mercredi 24 avril 2019

Comme sous Mao Tsé Toung

La Chine veut envoyer les jeunes à la campagne

chine

 Plus de 40 ans après Mao Tsé-toung, la Chine ambitionne de renvoyer des millions de "volontaires" à la campagne, selon un récent document du Parti communiste au pouvoir, qui fait craindre à certains un retour des méthodes de la "Révolution culturelle". 

La ligue des jeunesses communistes (LJC) a promis d'envoyer "en zones rurales" plus de 10 millions d'étudiants d'ici à 2022 afin "d'accroître leurs compétences, répandre la civilisation et faire la promotion des sciences et technologies". 
L'objectif est de mettre au service des zones rurales des talents qui ont tendance à être attirés par les grandes villes, selon un document de la LJC daté du 22 mars et déniché jeudi par le quotidien officiel Global Times. 
"Il nous faut des jeunes capables d'apporter la science et la technologie afin d'aider les campagnes à innover", se félicite un responsable local de la province centrale du Hunan, cité par le journal de langue anglaise. 
La LJC ne précise pas comment les jeunes seront convaincus de se porter volontaires. Les étudiants seront appelés à rester dans les campagnes pendant leurs vacances d'été. 
Régions plus particulièrement visées: "les vieilles bases révolutionnaires, les zones d'extrême pauvreté et les secteurs habités par des minorités ethniques", selon la Ligue. 
Certaines minorités, comme les Tibétains ou les musulmans ouïghours, ont des relations parfois conflictuelles avec la majorité han (plus de 90% de la population). 
Sur le réseau social Weibo, les commentaires étaient plutôt grinçants, évoquant les années de chaos de la "Révolution culturelle" (1966-76), lorsque le président Mao envoya des millions de "jeunes intellectuels" s'instruire auprès des paysans dans des conditions parfois très rudes, alors que les universités étaient fermées pendant 10 ans. 
"Ca recommence?", s'interrogeait tout simplement un internaute, sous le nom de WangTingYu. 
"On a déjà fait ça il y a 40 ans", écrivait un certain Miruirong, tandis que KalsangWangduTB constatait que "parfois l'Histoire avance, parfois elle recule". 
L'actuel président Xi Jinping, quelquefois soupçonné d'être nostalgique de l'ère maoïste, a lui-même passé sept ans dans un village de la province pauvre du Shaanxi (nord), alors qu'il avait à peine 16 ans à son arrivée. 
Un musée est aujourd'hui consacré sur place à ces années de jeunesse. (selon AFP)

Posté par jl boehler à 02:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :