remparts

samedi 4 avril 2020

Des virus préhistoriques

Avec le réchauffement climatique, les régions arctiques, dont les terres sont gelées depuis des millénaires, deviennent plus facilement accessibles. Or, le sous-sol, s'il contient du pétrole et du gaz, réserve aussi quelques surprises...

virusEnfoui depuis 30.000 ans, "Pithovirus" refait surface

C'est à Marseille, dans le laboratoire Information génomique et structurale (CNRS/AMU), qu'il a été découvert en juillet 2012. Un virus inconnu jusque-là, de taille inédite – 0,5 micronw de diamètre pour 1,5 micron de long –, qui fonde la troisième famille de virus géants, les seuls visibles au microscope optique. Tout droit venu de l'extrême Nord-Est sibérien, dans la région de Tchoukotka, cette surprenante bébête était enfouie à 30 m sous terre depuis 30.000 à 40.000 ans. Bien cachée jusqu'à ce qu'une équipe franco-russe s'avise de prélever des échantillons de permafrost, cette couche de sol gelée en permanence depuis des millénaires qui peut dépasser 1.500 m d'épaisseur. "Les amibes que nous cultivons au labo ont attrapé ce virus pour nous après avoir été mises en contact avec le permafrost.

Infectées, les amibes sont mortes, tuées par le virus qui s'est multiplié en plusieurs milliers de nouveaux exemplaires", explique Chantal Abergel, virologue et codécouvreur de ce Pithovirus sibericum. Conclusion : après avoir survécu congelé pendant plus de 30.000 ans, celui-ci a conservé tout son potentiel infectieux. Et consolation : ce virus-là est inoffensif pour l'homme. Une certitude qui ne suffit pas à rassurer tout à fait Jean-Michel Claverie, professeur à la faculté de médecine de Marseille et également codécouvreur : "Qui nous dit qu'il n'y a pas, dans cette nouvelle famille, d'autres virus dont nous ignorons l'existence et qui pourraient être pathogènes pour l'homme et les animaux?

Le virus de la variole sur une femme momifiée

virus1

L'inquiétude des scientifiques se nourrit d'abord de l'existence même du permafrost, qui recouvre des millions de kilomètres carrés dans les régions arctiques, en Russie, au Canada, en Alaska… Un vrai congélateur naturel où la lumière ne pénètre pas, sans oxygène, au pH neutre, idéal pour conserver les molécules organiques. D'autres que Pithovirus s'y trouvent donc certainement, mais lesquels ? Le virus de la variole, éradiqué dans les années 1970, pour lequel on a arrêté la vaccination mais qui a tué des dizaines de millions de personnes au cours du XXe siècle, est vite évoqué : "Au niveau du génome et de leur mode de réplication dans les cellules, Pithovirus sibericum et le virus de la variole se ressemblent, constate Jean-Michel Claverie. Notre travail démontre que ce dernier, s'il a été éliminé de la surface de la Terre, pourrait toujours exister dans les profondeurs du sous-sol."

Une autre équipe franco-russe a d'ailleurs retrouvé des séquences du virus de la variole sur les restes d'une femme momifiée et conservée dans le permafrost depuis 300 ans en Iakoutie, au nord-est de la Sibérie. Des personnes ont donc certainement succombé à cette épidémie dans la région. Avec la variole, d'autres virus, connus ou non, pourraient faire leur réapparition. "Si l'extinction de l'homme de Neandertal il y a 30.000 ans, contemporaine de Pithovirus, avait pour origine une infection virale, le virus responsable pourrait très bien ressurgir un jour et être pathogène pour Homo sapiens", estime Chantal Abergel. Sans compter les bactéries : on sait déjà que lors d'étés particulièrement chauds, marqués par un dégel plus important de la couche superficielle du permafrost, des foyers d'épidémie de maladie du charbon (anthrax) ressurgissent chez les rennes. Une maladie déclenchée par les spores "libérées" que mangent les animaux.

Un catalogue des micro-organismes

virus2

Si le réchauffement climatique ne va pas dégeler le permafrost sur de grandes profondeurs – "la Sibérie ne va pas devenir Saint-Tropez du jour au lendemain", plaisante Jean-Michel Claverie –, il fait déjà fondre la glace de mer, ouvrant ainsi une nouvelle route maritime au nord de la Sibérie, qui donne accès à des contrées jusque-là quasi vierges. Avec à la clé la prospection de minerais, et des forages pour aller chercher du gaz ou du pétrole à de grandes profondeurs. "On va aller tripatouiller des couches de permafrost jamais touchées depuis des millions d'années et faire remonter de la tourbe qui se retrouvera à l'air libre, au contact direct de l'homme. Or elle contient peut-être des virus dangereux", s'inquiète Jean-Michel Claverie. Pour l'heure, sans verser dans la science-fiction, l'équipe marseillaise va tenter d'isoler et de cataloguer les micro-organismes présents dans une quinzaine d'échantillons de permafrost prélevés à différentes profondeurs en Sibérie. "Nous prenons le maximum de précautions, précise Chantal Abergel, on ne cherche pas à réactiver autre chose que des virus d'amibes." "Le séquençage" des ADN contenus dans le premier échantillon de permafrost doit commencer ces jours-ci. (Selon JDD, Richard Bellet)

virus3

Posté par jl boehler à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 25 mars 2020

Grippe aviaire (H1N1) de 2009-2010

L'épidémie a atteint la France à l'été 2009.

grippe_av

Historique

  • Lors du passage en niveau 6 par l'OMS, la France a décidé de rester au niveau 5A.
  • 30 juillet 2009 : l'Institut de veille sanitaire annonce la mort d'une jeune fille visiblement touchée par la grippe A (H1N1) mais il émet cependant des doutes quant à la cause réelle du décès car la jeune fille souffrait aussi de complications pulmonaires sévères. Ce serait alors le premier cas mortel de grippe A (H1N1) en France.
  • 14 septembre 2009 : un patient de 26 ans en bonne santé meurt de la grippe A H1N1 à Saint-Étienne3. On apprendra en novembre 2009 qu'il s'agit d'une souche mutante, également décrite en Norvège.
  • 20 octobre 2009 : lancement de la campagne de vaccination.
  • 25 novembre 2009 : début de la vaccination dans les écoles.
  • 27 novembre 2009 : deux décès liés à une forme mutante de la grippe A identifiés en France.
  • 30 novembre 2009 : le président Sarkozy annonce l'ouverture des centres le dimanche, l'extension des horaires et la mobilisation d'une centaine de médecins militaires.
  • 2 décembre 2009 : début de la vaccination dans les collèges et les lycées.
  • 13 janvier 2010 : la fin de l'épidémie est officiellement annoncée en France.

Bilan des morts directement liées au virus H1N1 en France

  • 13 novembre 2009 : 33 morts.
  • 30 novembre 2009 : 86 morts. 461 personnes hospitalisées, dont 137 en réanimation ou unités de soins intensifs, entre deux et trois millions de malades (Institut de veille sanitaire, InVS).
  • 3 décembre 2009 : 92 morts. Du 21 au 28 novembre 2009, 993 000 personnes ont consulté pour des symptômes grippaux, soit une augmentation de 40 % par rapport à la semaine du 3 au 10 novembre 2009.
  • 4 décembre 2009 : 111 morts.
  • 8 décembre 2009 : 118 morts. Deux millions de personnes vaccinés.
  • 17 décembre 2009 : 164 morts. 890 personnes ont été hospitalisées ; 211 sont en réanimation ou en soins intensifs. Depuis le début du mois d'août 2009, 5,3 millions de personnes ont été infectées et 3,5 millions de personnes ont été vaccinées (Institut de veille sanitaire / InVS).
  • 23 décembre 2009 : 176 morts dont 28 chez des personnes sans facteur de risque particulier.
  • août 2010 : 323 morts (ministère de la santé)

Soit un total de 1109 morts !

Autres victimes : après leur retour d'Argentine, où ils avaient joué un match, des joueurs de l'équipe de rugby des Barbarians français, dont Grégory Lamboley, ont été touchés par le virus. Tous font néanmoins partie des personnes infectées qui ont survécu.

grippe_aviaire_2e147

Posté par jl boehler à 03:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 23 mars 2020

Epidémie : la peste

Développée au Moyen-Age, elle n'a pas disparu

000001

La peste est une anthropozoonose, c'est-à-dire une maladie commune à l'homme et à l'animal. Elle est causée par le bacille Versinia pestis, découvert par Alexandre Yersin de l'Institut Pasteur en 1894. Ce bacille est aussi responsable de pathologies pulmonaires de moindre gravité chez certains petits mammifères et animaux de compagnie (on parle dans ce cas de peste sauvage).

En raison des ravages qu'elle a causés, surtout au Moyen-Âge, la peste a eu de nombreux impacts sur l'économie, la religion et les arts. Ainsi la peste noire de 1347-1352 a profondément marqué l'Europe en éliminant 25 % à 50 % de ses habitants ; dans le royaume de France la population chute de 38 %, soit 7 millions de victimes sur les 17 millions de Français de l'époque.

Dans la vallée de Villé,  elle a fait disparaître les villages de Hundswiller et Gunderswiller.

Depuis la fin du XXe siècle, 33 pays renferment un foyer de peste (circulation à bas bruit du bacille pesteux dans le réservoir animal). Il existe une tendance générale à l’extension géographique, probablement liée à des modifications anthropiques de l’environnement ou à la colonisation de nouveaux territoires par des rongeurs commensaux comme le rat noir. Cependant, la distribution géographique de la peste humaine est plus limitée que les foyers naturels.

Les deux plus grandes épidémies de peste depuis les années 1990, sont celle de l'Inde en 1994 (874 cas et 54 décès) et celle de Madagascar en 2017 (597 cas et 55 décès).

De 2010 à 2015, 3 248 cas de peste humaine ayant causé 584 décès ont été répertoriés à travers le monde. Cela correspond à une baisse sensible, probablement liée à une évolution naturelle cyclique, comme il en a déjà été observé dans le passé.

0001

Posté par jl boehler à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 13 janvier 2020

12 janvier 1920 : France, souviens-toi

Le naufrage de "L’Afrique"

afriqueIl y a tout juste 100 ans, par une froide nuit de janvier, le paquebot "Afrique" coulait au large de Bordeaux dans une mer déchaînée. Parmi les quelques 600 passages, 192 tirailleurs sénégalais qui rentraient chez eux après avoir servi la France durant le premier conflit mondial. Il n'y eut en tout qu'une trentaine de survivants. Une tragédie injustement oubliée.

Il faut, cent ans plus tard, honorer la mémoire des 568 personnes qui périrent et des 192 tirailleurs sénégalais qui étaient à bord de ce paquebot et espéraient rentrer chez eux après avoir mené une guerre qui n’était pas la leur.

Les faits ne sont guère connus, absents des livres d’histoire, comme gommés de la mémoire dans un pays qui, pourtant, aime se raconter.

afrique1Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, résumons. L’Afrique est un paquebot mixte de la Compagnie des chargeurs réunis (CCR). Pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale, il a assuré la liaison Bordeaux-Dakar. Décoré de la légion d’honneur le 20 janvier 1919, son capitaine est Antoine Le Dû, 43 ans, un homme aimé et expérimenté. Le 7 janvier 1920, le permis de navigation est renouvelé au paquebot après une série de réparations. A priori en état de prendre la mer, il largue les amarres deux jours plus tard, à 19 heures, et entame la descente de la Gironde depuis Bordeaux. À bord, un équipage de 135 hommes. Les blanchisseurs sont des « indigènes sujets français », tout comme les neuf « boys ».

afrique4Pour le reste des passagers, Roland Mornet avance un chiffre de 467 personnes. Le nombre de militaires blancs ayant embarqué pour rejoindre Saint-Louis du Sénégal, Brazzaville ou le Tchad est longtemps resté sujet à caution.

« La confusion est plus grande encore concernant les tirailleurs qui ne sont sénégalais que de nom, hors 34 à destination de Dakar, c’est à Conakry que doivent débarquer 72 autres, mais sont-ils tous pour autant Guinéens ? demande Mornet. Certains sont peut-être Maliens. 86 doivent être laissés au warf de Grand-Bassam devant Abidjan. Si vraisemblablement beaucoup sont ivoiriens, il peut s’y trouver des Voltaïques. Ces hommes ont combattu sur le front de Salonique et à Gallipoli, c’est la raison pour laquelle ils ont été démobilisés plus tardivement que leurs camarades ayant combattu sur le sol français, les redoutables nettoyeurs de tranchées, rescapés des tueries d’Argonne, d’Artois, de Verdun ou des Flandres… », écrit l’ancien capitaine.

Trente-quatre rescapés

afrique2Le temps est mauvais, les marins savent qu’au sortir du fleuve, ce sera pire. Le 10 janvier au matin, L’Afrique atteint la mer, déjà grosse. À 10 heures, le chef mécanicien demande au capitaine de ralentir l’allure en raison de la présence d’eau dans la chaufferie. Antoine Le Dû obtempère, tandis qu’on cherche l’origine de la fuite. Le temps forcit, les pompes fonctionnent jusqu’à ce que des résidus de combustion du charbon viennent boucher les tuyaux d’aspiration. Au soir du 10 janvier, le navire commence à donner de la bande. Vers minuit, le commandant décide de dérouter, mais virer de bord s’avère impossible par manque de vitesse.

Antoine Le Dû lance un appel au secours par télégraphie sans fil (TSF) le 11 janvier, à 7 heures du matin. Le Cèdre et La Victoire, deux remorqueurs basés à Rochefort, reçoivent l’ordre de se préparer, tandis que Le Ceylan, autre paquebot de la CCR, se déroute à 8 h 20 pour porter secours à L’Afrique.

Le paquebot, privé d’énergie électrique, dérive dans le noir. Le Ceylan, qui ne peut prendre le risque de toucher le plateau de Rochebonne, doit s’éloigner. Vers 22 heures, L’Afrique heurte le bateau-feu en acier indiquant le haut-fond. Une nouvelle voie d’eau s’ouvre dans sa coque. Peu après trois heures du matin, ce 12 janvier 1920, le navire pique de l’avant et sombre.

Le lendemain matin, le Ceylan récupère neuf membres d’équipage et treize Sénégalais sur un radeau. L’un d’eux, Mamadou N’Diaye, décédera peu après. Il n’y aura en tout que 34 rescapés.

Sacrifice imposé des soldats « indigènes »

afrique5Dans les journaux, une certaine émotion… qui s’estompe vite avec la victoire surprise de Paul Deschanel sur Georges Clemenceau à l’élection présidentielle. Bien entendu, une enquête est aussitôt diligentée auprès des survivants et des experts pour établir les causes du drame. Des demandes d’interpellation sont déposées à l’Assemblée nationale et mises à l’ordre du jour, le 18 mars 1920, débouchant sur de longs débats – en particulier sur la responsabilité de la CCR et sur celle de la société de classification Veritas.

Dans les années qui suivent, entre 1923 et 1930, la CCR sera plusieurs fois assignée en justice par les familles des passagers – définitivement déboutées en juillet 1931. Seules celles des membres d’équipage ont, vraisemblablement, été indemnisées. Le mystère entourant la première voie d’eau ne sera jamais élucidé. Pour Roland Mornet, elle serait le fait d’une épave « tueuse » non répertoriée de l’estuaire qui aurait percé la carène de L’Afrique. L’épave gît aujourd’hui par 45 mètres de fond au nord du plateau de Rochebonne. La France, ingrate, a oublié les passagers de L’Afrique et le sacrifice imposé de ses soldats « indigènes ». En mémoire du drame, la Côte d’Ivoire a émis un timbre, en 1990. Mornet a lui-même bataillé pour l’installation d’une stèle, aux Sables-d’Olonne, en mémoire des naufragés, où leur mémoire sera honorée les 11 et 12 janvier prochain. Il en existerait une autre dans le cimetière de Conakry, à la mémoire des tirailleurs.

Mémoire

Est-ce suffisant ? Non. Dans cette tragédie, le destin des tirailleurs sénégalais qui rentraient chez eux interroge un pan complexe de l’histoire de France, puissance coloniale qui s’accapara les richesses et les chairs d’un continent. Les héros africains qui disparurent en cette nuit de janvier 1920, tout comme les rares qui survécurent, ont des noms. Lai Sako, Gore N’Diaye, Birame Sassoune, Amadou Diop… et nous n’écrirons pas « etc » : nous attendons que la France, par la voix de son président peut-être, prononce officiellement leurs noms, à haute et intelligible voix. Nous avons une dette envers eux.

Interpellé en 2016 par l’association Mémoires & Partages, qui a réalisé la seule exposition sur le naufrage et lancé un « plaidoyer pour les tirailleurs naufragés », le président François Hollande avait transmis le dossier à Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire. Depuis, le silence est pesant et il n’y a plus de Secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire.

Le vivre-ensemble n’est pourtant possible qu’en retrouvant la mémoire de certains moments de notre passé. L’occasion se présente aujourd’hui, 100 ans plus tard. La France et les États africains ont en ce sens une obligation. Les 192 tirailleurs attendent depuis trop longtemps.

Karfa Sira Diallo, auteur, fondateur de "Mémoires & Partages" et Nicolas Michel, journaliste, romancier

afrique6

afrique7

Posté par jl boehler à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 2 janvier 2020

Il y a 100 ans, le début des années folles

L’année 1920 a marqué le début des Années folles et d’une ère de grande prospérité. Les femmes ont gagné le droit de vote aux États-Unis et au Canada. La coupe au carré courte faisait rage. Les Jeux olympiques ont eu lieu à nouveau après une pause durant la guerre et des milliers de gens ont rendu hommage aux braves tombés durant la Première Guerre mondiale en se rendant à la tombe du Soldat inconnu en Angleterre et en France. Voici un regard sur la vie d’il y a 100 ans.

1920_ann_es_folles

Posté par jl boehler à 03:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 31 décembre 2019

Aux origines de la Saint-Sylvestre

C’est le roi Charles IX, fils de Catherine de Médicis qui, en 1564, signe l’édit fixant le début de l’année au 1er janvier. Cette décision est appliquée pour la première fois en 1567. Depuis, on fête le 1er de l’An dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, exception faite durant la révolution française.

copieAvant Charles IX, l’année commençait selon les préférences du roi en place. Cela coïncidait évidemment avec un événement du calendrier religieux. 
 
Charlemagne a privilégié Noël, sous son règne, l’année commençait alors au 25 décembre ! Les rois Capétiens ont opté pour Pâques, d’où des années différentes puisque Pâques ne tombe jamais à la même date, elle tombe à la pleine lune de l’équinoxe de printemps, entre le 22 mars et le 25 avril.
 
Charles IX, fils de Catherine de Médicis a, en 1564, signé un édit fixant le début de l’année au 1er janvier. Cette décision a été appliquée pour la 1ère fois en 1567.
 
La décision de Charles IX a été respectée depuis à une exception près, lors de la révolution française : pour marquer la rupture avec le temps religieux, c’est l’équinoxe d’automne qui avait été choisi pour ouvrir l’an nouveau.
 
Pour les catholiques, le 1er de l’An revêt une coloration religieuse puisqu’on célèbre Marie. C’est la plus ancienne fête romaine consacrée à la Vierge Marie.
 
Supprimée pendant la Révolution, elle a été restaurée par le Vatican en 1969 : c’est la première des fêtes mariales qui se succèdent tout au long de l’année.
 
De nos jours, laïques comme religieux fêtent le jour de l’An comme l’occasion de se remettre du réveillon de la Saint-Sylvestre et d’échanger des vœux à minuit en s’exclamant « Au gui l’An Neuf » sous une boule de gui, plante à laquelle les Celtes conféraient des vertus magiques.
 
La Fête existait bien avant que Saint Sylvestre 1er ne devienne pape, de 314 à 325. Les origines de la Saint-Sylvestre sont multiples et se perdent dans la nuit des temps.
 
Les origines païennes se sont mélangées aux origines religieuses en drainant l'ensemble des croyances populaires et religieuses liées au solstice d'hiver. En réalité, ce Saint a peu à voir avec la Fête du Nouvel an, mis à part son nom. 
 
Certains historiens avancent que ce Saint fut choisi uniquement pour son nom qui évoque la forêt. La nature est en effet très importante dans les symboliques et traditions héritées de l'antiquité. Saint Sylvestre 1er reste connu pour ses constructions de grandes basiliques romaines.
 
Les peuples et les cultures anciennes célébraient le solstice d'hiver et on retrouve la même symbolique dans toutes ces croyances et ses pratiques. (de Delphine Barrais, Tahiti.info)

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 29 novembre 2019

Au nom des combattants africains

Les "héros d'Afrique" seront bientôt honorés par les communes françaises. Comme l'a souhaité le président Emmanuel Macron, des rues, des places, des bâtiments publics porteront le nom de soldats, tirailleurs, ayant servi la France lors de la deuxième guerre mondiale. Une convention a été signée cette semaine entre le ministère des Armées et l'Association des Maires de France.

"La France a une part d’Afrique en elle", voilà comment Emmanuel Macron célébrait les soldats africains débarqués en Provence, en 1944. Pour ce 75e anniversaire, le 15 août 2019 à Saint-Raphaël, le président de la République française lançait  "un appel aux maires de France pour qu’ils fassent vivre par le nom de nos rues et de nos places la mémoire de ces hommes."

Des rues, des places, des écoles

tirailleurs

Trois mois après, le Ministère des Armées et l'Association des Maires de France ont signé une convention. L'objectif est de multiplier les lieux portant le nom d'un soldat africain ayant combattu pour la France dans les 36 000 communes de France.

A cet effet, le ministère des Armées a mis à disposition des maires français une liste de 50 noms. Des tirailleurs africains venus d'Algérie, du Maroc, du Sénégal, de Mauritanie, de Centrafrique ou encore de Madagascar ayant combattu pour la France lors de la seconde guerre mondiale.

tirailleurs2

Ils s'appelaient Jean-Baptiste N'Tchorere, né au Gabon en 1917 et mort pour la France le 8 juin 1940 à Remiencourt dans la Somme où il est inhumé ; ou le Sergent Kida, né en 1909 au Tchad et mort pour la France le 12 juin 1944 à Monte Fiaxone, en Italie ; et encore Paul Koudoussaragne, né en 1920 en Centrafrique, il avait pris part aux campagnes d’Afrique, du Moyen Orient et à la libération de Royan. Ce compagnon de la libération a été inhumé en Centrafrique le 10 mai 1973. A terme une centaine de noms devraient être répertoriés.

"Il ne faut pas oublier que nous avons eu des alliés américain, britannique, canadiens... et bien d'autres mais nous avons eu aussi cette armée d'Afrique qui a été très importante. Il faut aussi honorer ces soldats (...) Ils ont fait une partie de la reconquête de la France et ils y ont participé à une hauteur très importante", souligne Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, à TV5MONDE.

D'où viennent les 50 soldats africains listés par le ministères français des Armées ?<br />
©Infographie TV5MONDE
D'où viennent les 50 soldats africains listés par le ministères français des Armées? ©Infographie TV5MONDE

tirailleurs1

Tirailleurs sénégalais au col d'Urbeis en novembre 1944

Posté par jl boehler à 10:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 22 novembre 2019

Chute du Mur et réunification : un arrêt de mort pour la Trabant ?

Vous m’imaginez paradant avec ma petite Trabi sur les Champs à Paris, le succès que je me serais taillé ! De quoi détrôner les frimeurs avec leur Ferrari. (Pierre Waline, blogueur, "Le courrier de l'Europe centrale")

trabant

Au moment de la chute du Mur de Berlin, suivie onze mois plus tard de la Réunification (octobre 90), je résidais en Allemagne, à Francfort-sur-le-Main. Une période que je ne suis pas prêt d´oublier. Une remarque à ce propos : tout le monde évoque le Mur, mais il y avait peut-être encore plus spectaculaire : ces routes coupées en rase campagne, séparant souvent des villages très proches. Avec un no man’s land de deux ou trois cents mètres de terre battue semée de barbelés. Et ce sur une bande de plusieurs centaines de kilomètres.

Autre souvenir qui nous avait alors peinés : la réaction de certains ressortissants de l´Ouest considérant leurs frères des « Nouveaux Länder » comme des paresseux incultes qui n´ont qu´à rester chez eux. Les qualifiant du terme méprisant d´Ossies (prolos de l´Est). Mais bon, fort heureusement, cela n´a guère duré et aujourd´hui, la différence ne se fait plus sentir.

Puisque j´évoque des souvenirs, celui qui m´est peut-être le plus cher est l´arrivée, dès le week-end qui suivit, de ces voisins venus en masse goûter aux charmes du « monde libre ». Débarquant avec leurs voitures, précisément garées sous nos fenêtres. A vrai dire, outre le plaisir de se trouver pour un jour « à l´Ouest », beaucoup étaient aussi venus avec une intention plus terre-à-terre : se débarrasser de leurs carrioles de marques socialistes pour les échanger et acheter à prix raisonnable des voitures d´occasion de marques occidentales. C´est là que j´ai raté une occasion en or : me procurer une Trabant. Vous m´imaginez paradant avec ma petite Trabi sur les Champs à Paris, le succès que je me serais taillé ! De quoi détrôner les frimeurs avec leur Ferrari.

Quand je l´évoque aujourd´hui à mes amis Hongrois, tous s´esclaffent, insinuant qu´avec un tel machin, jamais je ne serais parvenu jusqu´à Paris. Pas si sûr ! Deux exemples : ma rencontre au sommet du Großglockner (2500 m) d´une Trabant apparemment non traumatisée et guère essoufflée qui peut-être, de par son faible poids, aura eu moins de difficultés pour se hisser là-haut que certaines rivales de chez nous. Autre exemple : cette Trabant (immatriculée en Hongrie) trouvée stationnée devant une villa de luxe au Cap Ferrat (à plus de 1 500 km de chez elle).

Plus sérieusement, il est clair que j´ai bien fait de renoncer à cet achat. Un caprice, une lubie vite oubliée. Car, qu´en aurais-je fait aujourd´hui, sinon que de la reléguer au fond d´un box ? D´autant que les pièces détachées doivent aujourd´hui coûter une petite fortune. Néanmoins, ceux qui la traitent avec mépris ont tort. Ils oublient qu´à l´époque, c´était pour beaucoup le seul moyen de se procurer une voiture à prix raisonnable, sans attendre de longs mois. Ce qui me rappelle, toutes proportions gardées, le succès dans les années cinquante de notre 2 CV ou de la Vespa 400.

Certes, il n´est plus possible aujourd´hui de distinguer, sinon par leur matricule, les voitures venues de l´Est ou de l´Ouest de l´Allemagne. Par contre, il n´en demeure pas moins que nous assistons, du moins en Hongrie, à une multiplication des cercles d´amateurs, propriétaires amoureux de Trabants ou de Ladas (la Fiat russe).

Voilà que justice est rendue. Souhaitons-lui encore longue vie !

Posté par jl boehler à 08:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 11 novembre 2019

Novembre 1918 : les comités de soldats et d'ouvriers (soviets)

Armistice : 11 novembre - arrivée des troupes françaises : 25 novembre

armistice_1918L'histoire nous apprend que le 11 novembre 1918 l'armistice fut signé avec le maintien des troupes sur les lignes de front (en Alsace sur la ligne bleue des Vosges). On peut donc se demander ce que le 25 novembre suivant les troupes françaises venaient faire à Villé.

C'est tout simple : les troupes allemandes stationnées à Sélestat, dans l'importante caserne Schweisguth, s'étaient révoltées contre leurs officiers, et avaient instauré des "comités de soldats et ouvriers" (soviets), comme dans toutes les villes de garnison alsaciennes et allemandes. Le gouvernement allemand a donc appelé à l'aide les troupes françaises, qui ont encerclé et réduit à l'état de ruines la caserne occupée par les soldats révoltés. L'intérêt commun d'empêcher l'Allemagne de tomber dans le camp soviétique avait prévalu.

La caserne Schweisguth est restée en l'état jusque dans les années 1980. Elle fut transformée en lycée en 1990.

caserne_1

 

Images du "soviet" à Strasbourg

Affiche révolutionnaire

1918_1

Manifestation à Strasbourg, le 22 novembre 1918

1918_2

Réunion du Comité de soldats

1918_3

Le drapeau rouge sur la cathédrale

1918_4

Posté par jl boehler à 05:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 4 novembre 2019

Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz

Le vrai visage de la firme Bayer qui s'est payée Monsanto pour 59 milliards d’euros !

auschwitz

Sous le régime nazi, Bayer, alors filiale du consortium chimique IG Farben, procéda à de nombreuses expériences médicales sur des déportés qu’elle se procurait dans les camps de concentration.

Voici des extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz, publiées dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant.

Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943.

Première lettre : » En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous. »

Deuxième lettre : » Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. « 

Troisième lettre : » D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. « 

Quatrième lettre : » Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. « 

Cinquième lettre : » Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. « 

IG Farben, le consortium de Bayer, a également fourni aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz, et a massivement exploité la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines.

Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique, malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

(selon Yannis Youlountas - "Antifa")

Video : extrait de "Nuit & brouillard"

Jean Ferrat - Nuit et Brouillard

Posté par jl boehler à 04:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,