samedi 14 juillet 2018

A propos des hélicoptères de l'armée française

Seul un aéronef léger sur trois en état de voler

h_licopt_re

En quelques jours, deux hélicoptères de l'armée se sont crashés, l'un à Abidjan, l'autre dans le Var. Au total : 3 morts ! Au même moment, le Sénat a remis un rapport alarmant au ministère des Armées, dans lequel il préconise de moderniser rapidement la flotte d'aéronefs légers. Edifiant !

"Seul un hélicoptère sur trois est aujourd'hui en mesure de décoller", s'alarme Dominique de Legge, sénateur Les Républicains (LR) d'Ille-et-Vilaine et rapporteur des crédits de la mission "Défense", dans Ouest-France.

Dans le détail, en 2017, sur 467 hélicoptères, 300 étaient ainsi immobilisés au sein des armées ou chez les industriels. Les raisons de cette immobilité sont diverses.

Au Sahel, où les forces françaises sont engagées depuis 2013, les appareils sont par exemple soumis à de rudes conditions climatiques (chaleur, poussière, etc.) qui accélèrent leur usure.

Des accidents en hausse

L'indisponibilité des appareils a des conséquences lourdes au quotidien : la gestion des hélicoptères s'effectue à flux tendu "conduisant à un épuisement des personnels de maintenance" ainsi qu'à une réduction des temps de vol destinés à l'entraînement des jeunes pilotes. Conséquence directe de ces défaillances ou pas, le nombre d'accidents a considérablement augmenté depuis le début d'année. Le 10 juillet dernier, un soldat français a été tué et un autre grièvement blessé dans le crash d'un hélicoptère militaire près d'Abidjan."

Seul un effort massif de régénération des matériels permettrait" d'inverser la tendance, selon Dominique de Legge. "Or l'effort prévu, dans le cadre de la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 2025, apparaît limité s'agissant de la composante hélicoptères, d'autant plus que la livraison des premiers hélicoptères léger interarmée a été reportée à 2028", regrette le rapporteur. D'ici là, combien de crash ? combien de morts ?

h_licopt_re1

h_licopt_re3

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 juillet 2018

Nos voisins vosgiens mécontents

Pour l’ensemble des organisations syndicales des retraités,

« la situation se dégrade »

saintdi_

Les représentants de l’ensemble des organisations syndicales des retraités des Vosges ont fait le point sur les actions menées depuis quelques mois et sont tous d’accord pour constater que la situation des retraités vosgiens se dégrade. Unanimement, au nom de tous les retraités vosgiens, ils s’opposent toujours et encore à cette majoration de la CSG et à l’augmentation de tous les prix et charges qui érodent de plus en plus leur pouvoir d’achat.

Un communiqué

« Les journées de manifestation ont été bien suivies par les retraités vosgiens  témoignant du malaise grandissant. Une pétition a été largement signée sur les marchés du département : Epinal, Gérardmer, Contrexéville, Bruyères…..

Très bien accueillie, cette démarche a permis de mesurer le très fort mécontentement des retraités qui voient leur pouvoir d’achat baisser rapidement. De plus, ils vivent très mal le mépris manifesté à leur encontre par nos gouvernants dans cette accumulation de mesures.

 Vient s’y ajouter l’idée de perdre la pension de réversion ce qui est insupportable pour toutes et tous !

Pourquoi cette augmentation de prélèvement de CSG au bénéfice des actifs, alors que dans le même temps serait envisagé une deuxième journée de solidarité pour « les anciens » ? Comprenne qui pourra !

Tous ces passages en force sans concertation, le mépris et la non reconnaissance de la place des retraités dans la société sont très mal vécus. La non prise en compte de leur apport économique très important au sein des familles, des associations, de leur engagement au sein des municipalités, leur contribution à la cohésion sociale les blessent profondément. En arriver là après toute une vie de labeur est insupportable pour tous et revient à nier leur contribution à l’évolution économique pendant leur période d’activité.

Plus de 600 signatures, recueillies en peu de temps, sont remises au préfet, ainsi qu’un courrier demandant la prise en compte de ces revendications dans le projet de loi rectificative pour l’abrogation de la hausse de la CSG, et réitérant la demande d’augmentation générale des pensions de retraite.

Nous attirerons aussi son attention sur le fait que les retraités ne baissent pas la garde devant les mesures annoncées et qu’ils restent mobilisés quoique puisse en penser le gouvernement. Les nouvelles actions qui devraient s’engager dès la rentrée témoigneront, s’il en était besoin, de la volonté réaffirmée des retraités de faire entendre leurs voix, reconnaître leur place dans notre société et la justesse de leurs revendications. »

l’UD CGT des Vosges

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 12 juillet 2018

Automobilistes belges et luxembourgeois mal accueillis en France

L’aire la plus répugnante de France se trouve sur l’A31

thionville2

Toilettes bouchées, robinets fermés, poubelles ouvertes aux quatre vents… La première aire de repos que les étrangers découvrent en arrivant en France par l’A31, à Entrange, est insalubre. Le problème dure depuis des années. Écœurant.

Thionville Porte de France mérite-t-elle encore son appellation d’aire de repos? C’est à en douter.

thionville5

Depuis des années, cet arrêt censé soulager les automobilistes qui arrivent en France par l’A31 offre un spectacle pitoyable. Et encore, si on ne parlait que d’équipements vieillots, de panneaux d’information d’un autre âge, de parking défoncé et de carreaux de carrelage manquant, cela passerait…

Le vrai problème de la première aire de repos du pays, c’est son caractère franchement insalubre. Du genre à vous faire plier bagages en deux temps trois mouvements. Après, on pourra toujours sortir les rames pour vanter les charmes de la France et de la Moselle…

Où est l’hygiène ?

thionville

La reprise des migrations estivales vers le sud, depuis le début de la semaine, ne fait qu’amplifier le problème. En attendant, les touristes vont de haut-le-cœur en vaines invectives en découvrant l’ampleur des dégâts.

Du côté des femmes, les portes des toilettes ne ferment plus. Le sol semble ne pas avoir été nettoyé depuis des lustres, les semelles s’y accrochent comme à du chewing-gum. Les excréments s’accrochent aux parois des blocs WC, les murs transpirent de graffitis mal faits. Évidemment, il ne faut pas compter y trouver la moindre feuille de papier. « Cet endroit est absolument atroce ! Quelle honte ! », lâchent deux valeureuses touristes belges après à avoir tenté l’expérience. « Bonne chance mais si j’étais vous, je me retiendrais encore un peu… » Tout est dit.

Chez les hommes, ça n’est pas mieux. En réalité, c’est même pire : un des deux urinoirs est bouché depuis des jours, un liquide désormais verdâtre déborde jusque sur le sol. On patauge, c’est à vomir. Après un temps d’hésitation, cet autre touriste belge se ravise franchement. « Je vais plutôt aller derrière un arbre au fond du champ. Au moins, je ne risque pas d’attraper une maladie ! C’est étrange de trouver un endroit aussi sale ici… » Eh bien malheureusement si.

selon "Le Républicain Lorrain"

thionville1

Posté par jl boehler à 04:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 11 juillet 2018

Exportation d’animaux rares du Congo vers la Chine

Les gorilles de montagne et d’autres espèces menacées de la République démocratique du Congo risquent d’être capturés dans la nature afin d’être exportés vers les zoos chinois, affirment des associations.

gorille

Une lettre du ministre de l’Environnement de la RDC à une société chinoise, qui a été divulguée, fait apparemment référence à une demande d’exportation pour un certain nombre d’espèces rares. Les associations protectrices de la nature s’indignent.

Le courrier en cause fait référence à une demande pour une douzaine de gorilles de montagne, 16 chimpanzés pygmées ou « bonobos », 16 chimpanzés, huit lamantins africains et 20 okapis. Les animaux, qui appartiennent tous à des espèces menacées d’extinction, auraient été demandés pour le zoo de Taiyuan, dans la province septentrionale du Shanxi, et le zoo Anji Zhongnan dans l’est de la Chine.

La RDC n’a pas de programme de reproduction en captivité, il est donc entendu que tout accord nécessiterait que les animaux soient capturés dans la nature. Seuls 200 gorilles de montagne resteraient en RDC.

La lettre, datée du 8 juin 2018 et signée par la ministre congolaise de l’environnement, Amy Ambatobe Nyongolo, semble confirmer un accord pour l’exportation des animaux et précise qu’une équipe d’experts congolais devrait être hébergée en Chine pour assurer l’introduction et la conservation appropriées du diverses espèces aux deux zoos.

La réponse est adressée à Liu Min Heng, PDG de Tianjing Junheng International Trade Corporation Ltd, et cite un prétendu accord entre les zoos chinois et l’Institut au Congo pour la conservation de la nature (ICCN), le gardien de la faune et de la flore du pays.

Le courrier a été récupéré par Adams Cassinga, un journaliste d’investigation devenu environnementaliste et fondateur de l’organisation Conserv Congo. Il l’a mis en ligne et a lancé une pétition pour empêcher l’exportation des animaux.

Posté par jl boehler à 04:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 juillet 2018

L’Allemagne devient chère pour les camions

Depuis le 1er Juillet 2018, les poids lourds doivent payer un droit de péage non seulement sur les autoroutes allemandes, mais aussi sur la totalité des routes nationales. L’Allemagne devient chère…

camions

Voilà une décision que le monde politique aime bien placer en pleine période de vacances et de Coupe du Monde : le 1er Juillet 2018, le réseau routier payant en Allemagne a été élargi de 39000 km, à savoir la totalité du réseau des routes nationales, en plus des autoroutes. Ainsi, les transporteurs qui laissaient rouler leurs camions sur les routes secondaires allemandes se voient privés de la dernière possibilité de traverser l’Allemagne sans passer par la caisse. Pour l’Allemagne, il s’agit d’une excellente source de revenus.

A l’occasion de l’introduction du droit de péage pour les camions de plus de 7,5 tonnes en 2005, certaines grandes routes nationales faisaient partie des tronçons payants. 2300 km de routes nationales étaient déjà concernées par ce droit de péage (Maut), mais désormais, ce sont les 39000 km du réseau des routes nationales qui sont payants. Le gouvernement allemand table sur des recettes d’environ 7,2 milliards d’euros, un plus de 2,5 milliards.

Le marché du transport, déjà hautement concurrentiel, doit désormais composer avec cette nouvelle donne qui risque d’avoir des répercussions sur les calculs de tous les transporteurs qui desservent l’axe nord-sud européen. Le droit de péage, lui, est assez compliqué. L’état tient compte de la classe de pollution du véhicule (A à F) ainsi que du nombre d’axes du véhicule. Le droit de péage se situe entre 8,1 cent/km et 21,8 cent/km et les transporteurs doivent doter leurs chauffeurs d’une série de nouveaux documents, car ce sont les chauffeurs qui doivent être en mesure de justifier à tout moment de s’être acquittés de la bonne somme.

Avec de tels droits de péage, il est évident que le prix du transport à travers l’Allemagne augmentera, puisque logiquement, les transporteurs passeront ce surcoût à leurs clients. Si on comprend aisément que l’Allemagne cherche à financer la rénovation urgente de son réseau routier par le biais d’un tel droit de péage, la situation est particulièrement ennuyeuse  pour toutes les régions frontalières de l’Allemagne où les échanges économiques avec les pays limitrophes risquent de s’en trouver alourdis. Pourtant, au début de la discussion, plusieurs ministres-présidents de Länder frontaliers  avaient demandé une dérogation dans les régions frontalières, il n’y en aura pas.

A terme, les usagers du réseau routier sur l’axe nord-sud européen choisiront leur itinéraire selon le paramètre du coût – et il y aura davantage de circulation sur le réseau français, si les tarifs devaient se situer en-dessous des tarifs allemands. En tout cas, ce sera un groupe français qui régulera ce flux de la circulation. Outre le GCO à hauteur de Strasbourg, le groupe Vinci s’est également assuré d’un goulot d’étranglement sur l’autoroute allemande A5 entre Malsch et Offenburg. Et qu’importe l’itinéraire choisi par les transporteurs entre les pays scandinaves, baltes et de l’Europe Centrale et les pays du sud de l’Europe : tout le monde paiera chez Vinci. C’est aussi ça, l’Europe… (selon "Euro.journalist")

vinci

Posté par jl boehler à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 9 juillet 2018

A 30 km de Villé, des expulsions !

Manifestation devant la sous-préfecture de Saint-Dié pour protester contre l’expulsion d’une famille kosovare

asileSuite à la reconduite au Kosovo d'une femme, Lendite Krasniqi et ses 3 enfants âgés de 7, 6 et 3 ans, qui logeaient dans un hôtel déodatien avant leur expulsion mercredi, une soixantaine de personnes se sont réunies devant la sous-préfecture de Saint-Dié-des-Vosges ce jeudi en fin de journée, sur les coups de 17h30.

Un rassemblement à l’initiative des associations Asil’Accueil 88, Amnesty International, le Secours Catholique et le CCFD-Terre Solidaire. Entrés illégalement en France le 19 octobre 2014, cette femme et ses 3 enfants ont épuisé tous les recours possibles pour obtenir un titre de séjour. Le père, qui était absent au moment de l’arrivée des forces, n’a quant à lui pas été conduit dans l’avion et se trouve toujours en France. Mais au-delà de ce retour forcé, ce que dénoncent les manifestations c’est avant tout la manière dont s’est déroulée cette expulsion.

« On n’expulse pas les gens de cette manière. On ne met pas des coups dans la porte très tôt dans la matinée. On ne sépare pas une famille de la sorte. Ces personnes ne sont pas des terroristes. Ils n’ont rien fait de mal, ils n’ont pas commis de crime. Les parents sont effondrés, les enfants pleurent. C’est un drame au pays des Droits de l’Homme. On n’a plus de leçons à donner aux autres après ce type d’expulsion, qui n’est d’ailleurs pas la seule en France »déplore Nathalie Georgeon, présidente d’Asil’Accueil 88.

Il s'agit de la deuxième expulsion en 2018 à Saint-Dié. Les associations ont sollicité une entrevue avec la sous-préfète de l’arrondissement Sylvie Siffermann, mais cette dernière a répondu par la négative. La nouvelle méthode Macron - Collomb est en marche !

asile1

Posté par jl boehler à 01:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 juillet 2018

La nourriture des Touareg

Tikomart : le beurre et le fromage sec des nomades du Mali et du Niger

touareg

Dans les régions habitées par les Kel Tamasheq et les Peulh se perpétue encore la production traditionnelle du tikomart, un fromage sec ancestral dont le rôle est, aujourd’hui encore, de conserver le lait, même par des températures élevées comme celles des régions désertiques, tout en permettant aux populations nomades de transporter des provisions alimentaires très nourrissantes lors de leurs longs déplacements et dans les périodes où les autres sources de nourriture se font rares à cause de la sécheresse.

Le lait (akh) joue un rôle essentiel chez les pasteurs touareg du Mali, car il nourrit, rafraîchit et guérit. Les produits laitiers comme le beurre fondu (widi) et le fromage sec sont également d’une grande importance dans leur culture gastronomique. Le tikomart est un fromage à base de lait de vache, de lait de chèvre ou d’un mélange des deux qui est tellement déshydraté qu’il ne peut plus être mâché. Seul un mortier et un pilon peuvent être utilisés pour le casser en morceaux afin qu’il puisse être mangé trempé dans du thé ou mélangé à de la bouillie de millet.

touareg4

Ce fromage est donc essentiellement utilisé comme assaisonnement. Un morceau d’estomac de chevreau séché fournit la présure pour cailler le lait, qui est placé dans une grande cuve en bois. À l’aide d’une grande louche, les femmes retirent le lait caillé et le placent sur un tapis pour égoutter. Ils façonnent les fromages à la main avant de les placer sur des tiges de fenouil sauvage pour les aromatiser.Tikomart est produit par les Touareg (ou Kel Tamahaq, « ceux qui parlent Tamahaq »), un peuple berbère africain qui vit nomade ou semi-nomade au Sahara désert et à qui le lait et les produits laitiers sont d’une importance énorme.

Au Mali, cette communauté est concentrée dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Le lait et les produits à base de lait comme le tikomart sont appréciés tant pour leur qualité nutritionnelle que pour leur valeur symbolique. La langue touareg a de nombreux adjectifs pour décrire les états du lait, qu’il soit frais, aigre, caillé ou dilué. Les bergers utilisent toute une gamme de techniques (comme la fabrication de fromages) pour s’assurer qu’ils conservent une quantité suffisante de lait pour la nourriture.

touareg2

touareg1

Posté par jl boehler à 01:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 7 juillet 2018

Quand la police intervient au conseil municipal

Le maire veut faire expulser une conseillère 

metz

Quelques minutes à peine après le lancement des débats jeudi, le maire de Metz, Dominique Gros, a demandé une suspension de séance… ainsi que l’intervention de la police municipale pour exclure la conseillère d’opposition Christine Singer.

Tout est allé très vite. D’entrée, Dominique Gros a annoncé que l’ancienne ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, démissionnait de son poste de conseillère municipale. Très affectée par sa défaite aux législatives en juin 2017, l’ancienne députée PS avait pris beaucoup de distance depuis avec la vie politique messine.

C’est d’ailleurs sur ce point que Christine Singer est intervenue à plusieurs reprises en ce début de séance. Selon elle, Aurélie Filippetti aurait dû perdre son poste de conseillère dès le mois de mars après ses nombreuses absences non excusées. « A-t-elle oui ou non continué à toucher son indemnité d’élue depuis ? Si oui, c’est de l’enrichissement sans cause et vous êtes donc, Monsieur le maire, en faute. Ce qui est grave. »

Après avoir rappelé Christine Singer à l’ordre à trois reprises, Dominique Gros, qui n’a pas répondu aux questions de son opposante, a décidé de suspendre la séance… et d’appeler la police municipale pour exclure l’élue de la séance. Après une interruption de séance d’une bonne quinzaine de minutes, des négociations entre Jérémy Aldrin (le président du groupe dans lequel siège Christine Singer) et la majorité, le calme est finalement revenu. Et l’élue a pu regagner sa place au sein de l’assemblée. (selon "Le Quotidien du Luxembourg")

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 6 juillet 2018

Des crocodiles oranges au Gabon

Ils vivent dans des grottes !

crocodiles

Les crocodiles oranges ont été découvert en 2008 au Gabon par l’archéologue Richard Oslisly. Leur couleur orange qui est unique pourrait s’expliquer par une dépigmentation dûe au manque de lumière et aux effets des excréments de chauves souris. « On pense que ces dizaines de crocodiles se seraient installés dans les grottes d’Abanda il y a environ 3000 ans »" explique le chercheur américain Matthew Shirley à l’AFP. Entrés alors qu’ils étaient encore petits, les crocodiles se seraient retrouvés bloqués et ont du se nourrir uniquement de chauves souris.

Des dizaines de crocodiles avec une coloration classique vivent dans des grottes voisines qui sont en lien avec la surface, et disposent donc de plus de lumière et d’une alimentation variée, explique Olivier Testa, alors que les crocodiles oranges sont dans des zones fermées.

Richard Oslisly souhaite que le site des grottes d’Abanda devienne un « sanctuaire protégé ». « Il reste encore beaucoup à découvrir dans les grottes d’Abanda », estime le géoarchéologue qui espère y développer le « tourisme scientifique ».

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 5 juillet 2018

Coupe du monde de football

A la Brasserie du Centre à Villé 

coupe

Posté par jl boehler à 04:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,