mardi 31 mai 2022

Un ministre incognito dans la vallée ?

C'est annoncé dans la presse locale dans un article de trois lignes.

le_maire5Le ministre, c'est Bruno Le Maire, grand responsable de l'économie et des finances. Il semblerait qu'il vienne soutenir un candidat qui, ne se satisfaisant pas d'une chaise, veut se faire élire dans un fauteuil. Cette brave personnalité macronienne, venue de l'UMP et de LR, aurait voulu venir dans cette vallée qui n'a pas même de candidat pour limiter les dégâts. Il aurait donc promis de faire un effort pour le développement des villages où il passera.

alb_1Ayant prévu de débarquer le 1er juin pour une réunion en catamini à Steige, il arriverait semble-t-il vers 18 heures à l'aérodrome d'Albé qu'il envisage comme un futur poumon du développement économique de la vallée et du Centre-Alsace. Une étude serait déjà engagée pour transformer cette aire d'atterrissage pour monoplace en grand aéroport international. Une date, restée secrète, serait même déjà prévue dans le calendrier du président pour l'inauguration.

le_maire4Enfin, après un rapide passage dans le bourg-centre, où les habitants pourront applaudir le ministre au passage, la délégation ministérielle se rendra à Maisonsgoutte pour  un arrêt plus  substanciel. Certains  contestataires locaux (dont l'un ou l'autre serait même élu municipal) auraient même projeté de bloquer le ministre pour négocier une baisse significative des impôts, de l'essence et autres denrées de première nécessité. Il faut savoir en effet qu'à Maisonsgoutte, où on est plus fourmi que cigale, on tient à ne pas vider les bas de laine.

Autre exigence locale : le candidat devrait s'engager à venir assister à la messe les dimanches d'élection, selon la coutume instaurée par l'ancien député Caro. Dans cette commune, il y a longtemps que le mot laïcité a été retiré du dictionnaire.

Enfin, lors de l'arrivée en réunion à Steige, le ministre a prévu de faire très couleur locale et de prononcer son discours en  dialecte alsacien. Il doit ignorer en effet que le village se trouve en pays welche et aurait donc oublié de faire traduire le texte de l'intervention en patois vosgien ! Cher Bruno, revois ta géographie linguistique. Heureusement, la conseillère départementale et maire sera là pour rectifier le tir, de même que son ami intime Fredo Bierry.

Et si avec tout ça, son protégé n'est pas élu...

le_maire1* NB : le ministre passerait bien par Villé, mais ne serait pas reçu par les autorités, sa demande étant arrivée trop tardivement.

Posté par jl boehler à 08:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 30 mai 2022

Transports en Allemagne, un ticket unique à 9 €

C'est une annonce qui ravira les globe-trotteurs, les étudiants, les germanophiles. Pour 9 euros par mois, il est possible dès le 1er juin de voyager dans toute l'Allemagne dans les trains régionaux, et d'emprunter les transports en commun de toutes les villes allemandes.

bade1Pour 9 euros par mois, il sera bientôt possible de voyager dans toute l'Allemagne à bord des trains régionaux et sur tous les réseaux urbains (bus et tram). Cette mesure exceptionnelle vise à encourager les citoyens à privilégier massivement les transports en commun par rapport à la voiture. Pour des raisons écologiques mais aussi de moindre dépendance aux hydrocarbures russes.

Depuis lundi 23 mai, il est déjà possible d'acheter un ticket en prévente et de choisir le mois de validité : juin, juillet ou août. La mesure est prévue pour durer trois mois, jusque fin août.

C'est une première et c'est aussi une entorse au fédéralisme : les transports sont de la compétence des Länder. Berlin est passé outre cette prérogative.

Quels trajets ?

bade2Le ticket à 9 euros donne accès à tous les transports publics de proximité (Öffentlichen Personennahverkehrs (ÖPNV)). Pour faire une recherche d'itinéraire, il suffit d'utiliser le navigateur (ou l'application) de la Deutsche Bahn, sans oublier de cocher "réseau régional uniquement".

Les ICE, IC, EC et les lignes de bus intra- ou interrégionaux (Fernbusse) ne sont pas concernés par la mesure, tout comme les tickets de première classe.

Les enfants de moins de 6 ans peuvent voyager gratuitement. Les enfants de plus de 6 ans, comme les adultes, doivent avoir un ticket à 9 euros en poche pour prendre trains, trams et bus.

Trains surchargés

La Deutsche Bahn annonce d'ores et déjà une hausse de la fréquentation dès le 1er juin. Lundi 23 mai, les guichets ont été pris d'assaut par les usagers, désireux d'acquérir au plus vite un ticket pour le mois de juin.

Cinquante trains régionaux supplémentaires seront mis en circulation, pour renforcer l'offre sur les trajets les plus touristiques. Les effectifs seront aussi renforcés sur ces trajets. "Cela permettra de proposer 250 trajets en plus dans toute l'Allemagne", explique la Deutsche Bahn.

Le ministre des transports du Bade-Wurtemberg, Winfried Hermann a indiqué que les 2,5 milliards d'euros prévus pour mettre sur les rails le tickets à 9 euros ne suffiront pas pour résoudre les problèmes financiers des transports de proximité. "Les Länder ont besoin de plus de moyens, localement, pour améliorer durablement l'offre pour les usagers des transports en commun régionaux", a -t-il expliqué.

Les vélos ne sont pas compris dans le tarif unique, il faudra soit payer un supplément soit faire attention aux horaires d'accès spécifiques. La Deutsche Bahn prévient les usagers que si les trains sont trop pleins, le transport de vélo ne sera pas garanti. Elle invite à éviter les jours fériés et de privilégier la location de vélo à l'arrivée. (selon "franceinfo:")

bade4

Posté par jl boehler à 06:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 29 mai 2022

À Colmar, le tailleur ne trouve pas de repreneur

Alors que beaucoup d'entreprises sont à reprendre dans les prochaines années dans le Grand Est, beaucoup d'artisans ne trouvent pas de successeurs. C'est le cas de Giuseppe Bono. Le tailleur de costume a cherché pendant 15 ans un repreneur, il s'est résigné à baisser le rideau fin juin.

colmarDans le Grand Est et en Alsace, beaucoup d'entreprises seront à reprendre dans les prochaines années. C'est le résultat d'une enquête de l'INSEE, sur l'âge des chefs d'entreprise.

Dans le secteur de l'artisanat, dans le Haut-Rhin, en 2021, sur près de 19.000 établissements, près de 5.000 étaient dirigés par des 55 ans et plus, soit près de 26%. L'enjeu de la transmission est donc très important pour le maintien du savoir-faire, des emplois et du service de proximité.

A Colmar, après avoir cherché un repreneur pendant 15 ans, Giuseppe Bono s'est résigné à baisser définitivement son rideau le 30 juin prochain. Ouvert depuis 1994 dans le quartier de la petite Venise, il a cherché et recherché un repreneur, mais en vain.

Encore un service de proximité qui disparaît

Il a pourtant essayé de former un jeune à son métier très pointu et qui prend beaucoup de temps, mais personne ne s'est présenté. 

"La difficulté est de trouver vraiment quelqu'un du métier et pas vraiment un bricoleur. Ici la clientèle est habituée à avoir une qualité supérieure à la moyenne," explique Giuseppe Bono. L'artisan baissera part avec quelques regrets et laissera sa nombreuse clientèle orpheline. "La plupart des entreprises artisanales sont des très petites entreprises. Le chef d'entreprise et son commerce ne font qu'un. Il est toujours très difficile de remplacer quelqu'un qui est omniprésent, au four et au moulin," constate Nicolas Hauss, chargé des dossiers de transmission à la chambre des métiers de l'artisanat dans le Haut-Rhin. 

C'est donc un service de proximité qui va disparaitre, dans le quartier de la petite Venise de Colmar. Les clients venaient d'Alsace, mais aussi des quatre coins de la France, jusqu'à Marseille. (selon "France Bleu")

colmar1

Posté par jl boehler à 05:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 28 mai 2022

NUPES et pouvoir d'achat

Extrait des DNA du 27/5

NUPES

Des nouvelles de la campagne dans la 5ème circonscription (Sélestat-Erstein)

Décidément, la campagne commence bien timidement, sauf pour "Sitting Bull", le candidat bien assis sur sa chaise ! 

- Ainsi, ce dernier en est déjà à sa deuxième publication distribuée et on ne voit toujours pas venir son programme détaillé. "Tous ensemble" avec Macron, veut-il nous laisser dans l'ignorance ? à moins qu'il l'ait annoncé à la dizaine de personnes présentes lors de son grand meeting à l'école primaire et laïque de Villé ? Mais peut-être ce candidat très sélestadien est-il trop occupé à faire l'unanimité (contre lui ?) au conseil municipal ? (voir l'article des DNA du 27/5 : "Règlement de comptes au conseil municipal" - page "Sélestat" évidemment)

- Autre nouveauté ? Le jour de l'Ascension ne serait-il plus férié ? A voir les boîtes aux lettres remplies de publicité électorale, la question peut se poser. A moins que le facteur, dans la nouvelle loi macronienne, n'ait plus droit au repos des jours fériés ?

- Outre l'inondation des documents vides de Sitting Bull, l'habitant a  pu obtenir un tract du tandem Tétart-Coelsch, autres candidats se disant soutenus par "Ensemble"  (mouvement du président Macron). Deux tandems candidats pour un même soutien : notre président n'hésiterait-il devant rien pour gagner ? Et toujours aucune trace de programme !

- Récupération ? Pour s'attirer quelques voix écolos, Sitting Bull s'est rendu au col de Steige pour soutenir les organisateurs de la célèbre course de côte ! Merci pour l'essence pas chère et la pollution planétaire !

- Notons aussi une curiosité : un ancien habitant du val de Villé, aujourd'hui domicilié à Sélestat, a créé la polémique à l'extrême-droite : n'étant prévu "que" comme suppléant chez les "zemouriens", il a changé de camp et s'est autotitularisé chez quelques "souverainistes" de la tendance de ce Dupont-Aignan que Marine Lepen envisageait de nommer premier ministre en 2017. Pas de quoi se faire rembourser une campagne... ou même d'en faire tout un fromage chez le préfet sur son degré d'appartenance à l'extrême-droite.

l_gislativesNB : une réunion publique d'information avec les candidats de NUPES Véronique Toulza et Thomas Benoît aura lieu jeudi, 9 juin à 19h00 à l'école primaire de Villé (salle festive). NUPES regroupe les partis de gauche LFI, EELV, PC, PS.

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 27 mai 2022

Vague de froid au Brésil

Avec un thermomètre affichant à peine 1,4°C , Brasilia a enregistré jeudi la température la plus froide de son histoire. Cette «anomalie» entre «certainement dans le cadre des événements extrêmes liés aux changements climatiques», selon les spécialistes.

br_silSi la France bat des records de températures printanières, les pardessus et les écharpes sont de sortie au Brésil. Le pays tropical subit dans sa moitié sud une vague de froid inhabituelle pour un mois de mai. Sur la page principale du site de l’agence météorologique Inmet, une carte du Brésil montre toute la moitié sud colorée en orange, avec en légende la mention : «Vague de froid (danger)». Dans la capitale futuriste Brasilia, où le mercure affiche ce jeudi 1,4 °C, la capitale personne n’avait vu des températures aussi basses à cette période de l’année depuis sa fondation en 1960.

À Sao Paulo (sud-est), plus grande mégalopole d’Amérique latine, le thermomètre affichait 6,6 °C mercredi matin, un record pour un mois de mai depuis 1990, avec un ressenti de -4 °C. Un sans-abri de 66 ans est décédé, après avoir fait un malaise dans la file d’attente d’un centre de distribution de nourriture. Selon les médias brésiliens, il avait passé la nuit dans la rue. La mairie de Sao Paulo a annoncé en début de semaine l’ouverture de 2 000 places supplémentaires dans des sites d’hébergement d’urgence, portant la capacité totale à environ 17 000. Mais la capitale économique du Brésil compte près de 32 000 sans-abri, deux fois plus qu’en 2015 et 31 % de plus qu’il y a trois ans, avant la pandémie de coronavirus.

Vague de froid «atypique»

Avec une température minimale autour de 12 °C jeudi à Rio de Janeiro (sud-est), on est encore loin de voir une invasion de pingouins sur la plage de Copacabana, mais de nombreux cariocas ont sorti de leurs armoires les pulls épais, voire les anoraks. Dans l’Etat méridional de Santa Catarina, qui enregistre depuis plusieurs jours des températures inférieures à 2 °C, la neige a fait le bonheur des touristes.

Selon le quotidien Folha de S. Paulo, la petite ville d’Urupema, qui s’autoproclame «la plus froide du Brésil, mais pleine de chaleur humaine», affiche une occupation hôtelière de plus de 90 %. Cette commune de 2 500 habitants a reçu des visiteurs venus parfois de loin, en pleine semaine, pour voir la neige pour la première fois.elon Estael Sias, spécialiste de l’agence météorologique Metsul, cette vague de froid «atypique pour cette période de l’année» est due au cyclone Yakecan, qui a touché le sud du Brésil et l’Uruguay et a «poussé des masses d’air polaire» plus au nord, à l’intérieur des terres». Elle précise que «ce cyclone est une anomalie, qui rentre certainement dans le cadre des événements extrêmes liés aux changements climatiques».
L’agence Inmet fait état de «possibles conséquences de la vague de froid sur l’agriculture brésilienne», dans un pays considéré comme l’un des greniers de la planète. Le communiqué d’Inmet évoque notamment des risques de gel menaçant les cultures maraîchères, mais aussi les récoltes de maïs ou de canne à sucre. (selon "Libération")

br_sil1

Posté par jl boehler à 01:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 26 mai 2022

La société suisse Sulzer ferme ses activités en Pologne ...

... en raison des sanctions contre l'oligarque russe Viktor Vekselberg

suisseLe groupe industriel suisse Sulzer se voit forcé de fermer ses activités en Pologne «avec effet immédiat», annonce-t-il jeudi, en raison des sanctions locales contre le milliardaire russe Viktor Vekselberg, un de ses grands actionnaires.

192 salariés en Pologne

suisse2Le ministère polonais de l'intérieur a refusé d'accéder à sa demande d'être retiré de la liste des sanctions, indique le groupe suisse dans un communiqué. «Cette décision se base sur une interprétation dans le droit polonais des règles sur les sanctions qui ont été introduites unilatéralement par la Pologne», précise le groupe suisse, qui conteste cette décision. Viktor Vekselberg n'exerce «aucun contrôle» sur les diverses entités du groupe, a réaffirmé Sulzer, qui compte utiliser «tous les moyens légaux» à sa disposition pour contester cette décision. «Sulzer a la ferme conviction que ces sanctions contre ses deux entités en Pologne sont erronées», a de nouveau déclaré le groupe suisse dans le communiqué.

En 2018, Sulzer avait déjà été ponctuellement affecté aux États-Unis lorsque Viktor Vekselberg avait été placé sur la liste des oligarques visés par des sanctions américaines à la suite de l'invasion de la Crimée par la Russie. Le groupe avait alors dû procéder à la hâte à une augmentation de capital pour faire baisser la participation en dessous du seuil de 50% afin de ne pas se retrouver touché par ricochet par ces sanctions. Ses activités sur le sol américain avaient alors pu rapidement reprendre. 

Mais cette fois, le groupe qui fabrique des pompes industrielles se trouve pour l'instant obligé de fermer ses activités en Pologne où il emploie 192 personnes. Le groupe qui fabrique des pompes industrielles notamment pour les usines, les oléoducs et les stations d'épuration, insiste sur le fait qu'il ne fait l'objet de sanctions dans aucun autre pays. Dans les premiers échanges à la Bourse suisse, l'action chutait de 2,65% à 67,95 francs suisses, alors que le SPI, l'indice élargi de cette place financière, perdait 1,42%.

suisse1

Posté par jl boehler à 04:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 24 mai 2022

Les frelons attaquent en Guadeloupe

Depuis quelques jours, ils font parler d'eux. Arrivés probablement avec des produits agricoles importés, les frelons semblent désormais établir leurs quartiers en Guadeloupe. Plusieurs essaims ont été remarqués à Saint François et même au Moule. S'il ne s'agit pas pour autant de céder à la panique, il faut tout de même prendre des précautions notamment par rapport aux animaux domestiques qui peuvent en être les victimes.

frelonLes frelons sont bien en Guadeloupe. Melissa Bellaire n'est pas prête de l'oublier. Propriétaire de sept chiens, elle vient d'en perdre deux à cause d'une attaque de frelons. Son mari présent à ce moment-là n’a rien pu faire pour les défendre puisqu'il s'est lui-même fait attaquer par ces insectes qu’il prenait pour des abeilles.

Avisé, le vétérinaire n’a rien pu faire et la jeune femme n’arrive toujours pas à s’en remettre.


Melissa Bellaire propriétaire de chiens

Cabinet de vétérinaire
 

Et Melissa n'est pas la seule à s'en plaindre. Depuis quelques jours cette vétérinaire reçoit régulièrement des appels de propriétaires qui sont particulièrement inquiets.
Et la nouvelle de la mort des deux chiens de Mélissa n'est pas pour les rassurer. Bien au contraire.

 Maud Montigny vétérinaire

Des précautions d'usage malgré tout bien dérisoire face à une attaque de frelons. Tout au plus elle contribuera à les éloigner des lieux de vie. Mais la situation doit aussi interpeller les pouvoirs publics pour qu'ils agissent afin de freiner l'expansion des colonies de l'insecte et peut être même, les éradiquer. 

Mélissa elle s'est donnée un nouvelle mission : faire passer le message pour que les frelons ne fassent plus de victimes en Guadeloupe. (selon "Francetvinfo")

Posté par jl boehler à 05:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 23 mai 2022

Brésil : peur sur la favela

Un an après le raid policier le plus meurtrier de l'histoire de Rio de Janeiro, la tension reste forte dans la favela de Jacarezinho, où les forces de l'ordre sont déployées massivement depuis trois mois.

br_silOfficiellement, la police est là pour "reconquérir le territoire" dominé par les narcotrafiquants et permettre l'implantation de projets sociaux, dans le cadre du programme "Cidade Integrada" (Ville intégrée), lancé fin janvier par le gouvernement de l'Etat de Rio.

Mais cette présence est loin de tranquilliser les habitants, dans cette favela où vivent 80.000 personnes, selon les estimations d'associations locales.

Tout le monde a peur. Le fait que la police soit ici en permanence ne nous donne pas un sentiment de sécurité, au contraire", dit Vera, 31 ans, vendeuse dans une rue commerçante de Jacarezinho. Son prénom a été changé pour préserver son anonymat.

Deux blindés de la police sont postés près de sa boutique et des policiers lourdement armés en sortent régulièrement pour patrouiller. Les passants évitent de croiser leur regard, dans ce méandre de ruelles étroites où les fils électriques emmêlés pendent parfois jusqu'au sol.

"Depuis le début de 'Cidade Integrada', les fusillades sont quasi quotidiennes, sans préavis", déplore Pedro Paulo da Silva, chercheur spécialiste des questions de sécurité au sein de l'ONG locale Labjaca.

- "Exécution sommaire" -

La nuit du 25 avril, un jeune homme de 18 ans, père d'un bébé de 4 mois, a été abattu par la police.

"C'était une exécution sommaire! Pourquoi ont-ils tué mon fils?", a réagi sa mère, citée par le site d'informations G1.

À Jacarezinho, la simple présence des forces de l'ordre rappelle le souvenir funeste du 6 mai 2021, quand 28 personnes avaient été tuées lors d'une opération policière ultra-violente. Les images de ruelles baignées de sang sont gravées dans les mémoires.

Vendredi, jour anniversaire de ce massacre, un cortège d'une centaine de personnes a arpenté les rues de la favela, jusqu'à un mémorial: un muret bleu sur lequel ont été fixées des plaques avec les noms des 28 morts.

Les manifestants n'ont pas hésité à crier "policiers, assassins!" tout le long du parcours, même quand deux agents armés de fusils d'assaut ont croisé leur chemin.

"C'est un sentiment de tristesse, mais surtout d'injustice. Beaucoup d'autres sont morts après eux et ça ne va pas s'arrêter", dit à l'AFP Taciana Barbosa, 19 ans, amie d'enfance de deux jeunes tués lors du raid.

Jusqu'à présent, seulement deux policiers ont fait l'objet de poursuites judiciaires et deux autres ont été mis en accusation par le parquet jeudi. Dix des treize enquêtes ouvertes ont été classées sans suite.

"Tant que l'impunité persiste, le contact avec la police sera toujours marqué par ce traumatisme", dit à l'AFP Guilherme Pimentel, auditeur de la Défense Publique, organe qui porte assistance juridique aux démunis.

- "Premières cartes d'identité" -

Autre problème récurent qui a fait l'objet de "dizaines de dénonciations" à la Défense publique: les vols et déprédations commis selon les habitants par des policiers dans leurs modestes bicoques recouvertes de tôle ondulée.

"Quand je suis rentré chez moi, la porte était ouverte. Ils ont des passe-partout et quand ça ne marche pas, ils défoncent les portes", raconte Thiago Baia, 39 ans, responsable d'une association culturelle dans la favela.

"Ils ont tout renversé, à la recherche d'objets de valeur. Ils sont entrés avec un chien, j'ai retrouvé des crottes. Depuis, chaque nuit, avant de dormir, j'ai des crises d'anxiété", poursuit-il.

Pour ce qui est du volet social, le gouvernement de l'Etat de Rio a assuré dans un courriel envoyé à l'AFP avoir mis en place plusieurs programmes, notamment une formation professionnelle ouverte aux mères de famille, qui compte déjà 1.400 inscrites.

Les autorités ont également ouvert des cours de gymnastique et de zumba, ainsi qu'un service d'état-civil qui a permis, selon le gouverneur Claudio Castro, à de nombreux habitants d'obtenir "leur toute première carte d'identité".

"À part les formations professionnelles, on n'a rien vu de vraiment probant. À chaque fois que les autorités lancent un nouveau programme, c'est toujours le même problème: il n'y a pas la moindre concertation avec les habitants", déplore Pedro Paulo da Silva. (selon "La Croix")

Posté par jl boehler à 04:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 22 mai 2022

"Un trou noir" sonore

Un chant mystérieux. Alors qu'un trou noir vient d'être découvert au coeur de notre galaxie, la Nasa a publié le son du trou noir de Persée, amas de galaxies parmi les plus massifs de l’univers connu. Un son étonnant.

trou_noirBruit d'un vaisseau qui décolle, musique énigmatique de certains jeux vidéo, le son du trou noir publié par la Nasa le 4 mai 2022 sur son site fait marcher notre imagination.  

Il s'agit du son de Persée, trou noir supermassif situé au centre de l’amas de galaxies du même nom, à 250 millions d’années lumière d’ici (assez proche de nous à l'échelle de l'univers).

Pour comprendre ce qu'est ce son et comment les astrophysiciens ont su le capter, nous avons contacté Frédéric Marin, chercheur de l’Observatoire astronomique de Strasbourg, astrophysicien spécialiste des trous noirs. Frédéric Marin essaie de comprendre les trous noirs depuis des années. "Ce sont les objets les plus exotiques de l'univers, aux propriétés fascinantes".

Des trous qui émettent donc du son. Plutôt un chant, d'ailleurs. "Le vide entre les galaxies ne permet pas au son de se propager" explique Frédéric Marin "et les astrophysiciens ne disposent d'aucun instrument pour capter le son au sein de la galaxie. Ils ont donc mesuré l'onde sonore grâce aux rayons X récoltés dans le gaz proche du trou noir".

Un son rehaussé de 57 octaves

"En fonction de leurs vitesses, les gaz émis autour du trou noir vont se percuter, se comprimer et générer de la lumière. C'est cette lumière qui a été traduite en son", explique l'astrophysicien.

Le son publié par la Nasa est donc une traduction sonore de l'observation des rayons X par le télescope X Chandra. Un son rehaussé de 57 octaves pour qu'il soit audible par l’oreille humaine. Il existerait autant de sons que de trous noirs, c'est-à-dire plusieurs dizaines de milliards. Pour Frédéric Marin, ce son est un "son profond, lourd, comme le bruit du vent au fond d'un abîme. Un son qui n'était pas destiné à être entendu par l'homme".

Cette sonification n'est pas la première. En 2019, le télescope spatial Hubble avait déjà réussi à sonifier un amas de galaxies. Plus musical mais tout aussi profond, le son généré à partir d'une image saisie le 13 août 2018, traduit la position des objets de haut en bas et leur intensité lumineuse.

"La plupart des taches visibles sont des galaxies abritant d'innombrables étoiles. […] Les étoiles et les galaxies compactes produisent des sons courts et clairs, tandis que les galaxies spirales étendues émettent des notes plus longues qui changent de ton." décrit la Nasa sous sa vidéo YouTube (en anglais).

Ces sons peuvent "ouvrir la voie à un axe de recherche inattendu pour sonder les propriétés des gaz émis au plus proche des trous noirs" poursuit Frédéric Marin qui se félicite aussi de la publication de ces sons. "L'astronomie est une science visuelle dont les malvoyants ne peuvent pas toujours bénéficier", cette musique cosmique leur permet de découvrir une partie de la complexité, mais aussi de la beauté de notre univers. (selon "France3 - Grand Est")

Posté par jl boehler à 02:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,