travailleusetextilemontreal_1945La presse locale de ce dimanche a fait part des "ébats" des élus de la comcom, tournant une fois encore autour de l'affaire de l'ancien Super-U et de la façon de gérer le pactole reçu de la part de la société Valvil-Services qui gérait "l'ancien Super-U". La comcom, après maintes péripéties et "coups bas en coulisses" du côté de la municipalité, a touché le joli magot de 437.826,37 € de la part de la société en voie de dissolution Valvil-Services qui n'a plus de raison d'être après le départ du Super-U vers la zone artisanale du Climont. Rappelons l'origine de cette somme liée aux "Filatures et Tissages de Villé" (FTV) et une "Coopérative Ouvrière" qui était destinée à permettre aux salariés de cette industrie textile de bénéficier à bon prix des tissus, mais aussi des produits alimentaires, issus au départ d'une ferme, propriété des FTV, et donc fournis directement du producteur au consommateur (nos amis écolos sont donc loin d'avoir innové). Je me rappelle comme beaucoup d'autres villois du lait que nos parents cherchaient "chez Camille" prénom du fermier sis sur la route de Breitenau.

Beaucoup de salariés "sociétaires" profitaient aussi d'un système de ristourne qui leur était versée pour les fêtes de fin d'année. Ces ouvriers d'un secteur industriel aux salaires les plus bas pouvaient ainsi se permettre quelques dépenses supplémentaires sans trop amputer le budget ordinaire. Tous les anciens de la vallée se rappellent des "timbres" qu'ils collectionnaient sur des feuilles. Et un beau jour, le conseil d'administration de Valvil-Services, nouvelle dénomination de l'ancienne coopérative, décida tout de go, et malgré la colère des nombreux sociétaires touchés, de ne plus rembourser les timbres et de ne plus pratiquer cette ristourne.

Pourquoi ce rappel ? Tout simplement pour informer ces élus intercommunaux, mais surtout la population, qu'ils sont en train de se battre à coups de petites bassesses post-cantonales avec de l'argent économisé très souvent par les petites gens de la vallée et qui selon les statuts de l'ancienne coopérative aurait dû leur revenir ! Alors, comme beaucoup de personnes originaires de cette vallée, je suis outré de voir que la donation de ces biens immobiliers (site de l'ancien Super-U) et financiers ne font qu'alimenter la guéguerre entre des élus issus de surcroît d'un même camp politique, les uns se déclarant aux élections "UMP sans étiquette", les autres "sans étiquette soutenus par l'UMP" ! Car il est évident à la lecture des deux quotidiens, que la maison de retraite évoquée est bien loin de leur préoccupation !