mercredi 21 juin 2017

Et maintenant, le "front social"

Un nouveau collectif, le «Front social», a lancé ce lundi 19 juin, dans une trentaine de villes de France, un mouvement de protestation contre les «ordonnances Macron» qui visent à réformer le Code du travail. A Paris, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés place de la Concorde, face à l’Assemblée nationale.

478phmacron

Malgré la forte chaleur de ce début du mois de juin 2017, de nombreux syndicalistes, des jeunes et des associations de gauche ont répondu présent à l’appel du « Front social ». « Reprenons la rue pour contester la politique du gouvernement », scandaient-ils. Les syndicats ne bougent pas assez, regrette Loïc Marin, militant à Force ouvrière : « On est un peu déçus de nos représentants tout en haut qui ne se battent pas assez à notre niveau. Mais nous, la rue, on refuse d’abandonner tout ça, c’est pour ça que l’on est là aujourd’hui, ici, et qu’on espère être de plus en plus nombreux. Il y a des rassemblements dans trente villes en France et on espère que cela va continuer et que ce n’est que le début. »

Atteinte aux droits des salariés

La politique de ce gouvernement est une atteinte aux droits des salariés, s’indigne de son côté Romain Altmann, animateur du « Front social » : « On veut interpeller la nouvelle Assemblée nationale pour leur dire que nous, en tant que syndicalistes, en tant que citoyens, on conteste cette mesure parce qu’elle va avoir un impact négatif à la fois sur l’emploi, mais aussi sur les droits des salariés pour lesquels aujourd’hui, 26 millions de personnes sont concernées. »

L'abstention a été telle aux législatives que le président Macron « n'a aucune légitimité » à faire passer sa réforme du Code du travail par ordonnances.

19 juin contre Macron à Strasbourg

Rassemblement et manif gazée par la police à Paris - 19/06/17

Posté par jl boehler à 00:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,