lundi 17 décembre 2018

Trafic de voitures volées d'Europe vers l'Afrique

Les trafiquants de voitures volées en Europe

Côte d'Ivoire: trafic de voitures

Extrait d'article de "L'éléphant déchaîné" du 24 avril 2018 :

ED1

"Un seul numéro de déclaration pour 118 voitures ! Ils n'ont peur de rien au G.U.A. (guichet unique automobile). Avec un seul numéro de déclaration créé en 2015, ils ont immatriculé plus de 100 véhicules de luxe dont la première mise en circulation a cependant été faite au premier trimestre de 2018 (voir encadré ci-dessous). Un numéro de déclaration de 2015 pour un dédouanement en 2018, bravo ! Ces véhicules ont été enregistrés sans respecter aucune procédure administrative ou fiscale !"

ED2

vehicule_d_occasion

Posté par jl boehler à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 16 décembre 2018

Une réunion du conseil municipal de Villé

Lundi, 17 décembre à 20h00 à la mairie !

La réunion est ouverte au public !

cm

Ordre du jour :

1) Fixation des tarifs pour 2019.

2) Autorisation de mandatement anticipé des dépenses d'investissement pour 2019.

3) Emprunt communal 2018.

4) Renouvellement de l'emprunt-relais pour le lotissement "pommiers 2".

5) Renouvellement de la ligne de trésorertie.

6) Subvention à la MJC Le Vivarium.

7) Tableau des effectifs des emplois permanents pour 2019.

8) Protection complémentaire santé.

9)contrats d'assurance des risques statutaires : revalorisation tarifaire.

10) Prestations d'archivage.

11) Programme des travaux forestiers pour 2019.

12) Reprise du réseau de distribution d'électricité par ENEDIS.

13) Adhésion au Syndicat d'Electricité et de Gaz du Rhin pour la basse tension.

14) Divers.

15) Communications du maire.

NB : A l'heure actuelle, plusieurs sujets qui ne figurent pas à l'ordre du jour inquiètent les villois :

- Le RPI Villé-Albé a disparu de l'ordre du jour. Que se passe-t-il ? Nos enfants d'école maternelle iront-ils massivement à l'école d'Albé ?

- L'avenir des FTV : là aussi les villois souhaitent que le maire et le président de la comcom s'expriment honnêtement sans rien cacher.

- Les compteurs Linky.

- Le PLUi !

- La situation budgétaire.

Monsieur le maire serait avisé de s'exprimer sur ces 5 points lors du point 15 !

cm1

Posté par jl boehler à 00:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 15 décembre 2018

La commission permanente du conseil départemental s'est réunie.

Ce qui concerne notre canton Mutzig - Villé !

bierry

Au mois de novembre, notre tandem de conseillers Bierry - Mozziconaci avait informé à travers un bulletin recto + 1/2 verso quelques citoyens du catalogue d'aides obtenues par le canton (et ceci malgré l'absence à la réunion de notre conseillère villoise). Ce mois-ci, la commission permanente s'est réunie lundi 10 décembre. Et, un grand bravo à notre conseillère qui a brillé par sa présence !

Pourtant un seul point concernait notre canton : le chalet du Champ du Feu. Inutile donc que le duo dépense l'argent à imprimer un tract ! Je fais paraître la délibération intégrale et ce sera plus lu qu'un papier distribué parcimonieusement.

"Tous les Conseillers départementaux sont présents à l'exception de Mme Françoise Buffet (ayant donné pouvoir à M. Nicolas Matt), Mme Martine Jung (ayant donné pouvoir à M.Eric Elkouby), M. Etienne Wolf (ayant donné pouvoir à Mme Christiane Wolfhugel), excusés, ainsi que MM. Mathieu Cahn et Bernard Fischer, absents.

N° CP/2018/405 - 62010 - Soutien au développement touristique. Proposition d'attribution d'une subvention à l'Office du Tourisme de la VALLEE DE LA BRUCHE pour l'ouverture et l'animation du chalet du CHAMP DU FEU lors de la saison touristique estivale 2018. La Commission Permanente du Conseil Départemental, statuant par délégation et sur proposition de son président, décide d'attribuer une subvention de 2 327,98 € à l'Office du Tourisme de la Vallée de la Bruche pour l'ouverture et l'animation du chalet du Champ du Feu pendant six jours lors de la saison touristique estivale 2018. Adopté à l'unanimité."

- Prochaine réunion de la Commission permanente : lundi, 7 janvier 2019 à 9 h à l'hôtel du département.

chalet

Posté par jl boehler à 00:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 14 décembre 2018

Magie de Noël à Elzach

Au Kurpark Oberprechtal

weihnachten

Le marché de l’avent et des artistes à Oberprechtal ouvre les 15 et 16 décembre 2018 aux portes du parc des expositions. 

De nombreux exposants offrent leur savoir-faire à acheter dans le couloir de pause de l'école primaire. Confitures, chocolats, bonnets, écharpes et chaussettes tricotés, vêtements pour enfants, bijoux et décoration de Noël, ou une fiole "à pourcentage élevé" - il y en a pour tous les goûts! 

Les clubs locaux offrent le meilleur pour votre bien-être physique. Les maisons en bois décorées de Noël sur le champ de foire offrent un charme particulier. Rencontrez beaucoup de gens sympas à Feuerzangenbowle, vin chaud et punch pour enfants. Profitez des gaufres, des gâteaux enflammés, des soupes chaudes et bien plus encore, de ce que les clubs locaux offrent à la consommation.

Le marché de l'Avent est encadré musicalement par les élèves du Musikverein et le choeur de l'église catholique de l'Oberprechtal. 

Le dimanche, les hôtes Oberprechtäler vous attendent à la Festhalle avec un déjeuner typique de Baden. Dans l'après-midi, réchauffez-vous avec une tasse de café et un morceau de gâteau dans le hall. 

Pour les plus petits, le "chemin de fer" populaire est prêt à partir. En outre, ils sont autorisés à cuire eux-mêmes le pain populaire près du grand feu. 

Le marché a lieu dans le parc des expositions et dans le hall de pause de l'école primaire d'Oberprechtal. Début : Samedi: 17h00 - Dimanche: 11h00 -

Posté par jl boehler à 04:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 décembre 2018

COP 24 à Katowice (Pologne)

Climat : négociations difficiles pour les petites îles du Pacifique

_les

Katowice, Pologne | AFP | mardi 11/12/2018 - Les dirigeants d'Etats insulaires particulièrement vulnérables au changement climatique ont lancé mardi un appel à l'action urgente, à quelques jours de la fin de la COP24 où les négociations pour donner vie à l'accord de Paris font face à de nombreux obstacles. 

"J'ai peur pour l'avenir de mes enfants et celui des générations futures. Il est évident que nos efforts actuels ne sont pas suffisants" pour limiter le réchauffement à +1,5°C, objectif idéal de l'accord de Paris, a déclaré le Premier ministre des Iles Cook Henry Puna, à la COP24 en cours à Katowice. 
"Nous devons tous agir maintenant, et rapidement, mais je dois souligner que cela requiert une forte volonté de notre part à nous, dirigeants", a ajouté le président de Kiribati, Taneti Maamau.
Quelque 200 pays sont réunis depuis début décembre notamment pour finaliser les règles d'application du pacte climatique de 2015 qui vise à limiter le réchauffement à +2°C, idéalement +1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle. Des règles nécessaires pour libérer le potentiel de cet accord historique. 
Après l'alerte rouge lancée récemment par les scientifiques du Giec, beaucoup de pays attendent également de cette 24e Conférence climat de l'ONU un engagement de la communauté internationale à réhausser ses ambitions en matière de réduction des gaz à effet de serre. 
Mais dans un contexte géopolitique compliqué, la bataille du week-end entre la majorité des délégations d'un côté et de l'autre Etats-Unis, Arabie saoudite, Russie et Koweit qui ont refusé d'"accueillir favorablement" le rapport du Giec, est interprétée comme un signe négatif. 
"Mon inquiétude est exacerbée par le fait que cette COP n'a pas encore pu trouver un consensus pour saluer ce rapport (...) simplement parce que certains ne veulent pas accepter la dure réalité qu'il dépeint", a dénoncé le chef de gouvernement des îles Cook. 
"Que Katowice soit un moment d'espoir pour les générations futures plutôt qu'une fin, liée à un héritage d'égoïsme, de déni et d'ignorance", a plaidé son homologue des îles Samoa, Tuilaepa Lupesoliai Sailele Malielegaoi. 
Aucun compromis sur la façon de faire référence au rapport du Giec n'a pour l'instant émergé. 
Les négociations sur les règles d'application de l'accord de Paris semblaient également toujours buter mardi sur des questions liées à la transparence (comment les États rendent compte de leurs actions, leurs financements, leurs résultats) ou le degré de flexibilité accordé aux pays les plus pauvres, selon des observateurs. 
"Le travail n'est pas terminé, loin de là. De nombreuses divisions politiques demeurent", a déclaré la responsable climat de l'ONU Patricia Espinosa. 
"Le moment du consensus et du compromis est venu, pour le bien de tous", a-t-elle lancé aux ministres réunis en session plénière, espérant un accord d'ici la fin de la COP24 prévue vendredi.
Face à ces difficultés, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres devait faire son retour à Katowice, un retour non prévu à son programme, selon une source onusienne. (extrait de "Tahiti-infos" du 12/12/2018)

Posté par jl boehler à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 12 décembre 2018

Quand des épaves européennes deviennent des taxis africains

Certains citoyens villois, parmi lesquels l'un ou l'autre élu intercommunal et quelques conseillers (-ères) de la majorité villoise, m'ont interpelé et demandé d'arrêter mes mensonges. Alors, pour leur éviter de dépenser des deniers qui leur permettraient de remettre leur voiture en état (ah cette voiture de sport qui pétarade comme un tracteur dans les rues de Villé !) je publie ci-dessous l'article de l'un des numéros de "L'éléphant déchaîné" du 14 mai 2018. Et si vous persistez à vouloir me poursuivre devant les tribunaux, demandez quand même au maire de Villé combien ça coûte.  

paradis

paradis1

NB : En cas de problème de lecture, imprimez le texte selon la grandeur souhaitée. Et si la lecture de ces deux pages ne vous convainc pas, je publierai prochainement un article intitulé : "Un seul numéro d'identification pour 118 voitures" (en Côte d'Ivoire évidemment).

Posté par jl boehler à 01:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 11 décembre 2018

De plus en plus de manifestations dans les rues de Fribourg

Au cours des deux dernières années, le nombre de manifestations a fortement augmenté à Fribourg. Les résidents et les opérateurs économiques sont dérangés par cette situation, mais les interdictions sont juridiquement non exécutoires. Comment la ville gère-t-elle la tendance?

fribourgFribourg sans manif'? Difficile à imaginer. Pas même à une époque où de grandes protestations étudiantes et nucléaires, les mouvements de femmes et les squats sont dépassés. Au cours des deux dernières années, leur nombre a encore augmenté et 370 manifs ont déjà eu lieu cette année, soit près de 12% de plus qu'en 2017. Les raisons en sont des événements locaux tels que des manifestations devant des tribunaux spectaculaires, des crises internationales, la guerre et la terreur. La démo la plus populaire de ces dernières années, le Christpher Street Day, s'est développée.

Les manifestations massives à Fribourg étaient dirigées majoritairement contre l'extrême-droite: la manifestation de 2002 contre le NPD avait attiré 15.000 participants. La plus grande manifestation d’après-guerre était dirigée contre Pegida en janvier 2015 (20.000 personnes dans la rue). Selon Markus Geugelin du bureau municipal responsable de l'ordre public. Il est clair que l’article huit de la loi fondamentale garantit aux citoyens la liberté de réunion, et personne n'a une quelconque habilitation pour autoriser ou refuser une manifestation.  "Il n'y a donc jamais de demande formelle". Ce qui existe, cependant, est une obligation légale de notifier - non pas de réglementer ou de restreindre la contestation, mais de garantir la protection de la manifestation, souligne Geugelin. Par conséquent, le bureau de l'ordre public informe toujours la police, qui peut effectuer d'autres recherches sur les éventuels participants, ainsi que sur l'orientation et les transports publics. Et il mène des "discussions de coopération" avec les organisateurs, si l'on peut s'attendre à des protestations, des perturbations par des tiers, des obstructions de la circulation ou un plus grand nombre de participants. Le résultat peut être la définition d'un itinéraire différent. Cependant, en principe, il appartient aux organisateurs de déterminer quand, où, de quelle manière et dans quel but ils veulent manifester. "

Entre 85 et 95% de toutes les manifestations sont enregistrées à l'avance. L'obligation d'annoncer une réunion, verbalement ou par écrit, signifie que 48 heures avant l'annonce publique d'une démo, celle-ci doit être communiquée au bureau de l'ordre public; la majorité des manifs sont enregistrées de cette manière. Toute personne qui ne se conformera pas à cette disposition fera l'objet d'une enquête conformément à l'article 26 de la loi sur les assemblées.

Il existe toutefois des exceptions : les réunions Express se caractérisent par le fait qu’elles ne sont lancées qu’à bref délai - environ un jour ou deux auparavant - et qu’il s’agit en général d’un événement d'actualité. C'était le cas à Fribourg en décembre 2016, un jour après l'arrestation du meurtrier Dreisam. Sont également exclus du calendrier de 48 heures les assemblées spontanées déclenchées brusquement par un événement. Les embouteillages, les réclamations des habitants ayant besoin de repos ou défendant  des intérêts économiques (magasins protestant contre des marches à leur porte), les plaintes de personnes qui se sentent gênées par certaines actions, telles que des manifestants nus. Geugelin a déclaré: "Bien sûr, les droits des résidents ne sont pas anodins, mais ils doivent accepter une certaine ingérence." Cependant, de nombreuses plaintes ne sont pas reçues par le bureau de l'ordre public. (traduit de "Badische Zeitung")

Posté par jl boehler à 04:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 10 décembre 2018

Véhicules exportés : scandale à l'arrivée en Côte d'Ivoire

A l'autre bout de la chaîne !

rfiA l'heure où l'on parle localement d'implantation d'autos-casses, il est intéressant de voir ce qui se passe en Afrique, alors que l'on sait que des voitures sont régulièrement acheminées d'Europe et de France vers ce continent.

Un article de RFI (Radio-France-International)

C'est un dossier qui fait couler beaucoup d'encre en Côte d'Ivoire en ce moment. Le scandale des véhicules non dédouanés révélé par nos confrères de « l'Eléphant déchaîné », et relayé depuis par certains journaux, implique des sociétés de transitaires, des éléments véreux des douanes et depuis mardi 22 mai, des personnalités politique, des affaires ou du monde de l'art. Cette arnaque aux droits de douane porte sur plusieurs milliards de francs CFA et des centaines de véhicules de luxe ou plus ordinaires.

Faire de fausses déclarations de dédouanement et empocher tout ou partie de la recette devant revenir aux caisses de l'Etat ivoirien était devenu la pratique favorite de quelques transitaires véreux et de douaniers peu scrupuleux.

L’article de l’Eléphant déchaîné de ce lundi 21 mai - document douanier à l'appui - met en exergue certains noms de personnalités ivoiriennes qui au bout de cette chaine de corruption récupèrent à leur insu ou peut-être pas, l'enquête policière le dira, des véhicules dont les droits de douanes n'ont pas été acquittés.

Selon l'hebdomadaire, on y trouve des noms aussi prestigieux que le chanteur Serge Beynaud, la patronne de Nsia Assurance Janine Kacou Diagou ou encore des sociétés de transports ou des ministres. Même le nom de Henri Konan Bédié, ancien président de Côte d'Ivoire, figure sur la liste des propriétaires de véhicules concernés affirme l'Eléphant déchaîné.

Déjà une dizaine d'arrestations

A ce propos, l'ex-chef d'Etat ne pouvait pas être au courant de l'arnaque disent ses collaborateurs. Joints par RFI ceux-ci expliquent en effet que la Range Rover et la Volvo qu'il possède sont deux cadeaux offerts par un homme d'affaires et que c'est à ce niveau qu'il pourrait y avoir malversation.

Pas de commentaire du côté du ministre de la Justice qui aurait réglé lui-même les frais de dédouanement aussitôt la malhonnêteté du transitaire découverte. Au ministère des Affaires étrangères si le ministre et son épouse roulent également dans des véhicules non dédouanés c'est qu'ils ont été « victimes d'agissement frauduleux » selon le service de communication.

Saisi du dossier, le procureur de la République a déjà mentionné une dizaine d'arrestations parmi les organisateurs du réseau et l'enquête devrait déterminer jusqu'où vont les complicités dans cette combine à la fraude douanière. (RFI du 23/5/2018)

Voici les "Une" du journal satirique ivoirien "L'éléphant déchaîné", équivalent de notre canard national.

- le 24 avril 2018 -

ED2404

- le 8 mai 2018 -

ED0805

- le 15 mai 2018 -

ED1505

- le 22 mai 2018 -

ED2205

Posté par jl boehler à 01:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 9 décembre 2018

FTV : Eco-Casse est arrivé !

Précisions et questions.

logo_ecocasse3

ecocasse2

Dès le 29 novembre, je faisais paraître l'article et les informations y figurant se confirment : Filatures et tissages de Villé : du nouveau . Alors que les premières carcasses sont arrivées dans la grande cour de l'ancienne usine ce samedi matin très tôt (pour échapper aux regards des curieux ? c'est raté !), quel est donc ce repreneur qui s'intéresse de si près à notre friche textile ? Toutes les autorisations ont-elles été données ? Il faudra poser la question au maire de Villé ... qui répondra en toute clarté ! 

C'est tout simple, il s'agit d'une société nommée ECO-CASSE dont le président mandataire est Mr. Francesco Moio, domicilié 1, rue de Saint-Dié à Sélestat, et dont le DG (directeur général) est Mme Gabriele MOIO, domiciliée à la même adresse. Les propriétaires n'ont pas eu à chercher loin un repreneur.

La société ECO-CASSE dont l'activité principale se situe à Gerstheim (ZI de la route du Rhin) comprend plusieurs dépôts en plus de celui de Gerstheim : l'un à Strasbourg (67100, 29, rue Saglio), l'autre à Sélestat (au 45, vieux chemin de Bergheim, où il est connu aussi sous l'appellation "Elsass Pièces Auto"). Un quatrième dépôt apparaît au 14, rue de l'industrie, 67400 Illkirch-Graffenstaden, mais porte la mention "fermé depuis le 09/05/2006". Il serait intéressant de connaître les raisons de cette fermeture. Enfin, cette société a un point de vente à Muttersholtz (Rue Langert) qui apparaît sous plusieurs intitulés ("proxi-ferrailleur" ou "AD Services").  

Quant aux chiffres annoncés par la société, voilà quelques-uns :

  • Total du bilan (actif/passif) : 2 977 400 €.
  • dont capitaux propres non disponibles : 1 042 100 €.
  • Chiffre d'affaires : 3 773 000 €.
  • Résultat net : 203 300 €.

Et les effectifs : évidemment, ce n'est pas précisé. Comme par hasard ?

Pour l'instant, malgré les chiffres d'au moins 5 000 épaves à entreposer dans un avenir proche, on ne connaît officiellement ni leur origine, ni leur destination. Mais Eco-Casse est aussi présent au Portugal, au Maroc, ... En tous cas, selon le site même de la "société", ces carcasses semblent partir à l'étranger (en l'état, après un contrôle technique obligatoire ?). Mais toutes ces voitures ne sont pas accidentées. Alors les voitures polluantes reprises ici, seraient-elles moins polluantes ailleurs ? Belle conception du sauvetage de la planète !

Enfin, notons qu'un certain François ("Francesco" à l'italienne) Moio, domicilié au 1, rue de Saint-Dié à Sélestat, possède un garage de vente de voitures d'occasion au 46, vieux chemin de Bergheim et au 36, route de Colmar, à Sélestat (anciennement Meubles Simon-Bigard). Qu'est-ce à dire ?

ecocasse

_cocasse_portugal2

_cocasse_portugal3

ecocassemoto

ecocasse5

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 8 décembre 2018

Les travaux du GCO

Vinci camoufle les engins pour ne pas éveiller l'attention des écologistes anti-GCO.

gco

Posté par jl boehler à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,