jeudi 30 juin 2022

La Russie fait défaut sur sa dette extérieure

D'après l'agence Bloomberg, la Russie a fait défaut sur sa dette extérieure, pour la première fois en plus d'un siècle. Et cela à cause des sanctions occidentales.

russie

L'État russe dit avoir payé l'échéance de 100 millions de dollars due le 27 mai. Des paiements d'intérêt pour deux eurobonds. L'argent devait être redistribué aux créanciers samedi soir, la date limite, puisque le règlement prévoit un délai de grâce de 30 jours pour réaliser l'opération. Mais à cette heure, les créanciers n'ont rien reçu, des détenteurs taïwanais de dette russe en ont attesté. Et l'argent ne peut pas être versé, car entre temps, le Trésor américain a interdit à la Russie de passer par des banques américaines pour effectuer les paiements, ce qu'elle faisait jusqu'alors.

Le défaut de paiement est donc avéré ce lundi 27 juin. Un défaut artificiel selon le ministre russe des Finances. Son pays a les moyens d'honorer ses remboursements. La Russie a une dette extérieure de 40 milliards de dollars, elle disposait en début d'année d'une réserve en devises de 640 milliards de dollars pour y faire face, or la moitié de ces réserves est aujourd'hui gelée.

Évaluation difficile

C'est le premier défaut russe sur la dette externe depuis la révolution bolchevique. Le plus récent, sur la dette interne, dans les années 1990, avait provoqué une violente crise économique. Difficile d'évaluer à ce jour les conséquences de ce nouveau défaut puisque - de fait - Moscou est déjà privé d'accès aux marchés internationaux à cause du régime des sanctions. (selon RFI)

NB : selon d'autres sources, le rouble ne se serait jamais si bien porté (article à venir)

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 29 juin 2022

Kaczyński, homme fort de la Pologne, quitte le pouvoir

Jarosław Kaczyński a démissionné du gouvernement mardi 21 juin. Le chef du parti conservateur Droit et justice, au pouvoir à Varsovie, était vice-Premier ministre chargé de la sécurité. Il gouvernait la Pologne dans l'ombre depuis 2015.

pologne2Son départ du gouvernement ne devrait en fait rien changer au rôle central qu'il joue dans la politique polonaise : il n'a été Premier ministre que pendant un peu plus d'un an, entre 2006 et 2007, et n'a jamais été président. Pourtant, Jarosław Kaczyński est l'homme politique le plus influent de Pologne au moins depuis 2015. Cette année-là, son parti conservateur, Droit et justice, remporte les élections législatives.

Officiellement, Jarosław Kaczyński n'est alors que député et chef de parti. Mais en pratique, c'est lui qui prend toutes les décisions les plus importantes. Il rencontre aussi les chefs d'État lors des visites officielles. Par exemple en mars dernier, il se rend à Kiev avec le Premier ministre polonais pour soutenir le président ukrainien Volodymyr Zelensky en pleine invasion russe.

La Pologne de Jarosław Kaczyński a aussi reçu près de deux millions et demi de réfugiés depuis le début de la guerre. De quoi tenter de faire oublier à l'Union européenne les atteintes à l'État de droit en Pologne, et le non-respect des droits des personnes LGBTQIA+.

Jarosław Kaczyński mise aujourd'hui sur ce leadership retrouvé de son pays sur la scène européenne pour préparer son parti pour les élections législatives prévues l'année prochaine.

Posté par jl boehler à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 28 juin 2022

Une infirmière suspendue car non vaccinée gagne son procès

Hélène A., infirmière à Ste-Marie-aux-Mines, avait été suspendue de ses fonctions car non vaccinée contre le Covid. Le tribunal administratif de Strasbourg vient de lui donner raison.

infirmi_reDans une décision rendue le 21 juin 2022, le tribunal administratif de Strasbourg a donné raison à Hélène A., une infirmière ayant été suspendue par son employeur car non vaccinée contre le Covid-19.

Privée de revenus

Hélène, aide médico-psychologique au sein de l’institution médico-social Les Tournesols, un établissement public installé à Sainte-Marie-aux-Mines et qui vient en aide aux personnes handicapées, avait été, sur décision de la direction, suspendue de ses fonctions à compter du 15 septembre 2021.

Pour être réintégrée, la direction lui demandait de fournir un justificatif de vaccination ou de contre-indication à la vaccination.

La justice lui donne raison
Mais, et c’est là que le bât blesse : Hélène a été suspendue alors qu’elle était en arrêt maladie. Pour le dire autrement, la direction n’a pas attendu l’échéance de son arrêt pour la démettre de ses fonctions, ce qu’elle aurait dû faire, selon l’ordonnance du tribunal.

Dans sa décision, le tribunal « enjoint au directeur de l’institution médico-sociale Les Tournesols d’effectuer le versement des traitements de la requérante dans un délai de dix jours à compter de la notification du présent jugement et de la rétablir dans ses conditions d’ancienneté et de congés payés dans le délai d’un mois suivant la notification du présent jugement ».

« Cette décision rend possible l’espoir pour les infirmières dans la même situation »

« C’était une situation très difficile pour Hélène A., ça n’est que justice », réagit Me Tarek Koraitem, qui a assuré la défense de l’infirmière.« Le tribunal administratif applique la jurisprudence que nous avons impulsée, que j’ai contribué à impulser et cela rend possible l’espoir pour les autres infirmières qui seraient dans la même situation qu’elle », ajoute-t-il. (selon "Actu-Strasbourg")

Posté par jl boehler à 08:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 juin 2022

Des millions de cas de "fièvre" confirmés en Corée du Nord

Des épidémies de typhoïde ou de choléra en même temps qu'une vague Covid !

cor_eLa Corée du Nord est confrontée à ce qu’elle appelle une épidémie de "maladie intestinale inconnue". Il pourrait s'agir d'une forme de choléra ou de typhoïde.

L’Agence centrale de presse coréenne (KCNA), contrôlée par l’État, annonce, sans toutefois fournir de détails supplémentaires, que la ville portuaire de Haeju est confrontée à une "épidémie entérique grave".

Au moins 800 familles et 1.600 personnes atteintes par cette "épidémie entérique aiguë" ont également reçu une aide médicale dans la province du Hwanghae dans le Sud où se situe la ville de Haeju .

Selon Reuters, les autorités sud-coréennes estiment que la mystérieuse épidémie a probablement été causée par le choléra ou la typhoïde, deux maladies bactériennes contractées par de l’eau ou des aliments contaminés.

Cette nouvelle épidémie exerce en tout cas une pression supplémentaire dans un pays déjà en proie à une vague de nouveaux cas Covid. 

La Corée du Nord a enregistré ce lundi "18 820 nouveaux cas de fièvre" tandis qu'elle doit faire face à la première épidémie officielle de COVID-19, a annoncé lundi l'agence de presse officielle nord coréenne KCNA.

Dimanche, l'agence de presse avait détaillé les efforts de prévention, y compris la mise en place de mesures de quarantaine pour faire face à cette situation. Une campagne de "dépistage intensif pour tous les résidents" ainsi qu' "une surveillance spéciale des personnes vulnérables telles que les enfants et les personnes âgées" sont désormais en vigueur pour limiter la propagation de l'épidémie. Des travaux de désinfection sont en cours, y compris des eaux usées, pour assurer la sécurité de l'eau potable, indique le média.

KCNA avait signalé dimanche 19 310 nouveaux cas de fièvre supplémentaires, sans préciser combien de ces patients avaient été testés positifs pour le coronavirus.

Plus de 4,6 millions de personnes auraient ainsi présenté des symptômes de fièvre depuis que l'épidémie de Covid a été reconnue pour la première fois à la mi-mai. Au 19 juin, 73 décès liés à cette "fièvre" avaient été signalés par KCNA. Comme il est impossible de vérifier de manière indépendante les chiffres des contaminations et les guérisons signalés par les médias d'État nord-coréens, les cas de fièvre liés à la maladie intestinale restent bien difficiles à définir parmi les millions de cas de fièvre...

L’Organisation mondiale de la santé avait laissé entendre au début du mois que la situation en Corée du Nord pourrait s’aggraver. Le chef des urgences de l’OMS, Michael Ryan, avait toutefois déclaré que l’Organisation mondiale n’avait pas accès à des données fiables en provenance de Corée du Nord. Les offres de l’OMS, de la Corée du Sud et des États-Unis d’envoyer des vaccins et une aide médicale en Corée du Nord ont été rejetées ou se sont heurtées au silence du régime de Kim Jong Un.  (selon Martial Mehr, journaliste à "L'indépendant")

Posté par jl boehler à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 26 juin 2022

Manifestations à Tunis

Des milliers de Tunisiens ont manifesté samedi dans la capitale pour protester contre l'intention du président Kaïs Saïed de faire adopter par référendum une nouvelle Constitution qui renforcerait ses pouvoirs.

Le rassemblement organisé à l'appel d'Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre, traduit une résistance croissante face à l'autoritarisme du président tunisien, qui s'est arrogé les pleins pouvoirs l'an dernier après avoir dissous le Parlement.

"Les Tunisiens meurent de faim, les finances publiques s'effondrent, mais Saïed n'en a cure... Il ne s'intéresse qu'à son projet de nouvelle Constitution... Nous ne l'accepterons pas", a lancé Abir Moussi à la foule.

Les principaux partis politiques tunisiens ont promis de boycotter le référendum constitutionnel que Kaïs Saïed entend organiser le 25 juillet, après avoir désigné une nouvelle commission électorale et un nouveau conseil supérieur de la magistrature, deux institutions que l'opposition considère à la botte du chef de l'Etat.

Le juriste Sadok Belaïd, chargé par le président de rédiger la nouvelle Constitution, a déclaré pour sa part samedi qu'il remettrait son projet lundi, comme prévu, et assuré qu'il s'agirait d'une Constitution démocratique. (selon "Challenges")

tunisie

Posté par jl boehler à 07:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 25 juin 2022

Estelle Youssouffa, députée de Mayotte

Estelle Youssouffa, 44 ans, l’ancienne journaliste est élue députée de la première circonscription de Mayotte.

youssoufaEntrée dans l’arène politique pour la première fois cette année, la présidente du collectif des citoyens, a fait une campagne offensive notamment à travers les réseaux sociaux et le porte à porte.

Mars 2018, Mayotte est bloquée du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Le collectif des citoyens, pas encore divisé est en mouvement contre l’insécurité et c’est alors qu’apparait Estelle Youssouffa dans la scène publique mahoraise.

2019, le collectif est divisé en deux. Estelle Youssouffa devient la présidente d'un des collectifs, qui se structure en association.

Les membres du collectif arborent comme symbole un point noir levé et reprennent à leur compte le slogan Ra Hachiri "Nous sommes vigilants", la devise de Mayotte. Le ton est donné.

Estelle Youssouffa va mener une campagne en tenue traditionnelle. Un changement vestimentaire qui l’inscrit dans la droite lignée des combattantes de Mayotte Française.

Action coup de poing et franc-parler sont les méthodes du collectif des citoyens, notamment contre le gouvernement.

En octobre 2019, Emmanuel Macron, le président de la République est en visite à Mayotte.  Toute de blanc vêtue, et drapeau tricolore en cap, elle et son frère ont forcé un cordon de sécurité et se sont faits arrêtés pour troubles à l'ordre publique. Une image qui a va faire le tour des réseaux sociaux.

Estelle Youssouffa maitrise les réseaux sociaux, la communication, c'est son domaine. Ne parlant pas suffisamment bien le shimaoré, la candidate, Estelle Youssouffa n’apparait que vêtue du traditionnel salouva.

Estelle Youssouffa se surnomme "Députée poutou mgowa", pour dire qu’elle ne va pas manquer de piquant à l’assemblée nationale.

Une promesse que sans doute les électeurs ne manqueront de le lui rappeler, en tant que députée de Mayotte. (selon "Franceinfo")

youssoufa1

Posté par jl boehler à 07:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 24 juin 2022

Villé, petite ville d'avant-hier ?

Moment unique pour un grand nombre de villois, ces dimanches d'élections, pour rencontrer le premier magistrat et ses adjoints en mairie et exposer des problèmes de la commune. Ces temps terminés pour un long moment, faisons le point sur différents sujets.

_coleLes questions semblant revenir le plus souvent sont liées à l'école :

- Si l'école de Villé accueille dans ses locaux de nombreuses réunions électorales et politiques, nos enfants ne bénéficient toujours pas de périscolaire en son sein ! Et tous les jours et par tous les  temps, ils marchent plusieurs fois pour rejoindre la MJC du côté de Bassemberg, en passant par la rue de l'abattoir et la piste cyclable (trajet de 2 km emprunté plusieurs fois par jour)  ! Une situation qui dure depuis plus de 10 ans !

bus- Autre sujet lié à l'école, et notamment pour les élèves du collège, les transports scolaires ! Outre le fait qu'ils ne sont pas toujours assurés (il est déjà arrivé que les élèves de Breitenau ont dû se rendre au collège à cheval !), il semble de plus en plus difficile d'organiser des sorties ou des voyages scolaires relevant pourtant de l'ouverture à la vie : administrativement compliqué et financièrement trop cher !

- Et n'oublions pas  le nettoyage des écoles primaires : la mairie n'aurait plus de balayeuses... ce qui fait que notamment l'école maternelle n'est plus balayée que par les ATSEM ! Du temps pris sur l'aide pédagogique !

Mais d'autres sujets reviennent régulièrement : la propreté du cimetière, assurée pour le jour de la Toussaint mais pas trop le restant de l'année ! Là aussi, il paraît qu'il y aurait des efforts à faire.

FTVSans compter l'épineux dossier des FTV (filatures et tissages de Villé) à l'état de friche depuis plus de 20 ans, pour laquelle des promesses vaines ont été faites par l'un ou l'autre candidat aux législatives ! Et l'incendie des locaux de cet ensemble appartenant à des propriétaires sélestadiens, qu'en est-il ? En général, quand personne n'en parle, il y a anguille sous roche.

Et, un mot pour une autre sujet revenant souvent : la fourniture d'électricité, l'irrégularité dans le montant des factures et l'impossibilité de changer de fournisseur malgré la loi !

De nombreux villois ont aussi comptabilisé la fréquence effarante des réunions  du conseil municipal : une depuis le début 2022, alors que nous sommes fin juin et toujours pas de deuxième à l'horizon ! Voilà qui explique l'avancée rapide des dossiers !

cimeti_reEt bien sûr, nos élus promettent de tout régler dans le cadre d'un magnifique projet "Villé, petite ville de demain". Un projet d'avenir pour régler les problèmes du passé ?

Quant à envisager le progrès, on peut se demander ce qu'il en est. Peut-être la démolition du plus beau  stade de la vallée qui empêchera définitivement la relance d'un club de football dans le bourg-centre ?

De nombreux villois ont comptabilisé la fréquence effarante des réunions  du conseil municipal : une depuis le début 2022, alors que nous sommes fin juin et toujours pas de deuxième à l'horizon ! Voilà qui explique l'avancée rapide des dossiers !

NB - Rappel de la convention "Petite ville de demain" à laquelle se réfèrent nos élus :

Vendredi 28 Mai 2021, en présence de Madame Annick PÂQUET, Sous-Préfète de Sélestat-Erstein et de Madame Isabelle HALB-SIENER, Directrice Territoriale Bas-Rhin de la Banque des Territoires, Serge JANUS, Président de la Communauté de Communes et Lionel PFANN, Maire de Villé ont signé la convention relative à ce programme.

Cette convention qui sera également signée par la Région Grand Est et la Collectivité européenne d’Alsace vise à soutenir financièrement les projets des 2 collectivités en matière de centralité urbaine, d’économie, de cadre de vie, de transition énergétique, d’environnement et de paysages.

2ème territoire du Bas-Rhin sur 22 retenus dans le cadre de « Petites Villes de Demain » à avoir signé cette convention, la vallée de Villé a maintenant 18 mois pour finaliser son programme d’actions et le mettre en œuvre d’ici 2026 (fin de mandat municipal). 

Plus d'un an est déjà passé, qu'attendent nos élus alors que l'échéance des 18 mois approche ?

Partager

Posté par jl boehler à 06:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 23 juin 2022

L'UE signe un accord avec Israël et l'Égypte ...

... pour s'approvisionner en gaz israélien

_gypteL'UE, Israël et l'Égypte ont signé jeudi un protocole d'accord pour permettre à l'UE d'importer du gaz naturel israélien. Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, Bruxelles veut rompre avec sa dépendance aux énergies fossiles russes et cherche à renforcer ses partenariats avec d'autres pays, notamment au Moyen-Orient. 

L'Union européenne, Israël et l'Égypte ont signé un protocole d'accord pour approvisionner l'Europe en gaz naturel, lors d'une visite au Caire de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Cette visite intervient alors que l'UE a un besoin urgent de diversifier ses approvisionnements énergétiques après la décision de la Russie de couper ses livraisons de gaz à des pays européens. Avant l'Égypte, Ursula von der Leyen s'est rendue en Ukraine, puis en Israël.

La responsable européenne s'est entretenue mercredi pour la première fois avec le président Abdel Fattah al-Sissi. Lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue de la rencontre, elle s'est félicitée de la signature d'un "protocole d'accord concernant l'acheminement de gaz naturel d'Israël vers l'Égypte", où le gaz sera liquéfié avant d'être expédié en Europe.

L'Union européenne veut développer sa coopération énergétique avec les deux pays de Méditerranée orientale pour "mettre un terme à sa dépendance  aux énergies fossiles russes", a expliqué la présidente de la Commission européenne mercredi en Égypte. 

Mais une hausse des exportations de gaz depuis les deux pays de Méditerranée orientale vers l'Europe nécessite des investissements considérables, réalisables uniquement sur le long terme.

Une solution à l'absence de gazoduc entre Israël et l'Europe

En l'absence d'un pipeline reliant les gisements gaziers offshore d'Israël à l'Europe, l'État hébreu envoie son gaz naturel vers l'Égypte depuis la signature en 2020 d'un accord historique de 15 milliards de dollars entre les deux pays. 

Les deux pays ont récemment renforcé leurs relations, notamment dans le domaine énergétique et c'est dans ce cadre que le ministre égyptien du Pétrole Tarek al-Molla, la ministre israélienne de l'Énergie, Karine Elharar et la commissaire européenne à l'Énergie, Kadri Simson ont signé ce protocole d'accord mercredi, lors du Forum du gaz de la Méditerranée orientale se tenant au Caire.

"C'est aussi l'occasion pour l'Égypte de devenir un centre régional en matière d'énergie", a affirmé mercredi la présidente de la Commission soulignant le potentiel de l'Égypte sur les exportations d'énergies renouvelables. 

Ursula von der Leyen a également appelé de ses vœux la mise en place immédiate d'un "fonds de 100 millions d'euros" pour permettre à l'Égypte d'assurer sa sécurité alimentaire, ainsi que la mise en place d'un fond de 3 milliards d'euros pour différents programmes agricoles et alimentaires.

Avec AFP

Posté par jl boehler à 01:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 juin 2022

Tahiti à Villé

MJC

Posté par jl boehler à 00:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 21 juin 2022

Mélenchon propose un groupe unique Nupes

PS, EELV et PCF n’ont pas tardé à répondre à l’Insoumis : c’est non.

m_lenchon«La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe» à l’Assemblée nationale, a «proposé» lundi Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l’obtention de 89 députés par le RN remette en cause son «statut» de première opposition à Emmanuel Macron.

Les directions du PS, du PCF et d’EELV se sont opposées à la proposition formulée par Jean-Luc Mélenchon. « Un groupe chacun, un intergroupe pour nos positions communes. C’est une initiative des seuls LFI, à laquelle nous ne sommes pas favorables », explique notamment EELV.

La députée socialiste Valérie Rabault, présidente sortante du groupe PS à l’Assemblée, s’est, elle, opposée à la constitution d’un groupe parlementaire unique de l’alliance Nupes à l’Assemblée nationale, une proposition de Jean-Luc Mélenchon pour faire face au RN.

Il était évident que les trois partis, en position de créer leur propre groupe, n'allaient pas y renoncer. Même Mitterrand n'a jamais demandé cela à ses alliés.

Posté par jl boehler à 05:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,