vendredi 21 juin 2019

La Marine française persona non grata au Vanuatu

Le d’Entrecasteaux, navire de la Marine basé à Nouméa, qui était en mission humanitaire, a été interdit d’accoster sur l’île d’Anatom. Un nouveau clash entre Paris et Port-Vila avec en toile de fond le conflit qui entoure la souveraineté des îles Matthew et Hunter.

NC_ARMEE_DENTRECASTEAUX_VANUA

Il n’a même pas quitté la base navale de Nouméa. Le d’Entrecasteaux a reçu une fin de non-recevoir de la part des autorités vanuataises pour se rendre sur l’île d’Anatom. Balayé par un tsunami en décembre dernier, ce petit territoire d’à peine 1 000 habitants, situé tout au sud de l’archipel, devait recevoir la visite du navire de la Marine nationale, basé à Nouméa, dans le cadre de l’opération Castor dont l’objectif est d’aider les populations qui vivent dans des zones difficiles.

Le Vanuatu revendique la souveraineté de ces îles

Cette mission humanitaire étant un signe fort de la coopération entre les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie et le voisin vanuatais, ce dernier prenant ainsi le risque de créer un incident diplomatique en refusant que le d’Entrecasteaux accoste sur Anatom. Le navire devait apporter, entre autres, des matériaux de construction pour rénover une école et un dispensaire. Selon le quotidien Daily post, qui a révélé l’information, le conflit qui entoure les îles inhabitées Matthew et Hunther (lire par ailleurs) et qui oppose la France au Vanuatu serait au cœur de ce clash. Le ministère des Affaires étrangères du Vanuatu aurait ainsi réaffirmé, toujours selon le Daily post, que ces îles stratégiques en termes de zone maritime leur appartiennent. Matthew et Hunther sont pourtant sous souveraineté française depuis 1976… Par ailleurs, évoquant « l’entrée illégale » du patrouilleur La Moqueuse, navire de la Marine, en début d’année, le ministère a annoncé avoir demandé le report de l’opération Castor.

vanuatu_espiritu_santo_blue_hole_241_vto

Cette brouille entre Paris et Port-Vila a été vivement critiquée par le député de la province de Taféa. D’après Tomker Netvunei, cet incident prive l’île d’Anatom d’un développement indispensable, les écoliers n’ayant plus de salles de classe. Interrogé par le Daily post et Radio New Zeland, Ishmael Kalsakau, chef de l’opposition, s’est lui aussi opposé à cette mesure, décrivant la réaction du gouvernement comme puérile. Du côté des autorités françaises, silence radio. Le Quai d'Orsay devrait directement prendre l’affaire en main. Une rencontre entre les deux pays serait prévue à Bruxelles, à la fin du mois, pour échanger sur les frontières maritimes et tenter de trouver une porte de sortie à ce vieux conflit diplomatique.

Un vieux conflit aux enjeux énormes

Ces deux minuscules îles, Matthew et Hunter, sont au cœur d’un très vieux conflit entre la France et le Vanuatu. Car quiconque acquiert la souveraineté de ces petits confettis volcaniques agrandit considérablement sa zone économique et exclusive. Les enjeux sont donc énormes. En mars dernier, l’un des hommes politiques les plus influents du Vanuatu avait, en substance, demandé l’expulsion du premier diplomate français installé à Port-Vila et des excuses de Paris après une « mission de souveraineté » menée par la France sur Matthew et Hunter. Quelques semaines plus tard, une manifestation avait été organisée à Port-Vila pour réappuyer leur revendication. Si les parlementaires Gérard Poadja, Philippe Gomès et Philippe Dunoyer ont récemment rappelé leur opposition « à toute tentative visant à déposséder notre pays d’une partie de son territoire et de sa richesse », le FLNKS a, de son côté, reconnu ces îles « comme patrimoine naturel de la République du Vanuatu ».

images

Posté par jl boehler à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,