ville

Le marché de Villé ? Encore un dinosaure en voie de disparition ? Rappelons que cette traditionnelle activité commerciale date du XIXème siècle et s'étendait sur deux jours : le mercredi (matin et après-midi) pour le marché habituel (alimentation, textile, quincaillerie) et le jeudi pour le marché de bestiaux. Aujourd'hui ce marché du mercredi semble moribond : dès 2002, le conseil municipal avait d'ailleurs supprimé le droit de location de place en période hivernale pour tenter de retenir quelques marchands, puis avait dû réduire la surface du marché, de nombreux commerçants ayant renoncé à y venir. 

Les raisons de cette dégradation sont nombreuses : de nombreux habitants de la vallée touchée par la crise textile travaillent dans la plaine, ou ont déménagé. La crise économique qui a été engendrée depuis le premier choc pétrolier de 1973 n'arrange pas les choses.

Rendons-nous aussi à l'évidence : les grands travaux du centre-ville (dignes du baron Haussmann et appelés "requalification urbaine") n'ont aucun impact sur la tenue du marché.  Quant à la suite des travaux au rabais dans la rue du Mont-Sainte-Odile (faute d'argent, on se limite à de la peinture), ils ne vont pas encourager les industriels ou les artisans à s'installer dans la ZAIM de Maisonsgoutte.

Mais peut-être, ce pauvre marché du mercredi décrit dans la page locale des DNA du 28/10 était-il exceptionnellement désert, car il se situait à la fin d'un mois, où les contribuables voient arriver les factures fiscales et sont obligés de serrer la ceinture ?