vendredi 2 juin 2017

SMICTOM : Arrêt de la desserte de certaines rues à Villé

Les habitants de quelques quartiers ne verront plus le camion-poubelles s'arrêter devant leur domicile !

camion1

Je me suis donc renseigné sur ce sujet qui touche tout le territoire du SMICTOM, mais surtout Villé (rue des tonneliers, montée de la croix-rue des framboises).

Premier service contacté : le secrétariat du SMICTOM ! Il s'agirait d'une mesure d'économie, mais soumise aux municipalités concernées. Sans décision municipale, le SMICTOM n'aurait rien modifié.

Il faut donc se retourner vers la mairie de Villé, où règne le flou le plus artistique. Le maire est très  occupé ! Il faut s'adresser à la première adjointe, aux abonnés absents, elle aussi. Egalement conseillère départementale, son président l'aurait-il abandonnée lors d'un périple africain appelé "voyage d'étude et de coopération" ?

Nouveau contact : le président du SMICTOM ! Un nouveau son de cloche : le maire de Villé (avec quelques autres) n'a jamais répondu aux sollicitations déjà anciennes du SMICTOM. Le président nous parle aussi d'une sombre histoire d'audit d'un pont (celui de la Lee) ... par lequel les camions-poubelles ne passaient jamais. Le maire de Villé aurait proposé un audit de ce pont, à payer pour moitié par le SMICTOM. Ciel, la facture des poubelles risque encore d'augmenter. Un audit, que j'avais réclamé et obtenu (mais jamais réalisé) quand j'étais conseiller municipal, en 2005 ! Depuis cette époque, des camions ont passé sur ce pont interdit aux plus de 3,5 t, des semi-remorques, des bus (notamment celui du jury départemental de fleurissement), des forains, mais jamais le camion-poubelle du SMICTOM.

Il y aurait aussi un problème de petits et grands camions, pourtant dans la montée de la croix, c'est toujours le grand camion qui passait, alors que c'est le petit qui va disparaître.

Il y a bien sûr l'éternel problème de stationnement d'une voiture, mais ça, n'est-ce pas au maire de le régler, en tant que premier officier de police de la ville ? (messages des 27/5/2010 et 28/5/2010).

Quant à la rue des tonneliers, n'en parlons pas. Le maire, ayant déménagé de cette rue, s'y intéresse-t-il encore ?  (Suite du feuilleton dans un prochain article)

* A relire les messages suivants :

- 27/5/2010 : Quand l'incivisme prend force de loi

- 28/5/2010 : Les voitures passent, les poubelles restent

croix1

croix

Posté par jl boehler à 00:03 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,