vendredi 25 mars 2022

La Corée du Nord tire un « missile monstre », mais rate son coup

Les médias nord-coréens ont passé sous silence un tir de missile depuis Pyongyang qui, selon Séoul, a explosé au-dessus de la capitale peu après son lancement. Le mois prochain, un nouveau tir pourrait avoir lieu.

cor_eSelon l’armée sud-coréenne, la Corée du Nord a tiré le mercredi 16 mars un missile balistique depuis les environs de Pyongyang, mais l’essai s’est soldé par un échec total. Le site NK News, basé à Séoul et spécialisé sur la Corée du Nord, a fait état de débris tombés dans ou près de Pyongyang, tandis qu’une boule de fumée rouge zigzaguait dans le ciel.

Habituellement, les médias d’État nord-coréens - le quotidien Rodong Sinmun et l’agence de presse KCNA - publient des articles sur les essais d’armes réussis dans les 24 heures suivant le lancement, souvent accompagnés de photographies. Ce jeudi, ils n’ont fait aucune mention du test de la veille, qui était le dixième lancement depuis le début de l’année. « La Corée du Nord loue constamment les dirigeants pour leur excellent travail. Ils ne veulent pas mettre en évidence les échecs », a expliqué Cheong Seong-chang, chercheur à l’Institut privé Sejong.

« Missile monstre »

La Corée du Sud et les États-Unis ont affirmé la semaine dernière que Pyongyang préparait le lancement d'un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-17, surnommé le « missile monstre » par les analystes militaires. La Corée du Nord célébrera le 15 avril le 110e anniversaire de la naissance de Kim Il Sung, le fondateur du régime. Beaucoup d’analystes s’attendent à un lancement de missile à cette occasion.

« Le pays veut conserver son atmosphère festive jusqu’au 15 avril et les dirigeants ne veulent pas que les citoyens ordinaires soient au courant de telles nouvelles », a estimé Cheong Seong-chang. Des militants des droits humains affirment que le silence autour de l’échec de ce lancement montre à quel point la vie des Nord-Coréens est étroitement contrôlée. « Si c’était Londres, Istanbul ou Séoul, imaginez nos fils d’actualité - remplis de vidéos, d’images et de récits de témoins oculaires », a tweeté Sokeel Park de l’organisation Liberty in NK. « Mais c’était Pyongyang, alors il n’y a pas une SEULE image ou vidéo publique. » (selon TV7)

Posté par jl boehler à 07:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :