dimanche 18 novembre 2018

Le 17 novembre vu du Pays de Bade

Comment nos voisins voient les "gilets jaunes"

Badische_Zeitung

Les protestations contre les prix du carburant paralysent le trafic en France : une femme meurt.

En protestation contre les hausses d'impôts prévues en France, des dizaines de milliers de personnes se rendent dans la rue et bloquent la circulation. Mais les gilets de sécurité qui transportent de nombreux manifestants n'ont pas pu empêcher un tragique accident.

Normalement, voitures et camions circulent ici, mais ce samedi, des personnes portant des gilets de sauvetage jaunes circulent dans de nombreuses rues, autoroutes et ronds-points dans toute la France. Ils bloquent la circulation, bloquent les accès ou conduisent lentement à moto.

Selon les autorités, environ 124 000 personnes sont descendues dans la rue pour protester - contre l'augmentation prévue des taxes sur le diesel et l'essence. Ils s'appellent eux-mêmes les "Gilets jaunes", en référence aux gilets de sécurité, que doivent avoir en France tous les automobilistes. Plus de 2000 manifestations ont été rapportées selon les chiffres officiels. 

Déjà à l'avance, les autorités françaises étaient alertées par l'ampleur des manifestations organisées, décentralisées et difficiles à évaluer - ainsi que par les dangers qui y étaient associés. 3000 forces de sécurité supplémentaires ont été déployées samedi.

Contre quoi la colère des manifestants? Il y a d'abord les prix du carburant. Depuis le début de l'année, les taxes sur le carburant diesel ont déjà augmenté de 7,6 cents le litre, selon des données antérieures de l'agence de presse française AFP, et de 3,9 cents pour l'essence. Une nouvelle augmentation est prévue pour 2019. Selon le quotidien "Libération", le litre de super en France s'élevait en moyenne à 1,53 euro en novembre, soit 27 cents de plus qu'il y a huit ans. Le prix du diesel a augmenté de 44 cents au cours de la même période pour atteindre 1,51 euro en moyenne.

gilet1Pour de nombreux observateurs, les augmentations d’impôts prévues ne sont que la baisse qui a provoqué le débordement du baril. Déjà en été, il y avait eu des manifestations contre la nouvelle limitation de vitesse sur les routes de campagne : au lieu de 90 km / heure, seuls 80 km sont autorisés sur les routes de campagne. Surtout dans les zones rurales, le mécontentement est grand.

Mais la colère dépasse les problèmes de circulation. Souvent, la demande d'un salaire minimum plus élevé peut être entendue. Les politiciens, en revanche, devraient gagner moins. Un manifestant impliqué dans un blocus de l'autoroute A7 à Avignon dit sur BFMTV qu'il doit toujours compter à partir du milieu du mois lors de ses achats pour ne pas manquer d'argent. "La France est en colère, et c'était loin de tout." 

De nombreux "Gilets jaunes" attaquent également le président Macron, dont ils perçoivent la politique comme une politique pour les riches.

Macron avait déclaré à l'avance dans une interview télévisée qu'il souhaitait percevoir et comprendre la colère des "gilets Jaunes". Il a également mis en garde contre des demandes contradictoires pour plus d'emplois publics d'une part et moins de taxes de l'autre. 

La "star politique" a participé aux élections de 2017 dans le but de renouveler fondamentalement la France. Mais de nombreux projets de réforme et de nombreuses déclarations maladroites lui ont valu la colère de nombreux citoyens. Sa cote de popularité a chuté au plus bas. (traduit de l'allemand)

gilet

Posté par jl boehler à 03:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,