lundi 30 octobre 2017

Volksmusik : Robin Leon

Un alsacien au hitparade d'été à Rust 

Posté par jl boehler à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 25 septembre 2017

Angélique Kidjo, artiste béninoise

Après Makeba, Dibango, Fela, Youssou N'Dour et Mory Kanté, Angélique Kidjo est la plus jeune des artistes africains à connaître une véritable carrière internationale. Son contrat avec Island n'y est évidemment pas pour rien, tant il est vrai que le continent noir est une pépinière de talents, hélas trop souvent à l'écart des grands circuits phonographiques.

Biographie

kidjo2

 Angélique Kidjo naît le 14 juillet 1960 à Ouidah, petite ville portuaire de la République du Bénin qui, jusqu'en 1975, se nommait le Dahomey. Issue de l'ethnie Pedah, Angélique est baptisée à sa naissance Angélique Kpasseloko Hinto Hounsinou Kango Manta Zogbin (le sang d'une lanterne ne peut allumer une flamèche). Sa mère, Yvonne, est chorégraphe et directrice de théâtre renommée, ainsi qu'une femme d'affaire avertie.

Quant à son père Franck, quand il ne travaille pas comme fonctionnaire des postes, il pratique activement la photo et à l'occasion, joue du banjo. Elevée au milieu de ses huit frères et sœurs, Angélique est très tôt au contact d'une multitude de cultures, de langues, de traditions. Sa langue maternelle est le fon, mais elle en comprend et en parle bien d'autres que l'on retrouvera à travers ses disques.

Dès l'âge de six ans, Angélique chante et danse dans l'ensemble que sa mère dirige. La troupe fait de nombreuses tournées à travers l'Afrique de l'ouest, et la petite fille se forge déjà une solide expérience. Vers neuf ans, elle reprend l'école mais à onze, elle chante dans le groupe de ses frères, le Kidjo Brothers Band. Avec eux, elle acquiert une connaissance aiguë du répertoire afro-américain soul et rythm and blues, et en particulier celui de James Brown qu'elle connaît sur le bout des doigts.

Adolescente, Angélique est déjà une chanteuse connue dans toute la région. Son énergie et la qualité exceptionnelle de sa voix séduisent le public impressionné par cette petite femme au tempérament volcanique. Vers quinze ans, elle écrit quelques chansons et se réfère souvent à son idole, la sud-africaine Myriam Makeba. Avec le groupe de son lycée, les Sphinx, elle nourrit encore un peu plus sa notoriété. En 1979, la radio lui ouvre ses portes et, très sensibilisée aux problèmes de l'Apartheid en Afrique du Sud, Angélique choisit d'interpréter un titre de sa composition sur Winnie Mandela.

Elle rencontre alors le chanteur et producteur camerounais, Ekambi Brillant, qui lui fait faire son premier disque "Pretty", également co-produit par son frère, Oscar Kidjo. Nous sommes en 1980 et Angélique a 20 ans. L'album est enregistré à Paris où la jeune femme vient pour la première fois. Mais, c'est en Afrique que le succès du disque est énorme. Avec deux titres, "Pretty" qui devient un temps le surnom d'Angélique, et "Ninivé", Angélique Kidjo devient une star dans l'ouest africain et remplit les salles au cours de ses tournées du Togo à la Côte d'Ivoire.

En 1988, elle monte également son propre groupe, Angie Kidjo. Elle y est entourée de jeunes musiciens français, plutôt issus du jazz, dont le bassiste Jean Hébraïl, qui devient son mari.

 Le 10 juin 2010, Angélique Kidjo participe à Johannesburg (Afrique du Sud) au concert de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de Football, organisée pour la première fois en terre africaine. Elle se produit aux côtés d'artistes internationaux comme Shakira, Alicia Keys, John Legend, Amadou & Mariam ou encore Vieux Farka Touré.

2017 : Angélique Kidjo dénonce le discours hypocrite d'Emmanuel Macron sur la surdémographie de l'Afrique.

Posté par jl boehler à 00:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 18 septembre 2017

Archéologie à Mexico

Une offrande de loup de l’époque aztèque retrouvée avec des pièces d’or d’une grande finesse

mexique

 Il y a plus de cinq siècles, la dépouille d’un loup âgé d’environ huit mois a été enterrée avec soin par les Mexicas sous le règne d‘Ahuitzotl (1486-1502) dans un espace carré en pierre avec des pièces de métaux précieux et des couteaux de silex. L’inhumation a été réalisée près du Zocalo, la place principale de Mexico, où le Templo Mayor avait été érigé et où il était resté inchangé pendant plusieurs siècles.

L’inhumation, fruit d’un acte sacrificiel, a été découverte plus de 500 ans après grâce aux fouilles menées par l’archéologue Leonardo López Luján, elles ont été révélées cet été par David Alire García, ce tombeau a été découvert sur les lieux du Templo Mayor, très proche de la capitale Zocalo, en avril 2017, et c’est le 7 juillet que l’archéologue responsable des recherches, Leonardo Lopez, a officialisé la mise au jour lors d’une conférence de presse.

Les prêtres aztèques ont placé le corps de l’animal sur une couche de couteaux en silex, c’était le rituel habituel au quinzième siècle, avant la Conquête espagnole. Selon les croyances préhispaniques, le loup représente Huitzilopochtli, le dieu du soleil et la guerre, les anciens habitants du Mexique considéraient l’animal comme un guide pour que les guerriers déchus ayant péri puissent traverser la rivière dangereuse qui représentait l’inframonde à savoir le monde souterrain. Le loup retrouvé par les archéologues était orné d’une ceinture de coquillages en provenance de l’océan Atlantique, a déclaré le spécialiste López, l’animal était par ailleurs positionné la tête vers l’ouest.

mexique2

Les chercheurs de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) ont fait mention de fines pièces d’or avec lesquelles le canidé était recouvert, la qualité et la quantité des ornements restent très inhabituelles. Le tombeau comprenait 22 pièces complètes, dont des boucles d’oreilles, une bague nasale et un  pectoral en forme de disque, des pièces d’orfèvrerie toutes composées de fines feuilles d’or, a confirmé l’archéologue responsable de l’excavation, Leonardo López. Les experts ont évoqué la rareté des «bijoux» qu’ils considèrent comme « les plus grands et les plus raffinés découverts en plus de 40 ans d’excavations » au Zocalo de Mexico (CDMX).

L’animal a été enterré sous le règne d‘Ahuítzotl, un guerrier redouté et sanglant qui a mené une politique étrangère expansionniste, dominant pratiquement tout le centre et le sud du Mexique, y compris le Guatemala. López Luján, directeur du projet Templo Mayor de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire, a déclaré à l’agence Reuters qu’il faudrait analyser les côtes de l’animal pour valider la théorie selon laquelle le cœur de la victime aurait pu être extrait à l’occasion de l’acte rituel « à savoir dans le cadre d’un sacrifice pour honorer les dieux ».

Selon les informations, la découverte a été rendue possible par la démolition de deux bâtiments occupant le site depuis plus de deux décennies. Les spécialistes estiment que le Templo Mayor a pu atteindre la hauteur d’un bâtiment de 15 étages avant d’être détruit avec le reste de la capitale aztèque, Tenochtitlan, après la conquête du Mexique en 1521.

Posté par jl boehler à 03:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 17 septembre 2017

75% des esclaves emmenés au Brésil étaient bantous

La conseillère technique en Langues Africaines du Musée de la Langue Portugaise à São Paulo, Yeda Pessoa de Castro a fait ressortir dans une enquête récente que parmi les quatre millions d’individus emmenés de l’Afrique Subsaharienne pour le travail esclave au Brésil, 75% étaient originaires du monde linguistique bantou, c’est-à-dire des territoires situés actuellement en Angola et dans les deux Congos.

bantou

Ce contingent bantou, (dont la graphie originale est bantu) qui était de cette ampleur dans la ville de Bahia du 17ème siècle, a selon le chercheur amené le Père Dias à écrire "A arte da língua de Angola"(L’art de langue d’Angola) une grammaire publiée en 1687 à Lisbonne pour instruire les jésuites et faciliter le travail de catéchisme des "25 milles éthiopiens" africains.

La même situation s’est développée selon Yeda Pessoa de Castro dans d’autres régions de l’époque comme Palmares, où le développement d’un parlé de base Congo-Angola est à l’origine de la création de divers toponymes, parmi lesquels ganga zumba, zumbi, dandara, osengo et andalaquituxe.

Pour la conseillère, les apports bantus, comme senzala, mucama et quilombo sont associés au régime de l’esclavage et en même temps intégrés au système linguistique du Portugais, en formant des dérivés à partir d’une même racine bantu, à l’exemple de esmolambado, dengoso, sambista, xingamento, mangação, molequeira et caçulinha. "La constatation de ce fait démontre l’antériorité de la présence bantu et l’amplitude atteinte par sa distribution humaine sur le territoire colonial brésilien, avant d’autres peuples négro-africains également en esclavage", souligne-telle.

Posté par jl boehler à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 septembre 2017

TV5 propose un Tour du Monde de la Francophonie en direct

25h de direct, 23 destinations, 5 continents... Les 21 et 22 septembre prochains, toutes les chaînes de TV5MONDE seront en direct pour faire vivre à leurs téléspectateurs et télé- spectatrices Le Tour du Monde de la Francophonie ; une émission inédite destinée à marquer de manière spectaculaire la présence sur les cinq continents de TV5MONDE et de la francophonie, « cet humanisme intégral qui se tisse autour de la Terre (…) » comme la définissait le président Léopold Sédar Senghor.

tv5

À travers 23 destinations, ce tour du monde audiovisuel évoquera la langue française, son influence, son histoire, son avenir et plus largement les cultures francophones, plurielles, entremêlées, qui partagent les valeurs de la Francophonie et participent de son rayonnement.

Durant 25 heures, les journalistes de TV5MONDE et des chaînes partenaires associées se succéderont à l’antenne pour animer, tour à tour, des émissions de 52 minutes. Dans le sens inverse de la rotation terrestre, ils se passeront toutes les heures le relais, depuis une ville située sur l’un des 24 fuseaux horaires ou depuis Paris lorsque le fuseau traversera uniquement des zones maritimes.

Le coup d’envoi du Tour du Monde de la Francophonie sera donné le jeudi 21 septembre à 13h00 à Paris puis se poursuivra à Abidjan, Genève, Bruxelles, Cayenne, Basse-Terre, Montréal, la NouvelleOrléans, Moncton, Vancouver, Papeete, Auckland, Nouméa, Sydney, Séoul, Pékin, Pnomh-Penh, Mumbai, Lahore, Saint-Denis à La Réunion, Antananarivo, Beyrouth pour s’achever à Kinshasa, le vendredi 22 septembre à 14h00 (heure de Paris).

Dans chacune de ces villes, les présentateurs et présentatrices accueilleront en plateau des personnalités francophones emblématiques de la destination, issues du monde artistique, économique, scientifique, sportif ou encore politique. Échanges, reportages, performances rythmeront ces différents plateaux en fonction des thématiques abordées.

Le Tour du Monde de la Francophonie sera diffusé en direct sur les neuf chaînes régionales de TV5MONDE, ainsi que sur le numérique et les réseaux sociaux.

Comme le dit fièrement Yves Bigot, Directeur général de TV5 Monde, "Le français est avec l’anglais la seule langue présente sur les cinq continents, nous voulons célébrer sa vitalité, et celle des francophones, leur jeunesse, leur énergie, leur modernité, leurs initiatives, dans tous les domaines, culturels, économiques, humanitaires, où qu’ils se trouvent, qu’ils soient expatriés, francophiles ou autochtones. Nous partageons cet objectif avec Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, autre partenaire de cette opération majuscule et avec le réseau des Alliances Françaises dans le monde."

À l’issue de ces 25 heures de direct, deux florilèges des meilleurs moments (documentaires de 52 et 90 minutes) seront réalisés et sous-titrés dans les 14 langues de TV5MONDE (anglais, allemand, néerlandais, espagnol, portugais, roumain, russe, arabe, japonais, coréen, vietnamien, chinois traditionnel, chinois simplifié et français) et diffusés sur les chaînes de TV5MONDE.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 3 septembre 2017

C'est vieux, ça !

(1936) Chi Chi - Tino Rossi

Tino Rossi - Le plus beau tango du monde

""MARINELLA""--TINO ROSSI--

Posté par jl boehler à 01:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 2 septembre 2017

Cindy Brand

 Ich träum nur von l´Amour

Cindy ( Bonjour Soleil )

Was hast du mit mir vor 2014

Posté par jl boehler à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 24 août 2017

Antoinette de Knackwiller à Neuve-Eglise

Très intéressant spectacle !

antoinette

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 17 août 2017

Le pont du 15 août (5)

Semino Rossi & Los Paraguayos - Südamerika-Medley

Posté par jl boehler à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 16 août 2017

Le pont du 15 août (4)

Vahine Tahiti - Vaiana

Posté par jl boehler à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :