Sa voiture était dotée d'équipements de police

benalla4

AFFAIRE BENALLA - C'est instantanément devenu une affaire nationale. Mercredi 18 juillet, Le Monde révélait qu'un collaborateur d'Emmanuel Macron avait été filmé le 1er mai en train de frapper un manifestant, le tout affublé d'un casque et d'un brassard de la police, avant d'être simplement suspendu deux semaines puis finalement réintégré au sein du cabinet présidentiel. La classe politique s'est en grande partie insurgée contre les faits et leur traitement par l'Élysée, pendant qu'un syndicat de police portait plainte pour "usurpation de fonction" et "usurpation de signe réservé à l'autorité publique" et qu'une enquête était ouverte auprès de l'IGPN, la police des polices. 

Depuis, aussi, des éléments de portrait d'Alexandre Benalla sont révélés petit à petit, à l'image de sa tentative de se fournir en matériel d'intervention policière pour équiper le service de protection d'un Emmanuel Macron alors candidat à la présidentielle, ou de plusieurs accès de colère et des réactions disproportionnées dans le cadre de son action en tant que garde du corps.

benalla6

Dernière révélation en date et dernière buche dans le brasier, une photo publiée par BFMTV, et sur laquelle il est possible de constater que la voiture personnelle d'Alexandre Benalla est équipée de différents dispositifs normalement propres aux véhicules de police, et notamment des systèmes d'éclairage utilisés par les forces de l'ordre. Un élément supplémentaire dans le portrait d'un homme parfois gros bras, équipé le 1er mai d'un brassard et d'un casque de police, et prompt à se prendre en photographie aux côtés de militaires armés et en treillis au cours de missions. (selon "Huffington Post")

benalla1

benalla5

benalla2

 "En 28 ans de police, je n'ai jamais vu ça"

Les ruses de Sioux de Macron pour esquiver les questions gênantes

Alexandre Benalla a travaillé sept jours pour Arnaud Montebourg avant d'être "viré...