vendredi 31 janvier 2020

Bien-être animal

Paris et Berlin s’engagent à mettre fin au broyage des poussins

poussinsLes ministres français et allemand de l’agriculture et de l’Alimentation ont participé au séminaire de Berlin, lundi 13 janvier. Lors de cette rencontre, Didier Guillaume et Julia Klöckner ont affiché leur volonté de mettre fin au broyage de poussins mâles. Ils s’étaient déjà engagés, le 16 octobre 2019 lors du Conseil des ministres franco-allemand à Toulouse, à mettre un terme à cette pratique inacceptable du point de vue de la protection animaled’ici fin 2021.

Lors de ce séminaire, les deux ministres ont réuni les organisations professionnelles avicoles, les organismes de recherche, les entreprises, qui mettent les procédés sur le marché, les instituts techniques, et les associations de protection animale des deux pays, est-il indiqué dans un communiqué de presse. Un partenariat bilatéral a été formalisé, avec un cadre de travail sur 2020 et 2021 portant à la fois sur la recherche appliquée et l’innovation, et sur les développements industriels.

Une plate-forme d’échanges

Un consortium franco-allemand a été lancé, avec comme mission le partage des connaissances scientifiques et la mise en œuvre de méthodes alternatives dans la pratique. Plus concrètement, les deux ministres ont annoncé la création d’une plate-forme d’échanges, avec des réunions organisées en Allemagne et en France qui permettront de piloter et de suivre les actions engagées

Chaque année, 90 millions de poussins mâles sont éliminés en France et en Allemagne, car ils ne pondent pas et donnent peu de viande. Pour mettre fin à cette pratique, des alternatives sont étudiées. L’une d’elles consiste à identifier le sexe du poussin avant éclosion de l’œuf. Cette technique permettrait alors de détruire ou utiliser à d’autres fins les œufs mâles avant l’éclosion des poussins, indique l'association UFC-Que choisir. 

Posté par jl boehler à 03:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 30 janvier 2020

A Tahiti, des bus gratuits pour les chômeurs

En marge du comité de pilotage du contrat de ville vendredi matin à la présidence, le ministre en charge de l’Aménagement, Jean-Christophe Bouissou, a indiqué qu’un dispositif de gratuité des transports en commun pour les sans emplois serait mis en place "dans les semaines qui viennent".

tahitiL’un des objectifs du contrat de ville, évoqué vendredi matin à la présidence à l’occasion de son comité de pilotage, est de "lever les freins périphériques pour que les habitants des quartiers accèdent à une formation ou un emploi" en proposant une aide au permis de conduire, ou encore en leur donnant accès aux transports en commun. Présent sur place, le ministre de l'Aménagement, Jean-Christophe Bouissou, a dévoilé « qu’une autre mesure sera renforcée très bientôt". "Elle permettra aux personnes sans emploi de pouvoir bénéficier des transports en communs gratuitement", a indiqué le ministre, comme promis dans le programme de campagne des territoriales du Tapura en 2018. Quant à savoir quand cette mesure sera mise en place, Jean-Christophe Bouissou l’assure : "Tout de suite… Dans les quelques semaines qui viennent."

Bientôt des mesures identiques en Alsace, dans le Centre-Alsace ou dans la vallée de Villé ?

Posté par jl boehler à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 29 janvier 2020

Histoire des oppositions aux municipales de Villé

Où se situera le débat démocratique ? 

gilardeau

En cette année électorale 2020, il semblerait que les opposants aient bien du mal à se retrouver et à constituer une liste. Une liste unique ne permettra pourtant guère d'alimenter un débat et une confrontation des idées nécessaires à un bon fonctionnement de la démocratie. Il est à peu près acquis aujourd'hui qu'aucune liste concurrente à celle de la majorité sortante ne verra le jour, une majorité qui a pourtant beaucoup été critiquée lors des mandats successifs du maire actuel. On peut se demander comment on en est arrivé là. 

1971 : "le Xavier"

L'année évoquée marque un tournant dans la démocratie (ou "l'anti-démocratie") villoise. La liste des sortants (liste Paul Bastien) fut attaquée régulièrement à raison d'un tract hebdomadaire pendant un trimestre, non pas sur le plan politique ou sur celui de la gestion municipale, mais des attaques personnelles de bas étage systématiques. Chaque semaine, un autre membre de l'équipe sortante fut moqué et dénigré. Faute de l'avoir pris à la légère, les sortants furent largement battus et leurs quelques représentants élus ne siégèrent plus ou démissionnèrent. L'affaire du Xavier hanta  longtemps les esprits et fut un frein au débat démocratique.

Aux élections suivantes de 1977, l'ambiance fut plus calme, mais la liste d'opposition de Marc Weill n'obtint que trois sièges et n'eut guère de moyens de peser sur les débats.

1983 : débat politique

Changement d'ambiance. Trois listes se présentèrent : la liste du maire sortant Herrbach, la liste Marc Weill et celle que je menais et intitulée "liste de la majorité présidentielle". A l'époque, les choses avaient changé : au niveau national, avec François Mitterrand élu en 1981, il semblait impossible que la gauche soit absente du débat. Personne ne songeait à ce moment que les candidats ne devaient pas annoncer leur étiquette. On était loin des conceptions "macroniennes" d'aujourd'hui qui imagine cacher les appartenances politiques dans les communes de moins de 9000 habitants, histoire de camoufler une débâcle électorale à venir.

Toujours est-il que la surprise fut totale en 1983 de voir, dans cette petite commune de Villé très marquée à droite, une liste de gauche contraindre au ballotage le maire Lucien Herrbach. Et quand bien même ils ne furent pas élus, tout en réalisant un score honorable de 40%, ses représentants furent respectés pour la campagne qu'ils avaient menée.

Les deux scrutins suivants ne virent guère d'opposition monter en ligne, et en 2001 il faillit en être de même.

2001 : Personne n'y avait pensé

_lections

Le maire Jean-Marie Watt ne se présentant plus, une nouvelle équipe se lançait dans la conquête de la mairie, avec à sa tête le novice André Frantz. J'avais moi-même envisagé de présenter une liste, mais finalement j'avais décidé de renoncer faute de candidats volontaires. Certains de mes amis politiques se retrouvèrent sur la liste unique du futur maire.

Oui, mais voilà : une "liste sauvage" se présenta au dernier moment et il y eut ballotage pour un siège. Je profitai de l'occasion pour entrer de façon très inattendue au conseil municipal. Seul membre de l'opposition depuis bien longtemps, j'en ai profité pour obtenir des présidences de commission (agriculture-forêt, marché du terroir, industrie-artisanat, transports) et des délégations (syndicat des 26 communes forestières, ADAC, collège de Villé, CCAF - commission consultative d'aménagement foncier, et CCC = commission communale de la chasse) et c'est ainsi que j'ai pu faire avancer de nombreux dossiers, malgré le frein que représentait le maire.

Je ne suis plus au conseil depuis 2008. Il semblerait que toutes ces commissions ne se réunissent plus. Le maire décide maintenant seul, même ses colistiers se plaignent de ne pas être au courant des affaires. La démocratie est à nouveau au plus bas.

De plus, le mode de scrutin a changé et ne favorise pas les candidatures multiples dans les petites communes. Mais je reviendrai là-dessus ultérieurement.

Posté par jl boehler à 00:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 28 janvier 2020

Au Vietnam, des femmes désamorcent les bombes de la guerre

"Déminer pour reconstruire": dans un site isolé du centre du pays, une équipe de démineuses 100% féminine désamorce des bombes datant de la guerre du Vietnam, un fléau qui a fait des dizaines de milliers de victimes depuis la fin du conflit en 1975.

vietnam

"Mon mari a été blessé par des munitions non explosées en allant travailler", explique à l'AFP Tran Thi Hanh. "C'est ce qui me motive à faire ce métier (...) afin que personne ne se retrouve dans la même situation".

Elle a rejoint il y a 20 ans l'ONG Mines Advisory Group et dirige aujourd'hui l'équipe d'une dizaine de démineuses, une exception dans le métier en grande majorité masculin.

"Ce n'est pas une question d'argent, le but est d'offrir une terre plus sûre à la population", souligne-t-elle en désamorçant une bombe à fragmentation.

Elle trouve encore jusqu'à 12 engins non explosés par jour.

Plus de 40 ans après la fin du conflit, trois millions de bombes lancées par les Américains sur le Vietnam pendant la guerre sont toujours enfouies dans le sol vietnamien, d'après certaines estimations. Le centre du pays est particulièrement touché.

L'équipe de Le Thi Bich Ngoc opère dans la province centrale de Quang Tri, une région au coeur de la zone démilitarisée entre le Nord et le Sud pendant la guerre et qui fut le théâtre de très violents combats.

Chaque année, ces bombes non explosées font de nombreuses victimes.

Depuis 1975, plus de 40.000 personnes ont été tuées et 60.000 blessées, d'après les données du gouvernement vietnamien.

La plupart des bombes sont activées lors du labour de la terre où elles ont passé des décennies ensevelies, ou lors de leur désossage, le métal étant recyclé, les explosifs étant quant à eux utilisés pour la pêche.

Une fois que l'équipe a nettoyé un site, il peut être converti en surface agricole.

Une ONG, Roots of Peace, aide les populations locales à se réapproprier les terres une fois déminées.

"Déminer, replanter, reconstruire - nous œuvrons pour la paix", se félicite sa fondatrice Heidi Kuhn. Son association a déjà aidé quelque 3.000 personnes à cultiver du poivre noir dans d'anciens champs de mines.

Mais le défrichage de tout le pays n'est pas prêt d'être achevé. Il pourrait prendre jusqu'à 100 ans et coûter des milliards de dollars, d'après diverses estimations. (selon AFP et L'Obs)

Posté par jl boehler à 05:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 janvier 2020

Corps d’un adolescent dans le train d’atterrissage d’un vol Abidjan-Paris

Les autorités ivoiriennes prennent de curieuses mesures !

Les populations qui sont situées sur l’emprise de l’aéroport d’Abidjan ont commencé à être délogées par les autorités ivoiriennes conformément à l’intention du gouvernement ivoirien de créer un périmètre de sécurité long de 200 mètres autour de l’aéroport.

abidjan1

Jeudi matin très tôt, les bulldozers sont entrés en action autour de l’aéroport d’Abidjan. Ce départ forcé est motivé par la découverte du corps d’un adolescent dans le train d’atterrissage d’un vol Air France Abidjan-Paris. Les autorités ont décidé de sécuriser les alentours de l’aéroport sur une zone de 200m lors d’une opération en deux phases. La première sera un déguerpissements suivi de la destruction des habitations et commerce sur 50 mètres puis une deuxième phase de 150 mètres

Les habitants qui logent dans les alentours de l’aéroport sont bien souvent des familles qui ont été déjà délogées dans certains quartiers précaires d’Abidjan. Pris de cours, elles ne savent pas où aller. Elles dénoncent le caractère inhumain de l’opération estimant n’avoir pas été averties à temps. De nombreuses familles n’ont pu sauver que leurs vêtements, les ustensiles et le petit mobilier. Les plus téméraires ont retiré portes, fenêtres et même toitures espérant s’en servir plus tard.

Traoré Bakhary, journaliste à "Eburnie today"

abidjan2

Posté par jl boehler à 00:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 26 janvier 2020

Vade retro Satanas !

Belle fête des seniors à Villé !

vaderetro4

Avec un mois de retard, la commune de Villé a offert un bel après-midi de distractions aux seniors de céans. Et honnêtement, les invités absents ont eu tort de ne pas venir. D'abord, le maire a prononcé le plus beau discours de son mandat pour annoncer son départ. Je n'ai pu m'empêcher par la suite de lui conseiller de continuer et de se présenter : ce serait indécent d'abandonner le poste maintenant qu'il arrive enfin à maturité. C'est alors que je me suis rendu compte, informé par un conseiller municipal sortant, qu'en fait le maire avait déjà élaboré sa liste pour mars prochain. Il avait anticipé mon conseil ! Dommage qu'un grand nombre de conseillers ait manqué à l'appel.

D'ailleurs, après le repas, la rigolade a continué. Les conseillers sortants, et l'un ou l'autre peut-être bientôt rentrant (ressentant le besoin de se faire connaître ?), m'ont invité à leur table. Ils pensaient que j'avais moi aussi élaboré une liste. J'ai expliqué que sur ma liste, il y avait encore quelques places vacantes, mais que je les leur réservais en priorité. L'un d'eux, que je ne nommerai pas, me semblait particulièrement intéressé. C'est sûr, il va se faire connaître sur mon blog.

Bel après-midi donc en cette période pré-électorale, où malgré les visages un peu crispés de certains, l'ambiance était à la bonne humeur. Les arguments électoraux qui fâchent étaient rangés au placard. Et celui qui les aurait sortis aurait été chassé comme un beau diable : "Vade retro Satanas".

Une pensée quand même pour l'ancienne première adjointe, conseillère municipale, intercommunale et départementale, malade et mise en quarantaine dans une maison de cure ariégeoise... atteinte à coup sûr par un coronavirus politicien chinois particulièrement résistant.

NB : le maire va finir son mandat sur les chapeaux de roues : un conseil municipal le 10 février (réservé aux comptes administratifs) et un autre le 9 mars (préparation des élections ?). A un tel rythme de réunions, c'est sûr, il va se présenter ! Son annonce de se retirer n'aura été qu'un leurre pour mieux se lancer, un moyen déjà éprouvé par ses amis le Marcel de Sélestat et le Gilbert de Colmar.

_lections

Posté par jl boehler à 07:27 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 25 janvier 2020

Macron isolé avec l'ECO pro-CFA

Cinq pays anglophones et la Guinée ont affiché leur opposition au projet de réforme du franc CFA qui doit devenir dès 2020 l’ECO annoncé par Alassane Ouattara à Abidjan. Avec à leur tête le Nigeria, ils ont affiché jeudi à Abuja leur désaccord sur une réforme qui semble dictée et soutenue par Paris.

fcfaLes six pays de la Zone monétaire ouest-africaine (WAMZ) ont « noté avec préoccupation la déclaration visant à renommer unilatéralement le franc CFA en ECO d’ici à 2020 », selon un communiqué publié à l’issue de cette rencontre entre les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales. La WAMZ est composée du Nigeria, du Ghana, du Liberia, de la Sierra Leone, de la Gambie ainsi que d’un pays francophone, la Guinée (Conakry), qui ne fait pas partie de la zone CFA.

Ces pays estiment que « cette action n’est pas conforme aux décisions » de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en vue de « l’adoption de l’ECO comme nom de la monnaie unique » de toute la région, dont l’idée est débattue depuis bientôt 30 ans et a été relancée il y a deux ans. Un sommet réunissant les chefs d’Etat de la WAMZ est prévu bientôt pour décider de la conduite à tenir, précise le communiqué final.

L’annonce surprise du passage du franc CFA à l’ECO avait été faite par le président ivoirien Alassane Ouattara lors d’une visite à Noël de son homologue français Emmanuel Macron, l’un de ses principaux alliés politiques dans la région, au lendemain d’un sommet de la CEDEAO qui avait encouragé les efforts visant à mettre en place une monnaie unique ouest-africaine d’ici à juillet. Les pays anglophones ont pu voir, derrière ce changement de nom, une simple réforme du franc CFA, bien loin des ambitions initiales de monnaie unique qui rassemblerait toute l’Afrique de l’Ouest.

Huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo), qui utilisent le franc CFA, avaient annoncé fin décembre leur décision de remplacer leur monnaie commune par l’ECO. Une manière de rompre symboliquement les liens très controversés avec la France, ancienne puissance coloniale, qui accueille notamment la moitié de leurs réserves de changes en échange de la convertibilité du CFA avec l’Euro. (Anderson Diédri, pour "Eburnie today")

Posté par jl boehler à 05:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 24 janvier 2020

Des experts chinois au Mali ...

... pour opérer gratuitement des démunis de la cataracte

mali1

Des experts de la République populaire de Chine ont démarré mardi à Bamako "l'Opération lumière" qui consiste à opérer gratuitement des malades de la cataracte, a annoncé jeudi le ministère malien de la Santé et des Affaire sociales.

Cette initiative permettra à des malades démunis souffrant de cataracte de se faire opérer gratuitement par des ophtalmologues chinois.

"Ces experts sont venus de la Chine pour renforcer la mission médicale chinoise présente à l'Hôpital du Mali", a précisé l'ambassadeur de Chine au Mali, M. Zhu Liying. Cet hôpital est le fruit de la coopération sino-malienne.

Le diplomate chinois était sur place mercredi avec le ministre malien de la Santé, Michel Hamala Sidibé. Ils ont profité de l'occasion pour mettre en exergue l'excellence de la coopération entre Bamako et Beijing, surtout dans le secteur clé de la santé.

L'année dernière, le chef de la mission médicale chinoise au Mali, Jiang Yihua, a initié une mission d'opération de cataracte qui a permis d'opérer 40 Maliens.

Selon le Programme national de lutte contre la Cécité au Mali (PNLC), chaque année environ 12 000 nouveaux cas de cataracte sont enregistrés au Mali.

Quand à la Chine, mène-t-elle une action humanitaire, d'autant plus généreuse qu'en Afrique de l'Ouest il n'existe aucune assurance maladie et que les soins restent à la charge du malade et de sa famille ? ou une action intéressée supplémentaire pour s'implanter en Afrique ?

Posté par jl boehler à 03:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 23 janvier 2020

Europa Park fait toujours plus fort

Avec 5,7 millions de visiteurs en 2019, le parc d’attractions allemand a battu son précédent record et réalise la meilleure affluence de son histoire.

europaparkDes investissements records ont été consentis par l’entreprise Mack, à hauteur de 180 millions d’euros pour cette année 2019. Fin novembre, l’univers atlantique indoor “Rulantica” a ouvert ses portes pour le plus grand plaisir de son propriétaire Roland Mack : “Rulantica attire déjà de nombreux visiteurs et obtient d’excellentes notes. Nous en sommes très heureux car l’univers aquatique est un nouveau domaine d’activités pour nous.”

Dans le même temps, l’hôtel adjacent “Krønasår – The Museum-Hotel”, le sixième du parc, a ouvert ses portes en mai 2019, avec une capacité de 1 300 hôtes. “Le taux d’occupation de l’hôtel est également remarquablement bon avec plus de 90%” se réjouit le propriétaire. Ces deux investissements ont par ailleurs permis la création de 550 emplois.

Le quartier scandinave renaît de ses cendres

En plus des nouveautés, les visiteurs d’Europa Park ont pu découvrir un quartier scandinave flambant neuf. Présent au sein du parc depuis 1992, le quartier fut détruit en 2018 par un incendie.

Un an plus tard, il a rouvert ses portes avec une nouvelle attraction familiale inaugurée en automne dernier, “Snorri Touren”.

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 22 janvier 2020

Tahiti est une colonie !

L’ONU refuse de retirer la Polynésie de la liste des Pays à décoloniser

Dans sa résolution annuelle datée du 19 décembre dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies refuse la demande du président Edouard Fritch de retirer la Polynésie française de sa liste des Pays à décoloniser.

ONULa résolution annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la situation de la Polynésie française a été adoptée le 13 décembre dernier, a relevé la télévision "Tahiti 1ère". Réinscrite en 2013 sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU dont elle avait été retirée en 1958, la Polynésie française fait chaque année l’objet de débats et d’une résolution aux Nations Unies à New York sur sa situation politique. Si la France refuse toujours de participer à ces débats, le président Edouard Fritch avait demandé « solennellement » le 8 octobre dernier devant la Quatrième Commission des Nations Unies, le retrait de la Polynésie française de la liste des territoires non autonomes.

 Mais dans sa nouvelle résolution du 19 décembre, l’Assemblée générale répond à cette demande en « réaffirmant » la réinscription de la Polynésie française sur sa liste des territoires non autonomes et « prend note (…) des conclusions d’une évaluation indépendante (…) selon lesquelles le territoire ne remplit pas l’ensemble des critères d’autonomie ». Le reste de la résolution demande une nouvelle fois à la France de coopérer aux travaux du comité spécial pour la décolonisation de l’ONU, de faciliter une mission de visite dans le territoire. Le texte « exhorte » notamment la France à « garantir la souveraineté permanente du peuple de la Polynésie française sur ses ressources naturelles ».

Enfin, une nouvelle fois la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU « prie la Puissance administrante d’intensifier son dialogue avec la Polynésie française afin de favoriser la mise en place rapide d’un processus d’autodétermination équitable et effectif, dans le cadre duquel seront arrêtés le calendrier et les modalités de l’adoption d’un acte d’autodétermination ».

Posté par jl boehler à 00:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,