jeudi 31 janvier 2019

Dans le viseur de l’Union Européenne

Les oranges d'Afrique du Sud

orange_dafrique

Selon une étude réalisée par une institution espagnole, les oranges d’Afrique du Sud commercialisées en Europe contiendraient plus de 50 substances actives phytopharmaceutiques, des produits chimiques utilisés pour combattre et prévenir les parasites et les maladies d’origine agricole, interdites dans l’Union européenne et potentiellement dangereuses pour l’être humain.

L’étude menée par l’association de l’Unió de Llauradors – une organisation regroupant des agriculteurs de la Communauté de Valence- a permis d’identifier les substances actives de plus de 50 produits utilisés pour éliminer les parasites et les maladies des plantes dans les oranges importées d’Afrique du Sud. Certains sont considérés comme dangereux pour les être humains, comme le paraquat en particulier qui est un herbicide extrêmement dangereux pour le cœur, les reins et les intestins. Des traces d’azinphos-méthyl ont également été découvertes, une substance interdite par l’Union européenne 2008.

L’organisation agraire qui a réalisé l’étude demande la suspension de la vente d’oranges importées d’Afrique du Sud, particulièrement présentes au Portugal, car elles présentent un risque possible pour les consommateurs. Selon l’Observatoire des importations de produits agricoles et agroalimentaires, l’Afrique du Sud est le principal fournisseur non européen de fruits et légumes frais de l’Union européenne.

Au Portugal, d’après l’Observer, les oranges d’Afrique du Sud sont vendues sur la plupart des supermarchés du pays.

Posté par jl boehler à 05:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 30 janvier 2019

Clinique Saint-Luc de Schirmeck

Les menaces de fermeture de services mises à exécution

schirmeck_clinic_st_luc

On a appris ce mardi après-midi, de source syndicale, que les menaces qui planaient sur la fermeture du service de chimiothérapie et la polyclinique de la clinique Saint-Luc de Schirmeck seraient mises à exécution.

Pour le premier des services, la ligne de crédits de 99 000 € serait effectivement éteinte, sans compensation. Cela pourrait donc concourir à sa fermeture.

Pour la polyclinique, c’est une baisse de dotation régionale de 292 000 € qui mettrait en danger ce service d’urgences jugé essentiel dans cette vallée.

L’ARS avait parlé, en décembre, d’un délai de six mois quant à ces mesures.

Un coup dur supplémentaire pour nos vallées, classées "zones de montagne et régions défavorisées". 

Posté par jl boehler à 00:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 29 janvier 2019

Des élus du Val de Villé à Elzach

Les maires ont visité la coopérative locale de chauffage

Besichtigung_B_rgermeister_Nahw_rme_klein_f_r_Presse

Une délégation de maires alsaciens composée de 40 membres se trouvait dans le district à l'invitation de l'élu du Landrat Hanno Hurth de Emmendingen. Elle a visité plusieurs installations municipales liées au chauffage projets. 

La visite comprenait notamment la coopérative de chauffage urbain d'Elzach. Karl Weber et Nikolaus Dufner, membres du conseil d’administration, ont présenté à la délégation du centre de chauffage d’Elzach un aperçu sur les installations existantes, ainsi que des informations sur le remarquable projet d'extension en cours. 

La délégation comprenait notamment plusieurs maires de la Communauté de Communes de la vallée de Villé, région partenaire de la ville d'Elzach. Il y a 15 ans, la municipalité réfléchissait à un chauffage collectif pour les bâtiments communaux. Occasion de sortir ce dossier du sommeil dans lequel les élus municipaux l'ont plongé ?

Posté par jl boehler à 00:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 28 janvier 2019

Argentine : Soutien aux Gilets Jaunes

Les députés du FIT se réunissent devant l’ambassade de France en soutien aux Gilets Jaunes

argentine

Une délégation du FIT (Frente de Izquierda y de los Trabajadores) s'est rendue devant l’ambassade de France en Argentine ce jeudi. Elle a souhaité apporter son soutien au mouvement des Gilets Jaunes et dénoncé la répression que ceux-ci subissent.

La délégation était composée de plusieurs personnalités des partis, ainsi que des députés provinciaux et nationaux, qui composent le FIT étaient présents ce jeudi devant l’ambassade française en Argentine. Le FIT est une coalition électorale de gauche composée de plusieurs partis argentins : le PTS (Partido de los Trabajadores Socialistas), le PO (Partido Obrero) et Izquierda Socialista (IS). Cette coalition dispose de plusieurs députés dans les parlements provinciaux mais aussi au parlement national.

Ceux-ci ont souhaité se réunir ce jour-là pour marquer leur soutien au mouvement des Gilets Jaunes. Pour eux, les « gilets jaunes sont devenus un symbole de l’affrontement des plans des gouvernements capitalistes qui cherchent à ce que ce soient les travailleurs et les classes populaires qui payent la fête des riches ». Ils insistent sur le fait que ceux-ci ont « fait reculer le gouvernement Macron ».

Ceux-ci ont également pointé la « responsabilité des directions syndicales, qui regardent scandaleusement ailleurs ». Pour eux, cette « division est uniquement en faveur de la réaction alors que le mouvement est en plein développement. Pour cela, l’intervention de la classe ouvrière et de ses organisations avec ses propres méthodes, qui se mette à la tête des couches exploitées, est décisive ».

Enfin, ceux-ci ont souhaité remettre une lettre à l’ambassadeur français en poste en Argentine que nous reproduisons ci-dessous. Les signataires du FIT dénoncent l’énorme répression qu’a subi le mouvement des Gilets Jaunes, évoquant le chiffre de 1700 blessés. « Dans notre pays, nous avons une grande histoire de répression de tout type contre les travailleurs et les classes populaires », écrivent-ils. Avant d’exiger « la fin de toutes les actions répressives et la libération et l’arrêt des charges contre tous les inculpés du mouvement des Gilets Jaunes ».

Ce soutien venu de l’Argentine n’est pas le fruit du hasard. Depuis 2015, le président argentin Mauricio Macri impose une politique d’austérité et néo-libérale qui rappelle pour beaucoup les contre-réformes du président Macron. Partout dans le monde, solidarité à ceux qui subissent les mauvais coups du grand patronat !

Posté par jl boehler à 04:57 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 27 janvier 2019

"Initiative citoyenne" à Müllheim (Pays de Bade)

Résistance à l'abattage massif dans la forêt "Eichwald"

m_llheimIl y a quelques jours, est née à Müllheim (Pays de Bade) une "initiative citoyenne" contre la décision de l'administration municipale de procéder à un abattage massif dans la forêt "Eichwald". L'initiative appelle à l'arrêt immédiat des travaux. 50 manifestants ont protesté devant l'hôtel de ville. Lors du conseil municipal, le maire a annoncé la poursuite des travaux, malgré de nombreuses critiques issues de tous les groupes politiques.

L'initiative a déjà recueilli plus de 500 signatures, à travers une pétition. Si elle manque encore de structure, elle est malgré tout soutenue par la chercheuse en sciences forestières Beate Kohler (diplômée en droit forestier), qui enseigne à l'université de Fribourg. Sur les affiches et banderoles apparaissaient les slogans : "Sauvez le Eichwald", "Arrêt immédiat de l'abattage", "Ne touchez pas aux vieux arbres", "Eichwald = zone de loisirs". La pétition de l'initiative citoyenne commence : "Nous, citoyens de Müllheim, exigeons de la ville et de l'administration forestière la protection des plus vieux chênes de l'Eichwald, et une importante réduction des coupes prévues." L'initiative citoyenne, outre le côté écologique et environnemental, estime aussi que le côté "loisirs", pourtant prévu dans les orientations municipales, n'a pas été respecté. Le groupe "die Grünen" dénonce le fait que le maire ne voit que le côté "commercial" de l'exploitation. Le groupe SPD a renchéri en dénonçant le désastre climatique de l'affaire.

m_llheim3

m_llheim4

Posté par jl boehler à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 26 janvier 2019

Réponse à l' "urgence sociale"

La CGT appelle "à la grève" le 5 février 

cgtLa CGT a appelé "à la grève" le 5 février et à "des manifestations" sur tout le territoire, pour répondre à l'"urgence sociale", réclamant de nouveau une hausse du Smic et une réforme de la fiscalité. 

La CGT "appelle à tenir des assemblées générales, sur tous les lieux de travail et dans tous les secteurs professionnels, pour réussir la grève et les manifestions" le 5 février "et débattre des suites à construire dans la durée". 
Dans un communiqué, elle écrit que "depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales".  
"Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des +gilets jaunes+ qui répondent aux urgences sociales", ajoute-t-elle, considérant que "les 57 milliards d'euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l'ampleur des richesses créées par les travailleurs". 
La CGT appelle donc à "construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses". 
Elle réclame une augmentation du Smic, une suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, exonérations) de même qu'une réforme de la fiscalité avec une refonte de l'impôt sur le revenu. Cette dernière doit conférer "une plus grande progressivité afin d'assurer une plus grande redistribution des richesses et d'alléger le poids de l'impôt indirect pénalisant les salariés et les ménages". 
Elle réclame aussi le "développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions". 
Le 14 décembre, la CGT avait organisé 170 rassemblements et manifestations pour demander des hausses de salaires. La centrale syndicale avait dénombré 15.000 manifestants à Paris, la préfecture de police en comptant 6.000.

Posté par jl boehler à 04:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 25 janvier 2019

Vers un incident diplomatique franco-italien ?

L’Italie accuse la France d’appauvrir l’Afrique avec le franc CFA.

FCFA

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien a accusé la France d’appauvrir l’Afrique, notamment en maintenant la colonisation à travers le franc CFA, et d’être ainsi à l’origine du drame des migrants en Méditerranée. Une leçon qui n’est pas apprécié du tout côté français mais qui pourrait relancer le débat sur la monnaie africaine.

La France a convoqué L’ambassadrice d’Italie en France, Teresa Castaldo, après que le vice-Premier ministre italien ait accusé les Français d’exploiter l’Afrique et d’alimenter les migrations. Dimanche, en effet, Luigi di Maio a appellé l’Union européenne à imposer des sanctions à la France pour ses politiques en Afrique ajoutant que la France « n’a jamais cessé de coloniser des dizaines d’États africains« .

Les relations entre la France et l’Italie sont plus tendues que jamais, les deux pays transalpins procèdent de plus en plus régulièrement à des joutes verbales sur la question des migrants. M. Di Maio, dirigeant du Mouvement des cinq étoiles (M5S), a par ailleurs soutenu les manifestants « gilets jaunes » en France, les exhortant à continuer leur combat renoncer et leur offrant si besoin du soutien.

Mais le coeur des échanges actuels concerne l’Afrique et les attaques de Luigi di Maio sont assez violentes car il considère que la question des migrants est largement le fait de la politique africaine de la France  : « Si aujourd’hui il y a des gens qui partent, c’est parce que certains pays européens, la France en tête, n’ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains», explique-t-il,  en poursuivant « il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies et avec cette monnaie elle finance la dette publique française (…) Si la France n’avait pas les colonies africaines, parce que c’est ainsi qu’il faut les appeler, elle serait la 15e puissance économique mondiale alors qu’elle est parmi les premières grâce à ce qu’elle est en train de faire en Afrique ». « L’UE devrait imposer des sanctions à la France et à tous les pays comme la France qui appauvrissent l’Afrique et obligent ce peuple à partir« , a-t-il encore déclaré.

Voilà qui ne va pas manquer de relancer le débat sur l’avenir du Franc CFA. Le 18 février 2018, Poutine avait déjà lancé un ultimatum de 6 mois à Macron, pour qu'il annulle cette monnaie.

L’ambassadrice italienne en France, Teresa Castaldo, a été convoquée lundi au ministère des Affaires étrangères à Paris. Selon des sources diplomatiques françaises citées par l’agence de presse italienne Ansa, les propos de M. Di Maio sont « hostiles et sans motif compte tenu du partenariat entre la France et l’Italie dans l’Union européenne« .

Posté par jl boehler à 05:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 24 janvier 2019

Bilan départemental, réunion de Saâles !

Disparue dans le col de Steige ?

Décidément, les disparitions de notre dame du canton de Mutzig/Villé sont très fréquentes. Après sa sortie ratée du lundi précédent à Villé, le président Bierry l'aurait-il renvoyé définitivement dans ses foyers ? ou se serait-elle perdue dans les virages glissants du col de Steige ? A moins qu'elle n'ait été retenue à une commission permanente de massif (où elle est vice-présidente) du côté de Metz, Nancy ou Epinal, ou à une autre de l'ANEM (peut-être même à Forcalquier, chez la nouvelle tête forte montagnarde Castaner). En tous cas, notre cher Fredo a tenu (malgré un mal de gorge ?) la réunion de Saâles tout seul, sans sa Frédérique ! Il paraît que ce n'était pas plus mal.

sa_les1

sa_les* A lire ci-dessous l'extrait de presse du 23/1 relatant la réunion de Villé :

ANEM

* Et l'adhésion du CD à l'ANEM (association nationale des élus de montagne) sans y porter un quelconque souhait de ses électeurs, ça sert à quoi ? sinon à dépenser une partie de 14.000 € de façon inutile ? - voir délibération du CD ci-dessous :

ANEM1

AMV2

Posté par jl boehler à 08:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 23 janvier 2019

Conseil départemental : sans blagues ?

La comcom va payer pour la bibliothèque départementale.

Depuis deux mois, les conseillers départementaux de notre nouveau canton de Mutzig/Villé publient les montants des "aides" accordées dans leur circonscription électorale. Ils oublient de dire ce qu'ils facturent à notre vallée ! Et tous, y compris nos deux représentants, ont voté cette dépense en réunion plénière. On croit rêver ! Le tout sous prétexte de participation "culturelle" alors que les mêmes conseillers départementaux suppriment les mêmes aides culturelles aux voyages scolaires au collège !  Du grand "n'importe quoi" !

Mais peut-être quelques voix vont-elles s'élever du côté de la comcom ? On peut toujours espérer.

* Ci-dessous : extrait des délibérations du CD du 13/12/2018 !

biblioth_que

Posté par jl boehler à 00:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 22 janvier 2019

Chasse des oiseaux à la glu

Une pratique dénoncée par les zoos français

glu

L’association française des parcs zoologiques a écrit au ministre de la Transition écologique François de Rugy pour condamner la chasse des oiseaux à la glu, qui vient d’être officiellement autorisée dans cinq départements du sud de la France.

Selon le président de l’association, Rodolphe Delord, directeur du zoo-parc de Beauval (Loir-et-Cher), cette chasse qui consiste à enduire de colle forte des baguettes ou des branches d’arbres pour capturer vivants des oiseaux, qui, ensuite, attirent par leurs cris leurs congénères, « inflige des souffrances inutiles aux oiseaux ».

Cette chasse dite « traditionnelle » a été autorisée à l’origine par un arrêté ministériel publié en août 1989 dans cinq départements (Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse). Le conseil d’État, saisi à deux reprises, dont la dernière en raison d’éléments nouveaux par la Ligue de protection des oiseaux, vient d’en confirmer la légalité.

Ce piégeage est autorisé du 15 octobre au 15 décembre. Les animaux capturés sont enfermés dans le noir et quand ils sont remis à la lumière ils chantent, attirant leurs congénères qui sont abattus par les chasseurs. Selon l’association des zoos, ces branches encollées appelées « gluaux », destinées aux grives et aux merles, « piègent en fait toutes sortes d’oiseaux parmi lesquels des espèces protégées ou dont la chasse est interdite ».

« Cette décision intervient en totale contradiction avec la jurisprudence européenne », affirme l’association, selon qui la Cour de justice de l’Union européenne a condamné l’Espagne et Malte pour avoir autorisé ce type de chasse sur son territoire. (selon AFP)

Posté par jl boehler à 03:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :