dimanche 20 octobre 2019

Treize à la douzaine !

Quand la presse n'est pas là, le maire se lâche !

retraite

Curieux conseil municipal en ce mardi soir ! Le quorum est à peine atteint avec 13 présents ! Les survivants de la majorité pour les prochaines élections sous la bannière Pfann, semble-t-il, et l'opposition. Incroyable mais vrai, paraît-il : l'un ou l'autre élu de la majorité s'est permis dans cette période préélectorale de régler ses derniers comptes avec le premier magistrat, mais de façon maladroite sans connaître le dossier, semble-t-il.

Un sujet abordé sans qu'il soit à l'ordre du jour : l'ancienne maison de retraite !

Et finalement, c'est ce point qui a mis un tant soit peu le feu aux poudres. Le maire, de façon très subtile aurait annoncé : "Je me suis engagé, il n'y a plus à voter !" Et il s'est engagé sur quoi ? that is the question.

Reprenons le dossier. Dès 2004, la question était posée : la maison de retraite n'est plus aux normes de sécurité, faut-il engager des travaux  ou faut-il construire un nouvel ensemble ? La réponse est venue de nos élus intercommunaux et on la connaît : on a donc construit un nouvel ensemble sur les Ochsenmatten (après avoir envisagé un certain temps le site de l'ancien Super-U). 

Puis ce fut le grand déménagement : en réalité la nouvelle maison de retraite bénéficia d'un mobilier tout neuf, l'ancien restant là où il était. Il ne resta pas en état très longtemps : bien vite des squatters arrivèrent, s'installèrent et la casse fut vite au rendez-vous. Certains soirs on vit même des inconnus organiser des feux d'artifice à l'arrière des bâtiments, près de l'ancien cimetière. Et tout le quartier parlait du "bal des revenants". Il n'y a semble-t-il que le maire de Villé qui ne ne le savait pas.

Finie l'hôtellerie, voilà les logements sociaux !

Lorsqu'on demandait certains élus intercommunaux de l'avenir de ces bâtiments, ils évoquaient un projet hôtelier. Douce rêverie... restée évidemment sans suite, et laissant ces bâtiments à l'état de friche immobilière au même titre que l'ancienne gendarmerie.

cm

Et c'est sans crier gare que nos élus, dont une grande partie est en fin de parcours, imaginent des logements sociaux. Il est vrai qu'après l'échec d'une telle structure du côté de la route d'Albé sur un terrain de la comcom, il fallait se rattraper.

Alors on improvise un montage financier pour l'expertise des bâtiments. Et voilà le conflit lancé : l'expertise a un coût ! et le maire de Villé s'est engagé à hauteur de 20% d'une somme encore inconnue, sans consulter son conseil municipal. "Comme d'hab", diront certains, "c'est lui le boss".

Certains estiment que ce n'est pas à Villé de payer, mais à l'intercommunalité... Au fait, qui sait qui gère la bâtisse ? En tous cas pas la comcom, mais un groupement immobilier (SA à conseil d'administration) ! Et personne ne s'inquiète de savoir si le dit groupement va participer financièrement à cette expertise ? Haro sur la comcom, allons-y gaiement ! C'est ça le val de Villé : parler sans connaître le dossier tout en se renvoyant la balle.

Seule vérité, dont certains de nos élus ne semblent pas se souvenir : le 23 juillet  2013, le conseil municipal avait à son ordre du jour le point suivant "cession à titre gracieux des terrains destinés à accueillir la maison de retraite et autorisation d'occupation du domaine public". Ce qui fut voté à l'unanimité.

Et dire que c'est une somme indéterminée qui a mis le feu aux poudres ! ça va être joyeux les prochains mois à la municipalité de Villé. A moins que les présences baissent encore, que le quorum ne soit plus atteint, et que les petites disputes s'arrêtent faute de combattants. Dans tous les cas, pas réjouissant pour votre départ à la retraite, monsieur le maire !

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,