piratesC'est jeudi dernier que l'affaire s'est passée ! Dans le courant de l'après-midi, l'équipe Facebook m'informe que le jeudi 2 août à 14 h j'aurais changé de mot de passe de mon compte, manipulation que je n'avais évidemment pas faite. A cette heure-ci je n'étais pas devant mon ordinateur et j'étais à mille lieues de vouloir réaliser cette opération. Aussi ai-je été étonné de recevoir de Facebook le message suivant :

facebook

Il était évident que j'étais victime d'un hameçonnage par des pirates d'internet. J'ai donc immédiatement suivi la procédure indiquée pour bloquer l'intrusion. Ils avaient pourtant eu le temps de trouver mon numéro de téléphone de portable que je me suis empressé de modifier auprès des services d'Orange. Peu de dégâts financiers, mais des préjudices matériels : information de toutes mes connaissances de la modification de mon numéro, installation d'une nouvelle boîte e-mail pour facebook, perte de nombreux messages privés, perte de temps à transférer tous les amis sur un nouveau compte. 

C'est par la suite que j'ai eu quelques surprises. J'ai donc demandé au service client d'Orange une modification de mon numéro de portable. La personne très qualifiée a voulu m'expliquer que dans mon cas, il n'y avait pas de possibilité d'utiliser mon numéro puisque la carte SIM est très sécurisée. Pourtant il me semblait que dans une certaine affaire, même DSK s'était fait piéger par son Blackberry. Et il a fallu vraiment insister pour obtenir un autre numéro.

Comme il est conseillé par Facebook, je me suis rendu à la gendarmerie la plus proche pour porter plainte, surtout que les auteurs du délit pour une fois n'étaient ni en Côte d'Ivoire, ni en Europe de l'Est, mais étaient localisés à Fegersheim en Alsace. Et le numéro IP qui permet de déterminer l'ordinateur émetteur était tout trouvé, il suffisait de demander au fournisseur d'accès l'abonné à ce numéro et d'aller le cueillir. Eh bien non, comme je n'étais pas en mesure d'évaluer mon préjudice, ce motif a été avancé pour transformer ma plainte en simple "main courante". Il semblerait que le Procureur n'aurait de toutes façons pas les moyens financiers pour rechercher auprès des fournisseurs d'accès. Eh oui ! c'est la crise, et elle profite aux truands ! Mais dès que j'aurai le relevé des appels téléphoniques de mon portable, et surtout s'il fait état d'appels injustifiés vers des pays de l'Est par exemple, c'est Monsieur le Procureur de la République lui-même que j'appellerai à diligenter l'enquête.

NB : si  vous étiez dans mes amis, il vous faut revalider une demande d'ajout à la liste d'amis. Merci.