samedi 10 novembre 2018

Réunion "Linky"

Jeudi 8 novembre a eu lieu à la MJC de Villé une réunion publique concernant les compteurs Linky. Il me semblait important d'y assister, surtout que Villé va bientôt changer de régie (au 1/1/2020). Je m'attendais à trouver "deux pelés et trois tondus", mais à mon grand étonnement, la salle était pleine à craquer (200 personnes au minimum). Mais un seul maire de la vallée ! Vu la foule, c'est sûr, ils viendront la prochaine fois. Les deux présentateurs du collectif "Linky non merci - Bruche Piémont" ont été convaincants dans leurs explications. Plutôt que d'en faire un résumé, voici la video de l'émission "Envoyé spécial" : "Les révoltés du Linky". Elle présente tout ce qui a été exposé par les deux intervenants bénévoles.

Envoyé spécial. Les révoltés du Linky - 14 juin 2018 (France 2)

Alors comment faire pour garder votre compteur actuel satisfaisant et ne pas accepter Linky ! Envoyez les deux lettres dont le modèle figure ci-dessous, l'une au maire de votre commune (elle est propriétaire des compteurs), l'autre à votre fournisseur d'électricité (Enédis dans la plupart des communes, Centrale électrique Vonderscheer à Villé).

1) Lettre au maire (en LR avec AR) :

maire1

maire2

 2) Lettre au fournisseur (en  LR avec AR) : 

  • Adresse : ENEDIS, Tour Enedis, 34, place des Corolles, 92079 Paris La Défense Cedex
  • Adresse pour les habitants de Villé (régie privée locale) : Centrale Electrique Vonderscheer, 19, rue Louis Pasteur, 67220 Villé

fournisseur

linky

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 9 novembre 2018

La lettre qui a mis le feu aux poudres au conseil municipal de Villé

Où est la cohérence politique du bourg-centre ?

C'est bien d'une "lettre explosive", qui a été envoyée par l'association des commerçants au maire de Villé, qu'il s'agit. Une lettre qu'aucun conseiller n'avait vu le soir du 30 octobre, lors de la réunion plénière. "C'est à quel propos ?" s'étaient osés quelques élus. Le maire avait bien proposé de lire le contenu, mais finalement s'était abstenu. A la lecture, cette "abstention" du plus courageux des personnages politiques du Val de Villé n'est pas surprenante. Voici l'intégralité de ce courrier plein de "tendresses" et de "vérités".

commerce

Posté par jl boehler à 01:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 8 novembre 2018

Macron à Morhange

Les habitants triés sur le volet pour pouvoir rencontrer le président.

morhangeEmmanuel Macron a débuté lundi un périple à travers l'est et le nord de la France. Première étape à Morhange, une ville sinitrée par la crise et où les Morhangeois qui vont assister à la commémoration ont été soigneusement sélectionnés.

Première étape de sa grande tournée sur les lieux historique de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron a rencontré une centaine d'habitants de Morhange en Moselle, une ville durement touchée par la crise et la désindustrialisation. Les heureux élus ont été triés sur le volet, au grand dam des absents du jour.

Posté par jl boehler à 03:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 7 novembre 2018

Arnaque et diffamation par internet

Longwy : un bar devient centre de détention sur Google

google

Dimanche soir, le gérant du Diamond, à Longwy, a constaté que son bar était répertorié comme « Centre ce détention pour immigrants » par Google Maps. « C’est du racisme ! », estime Sofien Mostefa-Sba.

Comment un bar peut-il se retrouver répertorié comme centre de détention pour immigrants sur internet ? Rien de plus simple… À Longwy, le patron du Diamond l’a appris à ses dépens. Dimanche soir, un client l’a alerté sur la mention attachée à son établissement par Google Maps… « Quel est l’intérêt de faire ça ? Nous salir ? Nous faire fermer ? S’en prendre à un musulman ? », se questionne le gérant, Sofien Mostefa-Sba, 27 ans.

La méthode, elle, est des plus simples. Pour changer la catégorie d’un lieu sur Google Maps, il suffit de… créer un compte Google ! La société collecte des infos que le demandeur peut aisément fausser. Sauf le numéro de téléphone. Celui-ci est nécessaire afin que le site vérifie que l’internaute est bien l’utilisateur de l’appareil.

Le compte Google créé, son propriétaire est autorisé à « suggérer une modification » sur n’importe quel lieu. Puis la faire valider en quelques secondes. Et l’efficacité de l’option « Vous possédez cette entreprise ? », vouée à empêcher les interventions indésirables, reste à prouver… La blague a un revers non négligeable. Elle peut être qualifiée de diffamation, ou bien de provocation à la discrimination, par des moyens de communication électronique, explique le commissaire Jean-Baptiste Leheup, à l’hôtel de police de Mont-Saint-Martin. Par conséquent, elle se traduit par une peine allant jusqu’à un an de prison et 45000 euros d’amende. (Selon "Le quotidien", journal indépendant du Luxembourg)

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 6 novembre 2018

Où est le "plan grand froid" promis par Macron ?

Vannes : une retraitée expulsée car elle ne payait plus le chauffage

vannes

Françoise Le Clanche, enseignante retraitée de 66 ans, a été expulsée de son logement HLM mercredi 31 octobre à Vannes (Morbihan), à la veille de la trêve hivernale. Elle assure qu'elle payait son loyer, mais plus le chauffage, trop cher.

Le timing est mal choisi, à la veille de la trêve hivernale et alors que le gouvernement vient d'annoncer son plan grand froid.

Mercredi 31 octobre, des huissiers et des policiers sont venus au matin pour expulser Françoise Le Clanche, enseignante à la retraite de 66 ans, relate RTL. Comble de la situation : la retraitée devra payer elle-même les frais d'expulsion... Celle-ci a été filmée par un soutien de l'ancienne enseignante sur place : la vidéo, qui dure plus de 30 minutes, a déjà été vue plus de 50 000 fois sur Facebook depuis mercredi soir.

Trois chats comme seule famille

Françoise Le Clanche assure qu'elle payait son loyer à HLM Vannes Habitat. Mais elle ne pouvait plus payer le chauffage, trop cher pour elle. Une réalité à laquelle sont confrontés de nombreux Français : selon un rapport publié par le médiateur national de l'énergie, 30% des Français vont réduire le chauffage dans leur habitation cette année en raison du coût de cette dépense.

Françoise Le Clanche explique que sa retraite est passée de 1 080 à 880 euros et qu'elle a perdu son APL en 2016, détaille RTL. Elle assure que son bailleur n'aurait pas apprécié ses critiques concernant la vétusté de son logement, d'où son expulsion à la veille de la trêve hivernale... Contacté par RTL, Vannes Habitat évoque une procédure de 4 ans, des loyers impayés et des tentatives de relogement qui ont échoué, ce que dément la principale intéressée. Durant ce pont de la Toussaint, la retraitée est restée dans l'attente d'une solution d'hébergement avec sa seule famille : ses trois chats... (selon AFP)

Posté par jl boehler à 05:32 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 5 novembre 2018

Migrants honduriens en marche vers les Etats-Unis

Qui se cache derrière la caravane des migrants ?

honduras2

Cette caravane de migrants n'est pas un mouvement spontané, comme certains l'affirment. Ce n'est pas non plus une action lancée par le camp démocrate, ou républicain, aux États-Unis. À l'origine, c'est un opposant au président du Honduras, Luis Redondo, qui a lancé cet appel sur les réseaux sociaux. Elle appelle les Honduriens à se retrouver le 12 octobre pour aller au Mexique. Cette « caravane » est une manière pour ce politique  de dénoncer la "corruption" du parti au pouvoir au Honduras. Et la date du 12 octobre n'a pas été choisie au hasard :  c'est le jour de la découverte de l'Amérique  par Christophe Colomb, jour de protestation  dans toute l'Amérique latine - et fête nationale en Espagne.

Qui finance la caravane ?

honduras3

Dans un tweet, un membre du Congrès républicain proche de Trump, Matt Gaetz y assure que les migrants sont payés pour rejoindre le mouvement. Sur Fox News, le 25 octobre 2018, on insinue même que c'est George Soros, le milliardaire américain, juif,  qui finance cette « invasion de migrants » pour reprendre leurs termes. Nous avons posé la question à la principale ONG qui accompagne les migrants, qui se trouvent actuellement au Mexique. Selon Rodrigo Abeja, membre de l'ONG Peuples Sans Frontières"C'est un mensonge grotesque de dire que la caravane est financée par les démocrates, les républicains ou George Soros" L'ONG Peuples Sans Frontières collecte des fonds, sur Internet, via un système de financement participatif. Les migrants sont donc aidés par cette ONG, des bénévoles, mais aussi par les habitants des régions qui leur donnent de la nourriture et des médicaments.

Qui sont ces migrants ?

honduras4

Pour l'entourage de Donald Trump, pas de doute : ce groupe est infiltré par Daech. Une assertion que ne dément pas le président américain. "Vous allez trouver des gangs du Honduras, vous allez trouver le Moyen-Orient, vous allez trouver de tout dans cette caravane !" se permet ce président populiste. Ces accusations sont démenties par Amnesty International,  qui s'est rendu sur place. "Nous n'avons pas vu de personnes du Moyen-Orient à la frontière. Nous avons vu des familles avec des jeunes enfants et des mamans qui allaitaient", assure Adeline Neau, chercheuse à Amnesty International. La plupart des migrants fuient le Honduras, où sept habitants sur dix vivent dans la pauvreté. 

À qui profite la "caravane" ?

Cette caravane de migrants a déclenché une polémique aux Etats-Unis. Ce thème polarise désormais tout le débat de la campagne des élections de mi-mandat. C'est une aubaine pour les Républicains, et  Donald Trump. C'est en tout cas l'analyse du président, le Harpers magazine : "Cela aide les Républicains, beaucoup plus que les démocrates, de voir une foule qui avance vers la frontière. C'est le cauchemar dont Trump parle sans arrêt". Ces migrants sont donc doublement instrumentalisés - par l'opposition politique hondurienne, et aussi par les Républicains aux États-Unis. Donald Trump souhaite laisser ces migrants aller à la frontière, dans des tentes, sous la surveillance d'au moins 5000 militaires.

Posté par jl boehler à 00:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 4 novembre 2018

Compteurs Linky en débat !

Electricité : changement de concessionnaire à Villé ! qu'en est-il des compteurs ?

detective_linky

"La centrale électrique Vonderscheer a notifié à la commune de Villé sa décision de mettre un terme définitif au contrat de concession pour la gestion du réseau basse tension et la fourniture d’électricité. La concession s’achèvera le 31 décembre 2019 à 23 h 59. La commune est donc amenée à trouver un nouveau concessionnaire pour permettre la continuité de la distribution d’électricité à ses habitants. Les élus ont décidé d’entrer en négociation avec Enedis et EDF pour envisager la reprise de la concession et, le cas échéant, avec d’autres partenaires. Ils ont aussi convenu de négocier avec le Syndicat d’électricité et de gaz du Rhin, dont la commune est déjà membre pour la partie haute tension, en vue de se faire conseiller pour la suite de la procédure." (DNA du 1/11/2018)

compteur

Du coup, on revient à un problème  soulevé dans la France entière : les compteurs Linky, dont plus de 500 communes ont déjà refusé l'installation par délibérations suivies d'arrêtés municipaux pris par leur maire. A Villé, rien n'effarouche la municipalité qui n'a même pas abordé le problème. Devant l'ampleur de la contestation tout à fait justifiée, une réunion est organisée le jeudi 8 novembre à 20 h à la MJC. Il faut remercier le groupe "Linky non-merci" de cette initiative. J'y serai. En attendant, vous pouvez déjà visionner la video ci-dessous. Elle est édifiante. Vous y verrez tous les problèmes soulevés :

- le coût de l'installation

- l'augmentation des factures

- le manque de garanties de sécurité

- le piratage des logiciels

- l'atteinte aux libertés individuelles

- la revente de fichiers à des sociétés commerciales

- les pertes d'emplois du fait des plates-formes gérées depuis l'étranger (Tunisie, Côte d'Ivoire, Madagascar, ...)

Vous apprendrez aussi comment refuser ces compteurs lors du passage du réseau à un nouveau concessionnaire, comme à Villé, et les recours juridiques !

Venez nombreux à cette réunion ! Tout doit être clair pour tous les consommateurs d'électricité !

"Compteur Linky pourquoi le REFUSER"

compteur1

Posté par jl boehler à 00:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

samedi 3 novembre 2018

Villé : ambiance au conseil municipal

Pour une réponse positive à vos demandes, il suffit de "traverser la rue" !

Notre président de la république à tous a donné le ton pour l'emploi ! A Villé il semblerait qu'on va au-delà : "Traversez la rue à hauteur de la place du marché et entrez à la mairie !" Et de préférence, traversez et entrez le dernier, vous serez le mieux servi ! 

pfann1

C'est ce qu'on a pu voir dans les différentes affaires abordées. Mais revenons d'abord sur l'élection d'un nouvel adjoint. Après la démission de la conseillère départementale première adjointe, il a fallu du temps (4 mois) pour trouver un remplaçant. Il n'y aurait pas eu, selon la presse locale, foule à se bousculer au portillon. Selon d'autres sources, deux candidats se seraient déclarés auprès du premier magistrat. Ce qui explique la longueur, la largeur et la profondeur de la réflexion nécessaire. Finalement, c'est le maire qui aurait choisi seul le candidat autorisé à se présenter. C'est ce qui s'appelle des primaires à la villoise. Deux concurrents du même camp, voilà qui aurait divisé un peu plus une majorité moutonnière si fragile ! Quant au candidat refoulé, je ne vous donnerai pas son nom. Mais allez donc voir du côté des absents en cette soirée historique. En tous cas, bravo, la démocratie a été respectée, le "silence dans les rangs" aussi !

pfann

D'ailleurs la suite de la réunion aura conforté la solidité de cette majorité. Je ne citerai que le déplacement possible d'un supermarché vers l'entrée de Villé. Là aussi, il semblerait que, selon certaines sources, c'est le résultat d'une demande d'un quidam conseiller, souvent souriant mais taiseux, plus efficace dans la simple traversée de rue que dans ses interventions en réunion publique.

s_ance_tendueEnfin, au bout du compte, après tant de bêlements, toutes les décisions ont été prises à l'unanimité ! C'est la "realpolitik" du maire de Villé, on reporte à une réunion ultérieure les points litigieux, ... en "oubliant" à l'occasion de les réinscrire à l'ordre du jour ?

A noter aussi la réfection et les travaux d'aménagement de l'ancien parking Super-U au centre-ville. Cela fait deux ans qu'une convention est prête à signer à la comcom, sans que la magistrature villoise ne bouge ! Et voilà que le maire veut faire le difficile en laissant entendre "que la commune ne pourra en aucun cas être appelée à une réfection complète des enrobés, ni à la pose d’enrobé sur la partie en gravier". Voilà qui risque d'être un obstacle à la signature. Le torchon risque encore de brûler entre Riebel et Frantz !

d_cisionsRappel important :

Lundi, 12 novembre 2018 à 20h00 à la salle festive de l'école primaire de Villé, réunion publique dans le cadre du PLUi ! Tout le monde a droit à la parole ! Venez nombreux !

Dernière minute :

Une fois de plus, la municipalité de Villé se singularise par le retard apporté à la distribution du Comcom INFO. Porté ce vendredi après-midi vers 14 h, il n'a pas permis aux habitants de Villé, propriétaires fonciers dans certaines communes de la vallée, d'assister aux réunions du PLUi qui ont eu lieu à Dieffenbach-au-Val le 23 octobre et à Maisonsgoutte le 30 octobre. Merci Monsieur le Maire de Villé !

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 2 novembre 2018

Pour un RPI à Villé, attendez le Père Noël !

Voilà ce que c'est que de présenter en conseil municipal des dossiers peu ficelés, Monsieur le Maire ! Il n'y a qu'à lire le compte-rendu du conseil municipal du mardi 30 octobre dans la presse locale pour en saisir la douce réalité.

alb_1

Le RPI attendra !

Les élus villois devaient voter mardi soir la création d’un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) entre les écoles de Villé et d’Albé. Il en a été finalement autrement.

Cette solution avait été proposée parce que les effectifs des écoles publiques des deux communes ont été jugés trop fluctuants pour permettre à chaque structure d’assurer seule dans de bonnes conditions la scolarité de tous les enfants.

« Il pourrait être intéressant que les maternelles aillent à Albé car l’école y est toute neuve. Elle possède deux salles de classe et deux enseignantes. Cela permettrait également d’aménager les locaux de maternelle de Villé en accueil périscolaire », explique l’adjointe aux affaires scolaires Françoise Grandvallet.

« On ne va pas garder les quatre, c’est clair et net »

Le conseiller municipal Franck Jehl n’est pas du même avis et se pose moult questions qui sont restées, mardi soir, sans réponses précises : « Comment ça va se passer avec nos trois Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles)  ? On va en licencier ? » L’adjointe confirme que « c’est un point à travailler car il y en a aussi une à Albé ». « On ne va pas garder les quatre, c’est clair et net », intervient le maire André Frantz.

Franck Jehl se demande également si les parents d’élèves ont été « sondés », qui va prendre en charge le bus et combien ça va coûter. Car, selon lui, « Albé est plus demandeur que nous. Je sais que leur bâtiment a été refait il y a deux ans mais on n’y peut rien ! »

Pour André Frantz, il n’y aurait pas à discuter, « il est important de créer ce RPI, surtout qu’on ferait d’une pierre deux coups avec l’accueil périscolaire. Ça serait bizarre que Villé ne fasse pas de RPI alors que toute la vallée fonctionne comme ça ! » D’autant plus que pour Frédérique Mozziconacci, « c’est un projet global et il est important de coordonner l’école et le périscolaire ».

L’élu d’opposition Michel Gilardeau trouve que « les remarques sont justifiées. Il faut trouver des solutions et il n’y a rien de facile. Mais ce serait bien que les élus ne soient plus mis à l’écart et soient correctement informés des avancées des dossiers pour éviter de se retrouver sur des points de blocage lors des conseils. »

« Il n’y a pas d’anguille sous roche. Ça ne peut être que pour le bien des enfants »

Le maire poursuit selon son idée : « Si on arrive à mener de front les deux dossiers, ça ne peut être que gagnant-gagnant. » Et pour calmer le jeu, il affirme qu’il « n’y a pas d’anguille sous roche. Ça ne peut être que pour le bien des enfants. L’urgence, c’est l’accueil périscolaire pour les enfants de 3 à 11 ans. »

Franck Jehl ne veut pas « signer un chèque en blanc. Je ne suis pas d’accord de voter ça. » Il manque trop d’éléments selon lui. Et Michel Gilardeau l’appuie dans ce sens : « On ne sait pas où on va. Je ne suis pas à l’aise avec ce qui est dit là. Il nous faudrait une vision plus claire de ce qui va se faire. »

André Frantz, déçu, s’avoue vaincu pour le moment et décide d’ajourner ce point. La question d’un RPI entre Villé et Albé est reportée au prochain conseil municipal, en décembre. (extrait des DNA du 1/11/2018)

Prochain article : 

"Pour obtenir satisfaction à la mairie, traversez la rue !" 

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 1 novembre 2018

Le prix de l'essence grimpe !

Trop c'est trop ! Les usagers s'insurgent contre la hausse démentielle des prix des carburants.

Pourquoi les prix des carburants sont-ils en hausse ?

Posté par jl boehler à 00:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :