mercredi 26 mars 2014

Sélestat : pas de fusion dans la confusion

images

A Sélestat, il n'y aura pas de fusion entre les listes REYS (PS et EELV) et KLEIN (sans étiquette). La liste Reys publie le communiqué :

Les électrices et les électeurs de Sélestat doivent le savoir : le principe de la fusion qu’ils étaient en droit d’attendre de la part des listes Sélestat 2014 – Changeons d’allure et De l’énergie pour Sélestat avait été accepté par Caroline REYS et ses équipiers. Une proposition a été formulée lundi matin 24 mars par Stéphane Klein, mais elle s’est révélée d’emblée comme inacceptable.

Comment aurions-nous pu avaliser l’injustice de n’avoir que 7 de nos représentants sur une liste commune de 33 personnes, alors que l’écart entre les deux candidatures opposées à Marcel Bauer ne dépassait guère les 200 voix ? En plus de ça, Les 7 personnes pressenties par Stéphane Klein auraient été sélectionnées et imposées par lui seul, sans aucune concertation. Le fait du prince ! Cette méthode autoritaire et anachronique trahit évidemment sa propension à une gouvernance très comparable à celle que nous condamnons chez notre adversaire commun, le maire de Sélestat. Elle révèle la vraie nature de l’engagement de cet intermittent de la politique, actif un ou deux mois avant chacune des campagnes électorales qu’il entreprend, inaudible et invisible le reste du temps.

Tout en refusant d’être soutenu par les partis politiques de gauche, il tente de dissimuler un positionnement libéral très éloigné des valeurs qu’il a fait semblant d’incarner par le passé. Son projet municipal tient en quelques bulles de bandes dessinées, sa communication écrite s’apparente à des prospectus publicitaires et ses préoccupations sont très éloignées de notre volonté de transition énergétique, dont nous avons voulu faire l’axe majeur de notre programme.

Le total des deux listes qui veulent une alternance n’est pas suffisant pour garantir la victoire et donc le départ d’un maire UMP dont le bilan est médiocre et qui n’a pas de vision à long terme pour sa ville. Même avec une fusion équilibrée, les chances de l’emporter sur ce politicien aux multiples casquettes auraient été très faibles, voire illusoires. Outre l’intransigeance évoquée plus haut, ce paramètre nous a renforcés dans notre refus de prendre le risque politique d’une telle alliance, car elle nous aurait fait perdre en crédibilité. Enfin les ambitions disparates et limitées de la liste Klein ne sont que marginalement compatibles avec les exigences plus fortes, mais néanmoins raisonnables, de notre programme de 20 pages, fruit d’un travail collectif de longue haleine.

Ces considérations nous amènent à jeter toutes nos forces dans la remobilisation de notre électorat naturel, dont une trop large partie a cru voir dans la candidature Klein un espoir de changement, alors que, mis à part son rejet paradoxal du projet de restructuration de la Bibliothèque Humaniste, peu de choses le différencient vraiment de la méthode Bauer.

Electrices et électeurs sélestadiens, le véritable vote de gauche est celui que vous ferez en faveur de la liste conduite avec un courage et une probité exemplaires par la conseillère municipale sortante Caroline REYS.

VOTER REYS , signataire de la charte Anticor (anticorruption), c’est opter pour une gauche sincère et inventive, c’est rejeter une droite dure et autoritaire, c’est disqualifier une espèce de libéralisme incohérent et paresseux.

Il vaut mieux perdre une élection que ses valeurs !

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 24 mars 2014

Villé : vainqueur, le maire pète un câble

SDC11841combat_coq

Résultats de Villé :

inscrits : 1382, votants : 890, exprimés : 825.

Liste "Vill'énergie 2020" : 16 sièges, 3 sièges à la comcom.

Liste "Villé, un avenir à partager" : 3 sièges, 1 siège à la comcom.

On aurait pensé qu'à la fin de l'élection, les résultats connus, il y aurait une explosion de joie dans le camp des vainqueurs. A lire la presse, à écouter les gens dans la rue en ce lundi matin, rien de tout cela ! Le maire, fâché, s'en prend à la tête de liste perdante. Alors que ses propres barbouzes avaient distribué un tract de dernière minute, dont nous ne jugerons pas la légalité ici, il reproche le comportement de la partie adverse. Et même ce blog aurait été mis en cause ! Le ton monte, à Villé ! Pour l'élection du maire de vendredi prochain, Hollande va encore devoir rapatrier des forces armées du Mali, de RDC, de Côte d'Ivoire, pour les envoyer sur Villé ! A moins qu'on délocalise l'élection à Bamako ?

Posté par jl boehler à 10:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 22 mars 2014

Les barbouzes sont de retour

Barbouze_1

Réveillés cette nuit, à 3 heures du matin, par le démarrage en côte d'un puissant 4x4 ! Mais de quoi s'agit-il ? D'un tract de dernière minute, selon l'ancestrale pratique de l'OAS et du SAC, transmise aux nervis du RPR et de l'UMP ! Il ne manquait que la technique de rouler tous feux éteints, mais avec l'éclairage de rue "spécial Villé", l'accident était garanti ! Surtout que le contenu du tract est déjà bien obscur aussi. Le maire est d'autant moins excusable que, vu l'impression sur papier glacé par une entreprise professionnelle de Rosheim, il ne s'agit pas d'un coup de sang ou de fatigue de fin de campagne, mais bien d'un acte prémédité. Nous avons décidé de publier sur ce blog tous les tracts que nous recevons ... sauf s'ils contiennent des insultes et des propos diffamatoires. Et celui-ci, dans son contenu est un modèle du genre : il s'attaque aux personnes, leur reproche des faits non avérés. Nous regrettons donc de ne pouvoir le diffuser, mais regrettons aussi que des méthodes si peu démocratiques soient remises au goût du jour par l'équipe des sortants.

Posté par jl boehler à 11:23 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,

Villé : de 2001 à 2014, le changement dans la continuité

ville2001

ville2008

ville2014

2001 : Villé demain ! 2008 : Energies plurielles ! 2014 : Vill'énergie 2020 ! Notre maire a de l'imagination pour trouver des titres à ses listes ! là il y a de vrais changements ! de même pour les auteurs cités (Georges Bernanos, Henri Lacordaire, Albert Einstein) : monsieur le maire est un grand littéraire ! mais pour le reste, on trouve beaucoup de répétitions ! rien ne change. Exemple : "Son action est guidée par l'écoute de la population, l'esprit de solidarité, la gestion réaliste !" Ben voyons !

- L'écoute de la population : on ne l'a guère vu. il vaudrait mieux dire : l'écoute de ses amis. Sans oublier, tous ceux qui, pour se rendre à la mairie, ont trouvé porte close.

- L'esprit de solidarité : Il s'agit d'être solidaire avec ses volontés, sinon rien.

- une gestion réaliste : l'étendue de la dette la prouve.

Et dans tous les cas la conclusion est :

conclusion

 

Certains projets reviennent dans les trois professions de foi (ce qui prouve qu'ils n'ont toujours pas été réalisés). Exemple : la sécurité routière qui est le serpent de mer des trois projets ! Et Monsieur le Maire a surtout transformé ce point en lutte anti-camions, ce qui est l'une des raisons qui fait que la ZAIM de Maisonsgoutte reste désespérément vide. Actions qui risquent aussi d'amener les boulangers à charger la farine dans des brouettes à l'entrée de Villé.

D'autres ont été abandonnés, le plus bel exemple étant la salle des fêtes, dont l'absence a largement contribué au naufrage du comité des fêtes. D'abord prévu aux Ochsenmatten (là où se construit maintenant l'EHPAD), puis à côté de l'atelier municipal (là où se dresse maintenant la Gendarmerie), ce projet est resté fantomatique ! Autre projet : la réfection des chemins ruraux : mis à part le chemin des ânes, rien n'a été fait !

Alors, Monsieur le Maire, remplacez vos belles citations par celle de Charles Pasqua : "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient !"

derniereminute1

Jeudi, 20 mars à 14h45 : une voiture arrache un hydrant à la montée de la croix ! L'eau s'écoule à flots. Plusieurs riverains tentent en vain de téléphoner à la mairie. Peine perdue, ils ne tombent que sur un répondeur. En plein après-midi. Finalement, ils font le 18 et les pompiers arrivent. Le SDEAU aussi. Puis les gendarmes. Mais pas les responsables de la mairie aux abonnés absents. Espérons qu'ils verront (après les élections ?) le travail de réfection de la chaussée qui les attend (ou qu'ils laissent à leurs successeurs). Mais il aurait été nécessaire tant que dure le chantier que les lampadaires restent allumés la nuit par mesure de sécurité (pour éviter qu'un piéton nocturne ne tombe dans un trou plein d'eau sale et se noie).

------------------------------------------------------------------------------------

Et pendant ce temps, à Fouchy :

un tract anonyme explique comment voter

dans un village de moins de 1000 habitants !

Fouchy

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 mars 2014

Funerarium : première valse-hésitation

journal

Elu à Villé en 2001 jusqu'en 2008, j'ai tenu, au jour le jour, un journal personnel de toutes les activités, de toutes les réunions auxquelles il m'a été donné de participer, en donnant à la fois le résumé, mes impressions, mes interventions. En cette avant-veille d'élection je souhaite revenir sur l'un des événements les plus marquants du mandat : l'affaire du funerarium.

Chambre_Funeraire_Salon_Selestat_05_1030x686

En cette chaude soirée de juillet 2002, dernière réunion du conseil municipal avant les vacances. A l'ordre du jour, le projet de funerarium à côté du cimetière sur un terrain communal. Un débat a lieu et le vote est le suivant : 16 pour, 3 contre. L'affaire semblait pliée. Il y a bien une pétition qui circule à travers le quartier (où l'on confond semble-t-il funerarium et crematorium), signée même par des habitants de Schirmeck ! Un conseiller municipal, aujourd'hui premier adjoint, l'avait d'ailleurs signée aussi. Une banderole fut même posée par les auteurs de la pétition à côté de l'entrée du cimetière et resta même en place lors du passage d'un cortège funéraire. J'avais vivement réagi dans la presse à cette indécence flagrante, une insulte aux morts, et rappelé le positionnement majoritaire du conseil qui se devait d'être respecté.

Surprise et première crise !

Deux semaines après cette réunion et cette pétition, les conseillers municipaux apprennent par la presse que la construction du funerarium n'aura pas lieu ! Interrogé, le maire confirme ! Une grande partie du conseil est en colère. A quoi a servi le vote ? Nous exigeons une réunion d'explication avec notamment comme points à débattre : "la méthode de travail" et "le passage de l'information". Proposée au maire le 6 août, il l'organisa contraint et forcé le 8 septembre. A cette occasion j'avais rédigé et présenté une contribution.

Extraits :

extrait1

extrait2

extrait_3

Une nouvelle prise de position ambiguë du maire ayant paru dans la presse, malgré un nouveau vote du conseil municipal favorable au funerarium, c'est ensuite la société de pompes funèbres qui a répondu que, vu la confusion des discussions, elle renonçait à son projet à Villé. Aujourd'hui, au lieu d'être près d'un lieu de paix, de tranquillité et de recueillement, le funerarium se situe à côté d'une entreprise d'installations sanitaires, à l'entrée de la zone artisanale. Et Villé n'a même pas dans son cimetière un colombarium.

C'était la première "valse-hésitation" du maire (selon le titre des DNA de l'époque) !

Hélas pas la dernière !  

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 20 mars 2014

Main basse sur Villé ?

chemins_002

A Villé, on collectionne les friches : industrielles (FTV), agricoles (Sonnenbach, Gänzlach, Gisshübel), administratives (ancienne gendarmerie). Au point que Monsieur le Maire aurait pu imaginer d'appeler sa liste : "Friche-Villé". Mais passons ! Il reste la friche de la route d'Albé. Si, si ! Monsieur le conseiller municipal qui a susurré lors de la réunion publique de lundi soir (avec la même voix qui n'a jamais parlé pendant six ans de mandat) que ce n'est pas une friche ! C'est quoi alors ? Un terrain à l'abandon appartenant à la comcom ! Si dans ces conditions ce n'est pas une friche, nous on veut bien.

Rappelons les faits ! Ce terrain, qui supportait il y a quelques années un hangar de la comcom, devait servir à construire des logements sociaux, ceci en 2007 ! L'un ou l'autre voisin lança une pétition contre ce projet ! Il est vrai que la DOMIAL, responsable de l'ouvrage, avait fait fort en imaginant des "tours" du style Meinau ou Neuhof ! Mais, pour un pas qui consiste à modifier l'architecture du bâtiment, et le refus de toute construction, il y avait un pas à ne pas franchir et qui ne l'a pas été. D'ailleurs, une demande de permis de construire a bien été déposée auprès du maire de Villé, dans le respect de certaines remarques émises.

Alors pourquoi ce projet ne se réalise-t-il pas ? Peut-être parce-que l'un des voisins animateurs de la pétition, qui considérait que la rue d'Albé est un quartier "résidentiel" et non un quartier "populaire", est entré au Conseil Municipal sur la liste du maire, a été nommé président de la commission communale d'urbanisme, est entré à la comcom et y a siégé en tant que membre de la commission intercommunale d'urbanisme en compagnie du maire de Villé. Faut-il chercher là, le développement de cette friche ... qui fait l'affaire aussi des agences immobilières ?

Et ceux qui voudraient approfondir le sujet, devraient se référer au célèbre film de Francesco Rossi (1963) "Main basse sur la ville", lion d'or au festival de Venise. Et pour ceux qui ne le connaissent pas, qui ne l'on jamais même vu dans un ciné-club, voici le résumé :

Le promoteur Nottola brigue un poste au conseil municipal de Naples dans le but de se voir adjuger un juteux contrat immobilier. Nous sommes au coeur des combinazioni qui ont régi la vie politique italienne pendant des années. Inspiré d'une histoire réelle - ou plutôt confirmé par une histoire vraie, puisque Rossi et ses scénaristes constatèrent en cours d'écriture que la magouille immobilière qu'ils avaient choisi de dénoncer était bel et bien survenue -, le film est une charge méthodique contre Nottola et le parti (la démocratie chrétienne) qui le soutient. Main basse sur la ville s'ouvre d'ailleurs sur une explication du principe des pots-de-vin et du mécanisme des scandales financiers. Mais, dominant une matière complexe, et bénéficiant de dialogues incisifs, Rossi parvient à éviter que son film ne soit trop abstrait ou ennuyeux. L'affrontement entre les personnages principaux ménage le suspense et, derrière eux, les comédiens non professionnels garantissent le réalisme. Le film de Rossi, fondé sur une enquête minutieuse, rythmé et intelligemment partisan, est un modèle du genre.

Evidemment, rien à voir avec Villé ! pas même avec le lotissement Pommiers II !

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 17 mars 2014

Conseil municipal des enfants : le gadget du maire

Qu_est_ce_qu_un_CMEJ_medium

Pendant son mandat de 2001 à 2008, Monsieur le Maire s'évertua à mettre en place un conseil municipal des enfants ! Idée très intéressante, très attirante, à condition de lui donner un contenu et un budget. En collaboration avec les enseignants de l'école primaire, ça aurait pu marcher.

Une première étape fut l'élection de jeunes conseillers ! Deux par classe ! impeccable ! Les élèves n'avaient même pas de morts à faire voter dans leurs cartables.

Deuxième étape : les délégués s'étant chargés de rassembler les doléances dans leur classe, une réunion à la mairie permit de prévoir un certain nombre de travaux à réaliser :

- aménagement d'un parking à vélos à l'école primaire.

- création d'un sentier naturel en forêt (avec panneaux sur les différentes essences d'arbres).

- nomination de certaines rues et places de Villé, restées sans nom depuis une éternité.

Si le parking à vélos fut réalisé, on continua par le nom des rues (visites, recherches historiques, etc...). C'est ainsi qu'eurent leur nom la rue de la Porte-Haute, la rue du canal, la rue du moulin, la rue des tisserands, la rue de la Centrale Electrique. Très bien, sauf que la rue des tisserands devait être la rue des cordiers, mais Monsieur le Maire passa outre à la décision motivée des enfants. Passons, les plaques des rues furent inaugurées et ce premier point fut réalisé en un moins d'un an.

A noter que pour la place du collège, on devait retenir le nom d'une personnalité célèbre de Villé. Plusieurs furent proposées, comme la "place Louis-Anselme Vonderscheer" du nom du maire de Villé qui refusa la dictature de Napoléon III, redistribua aux plus pauvres des villois les impôts collectés pour la République plutôt que de les laisser à l'Empire. Destitué, il fut élu député après la chute de Napoléon. Là aussi, le maire, avec sa haute conception de la démocratie, refusa la proposition. Peut-être bien qu'au prochain mandat, avec la renaissance du conseil municipal des enfants proposée, les jeunes villois transformeront ce parking des bus du collège en place André Frantz !

Pour le sentier naturel, les élèves eurent droit à une promenade en forêt. Point final, le conseil municipal des enfants avait vécu. Tout le monde, élèves, enseignants, conseillers qui s'étaient impliqués, voyaient que les propositions des enfants étaient très peu prises en compte et que le premier magistrat n'en faisait qu'à sa tête... comme  Napoléon III.

Mais avec Vill'énergie 2020 ! tout marchera à nouveau ! Les élèves élus démocratiquement pourront même, comme première action, participer à Osterputz et ramasser au printemps les déchets jetés par les adultes du côté du sentier piéton.

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 16 mars 2014

Un Fouquet's de consolation

fouquets

On a une façon très particulière de fêter la fin de mandat à Villé, et de consoler et remercier surtout celui qu'on a exclu du groupe des candidats à un nouveau mandat pour raison de parité ? ou pour répondre à certains sondages effectués auprès des villois par le maire ? C'est ainsi que notre premier magistrat a invité ce jeudi, 13 mars tout son monde, conseillers sortants, épouses, personnel communal, et j'en passe, à un repas d'adieu dans ce restaurant que certains appellent déjà "le Fouquet's de Villé" tellement on y mange et s'amuse bien. Après l'affaire de la boulangerie au pain trop chaud, nous n'allons pas dire que cette soirée (d'au revoir ou d'adieu) ne mange pas de pain. Tout Villé sait que la commune est endettée à 2.327.000 €, ce qui ne lui permet plus de financer une tel divertissement. Alors qui a payé ? le maire en véritable mécène digne de Bernard Tapie ? ou le conseil aurait-il décidé d'un dernier "prêt-relais" qui sera laissé à la charge des successeurs ? Ou le restaurateur remercié aurait-il offert la soirée ? Va savoir !  

menu

Posté par jl boehler à 00:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 15 mars 2014

La première depuis 1945 !

dutter

Dès la création des conseils municipaux en 1793 (à la proclamation de la Convention Républicaine), les campagnes électorales et les réunions de conseil municipal se faisaient au café, à l'auberge ou à l'estaminet, devant une foule nombreuse. C'était la démocratie !

Le 20ème siècle a vu disparaître cette pratique ! D'ailleurs depuis 1945, aucune réunion d'information n'a été tenue pendant une campagne municipale, et on a même oublié les réunions de bilan à mi-mandat ou à terme de mandat.

Aussi, nous ne pouvons que nous féliciter qu'enfin à Villé, une réunion de campagne ait lieu et au café le plus populaire. Et cela, non pas à l'initiative du maire qui s'excusera car il sera occupé à une réunion à la comcom... mais de la liste d'opposition Gilardeau - Dutter.

Rendez-vous pour tous :

Lundi, 17 mars à 19 h

Réunion publique à la Brasserie du Centre

(place du marché)

Les candidats de la liste dialogueront avec la population ! Voilà la vraie démocratie !

Posté par jl boehler à 11:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 14 mars 2014

Seuls contre tous

numeri11

Il y a un certain nombre de villages où il n'y a qu'une liste, et en face, une candidature unique ! Par le système encore en vigueur dans les communes de moins de 1000 habitants, celle-ci est légale , car le système de panachage est appliqué. C'est le cas, dans notre vallée, de Fouchy. Mais une question se pose : à quoi est dû d'une façon générale le manque de candidats ? Il n'y a qu'à voir dans notre vallée à la fois le nombre de listes uniques, d'autres incomplètes, d'autres confectionnées avec plusieurs membres de la même famille, comme à Saint-Martin où un candidat tête de liste a dû faire appel à sa fille ! De "père et fille" on pourrait bientôt parler de "maire et fille". Un village sur deux n'aura qu'une liste, et c'est encore pire dans le Ried, devenu comme Waterloo une "morne plaine" ! Alors revenons aux raisons possibles : le changement de mode de scrutin ? le mode compliqué d'inscription des candidats (dans certains cas, il faut même fournir un extrait n°3 du casier judiciaire à demander à Nantes) ? le désintérêt d'une collectivité qui a de moins en moins de compétences ?

En tous cas, chapeau devant tous ceux qui tentent de façon isolée de provoquer le débat démocratique, sans guère d'espoir de devenir maire ou même adjoint, ou délégué à la comcom ! et sans guère d'espoir de pouvoir mettre en oeuvre leurs idées qui mériteraient souvent d'être prises en compte. Ils risquent hélas de ne servir que de cache-misère de la démocratie. Et tout le monde sait que l'absence de démocratie amène aux ambitions personnelles, comme à Fouchy, où - selon nos sources - deux dames se créperaient déjà le chignon pour le poste de première adjointe ! Vive la Révolution de 1789 et celle de 1848 qui a instauré le suffrage universel !

Tract distribué par la candidate unique de Fouchy

tract

Posté par jl boehler à 09:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,