sa vitalité, et celle des francophones, leur jeunesse, leur énergie, leur modernité, leurs initiatives, dans tous les domaines, culturels, économiques, humanitaires, où qu’ils se trouvent, qu’ils soient expatriés, francophiles ou autochtones. Nous partageons cet objectif avec Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, autre partenaire de cette opération majuscule et avec le réseau des Alliances Françaises dans le monde."

À l’issue de ces 25 heures de direct, deux florilèges des meilleurs moments (documentaires de 52 et 90 minutes) seront réalisés et sous-titrés dans les 14 langues de TV5MONDE (anglais, allemand, néerlandais, espagnol, portugais, roumain, russe, arabe, japonais, coréen, vietnamien, chinois traditionnel, chinois simplifié et français) et diffusés sur les chaînes de TV5MONDE.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 7 septembre 2017

Saâles et Villé, ce n'est pas pareil !

Commerce équitable à Saâles, annulation du marché du terroir à Villé

MOZZICONACCI_Frederique

Vendredi dernier, notre première adjointe de Villé, Frédérique Mozziconacci, responsable du marché du terroir de Villé, s'est rendue au marché de montagne de Saâles. Le commerce équitable y était à l'honneur. La remise du label "Territoire du commerce équitable" avait lieu  lors de ce marché de montagne, en présence de Charles Trompette, l’un des premiers en France à faire connaître le commerce équitable, de Laurent Martinez, chef de projet Territoires de commerce équitable, et de la conseillère départementale du canton de Mutzig qui n'est autre que la même Frédérique Mozziconacci.

La conseillère départementale a félicité la commune pour son investissement, surtout auprès des enfants. Elle a encouragé le maire à continuer à sensibiliser les élèves dès leur plus jeune âge à ce type de commerce. A l'heure de la rentrée scolaire, son côté enseignant refait surface. Laurent Martinez a remis le label Territoire du commerce équitable à Jean Vogel, maire de Saâles.

Tout le monde s’est retrouvé ensuite autour du verre de l’amitié à la buvette des associations du marché de montagne, buvette tenue ce vendredi par le dynamique comité des fêtes local. Et tout le monde s'est donné rendez-vous pour le dernier marché de montagne du 8 septembre.

Frédérique Mozziconacci avait-elle déjà oublié qu'elle a fait annuller le marché du terroir villois du 7 septembre, faute de combattants. Avec une casquette elle félicite les voisins pour leur engagement, avec l'autre elle prouve l'échec et le manque d'engagement dans son fief. Il est vrai qu'à Villé la bataille pour la 3ème fleur était plus importante cet été que le marché du terroir. Et après tout, les villois pourront se rendre à Saâles le vendredi 8. C'est aussi dans le canton !

vogel

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 6 septembre 2017

Matériel informatique en panne ?

Un site communal à l'arrêt !

municip4Depuis le 26 juin, jour du dernier conseil municipal de Villé, il était impossible de mettre la main sur le PV de la réunion, malgré toute la réglementation concernant la publicité de cette réunion. En désespoir de cause, j'ai donc écrit à la mairie via le site municipal.

La réponse m'est revenue assez rapidement. Etonnante ! L'excellent site communal serait en panne, alors pourtant que je l'ai utilisé pour envoyer ma demande. Enfin, passons. Mais il y a mieux...

municip3

 Travail de nuit du personnel municipal ?

J'ai donc reçu par les soins de la mairie le compte-rendu demandé. Et quelle n'a pas été ma nouvelle surprise ! Le conseil municipal s'est terminé à 21h10, selon certains témoins par un vin d'honneur. C'est habituel. Pourtant la signature du maire atteste que ce compte-rendu a été rédigé par la secrétaire désignée en début de réunion en un temps record (a-t-elle pu goûter le crément d'Albé ?), imprimé par le personnel en un temps record aussi (orthographe vérifiée y compris) et signé par le maire avant minuit de ce 26 juin. Surtout que certains conseillers de sa majorité avouent qu'il est parti "assez tôt" de la mairie. E le sous-préfet a pu ainsi obtenir une copie dès le 1er juillet. Rapide et bien fait, voilà du travail sérieux. Espérons que le personnel a été rémunéré au niveau du travail de nuit accompli et que la réglementation européenne concernant le travail de nuit des femmes a été respectée. 

municip2

municip5

Enfin, pour tous les conseillers et citoyens qui n'ont pas eu l'occasion de consulter le PV du 26/6 en toute légalité, voici ci-dessous une copie de l'exemplaire fourni (dans un souci de coopération avec l'exécutif de la commune de Villé) :

 Proc_s_verbal_du_conseil_municipal_du_26_Juin_2017

Posté par jl boehler à 00:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 5 septembre 2017

Paris capitale du pétrole ?

La place Vendôme

vendome

La place Vendôme, située dans le 1er arrondissement de Paris, se trouve au nord du jardin des Tuileries, au sud de l'Opéra Garnier et à l’est de l’église de la Madeleine.

Typique de l'urbanisme classique français, c'est une des places de Paris les plus célèbres et considérée comme l'une des plus luxueuses du monde. Son architecture est due à Jules Hardouin-Mansart qui conçut en 1699 un plan d'urbanisme strict auquel devaient se conformer les propriétaires des immeubles. Une grande partie des façades est classée monument historique. En son centre, se trouve la colonne Vendôme édifiée en 1810, abattue par les communards, reconstruite ensuite.

Elle a été appelée place Vendôme dès le 17ème siècle. C'était plus anciennement la place Louis le Grand et, à l'origine, la place des Conquêtes. On lui a donné le nom de place des Piques pendant la Révolution. Elle fut nommée place Internationale en 1871, pendant la seconde Commune de Paris, durant laquelle la colonne Vendôme fut détruite par les communards, qui y voyaient un symbole de la tyrannie et du militarisme de Napoléon. Avant de devenir un lieu central pour la joaillerie que l'on connait de nos jours, la place Vendôme est, avec la rue de la Paix, l'épicentre de l'élégance parisienne durant un demi siècle, comptant nombre de couturiers ou modistes.

L’hôtel de Bourvallais, situé au n° 13, abrite le ministère de la Justice.

Son nom lui vient du vaste hôtel de Vendôme, sur l'emplacement duquel on construisit la place, et qui avait été bâti pour César de Vendôme , fils de Henri IV et de Gabrielle d'Estrée.

Place des sultans et émirs

La prestigieuse Place Vendôme "écrin de l’élégance parisienne" est aujourd'hui, par ses luxueux hôtels, propriété de riches étrangers : les hôtels de Coëtlogon et d’Orsigny appartiennent au sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah, souverain depuis 1968 de l’Etat du même nom, les hôtels Crozat et de Gramont appartiennent désormais au milliardaire égyptien Mohamed Al Fayed, tandis que l’hôtel Lambert de l’île St-Louis appartient à l’émir du Qatar... Il n'y a pas que le PSG qui intéresse les rois du pétrole. Et n'oublions pas que Dominique Ouattara, épouse du président de Côte d'Ivoire, possède près de 200 hôtels à Paris.

Et ce brave Nicolas Hulot, richissime ministre de l'écologie, qui s'imagine un Paris sans pétrole en 2040, il n'est pas au bout de sa peine...

vendome1

Posté par jl boehler à 00:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 4 septembre 2017

Un drive fermier chez nos voisins vosgiens

Le Drive Fermier Saint-Dié a été lancé il y a un peu moins de 4 mois, plus précisément le 5 mai dernier.

drive

Initié par la Communauté de Communes de Saint-Dié-des-Vosges et porté par la Communauté d’Agglomération, ce projet de drive fermier déodatien rassemble 23 agriculteurs et producteurs locaux au sein de l’association « Drive Fermier Saint-Dié », que préside Cyril Claude. Ces producteurs de fromages, viandes, oeufs, charcuteries, miels, confitures, liqueurs, fruits et légumes proposent leurs produits à la vente sur leur site Internet, qui sont ensuite à venir chercher sur place sous forme de panier chaque vendredi. Pour devenir client du drive fermier déodatien, il suffit de créer un compte client sur www.drive-fermier-saintdie.fr, puis de passer commande le mardi avant minuit. Les produits commandés sont ensuite à venir chercher au point de retrait chaque vendredi après-midi, après avoir au préalable choisi au un créneau horaire entre 17h et 19h.

drive2

Un président que l’on retrouvait ce vendredi du côté de la rue des Folmard, où se situe le point de distribution hebdomadaire des paniers, à l’occasion de l’inauguration officielle du drive fermier déodatien. A ses côtés se trouvaient notamment Benoît Jourdain, président de la Chambre d’Agriculture des Vosges, qui a rappelé à l’assemblée que « les drives-fermiers permettent de mettre en relations les producteurs et les consommateurs, et ce sans aucun intermédiaire. Ils permettent aussi de garantir l’origine de produits tout en favorisant les circuits courts ». Etaient également présents cet après-midi le président du Pays de la Déodatie Guy Drocchi ainsi que de nombreux élus de la Ville, du Département, de la Région et de l’intercommunalité, dont le maire de Saint-Dié-des-Vosges et président de la Communauté d’Agglomération David Valence.

drive1

Ce dernier d’affirmer lors de sa prise de parole que « dans une ville comme Saint-Dié-des-Vosges, il peut exister des exploitants agricoles qui vivent de leur labeur et de leur inventivité. Un drive comme celui-là ne peut se construire que sur un tissu et dans un milieu favorable. C’est sur un tissu de bonne volonté que ce projet est né, grâce à l’engagement très fort de la Chambre d’Agriculture des Vosges, le volontarisme de la Communauté de Communes de Saint-Dié-des-Vosges et la ténacité de l’un de ses vice-présidents, Vincent Benoit. Il est très important que nous puissions valoriser ces circuits courts, car Saint-Dié-des-Vosges est située au coeur de territoires agricoles. Je considère ce lieu comme un point de départ et non comme un point d’arrivé. Le point de départ d’une réflexion à l’échelle d’un territoire, le point de départ de l’espoir, qui doit revenir chez nos producteurs locaux, mais aussi le point de ralliement pour le renouvellement de notre agriculture, déodatienne et vosgienne. » Ce temps d’inauguration s’est conclu par le partage du verre de l’amitié et par une dégustation des différents produits des membres du drive-fermier.(selon "Saint-Dié-info")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,