mercredi 18 avril 2018

Bachar, Plenel, Bourdin : les esquives jupitériennes

Pas de président au menu !

ED0

On se demande bien si des aviateurs ou des marins français ont envoyé des missiles sur des usines désaffectées en Syrie. Même Poutine annonce que les Russes n'ont détecté aucun avion français dans l'espace aérien syrien. C'est quoi, ça ? Un gros mensonge ? Et de la part de qui ? Ou une fois de plus a-t-on droit à une grossière esquive macronienne, notre président ne souhaitant déplaire ni à Trump, ni à Poutine ?

Et ses esquives dans le débat sur BFMTV avec J-Jacques Bourdin et Edwy Plenel sont d'un bagoût sans limite. Ainsi, on apprend que c'est le président lui-même qui a demandé à ses interlocuteurs journalistes de l'appeler "Emmanuel Macron" et non "Monsieur le Président". Il paraît que ça le rend plus jeune, et les autres plus impolis. 

Et cela évite à notre président, pourtant pas à court d'idées lorsqu'il s'agit de parler finances avec les plus riches, d'éviter d'exposer la suite de son programme. Juste une petite allusion à un deuxième jour férié sacrifié pour les malades et les impotents. Juste pour tâter la température...

Quant au "match de boxe électrique", il a bien eu lieu comme prévu. Enfin, c'est ce qu'on veut nous faire croire. Même nos amis africains s'en sont rendus compte (voir ci-contre l'extrait de "L'éléphant déchaîné", journal satirique de Côte d'Ivoire).

Il n'y a pas eu besoin de faire appel au KGB pour détecter que le "combat de coqs" était arrangé en "envoi de gentillesses cogitées à l'avance". Pour le plus grand plaisir du président ou d'Emmanuel Macron ?

bourdin

Posté par jl boehler à 00:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 17 avril 2018

Syrie : le coût d'une nuit de frappes

La France a tiré pour la première fois des missiles de croisière navals à 2,86 millions d'euros pièce

frappes3

Neuf avions de chasse, cinq frégates de premier rang, et pour la première fois, des tirs de missiles de croisière navals: la France a mobilisé d'importants moyens pour frapper des "sites de production et de stockage d'armes chimiques" du régime syrien, aux côtés de ses alliés américain et britannique.

Paris a tiré douze missiles de croisière sur la centaine ayant visé la Syrie dans la nuit de vendredi à samedi, à partir de 3 heures à Paris, (4 heures en Syrie), selon les informations fournies par l'Élysée et le ministère des Armées.

Parmi eux, trois missiles de croisière navals MdCN, d'une portée de 1000 km et d'une précision de l'ordre du mètre, ont été tirés par une frégate multimissions (FREMM). Une première pour la France qui n'avait encore jamais utilisé cet armement en situation réelle. Paris rejoint ainsi le club fermé des pays disposant, comme les États-Unis (avec le Tomahawk) ou la Grande-Bretagne, de missiles de croisière embarqués sur des bâtiments de guerre.

Ces missiles, développés par la groupe français MBDA, sont très coûteux, souligne BFMTV. D'après la loi de finance de 2015, sur laquelle la commande de ces missiles est enregistrée, chacun d'eux coûte 2,86 millions d'euros, deux fois plus cher que le Tomahawk américain (1,5 million d'euros selon un rapport du sénat américain).

Ce missile, long de près de sept mètres et d'une portée de 1000 kilomètres peut être lancé depuis un navire ou depuis un sous-marin.

Au total, en Méditerranée, Paris a déployé trois FREMM (sur les cinq actuellement en service dans la Marine), une frégate anti sous-marine, une frégate antiaérienne et un pétrolier... (selon le Huffington Post)

Posté par jl boehler à 03:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 avril 2018

Frappes militaires en Syrie

"Des colonnes de fumées au-dessus de Damas"

frappe

Dans un raid conjoint, les Etats-Unis, la France et de la Grande-Bretagne ont bombardé plusieurs cibles militaires en Syrie. Des cibles essentiellement liées au programme chimique syrien officiellement démantelé depuis 4 ans.

Le site le plus important est situé près de Damas, il s'agirait du centre de recherche de Barzeh, le CERS. Il faisait déjà partie des cibles évoquées par les autorités françaises, en préparation des raids stoppés in extremis fin août 2013.

Aucun site russe touché

Deux autres cibles au moins sont situées près de Homs dans le centre du pays ont été bombardés, peut-être des sites de stockages clandestins. La ministre de la Défense française Florence Parly parle, elle, de « sites de productions ». L'OSDH, l'Observatoire syrien des droits de l'homme, évoque aussi le bombardement d'une caserne de la garde républicaine dans les environs de la capitale. Aucun site russe n'a toutefois été touché précise Moscou.

frappes

A Damas, la réaction de la défense aérienne syrienne a été modérée, quelques tirs de missiles ont été aperçus mais « aucune perte humaine n'est à déplorer » côté américain selon le Pentagone.

Dans la nuit, l'Elysée a publié une vidéo montrant le décollage de quatre Rafales de l'armée de l'air équipés de missiles de croisière. Le ministère des Armées assure également que les frégates Fremm ont été impliquées dans l'opération. Au total douze missiles de croisière ont été tirés, des missiles à longue portée pour rester en dehors des défenses syriennes et russes. Paris ajoute que la France n' a pas pris part au bombardement du centre de recherche sur les armes chimiques situés prés de Damas, déjà considéré comme une cible il y a cinq ans mais toujours actif, souligne-t-on dans l'entourage de Florence Parly. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian affirme pour sa part « qu'une bonne partie de l'arsenal chimique syrien a été détruit ». « Les Russes n'ont pas été prévenus des cibles retenues, ni même du moment ou elles seraient frappées, mais nous nous sommes assurés que chacun serait dans son coin durant l'opération afin d'éviter, les méprises ou les accidents », a confié un gradé de l'armée française à RFI.

Une centaine de missiles tirés

frappes1

Le Pentagone laisse entendre que les frappes occidentales ont porté un coup sévère au programme chimique syrien. Il « mettra des années à s'en remettre », affirme un haut responsable du Pentagone, le général Kenneth McKenzie, ajoutant que les défenses anti-aériennes russes n'ont pas été activées et celles du régime syrien ne l'ont été qu'après la fin des frappes.

Une centaine de missiles aurait été tirés, des frappes donc limitées à des objectifs syriens, limitées dans le temps et destinées surtout à envoyer un message aux autorités syriennes. D'ailleurs l'Elysée précise dans un communiqué, que la France et ses partenaires, vont reprendre dès aujourd’hui leurs efforts aux Nations unies pour la mise en place d'un mécanisme d'enquête sur l'usage de l'arme chimique en Syrie.

Des conséquences limitées

frappes2

Sur le terrain, les conséquences de ces frappes seront certainement limitées, comme c'est à chaque fois le cas lors de frappes dites « punitives ». Cela fait une semaine que tout le monde parle de frappes occidentales en Syrie, l'armée syrienne qui est en guerre depuis sept ans maintenant, et qui compte des conseillers russes, a donc certainement dû prendre des mesures pour se protéger, ou déplacer certains équipements importants.

Dès 2013, par exemple on sait que l'état-major syrien à Damas a déménagé. Le site qui a été visé, dans la banlieue de Damas, le CERS est très connu. C'était donc une cible toute désignée. Pas sûr donc qu'il y ait des choses très intéressantes à l'intérieur. (selon "RFI")

Posté par jl boehler à 03:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 15 avril 2018

Villé : des progrès dans la com'

La ruée vers les travaux citoyens ?

oschterputz

On ne peut pas dire que la communication de la municipalité de Villé n'est pas en progrès. Il fut un temps où le bulletin municipal était distribué après les événements qui y étaient annoncés. Il y a un autre temps qui court depuis un an où le site internet communal est "en maintenance" : il n'y paraît rien, même pas les heures d'ouverture de la mairie.

Alors, oui ! reconnaissons les progrès ! La parution de "l'Oschterputz" ne s'est pas faite "après", mais "le jour même" ! Encore un petit effort, monsieur le maire, et on y arrivera. Tout comme on y arrivera pour la "web-information" puisqu'au budget primitif de 2018 vous avez prévu la modique somme de 10000 € (dix mille, oui c'est bien ça) pour faire fonctionner votre site. Les cyber-citoyens de Villé en on marre d'aller sur http://www.ville67.fr/ et de lire la seule mention "Authentification requise, votre connexion à ce site n'est pas privée ".

L'annonce par voie de presse 15 jours avant l'événement, de la journée citoyenne, va permettre à tous les villois de se ruer vers l'étang de pêche où ils vont se retrouver "serrés comme des harengs". Les contribuables du bourg-centre vont pouvoir déduire de leurs impôts locaux le rempotage des fleurs. Et le premier magistrat sera tout heureux à l'automne prochain d'annoncer l'obtention de la "quatrième fleur". Encore un vin d'honneur où les conseillers municipaux seront plus nombreux qu''à l'Oschterputz, MDR !

vin_d_honneur

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 14 avril 2018

Le "manu militari" de plus en plus fréquent sous l'ère Macron

Scandale : Violente expulsion d'un sans-papiers sur un vol Air France Paris-Abidjan, trois Ivoiriens interpellés par la police

police_expulsion

L'intervention de forces anti-émeutes sur un vol Air-France malgré l'opposition des passagers, voilà l'illustration du durcissement du tandem Macron - Collomb. Jeudi 12 avril à 10h30 à Roissy-Charles de Gaulle, des voyageurs médusés et indignés ont pu assister et voir une personne conduite manu militari, menottée, encagoulée, pieds ligotés, solidement tenue par les policiers jusque dans l'avion.

Les passagers se sont mis à protester contre cette déportation forcée. Certains ont même été "embarqués" vers le poste de police. Au sein de l'appareil, il y a eu des cris, les passagers refusaient de s'asseoir. L'homme était traité comme un animal. L'ivoirien monté de force, pleurait et s'agitait. Les policiers menaçaient aussi les personnes qui tentaient de s'interposer, ou qui, simplement, ne se taisaient pas. Les voyageurs qui ont filmé la scène avec leurs portables se sont vus expulsés de l'appareil. 

L'ambassade de Côte d'Ivoire a été appelée, mais est restée sans réaction. C'est habituel. La Côte d'Ivoire fait encore partie de la françafrique. France, terre d'accueil... pour riches roitelets africains au service de ...

Posté par jl boehler à 00:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 13 avril 2018

Les zoos humains

Une histoire stupéfiante et peu connue

zoos

L'histoire stupéfiante et peu connue d'hommes, de femmes et d'enfants qui furent exposés, exhibés, au même titre que des animaux exotiques en Europe, en Amérique et au Japon. Depuis la seconde moitié du XIXème siècle jusqu'au début de la première guerre mondiale, cette pratique s'était développée. Elle concerne les populations les plus diverses de chaque continent.

Pendant plus d’un siècle, aussi bien en Europe, qu’aux Etats-Unis et au Japon, des êtres humains à part entière ont été considérés comme des attractions. L’Homme est alors exhibé à l’Homme dans le cadre d’expositions universelles ou coloniales, dans des zoos, des cirques ou des villages indigènes reconstitués. On compte entre trente et trente-cinq mille figurants, exhibés devant plus d’un milliard deux cent millions de visiteurs.

Pour la première fois, un documentaire fait ressurgir ce pan oublié de l’histoire de l’humanité en s’appuyant sur les témoignages de six parcours singuliers à découvrir, six histoires emblématiques, six destins incroyables ! Ce film est une occasion unique pour comprendre, grâce à des récits personnels et des images inédites, ce pan de notre Histoire.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 12 avril 2018

Parti socialiste : quel gâchis dans la ruralité

Les nombreuses erreurs se paient maintenant !

PS_Vill__2Il y a longtemps que le feu couve dans les sections rurales du PS du Bas-Rhin. Et cela ne date pas d'hier. L'exemple de la section du PS du Val de Villé n'en est qu'un parmi d'autres du nord au sud et de l'est à l'ouest du département. Le problème est en fait vieux de 10 ans, voire de 15 ans, dans certains secteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c'est peut-être les élections de responsables socialistes dans la communauté urbaine de Strasbourg qui en sont à l'origine. Les sections rurales sont restées les parents pauvres sans élus, et lors des négociations de désistement ou de soutien à d'autres partis de gauche elles servaient d'office de monnaie d'échange, car il fallait évidemment assurer la réélection des élus de la métropole strasbourgeoise. 

Tel a été le cas pour la section de Villé : les candidats PS locaux, magré de bons scores lorsqu'ils se présentaient, ont dû d'une façon ou d'une autre laisser place à des candidats parachutés de partis dits "frères" (PC en 1998, EELV en 2011), parfois même pour un candidat qui à d'autres élections avait soutenu la droite (voir communiqué du PS ci-dessus, datant de 2011).

Pire, pour des élections primaires aux présidentielles, le bureau de vote de Villé fut abandonné au PRG, à qui la fédération du Bas-Rhin a payé le taxi de Strasbourg à Villé, car il n'y avait bien sûr pas de militant PRG dans la vallée.

Puis les affaires allèrent en se dégradant : à des élections internes suivantes, les militants du Val de Villé furent invités à voter à Ranrupt, et comble, pour le dernier congrès à Dorlisheim.

Tout cela parce-qu'à Strasbourg, il semble que les deux derniers secrétaires fédéraux successifs, malgré les appels des sections rurales - et notamment celle de Villé - n'ont jamais voulu se rendre dans les campagnes.

Comme Jeanne d'Arc, elle veut venir avec son armure !

pernelle

Et voici qu'on apprend par la presse, que la nouvelle première secrétaire fédérale, pas différente de l'ancienne co-responsable du gâchis, veut au bout de 7 ou 8 ans faire une incursion dans la vallée, non pas pour relancer la section, mais pour laisser choisir ses éventuels adhérents, entre un rattachement à une grande (géographiquement) section Saâles - Schirmeck - Molsheim - Mutzig - Rosheim - Obernai - Wasselonne - Mossig, ou à une grande section Sélestat - Marckolsheim - Benfeld - Erstein, ce qui permettrait aux militants du Val de Villé de découvrir Rhinau lors d'un prochain vote interne...

« Je prendrai mon armure, sourit Pernelle Richardot, et j’irai à leur rencontre pour savoir s’ils préfèrent être rattachés à la section de Molsheim/Vallée de la Bruche ou à celle du Centre-Alsace. C’est d’ailleurs la première section que je vais rencontrer. » peut-on lire dans les DNA et L'Alsace qui à cette occasion deviennent ces jours-ci l'organe de communication interne de la Fédération 67 du PS.

Eh bien, Pernelle ! toi qui es élue conseillère régionale "à l'insu de ton plein gré", voilà une conception qui marque un peu plus ton mépris pour les campagnes, car ce n'est pas comme ça que tu implanteras un peu plus les sections et le parti dans le monde rural. Et d'ailleurs, la question reste posée : les militants de la plaine et des vallées, ont-ils encore envie de te revoir ?

Et à continuer sur la voie que tu as prise, tu pourras bientôt ne comptabiliser que 3 "grandes sections" : Bas-Rhin nord, Bas-Rhin sud et C.U.S.

Lalsace0804PSVill_

Posté par jl boehler à 05:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 11 avril 2018

Grèves à Fribourg-en-Brisgau et dans le Pays de Bade

Les chemins de fer, les bus, les poubelles, les crèches : autant de secteurs touchés par l'appel à la grève du syndicat Verdi.

badeAlors que certaines grèves sont habituelles, c'est par contre la première fois depuis 2009 qu'un débrayage d'importance touche les transports en Allemagne. Mais nos voisins germaniques, plus solidaires que certains Français avec les grévistes, acceptent volontiers sans ronchonner de se rabattre sur les navettes, les taxis ou le covoiturage. Certes, les embouteillages routiers sont une gêne, mais c'est bien un moindre mal auquel s'adaptent autant les personnes âgées qui se rendent chez leur médecin ou qui vont tout simplement faire du shopping, que les salariés qui se rendent à leur travail. Pour les bus, seules trois lignes de Fribourg restent opérationnelles, et les bus scolaires sont tous à l'arrêt.

Mais la grève d'avertissement du 10 avril a vu la plupart des 21 garderies urbaines de Fribourg fermées (seules 2 sont restées ouvertes). Mais en ville, ce sont bien d'autres secteurs qui ont été touchés : les administrations de la municipalité, les centres de soins de jour, les sociétés de jardinage, de génie civil et du bâtiment. Verdi a d'ailleurs annoncé trois jours de grève supplémentaires avant les négociations prévues pour la semaine prochaine.

Les syndicats réclament 6 % de plus de salaire, avec une augmentation minimale de 200 €/mois. Et d'autres villes du Bade-Würtemberg seront touchées à partir du jeudi, 12 avril : Stuttgart, Reutlingen, Tübingen, Heilbronn, Ludwigsburg, Böblingen et Ulm. Et ce jour, toute la fonction publique sera touchée. Pas de transports en commun, pas de jardins d'enfants, pas d'administrations, accueils réduits à l'indispensable dans les hôpitaux, pas d'élimination des déchets, chantiers de construction à l'arrêt.

Et une grande manifestation de protestation contre le "social-libéralisme" de la grande nouvelle coalition gouvernementale CDU/SPD aura lieu à Stuttgart à 11h, à laquelle appellent tous les syndicats. La grève s'étend peu à peu à toute l'Allemagne, déjà les aéroports de Stuttgart, mais aussi Francfort, Münich, Cologne et Brême voient peu d'avions s'envoler, du fait de la grève du personnel de la Lufthansa.

bade1

Posté par jl boehler à 02:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 avril 2018

La Poste : panne nationale

Les guichets bloqués dans toute la France 

poste

Le serveur général de La Poste a été touché ce lundi par un bug informatique, paralysant les 8 500 guichets de France. Ils ont été paralysés tout ce lundi.

Finalement, en milieu d'après-midi, le bug a été identifié et la totalité des bureaux ont rouvert. « Il s'agissait d'un problème technique et non d'une cyberattaque, rien d'inquiétant », a précisé La Poste.

Étaient concernés aussi bien les opérations financières que les commandes de timbres, les envois ou réceptions de courriers qui nécessitent de se rendre au guichet.

Les distributeurs de billets n'avaient, eux, pas été impactés et ont fonctionné du moins en matinée. Tout comme le site internet de La Poste ou encore l'application mobile de l'entreprise. 

Voilà de nouveaux retards de courrier prévisibles ! Mais "rien d'inquiétant", selon la direction de La Poste.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 9 avril 2018

Un "faux ami" tente de vous arnaquer

Attention : pas de véritable recours !

arnaque

L'arnaque par des "amis" qui ont piraté une boîte e-mail d'un de vos corespondants, est de plus en plus fréquente. Souvent on est démuni devant une tentative qui touche toutes vos connaissances.

Voici comment ces pirates du net procèdent :

Première étape : vous recevez un message succinct par internet : "Puis-je te parler d’une situation, si possible par mail ?"
Dans l’hypothèse d’une réponse favorable de votre part, l’escroc passe à la deuxième étape : "Je vais très mal en ce moment après ce qui vient de m’arriver. Par inattention, j’ai oublié mes affaires (téléphone, carte de crédit, argent) dans un taxi. Garde cela confidentiel pour ne pas inquiéter mon entourage. Dis-moi, y-at-il un buraliste non loin de toi ?"
Troisième étape : votre interlocuteur explicite sa demande : "Je voudrais recharger ma carte afin de pouvoir régler mes frais de déplacement et assurer mon retour. J’aimerais, s’il te plait, que tu me viennes en aide en m’achetant chez le buraliste juste 4 coupons de rechargement PCS MASTER CARD de 250 € (soit un total de 1 000 €). Après l’achat, transmets-moi les codes RECH de chaque coupon de rechargement. Je te rembourserai dès mon retour."
Le résultat est immédiat : vous avez perdu 1 000 € sans véritable recours.
Toute sollicitation de paiement par mandat Western Union ou par coupons de rechargement PCS doit constituer un signal d’alerte à l’arnaque. (réseau "anti-arnaque")
Que pouvez-vous faire ? Commencez par changer votre code secret. Cela suffira pour tarir la source de l'arnaqueur. Puis, si possible, prévenez vos contacts. Inutile de porter plainte, elle n'irait pas bien loin.

Posté par jl boehler à 01:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,