vendredi 15 mars 2019

Le Bade-Würtemberg va rendre des crânes humains à l'Australie

L'Australie cherche des restes d'aborigènes dans le monde entier. À Stuttgart et à Fribourg se trouvent plusieurs crânes, qui devraient maintenant trouver leur dernier repos dans leur pays d'origine.

cr_ne

Le Bade-Wurtemberg envisage de renvoyer dix crânes humains en Australie à la mi-avril. Cela a été confirmé lundi par le ministère des Sciences à Stuttgart. Les crânes des Australiens autochtones étaient arrivés en Allemagne vers 1900 à des fins "scientifiques".

Deux crânes se trouvent au musée Linden de Stuttgart - huit crânes à l’Université de Fribourg. "Nous estimons qu'il est de notre responsabilité de traiter correctement les restes humains et de les renvoyer afin qu'ils puissent être enterrés", a déclaré la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Petra Olschowski. 

Le "Stuttgarter Nachrichten" avait annoncé leur retour lundi. Selon le journal, des chercheurs du sud-ouest ont acheté des crânes au 19ème siècle pour des "recherches raciales". Souvent les tombes des aborigènes australiens ont été pillées. Selon le ministère, de nombreux crânes sont liés à la "recherche raciale" ou à la "science raciale".

Déjà en 2007, l’Australie avait demandé le retour des dix crânes, a déclaré Olschowski. A cette époque, il fut décidé de commencer par rechercher l'origine exacte de ces restes humains à l'aide de tests ADN élaborés. Depuis le printemps 2016, le résultat est tombé : "Il est fort probable que les crânes viennent d'Australie". Les demandes de retour officielles des autorités australiennes concernant des crânes spécifiques ont été reçues par le ministère en mars 2018.

Après que les dernières questions concernant le retour puissent être clarifiées, le ministère de la Science souhaite rendre les crânes pour des raisons éthiques. Pour le transfert, une délégation australienne se rendra à Stuttgart en avril. Elle comprendrait non seulement des représentants des autorités australiennes, mais également des représentants des Aborigènes. Selon le ministère, un acte solennel de remise du crâne au Linden Museum est prévu. Dans le même temps, le Bade-Wurtemberg souhaite enquêter sur les endroits où se trouvent d’autres ossements humains, sur leur origine et sur la question de savoir si un retour leur convient également.

Dès 2014, l'Université de Fribourg avait renvoyé 14 crânes en Namibie. L'anthropologue Alexander Ecker (1816-1887) avait rassemblé une collection de restes humains à Fribourg. 

Posté par jl boehler à 05:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 14 mars 2019

Mexique : découverte sur un site maya

Un «trésor scientifique»

mexique

Des archéologues mexicains ont découvert des centaines de vestiges de très grande valeur dans une grotte située sur le site maya de Chichen Itza, dans le Yucatan (sud-est du Mexique), a indiqué lundi un chercheur responsable de ce projet.

Ce «trésor scientifique», découvert dans cet «espace mystique», compte sept offrandes, notamment des brûleurs d’encens en céramique ainsi que d’autres objets, a indiqué le chercheur Guillermo de Anda lors d’une conférence.

Les scientifiques espèrent que la datation de ces vestiges permettra de savoir qui étaient et d’où venaient les itzaes, le peuple maya qui vivait dans cet état du Yucatan.

Cette grotte avait été découverte il y a plus de cinquante ans par la population locale qui en avait alors informé l’Institut national de l’anthropologie et de l’histoire (INAH).

Un chercheur envoyé par l’INAH avait, pour une raison inconnue, décidé de murer l’entrée de cette cavité et s’était contenté de rédiger un rapport technique dans lequel il n’indiquait pas l’emplacement de la découverte.

Dans un premier temps, l’archéologue Guillermo de Anda, qui travaille depuis trois ans sur le projet Gran Acuifero Maya, n’a pas fait attention à ce rapport.

L’an dernier, alors qu’il étudiait un des gouffres situé près du temple de Kukulcan, situé sur le site archéologique de Chichen Itza, il est tombé sur la grotte Balakmul.

«Ce que nous avons alors découvert était incroyable, rien n’était altéré et un des brûleurs d’encens est même devenu une stalagmite», a raconté Guillermo de Anda.

Les archéologues, qui ont parcouru jusqu’à présent quelque 460 mètres «à quatre pattes ou à pied», continueront à explorer la grotte, profonde d’environ 24 mètres, et à analyser les objets archéologiques in situ.

Les experts pensent que les plus grands brûleurs d’encens pourraient dater de l’époque post-classique (700-800 et  800-1000 après J.C.).

«Il est possible que nous découvrions des matériaux plus anciens, y compris des restes humains squelettiques, sous les boues et les sédiments », a ajouté l’archéologue. (selon AFP)

Posté par jl boehler à 01:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 mars 2019

La conseillère ne peut être au four et au moulin !

Compte-rendu de la réunion départementale du 4 mars !

C'est du rapide ! La vitesse d'arrivée des infos cantonales déteint avec les lenteurs du bulletin municipal. Notre conseillère se promènerait-elle toute la nuit, de boîte aux lettres en boîte aux lettres ? Ou n'informerait-elle que quelques privilégiés ? En tous cas, elle nous livre déjà des résultats de la réunion de la commission permanente du CD. Elle prétend avoir obtenu : 

- 256.840 € pour le collège de Villé ! Oui, mais voilà, il s'agit de la simple reconduction budgétaire en 2019 pour des travaux prévus depuis 2018. Ce montant ne figure d'ailleurs pas dans le compte-rendu de la délibération évoquée.

- 3.500 € pour un photocopieur (toujours au collège), ça fait cher la machine.

- 30.000 € à Décibulles (là encore il s'agit non d'une décision, mais d'une reconduction systématique) ! 

En réalité, notre chère conseillère était absente ce jour-là à Strasbourg. Et pour couronner le tout, elle n'a même pas donné procuration à l'un de ses "amis politiques" (en a-t-elle encore ?). Tout comme elle était absente le même soir au conseil municipal de Villé. On ne peut quand même pas lui demander d'être à la fois au four et au moulin. C'est sûr, aux prochaines élections elle se prononcera pour le non-cumul (des absences) de mandat.

CDJusqu'à maintenant, elle n'a réussi qu'à parler du Champ du Feu et de sa navette. Aussi est-il étonnant qu'elle n'ait même pas tenu à soutenir son collègue d'Obernai pour le développement du même lieu, côté Le Hohwald. 

CD1

CD2

Enfin, soit ! je vais quand même publier ci-dessous le papier qu'elle fait distribuer dans le canton. Tout le monde appréciera.

canton1

canton2

Posté par jl boehler à 05:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 12 mars 2019

Indonésie : torture au serpent

La police enroule un serpent autour d’un suspect pour le pousser aux aveux.

indon_sie

Les autorités indonésiennes ont lancé une enquête lundi après qu’un responsable de la police a reconnu qu’un serpent avait été enroulé autour d’un suspect pour l’effrayer et le forcer à avouer des vols, dans un poste de police de Papouasie, dans l’est du pays.

Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montre un homme soupçonné d’être un pickpocket, assis par terre et menotté, encerclé par un serpent.

Il hurle alors qu’un policier l’insulte: « Combien de fois as-tu volé des téléphones mobiles ? », crie-t-il. « Juste deux fois », répond-il.

Le policier semble vouloir placer le serpent dans la bouche du suspect tandis que ses collègues rient, selon les images de cette vidéo qui n’est pas datée.

« Un policier est actuellement interrogé par la division des affaires internes de la police de Papouasie », a confirmé à l’AFP lundi un porte-parole de la police, Ahmad Mustofa Kamal. Il n’a pas identifié le policier en question ni précisé si d’autres feraient l’objet d’enquêtes.

Tonny Ananda Swadaya, le chef de la police du district de Jayawijaya où s’est produit l’incident, a présenté des excuses, dans un communiqué.

Il a précisé que le suspect n’avait pas été mis en danger. « Le serpent était apprivoisé et n’était pas venimeux ou dangereux ». Les policiers ont eu cette idée « pour obtenir des aveux aussi rapidement que possible ».

Mais « nous travaillerons de façon plus professionnelle à l’avenir », a-t-il promis.

Les forces de sécurité indonésiennes ont été accusées à de nombreuses reprises d’abus contre la population mélanésienne de Papouasie. Les organisations de défense des droits de l’Homme ont rapporté des assassinats extrajudiciaires d’activistes et de manifestants.

Selon l’avocate et défenseure des droits de l’Homme Veronica Koman, cette vidéo vient corroborer des témoignages d’activistes papous.

« Ils savent depuis longtemps que des serpents sont utilisés par la police et par l’armée » au cours d’interrogatoires, a-t-elle indiqué à l’AFP.

La province isolée de Papouasie est l’une des régions les plus pauvres d’Indonésie. Elle a connu plusieurs accès de violences ces dernières années avec notamment l’assassinat par des rebelles indépendantistes de 16 ouvriers d’une compagnie publique employés à construire des ponts et des routes dans un projet majeur d’infrastructure. (selon AFP)

Posté par jl boehler à 09:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 mars 2019

Le "SAGE" du Giessen, c'est quoi ?

Le "schéma d'aménagement et de gestion des eaux" est un document de 52 pages établissant les règles à  respecter pour les cours d'eau. Le "SAGE Giessen Liépvrette" est celui qui traite du Val de Villé et du Val d'Argent. Il a été établi par les trois communautés de communes de la vallée de Villé, du Val d'Argent et de Sélestat & environs, les conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et l'Agence de l'Eau. Le document a été établi définitivement le 28 mai 2015 et a fait l'objet d'un arrêté préfectoral le 13 avril 2016 ! Il est donc opposable à tous, y compris à l'autocasse qui s'est déjà installé dans les locaux et biens des FTV !

SAGE

SAGE1

SAGE2

- A noter que l'auto-casse n'est pas une "activité déjà existante" sur le site FTV toujours classé en "industrie textile" dans les documents administratifs. Déjà là, le bât blesse ! Lors de la réunion publique de novembre 2018 à Villé concernant le PLUi, j'ai posé la question des  FTV. Réponse du président de la comcom : "Le dossier est gelé !" 

Posté par jl boehler à 08:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 10 mars 2019

Une inspection aux anciennes Filatures et Tissages de Villé

Lundi, 11 mars : jour J !

FTV

C'est lundi que le portail des FTV (filatures & tissages de Villé) va s'ouvrir pour la visite de la DREAL et du maire de Villé, en présence du locataire des lieux qui y dépose déjà bien des épaves. C'est la moindre des démarches qu'on pouvait attendre. Même si la délégation ne risque de voir que la partie émergée de l'iceberg tel que présenté au conseil municipal par monsieur le maire, qui ne semble au courant de rien, pas plus d'ailleurs que la conseillère départementale qui ne voit passer que des semi-remorques chargés de carcasses, sans se poser de questions. Ce beau monde mérite donc qu'on lui éclaire sa lanterne !

J'avais déjà publié deux articles sur cette affaire d'affectation des anciennes FTV à une autocasse, mais visiblement certains de nos élus ne sont pas encore abonnés à mon blog. 

Alors, plutôt que de longs textes, je préfère publier quelques photos qui ne sont pas sans intérêt quant à la pollution du Giessen voisin, où se jette tout ce qui est liquide venant de la friche industrielle encore inscrite comme établissement textile du côté administratif. Je suis sûr que la commission chargée de donner l'agrément pour l'autocasse va étudier de près cette question, surtout qu'un étang de pêche se trouve non loin en aval. En cette période d'ouverture de la pêche, une visite sur le terrain s'imposait !

truite

Les riverains se demandent d'ailleurs pourquoi le CSP (conseil supérieur de la pêche) si pointilleux il y a quelque temps, ne fut-ce que pour l'abattage de l'un ou l'autre aulne, ne participe pas à cette inspection. Le "schéma d'aménagement et de gestion des eaux" (SAGE) du Giessen et de la Liépvrette (si cher au président de la comcom) est-il ou sera-t-il respecté ?

Trois sortes de tuyaux, mais une bonne dizaine en tout, qui viennent des FTV et dont le contenu se jette régulièrement dans le ruisseau ! On ne va pas nous dire qu'ils ne servent qu'à évacuer les eaux de pluie ! Villé n'est pas le site le plus humide de la planète. Et alors que depuis des années on nous chante la nécessité de la dépollution, rien n'a n'a encore été entrepris.

  • Petit jeu de perspicacité : sur les photos ci-dessous, par lequel des tuyaux va-t-il sortir de l'huile de vidange ?

ftv5

ftv1

DSCF0576

ftv5

ftv2

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 9 mars 2019

Des temps difficiles pour les fumeurs...

...et encore plus pour les buralistes. Trois (!) nouvelles hausses de prix devraient catapulter le prix du paquet normal (20 cigarettes) à plus de 10 €. Pour la santé publique ?

cigarette1

Le fait que les prix du tabac montent en flèche en France est particulièrement réjouissant en raison des innombrables tabacs qui sillonnent désormais les rues de la petite ville voisine de Kehl. Lorsque le tramway en provenance de Strasbourg entre à Kehl, les caisses dans les magasins sonnent, ce qui n’est pas surprenant, car le tabac et les cigarettes sont bientôt deux fois plus chers en France qu’en Allemagne. Et que dire des tabacs français ?

Le mot magique pour ces marchands de tabac en France qui n'ont pas encore jeté l'éponge s'appelle "diversification". Et ce n’est pas si facile chez les buralistes, car les principaux produits de ces magasins, avec le losange rouge typique dans lequel se trouve le mot "Tabac", ont déjà vendu des produits qui connaissent actuellement des chutes dramatiques - tabac et magazines. Donc, exactement les groupes de produits, où l'eau est à la hauteur de son cou.

Aujourd'hui, de nombreux tabacs en France vendent également des cigarettes électroniques, exploitent des points de collecte de colis, offrent du café à emporter et essaient d'obtenir au moins le loyer du magasin dans toutes sortes de commerces côte à côte, mois après mois. Et même cela ne suffit pas. Rien d’étonnant, alors que toute la clientèle peut facilement se rendre de l’autre côté de la frontière en tram et s'approvisionner en tabac et en cigarettes à des prix beaucoup plus bas.

La lecture officielle est claire: ces augmentations de prix constantes et d’autres mesures telles que les ensembles d’uniformes d’olive avec toutes sortes d’images d’horreur et de slogans, le gouvernement français veut empêcher les gens de fumer. Mais cela ne semble à première vue. Dans la pratique, le fumeur s’adapte aux circonstances - de même aujourd’hui, ceux qui ne peuvent pas payer 10 € pour un paquet de cigarettes fabriquent des cigarettes rembourrées, qui sont nettement moins chères. Mais le moins n'arrête pas.

Il est également clair que les maladies des fumeurs coûtent beaucoup à la Sécurité sociale. L'équation est simple: moins de fumeurs = moins de coûts de soins médicaux. Vous augmentez donc les prix, ce qui fait même de fumer un emploi élitiste. Le millionnaire se moque de savoir s'il paie 8, 10 ou 12 euros pour un paquet de cigarettes, alors que le bénéficiaire de l'aide sociale au tabac doit compter sur chaque gramme de tabac et cela ne changera pas après les prochaines augmentations.

Et si vite est le développement. À partir du 1er janvier, le prix par pack a été augmenté de 0,50 € (certaines marques en ont bénéficié et ont augmenté de 0,60 € le prix antérieur). Ainsi, le prix d’un paquet standard d’une grande marque est passé de 8,20 € à 8,80 €. Et déjà en novembre 2019, il continue et le prix est encore augmenté de 0,50 €. Les marchands et les fumeurs vont s'habituer à contrecœur aux nouveaux prix, puis ils se poursuivront en mars 2020, avec une nouvelle augmentation de 0,50 €. En novembre 2020, le gouvernement veut lever la barrière psychologique de 10 € et y parvient par une nouvelle augmentation de 0,50 €. Le forfait coûte alors 10,30 €, sans aucun supplément supplémentaire à prendre en compte.

Avec cette évolution des prix, il est clair que de plus en plus de fumeurs ne peuvent plus continuer à fumer, car ils ne peuvent plus payer le tabac et les cigarettes. C'est bon pour leurs poumons. Pendant ce temps, les commerçants de tabac réfléchissent fébrilement à la façon de joindre les deux bouts. Dernière idée: On va bientôt tester l’installation de distributeurs automatiques de billets de la SNCF dans des bureaux de tabac.

Au fur et à mesure que vous inversez la situation, la situation est plus qu'inéquitable et carrément existentielle pour les marchands de tabac d'Alsace. Tôt ou tard, il faudra aussi trouver ici des solutions européennes, car cette concurrence déloyale permet à certains d’économiser, mais à d’autres de menacer gravement leur existence sociale. Et ça ne marchera pas comme ça pendant longtemps. (selon "Eurojournaliste")

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 8 mars 2019

Côte d'Ivoire : La Françafrique "à la Macron".

Des soldats français débarquent à Abidjan, les vraies raisons ?

c_te

Deux semaines après la visite du président Ouattara à l'Elysée, voilà que de nouveaux militaires français viennent renforcer l'effectif. Est-ce vraiment l'effet du hasard ? ou faut-il se demander ce qui se trame derrière ça. On se rappelle que c'est l'armée française, sous Sarkozy, qui a mis en place Ouattara. Macron et Ouattara préparent-ils son maintien en place après 2020, année de nouvelles élections dans ce pays africain ? avec une ingérence française supplémentaire de la France macronienne ? Cette présence a en tous cas donné lieu à de multiples supputations sur les rives de la lagune Ebrié.

Et cette situation socio-politique ivoirienne est quelque peu tendue ces derniers temps. Le divorce entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, l'acquittement et la libération de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé par la CPI et leur probable retour en Côte d'Ivoire, la démission de Guillaume Soro de la présidence de l'Assemblée nationale. Voici autant de facteurs qui font monter l'adrénaline à l'approche de la présidentielle de 2020. Le président Ouattara, qui plus est, "réfléchit" à la modification de la constitution pour lui permettre de se présenter pour un troisième mandat. Sans oublier les grèves qui se déclenchent de plus en plus fréquemment, et spontanément, comme celles des enseignants. Et c'est dans cette période d'incertitudes que 500 soldats français débarquent dans la capitale ivoirienne. Pour faire quoi ? Eviter à Ouattara une situation à la "Bouteflika"?

Le rapprochement entre tous ces évènements suscite des craintes au sein de la population ivoirienne. Quelle est donc la mission de ces militaires français arrivés en Côte d'Ivoire ? Telle est l'interrogation qui taraude les esprits des observateurs du paysage politique ivoirien. Il n'y a pourtant pas le feu en la demeure. Mais on ne sait jamais : Ouattara et Macron préfèrent être prévoyants.

A en croire un officier de cette force française, il s'agit d'une opération périodique de relèvement des troupes. « C’est une opération de routine. C’est la relève habituelle chaque mois. Il n’y a pas de raison de s’alarmer », s'est-il expliqué. Il faut rappeler qu'en vertu de l'accord de défense signé entre la France et la Côte d'Ivoire au lendemain des indépendances, les autorités françaises ont entrepris d'installer une base militaire en Côte d'Ivoire. Ainsi, le 43e Bataillon d'infanterie de marine (43ème BIMA) a son garnison à Port-Bouët, non loin de l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Rebaptisé Forces françaises en Côte d'Ivoire (TFCI), cette troupe est plus active dans la lutte contre l'insécurité et le terrorisme dans la sous-région ouest-africaine. Mais ça, c'est la théorie. La pratique en est souvent bien loin. Après tout, n'est-ce pas la "Force Licorne" qui en 2011 a anéanti la flotte aérienne forte de quelques hélicoptères pour permettre au "rebelle Ouattara" de prendre le pouvoir ?

C_te_dIvoire_20170201_1728x800_c

Posté par jl boehler à 03:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 7 mars 2019

Achetez votre voiture d'occasion à Oldenbourg en Allemagne du nord ...

... et récupérez-la à Gerstheim en Alsace !

oldenbourg3

Oldenbourg, vous connaissez ? C'est une ville de 150.000 habitants située en Basse-Saxe, dans le nord de l'Allemagne, près de la côte de la Mer du Nord, à mi-chemin entre les ports de Brême et d'Amsterdam. Le port y est plus "discret" que dans les deux villes voisines. C'est là qu'on retrouve une des adresses d'ECOCASS Sarl, cette société alsacienne qui cherche à s'implanter de plus en plus dans la vallée de Villé, très exactement dans les friches de l'ancienne usine textile FTV (Filatures & Tissages de Villé).

Toujours est-il que, ces voitures figurant sur le très célèbre site de E-Bay, c'est à Oldenbourg qu'on peut contacter les vendeurs de centaines de voitures d'occasion, plus ou moins abimées, très exactement à un bureau "boîte aux lettres" sis à l'adresse Bloherfelder Strasse 41a, dans un quartier des plus huppés de la ville, dans une petite maison individuelle, entre un magasin de modélisme ferroviaire (trains électriques miniatures) et un dermatologue. En tous cas, pas même de quoi stationner plus de trois ou quatre voitures.

Alors où sont toutes ces voitures qu'on ne saurait voir ou conduire pour un essai à Oldenbourg ? Et voilà qu'on tombe sur une note de bas de page, écrite dans un franco-allemand approximatif : "Auto Abhohlung en France 67150 Gerstheim" ! Imaginez le berlinois qui veut acheter sa voiture à Oldenbourg et qu'on va balader vers l'Alsace !

_cocasse1

J'ai donc, histoire d'en découvrir un peu plus, décidé de m'intéresser à l'une des voitures mises en vente par "ECOCASS Sàrl", à travers sa société-relais "CARECO Branch", une belle Mercédès Benz CLC Class 200 CDI, proposée au prix de 3600 €. A première vue elle semble en très bon état. Avec un kilométrage annoncé de 162.000 km pour une voiture de 10 ans (1ère immatriculation en 2009), c'est comme du neuf. Quant à l'intérieur, il est très propre, mais là c'est facile : un bon coup d'aspirateur a pu suffire. Oui, mais voilà, ça ce sont les photos de la voiture serrée contre un mur. Les suivantes sont plus parlantes : côté avant droit, légèrement abimé, quant au côté gauche, de l'avant à l'arrière, il est détruit. 

Alors, le gentil berlinois, s'il achète cette voiture à Oldenbourg, la cherche en Alsace, va aussi devoir prévoir une remorque pour ramener ce bolide chez lui et le faire réparer. La facture de 3600 € va singulièrement s'alourdir. 

_cocasse4

_cocasse2

_cocasse3On peut se demander qui peut bien vouloir acheter, à plus de 1000 km de chez lui, une voiture ! Les clients ne doivent pas être nombreux ! Question qui reste toujours posée : où va alors toute cette ferraille entreposée à Gerstheim, Strasbourg, Sélestat ou Villé ? La proximité d'un port permettant leur embarquement est-elle étrangère à la présence d'une simple "boîte aux lettres" à Oldenbourg. Surtout si l'on sait que Caréco et Ecocass, les deux bras d'une même organisation, possèdent aussi des dépôts au Portugal et en Afrique. 

Et au fait qu'en est-il des frais de douane pour des voitures vendues en Allemagne à chercher en France ?

Et pendant ce temps, à Villé, les semi-remorques chargés d'épaves entrent et sortent de la friche des FTV. Le chauffeur s'arrête à l'entrée, défait le cadenas qui ferme le portail, et referme derrière lui, ne laissant que les traces de pneus derrière lui, sur le sol mouillé. Pour quel mystère ? Attendons pour voir, surtout que des travaux de remise en état de la voie d'accès viennent de débuter ce jour !

DSCF0579

Posté par jl boehler à 08:16 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 6 mars 2019

Une nouvelle destination pour les francophones : Hanoï.

Le 22 février, le Département de langue et de civilisation françaises de l'Université de langues et d’études internationales (ULIS) a organisé l'inauguration de l'Espace France de Hanoï avec la présence de l'ambassadeur de France au Vietnam, Bertrand Lortholary.

hano_Après Vinh (province de Nghê An, Centre), Hô Chi Minh-Ville et Cân Tho (Sud), l'ambassade de France au Vietnam ouvre son 4e Espace France à Hanoï, qui cherche à présenter les valeurs françaises à tous les amoureux de l’Hexagone. Cette fois, l'Espace France se place à l'intérieur du Département de langue et de civilisation françaises de l’ULIS, dépendant de l'Université nationale de Hanoï.

À la cérémonie d'inauguration de l’Espace France de Hanoï du 22 février, l'ambassadeur de France au Vietnam, Bertrand Lortholary, a remercié la collaboration de l’ULIS dans l’ouverture de cet endroit en tant qu'"un lieu d’échange, de culture autour de la France, de la langue française et de la Francophonie".

Mis en fonction depuis novembre 2018, l'Espace France de Hanoï consiste en une salle d'une dizaine de mètres carrés, remplie de documents, de livres, d’ouvrages, de magazines, de photos et d'autres images de la France. Après quelques mois d'activités, ce lieu a d’ores et déjà enregistré un certain succès avec de nombreuses visites quotidiennes.

Depuis sa mise en place dans le programme de l’ULIS il y a près de 60 ans, le français est une des premières langues étrangères enseignées. La cérémonie est aussi l'occasion pour cette université de confirmer le rôle du français dans sa direction éducative.

"Il est certain que de nombreux francophones de la capitale ont été et sont actuellement formés au sein de notre établissement. Il est donc nécessaire de posséder un tel Espace France ici, afin de renforcer la qualité de l’enseignement du français", a indiqué le DDô Tuân Minh, président de l’ULIS.

De son côté, l’ambassadeur français a également précisé le rôle principal de l’Espace France de Hanoï, qui sert à "diffuser les informations sur ce qu’est la France aujourd’hui" et à apporter aux étudiants "la possibilité d’étudier dans un autre pays".

Particulièrement, M. Lortholary a estimé que les Espaces France au Vietnam sont devenus "un lien supplémentaire" entre les deux pays, "et tout particulièrement avec la jeunesse, car en s’appuyant sur la jeunesse de la France et celle du Vietnam, nous pourrons faire vivre notre héritage commun"."Cet endroit me permet de rencontrer de nouveaux amis, a partagé Luong Minh Ngoc, étudiante en 3e année de langue française à l’ULIS. J’y apprends de nombreuses informations qui sont très pratiques pour mes études à l’université".

Après Hanoï, le 5e Espace France ouvrira prochainement ses portes dans la ville portuaire de Hai Phong (Nord). (selon "Le courrier du Vietnam")

hano_1

Posté par jl boehler à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,