Une histoire de porteur fatigué

porteur4Décidément, à Villé, par ces temps d'intempérie les lecteurs d'un des quotidiens locaux en voient de toutes les couleurs, mais surtout, ne voient pas souvent leur journal arriver.

Déjà au mois de décembre dernier, certains avaient remarqué qu'un soir, le porteur du bourg-centre distribuait le journal du matin. Interrogé par un client et embarrassé pour répondre, il a fini par lâcher : "J'ai aussi le droit de dormir le matin." C'est vrai que gagner l'argent en faisant la grasse matinée, c'est plus facile. Et moi qui croyais que cette façon était réservée à des actionnaires de grosses sociétés ...

Arrive la nuit du 14 au 15 janvier avec une grosse tempête de neige. Tout le monde avait compris que le matin du 15, il n'y aurait pas de journal. Oui mais voilà, dans des rues du quartier sud du bourg, il n'y en eut pas plus les 16, 17 et 18, et ce, malgré tous les efforts de la municipalité pour dégager les rues.

Enfin le journal arrive le mercredi 19. Oui mais voilà ! le porteur a posé ses journaux sur le mur d'enceinte ! ce qui fait qu'avec le vent et la pluie, certains se sont envolés tout en étant largement humidifiés. Les clients ont dû le sécher comme des chaussettes sortant du lave-linge.

 

porteur1

L'histoire ne s'arrête pourtant pas là, car ayant informé la direction du quotidien de ces pratiques, dès le lendemain la rue a à nouveau été privée de journal ! Une "punition" décidée par le porteur ? En tous cas ça y ressemble.

Notons enfin qu'un autre des riverains aurait été "sommé" de ne plus mettre sa poubelle à côté de sa boîte aux lettres. Il paraît que les odeurs incommodent elles aussi notre porteur !

Enfin cette histoire a quand même un  côté positif : les élus du canton auraient décidé d'aménager l'ancienne gendarmerie de Villé en centre de formation de porteurs de journaux (avec recrutement à bac+5).  De même l'ancienne maison de retraite, toujours inoccupée, serait transformée en maison de cure pour porteurs fatigués. Provisoirement, un container pour journaux serait installé dans le quartier chaud du bourg-centre. Une fois tout ce dispositif en place, notre arrogant porteur sera facilement remplacé...