disjoncteur1

Une Thionvilloise a déposé plainte contre une société contactée pour un problème électrique. Une « arnaque », dénoncée par l’UFC Que Choisir.

Un dimanche soir, l’appartement d’Évelyne (prénom modifié) plonge dans le noir. Plusieurs convives dînent avec la septuagénaire. Affolée par l’odeur de brûlé qui envahit le logement, la Thionvilloise se fie à une liste de numéros d’urgence qui avait été glissée en 2015 dans sa boîte à lettres, et qu’elle avait soigneusement conservée près de son téléphone. Elle compose le 03 87… Des « urgences électricité 24h/24 », selon ce document cartonné qui semble tout à fait officiel, avec ses bandes rouges et bleues.

« Deux hommes sonnent à ma porte dans la demi-heure. Des gens très gentils », rapporte-t-elle aujourd’hui, persuadée qu’elle a été victime d’escroquerie.

Car la facture plus que salée – 4 422 euros pour une intervention dominicale et nocturne – fait bondir l’antenne thionvilloise de l’UFC Que Choisir. Sans détour, l’organisme qualifie l’intervention des professionnels d’ « arnaque ». Et insiste sur le fait qu’ « il faut jeter à la poubelle ce mémo où se mêlent pourtant de vrais numéros d’urgence, comme la police ou le Samu ».

Pas d’outils mais un devis

Sur le moment, Évelyne ne réalise pas le stratagème qui se met en place chez elle. Mais des indices l’interpellent. La garde est pourtant baissée. « Ils n’ont pas d’outils pour réparer le compteur électrique, pas même une lampe de poche », alors qu’il est déjà plus de 21h. « Ils ne réparent rien ce soir-là et demandent que je règle la moitié du devis, soit 1500 euros en carte bleue et 711 euros en chèque, car le plafond de la carte est dépassé. »

Pour autant, elle prend en photo la voiture des intervenants, qui reviennent le lendemain changer le disjoncteur, et décide cette semaine de déposer plainte au commissariat de Thionville. Sans beaucoup d’espoir de récupérer les frais engagés.

Contactée, la société incriminée, basée à Paris, a expliqué jeudi que le responsable ne serait disponible qu’en « début d’année prochaine ». Tous les autres numéros figurant sur la plaquette de « numéros utiles » et commençant par « 03 87 » renvoient au même standard parisien. Un couple de l’agglomération messine a déjà assuré, il y a quelques jours, avoir été victime de ce même procédé. (le Quotidien Luxembourgeois)