dimanche 19 novembre 2017

Allemagne : Vers la semaine de 28 heures ?

Est-ce que les Allemands salariés dans le domaine de la métallurgie profiteront désormais de la semaine de 28 heures ?

OK_IG_Metall_Klaus_Kettner_Wiki_ccbysa30_620x310

L’Allemagne se prépare à un automne chaud. Le puissant syndicat allemand de la métallurgie, IG Metall, a surpris tout le monde en demandant non seulement une augmentation salariale de 6%, mais aussi la possibilité de réduire le temps de travail hebdomadaire à 28 heures. Si ceci ne représente pas encore une révolution (la semaine de 28 heures est déjà pratiquée dans bon nombre de grandes entreprises), ce postulat déclenche actuellement un débat sur la future organisation du monde du travail.

Quand l’IG Metall se met en marche, le patronat tremble, car les 2,3 millions adhérents du syndicat de la métallurgie représentent plusieurs industries clés en Allemagne, par exemple dans le secteur de l’automobile. Le postulat de l’IG Metall, à savoir une augmentation salariale de 6% et la possibilité de réduire le temps de travail hebdomadaire à 28 heures, a déclenché un vif débat en Allemagne. Toutefois, il convient de regarder de plus près.

Car cette semaine de 28 heures serait un concept applicable pour une durée de deux ans, qui ressemblerait davantage à une sorte de « congé sabbatique amélioré » permettant de poursuivre d’autres objectifs pendant ces deux ans. En même temps, ce concept ouvre la voie vers la remise en question de nos systèmes de travail. A une époque marquée par le chômage, est-il vraiment indiqué de travailler 35 ou 40 heures par semaine ? Est-il nécessaire que certains doivent faire des heures supplémentaires, pendant que d’autres aimeraient travailler aussi ?

Comment sera fait le monde du travail demain ? Travaillerons-nous moins, mais mieux ? Les expériences faites dans les entreprises qui proposent déjà à leurs salariés la semaine de 4 jours, sont concluantes. Les salariés qui ne travaillent « que » 4 jours par semaine, sont plus motivés, plus focalisés, plus équilibrés et souvent, ils sont plus performants que leurs collègues qui travaillent 5 jours par semaine. 4 jours de travail pour 3 jours de congé, cela augmente forcément la qualité de vie et libère des énergies et en fin de compte, les entreprises en profitent autant que les salariés. Dans quelques semaines, on en saura plus… (selon "Eurojournalist")

Posté par jl boehler à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 20 août 2017

Norma Villé ferme les dimanches ! Enfin !

Dura lex, sed lex ! même pour les grandes surfaces !

DSCF0506La loi est dure, mais c'est la loi. Depuis le 1er janvier 2017, la loi concernant l'ouverture des magasins le dimanche, en matière d'alimentation, est claire : les grandes surfaces de plus de 400 m2 ne peuvent ouvrir lors du repos dominical.

Mais les lois, apportées dans la vallée par la diligence, sont arrivées avec 7 mois et 17 jours de retard, ce qui fait que Norma Villé, qui répond à une surface de 800 m2, ne sera pas ouvert pour la première fois ce dimanche, 20 août. Au grand dam de ces braves retraités qui ne pourront plus faire leurs emplettes pour la semaine... Au grand dam de tous ceux qui ont oublié d'acheter une boîte d'allumettes en cours de semaine... Au grand dam de ces caissières qui ne supportent pas de langer leur bambin, ou de lui donner le biberon, le dimanche... Au grand dam surtout de ces actionnaires qui ne ne pourront plus faire d'affaires juteuses à Villé le dimanche matin avec une clientèle accourue de tout le Centre-Alsace !

A moins qu'il n'y ait eu d'autres interventions : syndicats ? commerçants locaux ? élus ? services préfectoraux ? En tous cas la petite affichette rapidement mise en place vendredi matin n'est pas très explicite. Et voilà en tous cas une affaire dont on risque de reparler.

DSCF0508

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 2 août 2017

Marché du terroir de Villé : appel urgent et désespéré

Faudra-t-il pallier la défaillance de la municipalité ?

march_1

Depuis 2001, le marché du terroir fonctionne à Villé tous les jeudi de 17 h à 21 h. Il rassemblait au départ près de 30 stands, était animé par des groupes musicaux ou autres, avait servi de support aux premières soirées-guinguettes.

Ayant été l'un des initiateurs de ce marché, florissant pour un temps, je ne puis être que désolé de la tournure prise.

Au point qu'on apprend qu'en ce mois d'août l'organisation n'est pas encore au point, voire inexistante. Après un premier appel de la conseillère générale, première adjointe, auquel peu de conseillers municipaux semblent avoir répondu, le premier magistrat a dû se lancer lui-même et promet qu'il retroussera ses manches le 17 août en compagnie d'une conseillère municipale. Et les autres jeudis, que va-t-il se passer ?

Il me semble qu'on n'en serait pas là, si la municipalité avait incité les exposants à se rassembler en son temps en association, comme je l'ai souvent proposé.

Pendant ce temps, où le marché de Villé est à la peine, d'autres marchés se développent aux alentours :

- Tous les lundis en soirée à Dambach-la-Ville

- Tous les mardis dans le Val d'Argent (villa Burrus)

- Tous les mercredis à Châtenois / Scherwiller

- Tous les vendredis à Saales

- Tous les samedi matin à Sélestat

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 18 juillet 2017

Marché paysan de Dambach-la-Ville

Et ça continue !

KMBT_C20020170717064536

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 juin 2017

Il suffisait de demander

Plusieurs commentateurs de ce blog avaient cherché vainement une publicité  à propos du marché du terroir de Villé. Un élu municipal m'a fait parvenir l'affiche que voilà ! Mieux vaut tard que jamais, même si c'est la même affiche qu'en 2012 et 2013. 

terroir

Posté par jl boehler à 00:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 22 avril 2017

Tati en danger : 1700 emplois menacés !

Mobilisation des salarié.e.s de Tati, dont les 1700 emplois sont menacés par la mise en vente de leur enseigne. Cette revente a lieu au moment où la loi Travail, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. 

Lettre au PDG de Tati

tati

Monsieur Xavier Biotteau,

Vous êtes le patron du groupe Eram et vous possédez (encore) les magasins Tati que vous êtes sur le point de vendre. Les magasins Tati, la plupart des citoyennes et citoyens les connaissent pour leurs produits à bas prix. Tati, ce sont aussi 1700 emplois partout en France. 90 emplois sont directement menacés dans le Tati Barbès, à Paris.

Monsieur Biotteau, nous sommes inquiets. Aucune garantie n’a a ce jour été donnée pour la sauvegarde des emplois. Cette annonce a lieu au moment où la loi de Myriam El Khomri, qui facilite les licenciements en cas de reprise d’entreprise, entre tout juste en application. Alors que près de 6 millions de personnes sont au chômage ou en sous-emploi, la perte de 1700 emplois serait une catastrophe pour les familles concernées.

Votre groupe a bénéficié du CICE, aide directe de l’Etat français, à hauteur de 20 millions d’euros. Monsieur, pouvez-vous nous assurer que la sauvegarde des emplois sera une des conditions de la reprise ?

Merci d’avance de votre réponse,

Hakim BENCHALAL, TATI Stains – Fouzia BEKHEDDA, TATI Aubervilliers -Brigitte BONGOLO, TATI Stains – Nicole COGER, TATI Barbès – Hakima DJELLOUAH, TATI Stains – Armelle FLOQUET, TATI Nancy -Amparo ISIDORO, TATI Barbès – Mohamed ISSAC, TATI Sevran – Zahia NEBBACHE, TATI Stains -Sandrine PORTEMER, TATI Barbès – Yann PRIGEANT, TATI Clichy – Mélissa SABLON, TATI Italie 2 – Djaffar ZENNADI TATI Argenteuil

caroline

Cette action est soutenue par Caroline De Haas, initiatrice de la pétition « Loi Travail, non merci » et Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris. Ils sont tous les deux candidats aux législatives dans le 18ème arrondissement de Paris. 

Posté par jl boehler à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 3 février 2017

Un scandale un peu vite oublié

Comment Macron a vendu Alstom aux américains

 L'affaire qui a amené Montebourg à démissionner du gouvernement !

Posté par jl boehler à 11:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 27 novembre 2016

Les marchés de Noël en Europe

Informations pratiques 

marche

A l’heure où Strasbourg s’apprête à inaugurer son marché de Noël, vous envisagez peut-être de goûter à l’esprit de Noël dans un autre pays européen. En Allemagne, République Tchèque, Italie, Pays-Bas et bien d’autres, les chalets en bois, sapins, vin chaud et illuminations sont également au programme. Pour vivre la magie de Noël dans un pays européen en toute quiétude, le Centre Européen des Consommateurs France vous livre quelques informations pratiques.

Contrôles aux frontières – Si vous êtes citoyen de l’UE, vous pouvez voyager entre les pays de l’espace Schengen sans devoir montrer votre carte d’identité ou votre passeport à la frontière. Attention ! Certains états comme l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Norvège et la Suède ont toutefois réintroduit des contrôles à leurs frontières.

Pneus neige pour circuler à l’étranger – 7 pays comme l’Allemagne ou l’Autriche imposent des pneus neige si les conditions climatiques sont hivernales. Pour savoir si vous devez équiper votre véhicule pour circuler dans un pays européen, consultez la carte interactive également proposée par le CEC.

Paiement en espèces en Europe – Dans 21 pays d’Europe, les paiements en espèces sont limités à un certain montant (1.000 € en Italie par exemple). Au-delà, vous devrez payer par virement ou par carte bancaire mais rarement par chèque. Renseignez-vous auprès du commerçant sur la possibilité de payer par carte bancaire et sur les types de cartes acceptés. Consultez avant de partir la carte interactive du CEC France sur les limites de paiement en espèces en Europe.

Pas de droit de rétractation sur les marchés – Le droit de rétraction permet de revenir sur sa décision d’achat pendant un certain délai. Les achats sur les marchés de Noël ne sont pas concernés par ce droit. Votre achat sur un marché de Noël en France comme en Europe, sera donc ferme et définitif.

Garantie de deux ans sur les produits achetés – Pour tout bien acheté en Europe, les consommateurs bénéficient d’une garantie d’au moins 2 ans qui leur permet de demander réparation, remplacement du bien ou remboursement si ces solutions s’avèrent impossibles. Elle est obligatoire, gratuite et fournie par le commerçant, même sur un marché de Noël. N’oubliez pas de demander les coordonnées du commerçant pour pouvoir le contacter en cas de problème.

Vin chaud – à consommer avec modération – Les taux d’alcoolémie fixés en Europe ainsi que les sanctions inhérentes varient d’un pays à un autre. Dans 18 pays européens, le taux autorisé est de 0,5g par litre de sang (Allemagne, Belgique, Espagne). Il varie dans les autres pays entre 0,2 g/l et 0,8 g/l et plusieurs pays appliquent même la tolérance zéro (Roumanie, Hongrie). (euro-journaliste)

Posté par jl boehler à 03:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 16 octobre 2016

Coca-cola dissimule ses profits aux îles Caïman

En 2015, les profits cachés de Coca-Cola dans le paradis fiscal étaient estimés à 32 milliards de dollars...

coca

Coca-Cola est soupçonné par le fisc français de cacher une partie de ses profits aux iles Caïman. L’argent transiterait par plusieurs paradis fiscaux et échapperait à l’impôt sur les sociétés. Pour en avoir le cœur net, des inspecteurs de Bercy ont déboulé jeudi dans la filiale française chargée du marketing (Coca-Cola Services France SAS) et dans celle chargée de la mise en bouteille (Coca-Cola Entreprise SAS), selon une information rapportée par BFM Business.

Le principe de la firme d’Atlanta est simple. The Coca-Cola Company, basée aux États-Unis exploite la recette, les différentes marques du groupe et fabrique un concentré de la boisson. Dans chaque pays, le concentré est vendu à des embouteilleurs qui y adjoignent de l’eau gazeuse.

Aussi, dans la plupart des pays d’Europe et d’Afrique, le concentré est vendu aux embouteilleurs par Atlantic Industries Ltd, « une filiale immatriculée aux îles Caïmans ou encore par European Refreshments Ltd, une société irlandaise détenue à 99 % par la filiale aux Caïmans » précise BMF Business.

Une fois aux Îles Caïmans, l’argent ne revient pas aux États-Unis pour autant. En 2015, les profits cachés de Coca-Cola dans le paradis fiscal étaient estimés à 32 milliards de dollars, soit un manque à gagner de 11 milliards pour le fisc américain. Ce dernier a d’ailleurs adressé l’an passé à The Coca-Cola Company un redressement de 3,3 milliards de dollars couvrant les années de 2007 à 2009.

En outre, le géant du soda aurait plusieurs recettes pour éviter les taxes. Il aurait aussi passé des accords avec plusieurs pays (Brésil, Costa Rica, Singapour, Swaziland) pour payer moins d’impôts en échange d’investissements. De nombreuses filiales sont également immatriculées dans d’autres paradis fiscaux : Luxembourg, Guernesey, Chypre ou encore les Iles Vierges britanniques.

Posté par jl boehler à 00:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 1 octobre 2016

Dans le Val de Villé, le 16 octobre

23 artisans en fête !

aaa

Posté par jl boehler à 02:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,